Partagez | 
 

 [Mission 01ND] "Non Sequitur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Messages : 139
Date d'inscription : 06/08/2011
avatar
Maître du jeu
Deimos
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 28 Aoû - 13:52

La démonstration du gilet résistant à un tir de l'arme qui avait troué sans mal plus d'une demie coudée d'alliage d'armure à une distance à laquelle les lances étaient sans effet avait fait se décrocher la mâchoire de tous les olodons, conseillers compris. Le général Alhassar regarda alors sous un jour nouveau le petit bout de femme à côté de lui qui affichait un petit sourire satisfait mais se la jouait modeste pour l'instant. Le conseiller civil s'adressa en toute discrétion à l'Arbitre qui opina discrètement du chef. Des murmures parcouraient la foule des Lions et même certaines Panthères échangèrent des regards.

Le conseiller militaire donna une grande tape dans le dos de la nippone, manquant de lui briser l'échine à l'occasion et s'adressa à la délégation terrienne avec un entrain tranchant par rapport au silence stupéfait de ses pairs.

"Et c'est vous qui avez fait ça?! Par les bourses de Maritor il y en a dans cette petite tête! La Tau'ri a décidément des habitants forts intéressants."

Se remettant de l'amicale accolade du conseiller militaire, Mathilde lui adressa un grand sourire qui voulait aussi dire "dit encore une fois petite tête et je te zate."  Sans doute suffisamment visible pour que le conseiller sourit mais recule d'un pas l'air de rien.

On demanda à voir le gilet et elle acquiesça, on amena donc le mannequin près des VIP et tous purent vérifier que le tir n'avait pas traversé ni endommagé le mannequin là où le tir avait touché. Les orbes argentées survolèrent le gilet de près également afin que tous pussent voir en gros plan la trace de l'impact et l'absence de marque sur le mannequin.

Puis vint la proposition de démonstration et de compétition. Si les olodons avaient été un peu déçus que les terriens déclinent l'offre de lutte, ils furent très intéressés par la proposition qu'ils soumettaient. Bon, le concept d'assaut et RESCO leur était plutôt étranger, mais ils comprirent rapidement ce qu'il en était. On montra aux terriens un drone flottant ayant la forme d'un humain ou plutôt une cible flottante. Elle avait une lance montée et ressemblait furieusement à ces cibles d'entrainement des cavaliers médiévaux. On leur expliqua que ces cibles tiraient une décharge d'énergie pouvant sonner les personnes touchées un peu comme le ferait un zat'nik'tel permettant de s'entrainer dans des conditions proches du réel. La puissance pouvait être modulée pour étourdir quelques secondes à carrément mettre au tapis pour plusieurs minutes avec pour effet secondaire de méchamment déguster pendant une bonne heure après à cause de douleurs musculaires intenses.
Ces drones seraient les opposants à neutraliser. Leur face frontale étant composée d'alliage remplaçable et bardée de capteurs, il suffisait de tirer dedans pour toucher des capteurs et si suffisamment étaient touchés, alors cela désactivait la machine. Si cela était fait avec un simple tir de lance, avec des balles il faudrait plusieurs tirs pour mettre une cible à terre ou alors toucher un point dit vital qu'on leur indiqua, sans surprise les zones que sur Terre on considérait aussi comme vitales, ils ne seraient donc pas dépaysés.
Le malheureux technicien qui leur expliqua le fonctionnement des drones fut assailli de questions de la part de la scientifique qui mourrait visiblement d'envie d'en savoir plus sur le système maintenant le drone en place par antigravité, comment fonctionnaient les capteurs, quel était le type de système de visée, ses performances... Le pauvre homme était aussi content d'être le centre d'intérêt de la baronne qu'au supplice à crouler sous les questions et à peine avoir le temps d'y répondre.

Le parcours était en place, on avait construit deux "maisons" identiques et les drones étaient programmés de la même façon. Les deux équipes feraient face à une force hostile de taille inconnue, les armes seraient réglées sur puissance maximale.
Jessu avait choisi trois Lions qui saluèrent les terriens avant d'activer leur casque. Ils n'étaient pas jeunes comme la majorité, approchant sans doute des trente sinon trente cinq ans et arboraient quelques cicatrices. Le tireur d'élite olodon s'entourait de vieux briscards au grand dam des autres Lions visiblement frustrés de ne pas pouvoir faire partie de la démonstration.

A la surprise de Jean, Busara se rapprocha de lui et lui adressa la parole!

"Pourriez vous m'indiquer le nom de vos manœuvres et du matériel que vous employez? Si j'ai bien compris, l'arme de la femme au foulard est un "céhapé" mais pour le reste, j'aurai besoin de vos dénominations pour faire une présentation correcte. Bien entendu si vous le souhaitez je peux faire de même avec les manœuvres des Lions d'Anhour ainsi que leur matériel."

Il remarqua les coups d’œil à son appareil photo et sa GoPro. Finalement elle semblait plus humaine qu'il n'y paraissait au premier abord. Peut être jaugeait elle le journaliste et maintenant faisait le premier pas ou simplement avait elle voulu se donner une posture plutôt froide et avait remarqué la réaction de Mevel.  Il faudrait lui demander pour en avoir le coeur net, si jamais elle répondait.

Ses sphères s'étaient partagées en deux groupes et suivirent simultanément les deux groupes de combat. On pouvait voir que les techniques n'étaient pas du tout les mêmes et c'était bien logique. Les militaires terriens avançaient par à-coup, de point de tir en point de tir se couvrant mutuellement, les olodons avancèrent d'un seul homme au pas de course, tirant en mouvement avec une précision surprenante sur les deux cent derniers mètres. Leur physique supérieur leur donna un avantage de temps sur cette première partie, arrivant bien avant l'équipe de SG-X et c'est là que leurs ennuis commencèrent.

A courte portée le temps de réaction et la précision des drones étaient suffisamment courts pour donner des cauchemars aux terriens, mais également aux Lions qui perdirent un homme juste après avoir défoncé la porte, son cri de souffrance se répercuta à travers tout le terrain et on pu le voir tomber au champ d'honneur sur holo géant. Luc utilisa son cordon et fit sauter la porte. Le nuage de poussière et de débris perturba les capteurs des deux drones dans la pièce et ils furent réduits au silence dans la seconde par des tirs des deux binômes. S'ils n'étaient pas des équipiers réguliers, les terriens étaient rompus à ce genre d'exercice et certains se connaissaient suffisamment bien pour savoir comment réagirait leur partenaire dans telle ou telle situation. Rakel avait l'opportunité de se concentrer sur quelque chose de simple et qu'elle connaissait bien, renvoyant ses démons dans leur boîte et en plus c'était agréable d'avoir un peu d'action pour se dégourdir les jambes.
L'opération pris quelques minutes seulement. Ce fut aussi bref qu'intense et Ivan conclut le show en appuyant sur son détonateur et en s'éloignant façon cool guys don't look at explosions. Explosion qui surprit les olodons, encore une fois.

"Par les moustaches d'Anhour, ça c'est ce que j'appelle une sortie! " Applaudit Shoka. "Tu as vue ça Alhassar, il n'a même pas bronché quand tout a pété. Il nous faut ces petits explosifs."

Les terriens avaient sauvé l'otage, un mannequin, et étaient ressortis avant les olodons. Mais surtout ils étaient ressortis à quatre, ayant neutralisé - parfois définitivement au grand dam des techniciens olodons - les seize drones qui s'étaient entassés dans la maison. Même pour les humains cela avait failli être fatal, Mickaella avait encore des taches blanches dans son champ de vision quand un tir avait manqué son visage d'un pouillème de centimètres, Ivan avait dû sauter derrière une table renversée sentant la chaleur du blast passer près de lui et priant très fort que cela n'active pas tout l'explosif sur lui, Luc avait fini le combat au pistolet pour la forme, un tir avait touché son fusil et ce dernier avait bien encaissé le choc, surtout il avait atténué la puissance du tir, mais ses deux bras étaient ankylosées et il avait à peine la force pour tenir son arme de poing et en presser la queue de détente, en plus il avait l'impression d'avoir fait des pompes pendant des jours, ses muscles le brûlaient, mais contrairement à des pompes la douleur s'étendait du bout des doigts aux deltoïdes.

Les olodons eux... Et bien un seul guerrier était ressorti, mais avec le mannequin quand même. C'était un des trois Lions choisis par Jessu.
Sur les enregistrements les compétiteurs purent comparer leur performances, les olodons avaient été bien plus agressifs que les terriens, et ils n'étaient ni habitués à combattre en si petite formation, ni à ce genre d'environnement. Les terriens purent voir qu'ils avaient mis à terre la moitié des drones... au corps à corps. Le souci de cette méthode était que les drones n'avaient pas fait dans le détail et qu'on ne pouvait pas se mettre à couvert en profitant de l'environnement. A bout portant ils n'avaient jamais manqué un tir.

Après qu'ils aient récupéré, les guerriers étaient venus saluer les terriens, les félicitant pour leur performance et bien entendu posant des questions sur le pourquoi de telle manœuvre choisie à tel moment, le choix de l'avancée en binôme, etc. On voyait là encore qu'il s'agissait non pas de jeunes guerriers impétueux, mais de soldats blanchis sous le harnais.
Jessu avait conclut leur petite conversation par une phrase qui résumait un peu les choses.

"Vous autres Tau'ris, vous ne vous battez pas pour le prestige, l'honneur ou la fierté. On peut voir même là dans un simple exercice que vous vous battez pour terrasser votre adversaire définitivement et gagner. J'espère que nous serons alliés, Tau'ris , mais j'espère encore plus que nous ne serons pas ennemis."

Le reste de la matiné s'était passée en démonstration plus classique de matériel devant une assistance plus réduite, les Lions étaient retournés à leur exercice matinaux, transpirant sous le soleil pour le plus grand plaisir des yeux féminins appréciant les corps musclés en plein effort, lustrés par la sueur. Les olodons avaient montré quelques systèmes originaux comme des boucliers énergétiques transportables et capable d'abriter sous un dôme d'une dizaine de mètres de diamètre une troupe face à un bombardement d'al'kesh, une lance lourde modifiée pour être utilisée par un homme qui devait l'épauler comme un lance-roquette ainsi qu'une lance spéciale dont la partie arrière était à mémoire de forme et pouvait donc se déformer sur impulsion neurale permettant ainsi de déjouer une parade réussie, l'arme se pliant littéralement et le coup portant malgré le blocage réussi.

La délégation terrienne avait ensuite pris congé et retrouva finalement la quiétude de leurs appartements où les attendaient leurs domestiques finissant de dresser la table pour le repas de la mi journée. Il y avait beaucoup de viande, quelques légumes aussi, du vin un peu plus fort que celui du petit déjeuner.

Ils furent débarrassés de leurs affaires et on leur proposa un bain avant le repas, un massage et des vêtements légers à la mode olodone pour manger, propres, détendus et reposés. Même si certains avaient des doutes ou se disaient que quelque chose finirait immanquablement par partir de travers, il fallait admettre que jusqu'à présent, à part quelques petits impairs, les choses se passaient plutôt bien.

Petit détail cependant, ils avaient maintenant un deuxième reporter accroché à leurs basques. Busara étaient devenue l'ombre de Mevel et depuis l'exercice ne le lâchait plus, lui posant question sur question - mais répondant aussi aux siennes quand il arrivait à en placer une - se servant aussi de lui comme une sorte d’interprète n'interrogeant pas directement les autres terriens, surtout la baronne de poche avec laquelle elle maintenait une distance respectable.

Like a Star @ heaven HRP Like a Star @ heaven

Pour ce qui est de la démonstration, vous pouvez la décrire comme vous la voulez (mettez vous d'accord en HJ si besoin), il faudra juste tenir compte des éléments donnés.
Busara est moins froide, mais reste assez distante avec tout le monde sauf Jean qui sert d'intermédiaire entre elle et le reste du monde.
Les serviteurs montrent un certain respect pour elle, mais contrairement à vous ou à des notables, il n'hésitent pas à la regarder droit dans les yeux et lui parler normalement et sauf si on leur ordonne, ils ne la servent pas, elle le fait elle même, le tout ne semblant absolument pas la déranger.

Comme d'habitude, si vous avez des questions... Vous connaissez la musique!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2641
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans
avatar
Militaire
Rakel Peleonor
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Ven 31 Aoû - 23:06

J'observais la scène qui se passait devant mes yeux, Mevel faisait son boulot et prenait des photos, Micka se la jouait discussion diplomatique pendant que Mathilde se faisait reluquer par le général. Luc était l'enfant sage de la classe à attendre qu'il se passe quelque chose, un peu comme moi, nous étions comme deux cheveux posés sur la soupe, un peu mal à l'aise, sans trop savoir comment agir, je suis sûre que tout le monde connait cette situation, enfin toute personne ayant déjà rencontré sa futur (ex) belle famille. Ivan quand à lui préparait le nécessaire pour faire un joli feu d'artifice. De tout façon la meilleure chose à faire aujourd'hui, c'était d'en coller pleins les yeux à nos hôtes, pour réussir la mission, pour relancer le programme, pour rendre fier le général, pour rentrer à la maison, et pour être à la réputation des tueurs de faux dieux. Quoi qu'il s'agisse là d'une liste non exhaustive, je suis persuadée que je pouvais compléter la liste à loisir. Bon l'avantage de cette mission, c'était que même si j'étais clairement pas totalement là, je n'étais pas non plus totalement ailleurs, ce qui n'était pas réellement si mal que ça lorsque l'on voyait dans quel état j'étais il n'y a pas si longtemps, après tout j'avais sans doute bavé sur l'épaule de Mathieu lorsqu'il était passé à l'HP. Finalement nous étions en train de nous mettre en place pour une démonstration qui serait du feu de dieu. Il le fallait et pas que pour les Olodons, je m'approchais de Mevel :

"Je veux un maximum de clicher, si possible pas que de nous, il nous faut aussi les réactions de nos hôtes, le but est simple, offrir un merveilleu cadeau de Noël à nos huiles, je veux qu'ils se disent que ce putain de programme DOIT continuer, et comme tu as pu l'apercevoir, personne ne peut comprendre se qui se passe sans passer cette porte, et bah ton boulot aujourd'hui c'est de faire en sort que l'impossible soit réalité, et qu'ils en ai des frissons. C'est ce que l'on ramènera de plus valable, les mots sont moins impressionnant qu'une photo ou une vidéo, montre nous sous notre meilleur jour."

Meilleur que la plus part de nos rapports en tout cas je l'espérais. Quand au doc, j'espérais sincèrement qu'elle n'aurait pas à intervenir, sinon ça serait plutôt mauvais signe.

"Doc, vous voulez participer à la progression? C'est plutôt inhabituel sur les missions, mais pas de boulots pour vous et sans vouloir vous vexer j'aimerais que ça se poursuive ainsi. Mais si vous voulez participer à la démo, pourquoi pas."

Ca lui évitera de se faire chier. Non parce que je n'irais pas jusque là mais avouons que nous manquions un peu d'action depuis le début. Raah c'était clair que les missions diplomatiques, ce n'était pas tout à fait le genre de mission que j'affectionnais, au moins que je mourrais durant une mission, ça faisait un peu d'action, une bonne décharge d'adrénaline, et des occasions de me plaindre, là j'en avais pas beaucoup, mise à part que Mathilde m'avait interdit de servir de cible humaine, difficile à dire si c'était par compassion pour ma personne ou de peur de recevoir de nouveau des balles dans le dos de la part de Mathieu. En tout cas, la mule était visiblement prête au cas où la mission tournerait mal, et même si rien ne laissait présager un tel retournement de situation, ça avait tout de même quelque chose de rassurant. Je laissais à Micka le soin du scénario, elle avait bien plus d'imagination que moi de ce côté là, elle me l'avait prouvé avec notre petit entrainement improvisé, moi j'avais toujours du mal à me mettre dans un scénario, j'étais plutôt brute de décoffrage quand il s'agissait d'entrainement. Mais quoi qu'il arrive je n'arrivais pas à retirer cette petite voix qui me poussait à la parano, remarque ce n'était pas plus mal, lorsque je commençais à ne plus l'écouter, ça avait tendance à mal tourner. Il restait que pendant que les Olodons étaient en train de monter notre petit terrain de jeu, la séance démonstration dont j'avais eu l'idée était en train de décrocher la mâchoire de nos hôtes. Bah oui tiens, nous avions déjà finit sur le cul en sachant à quoi s'attendre alors là... Je restais persuadée que si l'un d'entre nous avait prit le risque d'être sous le gilet ça aurait été bien mieux, encore plus impressionnant, montrer que nous avions une confiance aveugle dans notre matériel au point d'accepter de se faire tirer dessus sans penser la moindre seconde mettre notre vie en danger. Mais Ok ça aurait peut être fait un peu tâche dans le rapport, peut être que je devais remercier Mathilde d'avoir demandé à ce pauvre mannequin de risquer sa vie à notre place. Le sourire carnassier de Mathilde réussit même à pousser le général de prendre des distances, cette femme était incroyable, grosse comme un hamster mais qui terrorisait des soldats qui avaient pourtant l'habitude de regarder la mort dans les yeux avant le petit dej.

Alors que les Olodons avaient terminés de mettre en place le terrain d'entrainement, ils apportèrent des mannequins qui jouerait le rôle de nos adversaires. Et pour la première fois depuis le début de la mission j'étais comme une gamine le jour de Noël, les observant comme j'aurais pu observer un énorme cadeau avec du papier rose et un énorme noeud sous le sapin. Mathilde était plus ou moins dans le même état que moi. Ce genre de petit truc était clairement un atout non négligeable pour entraîner des recrues et les préparer à la réalité du terrain, et là je ne parlais pas que pour le SGC, se serait un atout formidable pour l'armée en général, et même les forces de l'ordre. Le genre de technologie qu'il nous fallait absolument. A cet instant la mission me paraissait moins futile.

"Mathilde, débrouillez vous comme vous voulez, mais il nous faudra les mêmes à la maison !"

J'échangeais un clin d'oeil à la baronne, si nos relations avaient souvent été compliquées, après son coup de main pour Jeff, et même si ça avait mal tourné, je devais avouer que j'appréciais de passer du temps à ses côtés, après tout elle avait été la seule à m'avoir aider sans se soucier des conséquences, Mathieu lui s'était contenté de récupérer mes conneries sans se soucier des conséquences, ce n'était pas moins touchants et je lui en étais également reconnaissante, mais ce n'était pas comme si nos relations pouvaient encore s'améliorer, il était "the one". Micka avait décidé de se mettre en binôme avec Luc, se qui n'était pas réellement étonnant, j'avais cru constater que Stucker et Naughart ne semblaient pas s'adorer, mais personnellement je m'en foutais pas mal, il avait été plus que correct depuis le début de la mission, et semblait contrôler sa proportion à ouvrir sa grande gueule, à croire que tout le monde avait changé depuis la fin du programme. Bon ok je faisais exception, j'étais toujours la même névrosée. Cooper se mettrait en équipe avec la doc si elle se décidait à nous rejoindre. Une fois les présentations faites avec nos adversaires, il fut temps de se mettre en marche, surtout que pour le coup, si nous faisions une erreur nous serions discrédité avec tout se que nous avions pu montrer auparavant, le tout était de rester concentré sur notre progression, et non pas essayer de savoir où en était l'autre équipe, mais je ne m'inquiétais pas, l'équipe était principalement composé de vieux de la vieille, on savait tous comment ça fonctionnait. A l'instant où la démonstration commença, j'eus une pensée pour l'entrainement que j'avais eu avec Micka, ça avait été une meilleure mise en situation que nous l'avions pensé à ce moment là. Je pris la tête de l'équipe, appuyée par Ivan. Même si il n'était pas celui avec lequel j'avais le plus d'affinité de travail, simplement parce que nous n'avions pas réellement beaucoup travaillé ensemble ça ne me dérangeait pas pour un sous, parce qu'à côté je savais qu'au moins une des têtes du duo qui progressait à nos côtés agirait de manière instinctive à mes déplacements. Stucker et moi même avions travaillé ensemble depuis tant de temps que tout ceci était facile.

Nous étions concentré sur la progression et la destruction des mannequins. L'odeur de la poudre, la sensation du P90 qui vibre entre nos mains, l'adrénaline qui montait même si je savais que ce n'était qu'une bonne vieille mise en situation que je connaissais par coeur. Mais au final tout ceci permettait de faire ressortir le meilleur de moi même, je parvenais pendant la durée de l'exercice à oublier tout ce petit truc (ou gros d'ailleurs) qui me pourrissait la vie, et c'était libérateur. La progression vers la maison fut relativement lente, encore que s'était discutable, mais surtout s'effectuait avec sécurité, nous n'avions perdu aucun homme à l'arrivé de la porte, et je comptais bien à se que se soit ainsi durant toute la durée de l'exercice, nous devions paraître intouchable, après tout nous étions les tueurs de faux dieux. J'essayais d'économisé les balles en tirant dans les zones vitales, évitant au maximum de tirer à tout va pour rien, un travail propre et rapide, veillant toujours à la sécurité de mon binôme. Une fois à la maison se fut le tour de Luc de se faire couvrir pour pouvoir faire sauter la porte, nous ouvrant la suite des réjouissances. A cet instant, Micka et moi prirent la tête avançant côte côte alors que nos binômes respectifs couvraient nos arrières. Nous avancions à 4 comme si nous n'étions que les membres d'un terrible monstre prêt à tuer n'importe quel ennemi qui se trouvait sur notre chemin. Même si il nous fallait plusieurs balles pour détruire un ennemi notre cadence de tir était bien plus grande que celle des lances serpents, se qui nous offrait un avantage non négligeable. Pour être honnête la démonstration était chaude, il ne s'agissait pas là d'un simple exercice comme nous avions pu organiser sur terre, c'était bien plus intense, et j'adorais ça. Mon coeur battait fort et propulsait l'adrénaline dans mon corps, je sentais les tirs qui nous frollait presque, à cet instant j'étais dans mon élément. Alors que nous tournions dans un angle, je sentis MicKa me pousser pour éviter un tir, et une fois le danger éliminé je vis bien qu'elle était un peu sonnée, après avoir prit soin de vérifier avec elle d'un simple regard si tout allait bien nous pûmes reprendre notre progression, mais leurs mannequins n'étaient pas si con que ça, et dans la pièce principal je crus un instant que nous allions nous retrouver pris au piège. J'entendais Luc pester, je perdis d'ailleurs Ivan de vue avant de le retrouver derrière une table. La chaleur d'une charge de tir fit même roussir mon uniforme, mais qu'importe, je respirais enfin, dans cette atmosphère poussiéreuse et lourde. Une fois la pièce sécurisée et que Luc ai prit en charge notre otage libéré il ne nous restait plus qu'à couvrir Ivan et tout faire sauter pour en coller un peu plus pleins les yeux à nos petits amis. Finalement ça n'avait pas du durer plus de 10 minutes, mais ça m'avait réellement permis de mettre de côté pas mal de choses lourdes qui m'empêchaient d'avancer. Avant de me soucier de savoir si nous avions gagné ou non, je me souciais de vérifier que tout le monde allait bien.

Nos adversaires avaient eux aussi réussit l'exercice mais un seul d'entre eux était sortie "en vie" de l'exercice. Preuve que notre unité serait un atout de choc si nous devions un jour affronter les Olodons. Sur les replays on pouvait tout de même constater qu'il s'agissait là d'adversaires redoutables, ils avaient affrontés à main nu les mannequins, impressionnant certes, mais ce n'était pas non plus la chose la plus intelligente à faire, mais avaient ils réellement le choix vu l'encombrement de leurs armes dans un espace si réduit? Une fois que les guerriers eurent repris de leurs blessures ils virent nous saluer et nous féliciter. Je pris le temps de discuter avec l'un d'eux qui admirait nos formations, et je ne pus que lui explique que sans cet aspect, force du groupe, j'aurais eu bien du mal à attaquer de front autant de drône, pas besoin d'être Einstein pour voir que nous n'avions pas la même force physique. Le petit exercice m'aillant un peu vidé l'esprit se fut plus simple pour moi d'appréhender le reste de la matinée. Je fis une petite démonstration en démontant et remontant mon 9mm avant de vider un chargeur sur une cible devant une assistance plus réduite, mes collègues firent de même avec d'autres armes que nous possédions, ainsi que du matériel tactique. Nos nouveaux amis firent à leur tour la démonstration d'arme d'attaque ou de défense qui nous serait fortement utile, il fallait l'avouer si tout continuait comme ça, cette alliance pourrait être fructueuse, peut être que nos petits amis serpent ne s'étaient pas tant trompé que ça cette fois...

A l'heure de prendre congé mes soucis avaient laissés place à des idées concernant les prochaines missions si nous pouvions profiter de cette nouvelle technologie, les goa'ulds n'auraient qu'à bien se tenir. Une fois de retour aux appartements je profitais d'un bain avant d'aller manger mais refusais de passer d'autres vêtements que les miens, alors certes ils étaient poussiéreux et ne sentaient pas la lessive mais je préférais rester prudente, c'était se que me murmurait toujours cette petite voix qui semblait apprécier pour une fois l'attention que je lui portais. Installée à table je picorais si et là.

"En tout cas pas mal de leur technologie pourrait nous faciliter la vie si elle faisait partie de notre équipement de base."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1525
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 2 Sep - 21:41

Le conseiller militaire était très impressionné par la démonstration du nouveau gilet conçu par Mathilde. C'était un bon point pour eux cela voulait dire qu'ils avaient pas mal de choses à échanger sur bien des sujets le graphène représentant une source quasi infini de possibilité. Autre point bon pour eux cela faisait sérieusement monter la notoriété de Mathilde, le conseiller alla même jusqu'à la gratifier d'une grande tape dans le dos. Mais la baronne avait son côté précieuse et soupe au lait et le regard qu'elle lança au conseiller militaire lui fit comprendre qu'elle goutait peu se genre de démonstration virile et cela eut pour effet de calmer le conseiller. Encore un bon point pour la baronne cela montrait malgré que son petit gabarit et une tête bien faites elle ne se laissait pas pour autant faire.
Le conseiller civil lui aussi fut impressionné mais il fut plus discret dans sa démonstration et se contenta de glisser quelques mots à l'archonte des arbitres qui lui ne pipa pas mot. Sur demande du conseiller militaire Mathilde fit venir le mannequin et l'assistance des notables Olodons purent admirer de visu la performance du gilet terrien. Une démonstration qui en laissa plus d'un bouche bée. Le reste de la population put admirer le résultat grâce à la scribe Olodon qui filmait et rediffusait à l'aide de ses drones tout ce qui se passait.

Jessu releva le défi et avait choisi des guerriers expérimentés, il voulait montrer ce qu'il y avait de mieux et la compétition promettait d'être assez spectaculaire. Les jeunes guerriers Olodons étaient déçu de ne pas pouvoir montrer leur habilité mais l'impétuosité de ces jeunes auraient faussés l'exercice il fallait des guerriers expérimentés pour que les chances soient équilibrées. Les Olodons n'avaient pas l'habitude de ce genre d'exercice Mickaëlla le comprit rapidement mais les guerriers Olodons n'étaient pas des novices et ils comprirent rapidement ce que l'on attendaient d'eux et ils mirent rapidement une stratégie au point. Les terriens conservaient tout de même l'avantage, ils étaient rompus à ce genre d'exercice et savaient travailler en équipe. Les Olodons eux connaissaient le matériel d'entrainement et Mickaëlla ne put s'empêcher de tiquer.
Effectivement c'était du sacré matériel mais cette fois ci les mannequins allaient riposter et pas qu'un peu. Ils allaient devoir brûler de la cartouche pour coucher chaque mannequin et chaque mannequin pouvait les mettre à terre et vu que les armes d'entrainements étaient réglées sur la puissance maximum si ils se faisaient toucher ça allait sacrément piquer. Moralité mieux valait ne pas se faire toucher. Mathilde posait un tas de question technique et Mickaëlla écoutait avec attention les réponses du technicien entre sur le système de visée et d'acquisition des cibles. Les réponses ne plurent pas vraiment à Mickaëlla, le système de visée était basé sur le mouvement et le délai de latence de l'acquisition de cible et d'ouverture de feu était vraiment faible et en plus les mannequins communiquaient entre eux. Sacrè matériel d'entrainement qui rapprochait des conditions réelles mais qui allaient grandement les mettre en difficulté.

Rakel avait briffée Mevel sur ce qu'elle attendait de lui pour l'exercice et elle avait même prit le temps de lui faire un petit discours de motivation. Enfin Rakel redevenait Rakel et ça faisait plaisir. Rakel proposa a la Doc d'intégrer le groupe de combat. D'accord elle avait un Famas mais ça n'était pour autant qu'elle était une combattante aguerri, elle n'allait pas en première ligne ou derrière les lignes ennemis pour faire le coup de feu, elle avait plus l'habitude de se défendre que d'attaquer. L'avoir dans les pattes allaient être un handicap elle allait les ralentir et ils allaient devoir veiller sur elle pour éviter de se faire toucher, ce qui faisait que toute l'équipe était plus exposée. Mauvaise idée mais après tout ils devaient montrer toute la virtuosité dont ils étaient capable donc Mickaëlla ne pipa mot sur ses réticences. En plus Rakel voulait que Mathilde fasse tout son possible pour qu'ils puissent en ramener des exemplaires au SGC. Ca n'était pas prioritaire mais il y avait des chances que les Olodons leur en donnent en gage d'amitié, et la technologie de ces mannequins pourraient leur être utile pour une tonne d'autre d'application.


"OK. Ça promet d'être sport. On respecte les principes de base, pas de progression sans appui, on assure ses tirs, on reste méthodique. Avec Ivan on s'occupera des cibles les plus éloignés. Hésite pas à faire cracher ton lance grenade histoire de leur en mettre plein la vue et de voire si leur mannequin tiennent le coup face à nos explosifs."


Tout les équipiers présents connaissaient le travail mais il ne lui semblait pas superflu de les rappeler, en particulier si la Doc se décidait à rejoindre le groupe. La tactique était au point restait plus qu'à se concentrer avant le top départ. Mickaëlla troqua sa casquette pour son casque de combat. Certes il s'agissait d'arme d'entrainement en face d'eux mais elle ne tenait à voire ce que ça donnait si elle en prenait un tir en pleine tronche et sans protection. Niveau armement c'était le moment ou jamais de tester le CAP en situation quasi opérationnelle. En seconde arme elle avait son MP7 et en Backup son Glock 17. Elle avait espérée ne pas avoir à utiliser son MP7 mais vu les données de l'entrainement ça devenait peu probable.

La compétition commença et les deux équipes se lancèrent à l'assaut. Du coin de l’œil elle put voire que les Olodons avaient décidés d'être très agressifs, une stratégie qui avait peu de chance de payer mais qui allait certainement leur coûter cher. MickaËlla se concentra sur ce qu'elle avait à faire. Le CAP pêchait en terme d'ergonomie et se montrait bien moins facile à manier qu'un fusil d'assaut mais chaque tir faisait mouche et dégommait un mannequin. Toutefois pour ceux qui utilisaient des armes avec des munitions standard c'étaient tout de suite moins facile et ils brûlaient de la munitions. Mickaëlla se disait qu'elle avait bien fait de prévoir large niveau munition.

Malgré les années sans bosser ensemble le groupe réagissait bien à la pression et les cibles tombés à un rythme satisfaisant vu l'opposition. Mais ils avaient mal gérer leur distance en voulant aller trop vite ils s'étaient dangereusement rapprochés des mannequins et les tirs passaient de plus en plus près.
Ils arrivaient au niveau de la maison, Luc s'échina à poser le cordon détonnant, le reste du groupe pouvait reprendre son souffle c'est là qu'allait commençait les choses sérieuses.
Le cordon était en place l'équipe aussi, la porte dut découpé nettement et ils rentrèrent sans plus de fioriture dans le bâtiment et c'est là que le balai commença. Une progression en CQB était une danse gracieuse, fluide, et brutal. Les mannequins tombaient les uns après les autres, mais il y en avait beaucoup et à cette distance les choses devenaient vraiment ardues pour les terriens. La puissance de feu des terriens étaient mises à rude épreuves. A cette distance le CAP n'était pas assez maniable pour enchainer les cibles même si à cette distance chaque tir ferait mouche et un seul tir serait utile.
Son MP7 fut mise à contribution, sa cadence de tir et sa maniabilité était parfaite pour ce genre d'environnement.
Les cibles étaient nombreuses et il était impossible d'avoir des yeux partout, ils n'avaient pas le matériel pour faire dans la finesse et il ne servait à rien d'utiliser les flashbang, elle ne leur donnerait pas l'avantage sur des drones.
Alors que Rakel allait pénétrait dans une pièce un drone sortit d'un renfoncement et pris Rakel pour cible sur son flanc découvert.
Sans y réfléchir plus que ça elle se jeta sur Rakel et l'a poussa violemment de l'épaule tout en lâchant une rafale en direction du drone.
Pendant une fraction elle crut qu'elle allait prendre le tir en pleine tronche mais par miracle et par chance le tir la frôla, mais de si près qu'elle n'y voyait plus rien.
Elle papillonna des yeux pendant plusieurs secondes. Des contours commencèrent à se dessiner mais elle avait du mal à évaluer les distances et à discerner quoi que se soit de précis.
Elle lâcha son MP7, et se saisit de son Glock qu'elle tint en position contact proche du corps. Elle suivait le groupe et faisait feu vers la masse de corps des cibles. A cette distance rien de bien compliqué, le plus déroutant c'était de ne pas précisément ce qui se passait.
Le mannequin otage fut rapidement libéré et sécurisé.
Ivan posa les charges de C4, il y avait de quoi vaporiser deux fois le bâtiment, ils étaient prêt pour l'exfiltration.
C'est rapidement qu'ils quittèrent le bâtiment, tout en protégeant le mannequin, Ivan fermait la marche. Mickaëlla put voire que les Olodons avaient terminés l'exercice ou plutôt qu'un Olodon avait terminé l'exercice. Le mannequin était sauf mais un seul guerrier avait survécu. Il y avait pour ainsi dire match nul avec avantage pour les terriens. C'est alors que survint l'explosion, brutal, et dévastatrice, la maison avait simplement disparu et Ivan se la jouait à la cool. Dans d'autres circonstances en d'autres lieux elle aurait trouvé ça inappropriée mais là devant les Olodons ce genre de frime avait toute sa place. Cela ferait des images impressionnantes a visionner pour les Olodons.

L'assistance des notables Olodons semblaient impressionnés, Mickaëlla pouvait s'en rendre compte malgré que sa vision soit encore trouble. Mais apparemment elle n'avait pas été la seule à avoir été éprouvée par cet entrainement Luc aussi semblait avoir été diminué. Ils devraient prendre le temps de se faire examiner par le Doc en privé dès qu'ils en auraient l'occasion. Pour le moment devant les Olodons ils devaient continuer de faire illusion pour maintenir cet aura dont on les avaient dès leur arrivée.

Le conseiller militaire fut le seul à s'exprimer sur ce qu'il avait vu et ça lui plaisait beaucoup. Jessu et ses guerriers vinrent les saluer, eux aussi était impressionnés par leur performances et ils avaient tout un tas de questions à poser sur la tactique entre autre.

"Nos disposons d'un panel d'armes variées ce qui nous permet d'être au plus près des exigences du terrain. Vos armes bien que puissantes ne sont pas conçues pour faire la guerre. En tant qu'arme de tir elles ne sont pas précises, ont une faible cadence de tir, ne sont pas très maniables, ont une portée limitée. Ce sont des armes conçues pour inspirer la terreur pas réellement conçues pour la guerre à proprement parlé."


Jessu avait bien cerné les terriens. Oui effectivement l'orgueil, et l'arrogance n'avaient pas leur place sur les champs de bataille pour le terriens. Il n'y avait pas de doute Jessu et ses hommes n'étaient pas des bleus et si ils devaient les affronter sur un véritable théâtre de guerre ça se passerait différemment. Ils étaient du genre à ne pas reproduire les mêmes erreurs à plusieurs reprises. C'était toujours plaisant d'échanger avec de vrai professionnels, mais en l'occurrence cela voulait aussi dire que Jessu et ses hommes seraient des adversaires à ne pas négliger.

Le reste de la matinée fut tout aussi instructive, et pleine de partage. Jessu et ses hommes voulaient en savoir plus sur les armes terriennes et Mickaëlla avait encore quelques surprises en réserve pour les Olodons. Mais elle avait encore des paillettes lumineuses dans son champs de vision elle préférait faire quelqu'un en pleine possession de ces moyens.


"Ivan je vais te mettre à contribution pour la suite. Fais nous une petite démonstration avec la minimi et on terminera en beauté avec le lance roquette."


Mickaëlla avait troqué son casque de combat pour sa casquette, et elle laissait Ivan faire la démonstration de la mitrailleuse. Là effectivement il y avait de la cadence de tir et c'était impressionnant. Mais plutôt que de faire de grands discours elle proposa à Jessu et à ces hommes de bruler de la cartouche en se servant de la mitrailleuse. En bon guerriers aucun d'entre eux ne se fit prier pour utiliser la minimi et à voire les sourires de ces derniers ils avaient appréciés cet instant de partage.
Mais le point d'orgue de ce dernier instant de partage fut l'utilisation du lance roquette par Ivan.
Qu'un aussi petit engin fasse autant de bruit et de dégâts éberlua les Olodons et il y avait de quoi. Même des terriens auraient été impressionnés par les dégâts que pouvaient provoquer une telle arme.

Mais les Olodons n'étaient pas en reste et ce qu'ils avaient stock été des plus impressionnants et MickaËlla fut encore plus convaincu qu'ils devaient devenir alliés, les gains pour les uns comme pour les autres étaient sans pareil. Décidément ça en était presque trop beau pour être vrai. Surtout en ce qui concernait ce bouclier énergétique transportable. Malgré son keffyé, Jessu avait deviné sans peine qu'elle était impressionnée par la technologie de guerre des Olodons. Entre chaque démonstration on leur montrait les manœuvres de combat qu'effectuaient les lions d'Anhour. La pertinence de certaines d'entre elles étaient discutables, mais voire ces corps d’éphèbes en sueur n'était pas désagréable loin de là. Ils étaient plus strip teaseurs que guerriers.

Un peu avant midi on les libéra, il était l'heure de se restaurer et de faire une pause. En arrivant dans leur suite MickaËlla put voire que leur déjeuner était en place et qu'il était assez copieux et alléchant. Seul bémol la scribe leur collait à l'arrière train et elle n'aimait pas ça, même si à la place des Olodons elle aurait fait exactement la même chose.

"Pas de vin de l'eau."


Elle fit signe aux serviteurs de retirer les carafes de vins. Il était encore trop tôt pour qui se soit se permette de boire si il n'en était pas obligé. On était loin du bivouac tactique en opération mais ça n'était pas une raison pour se laisser aller. La priorité était de reconditionner l'armement.

"Vérifiez vos armes et refaites le plein de munitions. Luc fait toi examiner. Doc il faudra aussi que vous examiniez mes yeux j'ai encore des paillettes lumineuses dans le champs de vision."


Mickaëlla se mit donc à vérifier son équipement ce qui fut fait rapidement. Elle se débarbouilla et se lava les mains avant de passer à table. Elle déposa son gilet et ses armes et ramena des chargeurs de la mule pour tout ceux qui avaient brûlés de la cartouche. Rakel était elle aussi intéressée par ce que les Olodons avaient à proposer.

"Il faut dire qu'ils ont de sacrés jouets. Une alliance avec les Olodons seraient extrêmement profitable. Pour le moment s'est plutôt bien parti, espérons que ça dure comme ça. On devrait resserrer la sécurité autour de Mathilde juste au cas ou. On a toujours pas vu les Olodons qui seraient opposés à cette alliance. L'importance de Mathilde n'étant plus à démontrer, elle pourrait devenir une cible."


MickaËlla se mit en devoir de faire honneur au repas proposé par les Olodons. Ils s'étaient bien dépensés et devaient reprendre des forces, ils ne savaient pas ce qui les attendaient pour la suite des réjouissances ni à quelle heure ils pourraient manger la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 139
Date d'inscription : 06/08/2011
avatar
Maître du jeu
Deimos
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 18 Sep - 14:49

Les terriens découvraient que malgré leur côté m'as-tu-vu et flagorneur, les olodons avaient dans leur musette quelques éléments intéressants au delà de leurs satellites de défense. La scribe les avait - indirectement - pilonnés de question sur leur monde d'origine abordant des sujets aussi divers et variés que l'éducation, la religion, la reproduction et les coutumes matrimoniales, la présence ou non de duels d'honneur... mais aussi quels grands maîtres ils avaient vaincu, combien de jaffas avaient ils tués, et évidemment de goa'ulds, s'ils avaient conquis d'autres planètes, d'autres peuples, etc.
Elle passait du coq à l'âne et Mevel avait discrètement prévenu ses camarades que c'était une stratégie classique, mais efficace de diversion et déstabilisation, si on passait des coutumes de mariage en France aux volontés politiques des dirigeants de leur pays, les chances qu'une parole échappe au contrôle augmentaient, surtout quand on était peu ou pas habitué à se faire passer à la casserole par un journaliste retors. Mais voyant qu'elle ne s'arrêtait pas, le reporter militaire rappela à la jeune femme qu'ils étaient de futurs alliés et que pousser des amis à la faute n'était pas considéré comme quelque chose d'avisé et encore moins, souhaitable ce à quoi elle répondit par de plates excuses se comportant de façon plus aimable et moins inquisitrice dans ses questions. Visiblement le recadrage avait rectifié le tir, mais savait on jamais.

Luc avait eu la visite de médecins, on lui avait injecté un produit antalgique léger qui avait apaisé les symptômes, on lui expliqua que c'était juste pour le temps que cela passe naturellement, son toucher serait légèrement impacté, mais au moins il aurait l'usage de ses mains sans souffrir le martyre.

Chose étonnante, Mathilde avait plutôt était silencieuse depuis leur retour, elle picorait dans son assiette distraitement, le regard rivé sur son laptop, plus occupée à ce qu'elle faisait sur son ordinateur que sur le repas et ses compères de mission. Mais avec le poids de la mission diplomatique sur les épaules, on pouvait le comprendre assez facilement. Même si elle était de sang bleu et éduquée pour faire partie du beau monde, elle n'avait pas de formation politique et diplomatique sans parler de son tempérament aussi c'était pour elle une épreuve, gratifiante certes, mais éprouvante.
Elle les abandonna prématurément au bout d'une demie heure et alla se reposer dans sa chambre, escortée de ses quatre serviteurs.

Après le repas, on les laissa se reposer pendant trois bonnes heures comme prévu dans le programme, après cela ils avaient la rencontre au sommet avec le Triumvirat, ils pouvaient digérer en paix, du moins, le croyaient ils...
Cela faisait quelques dizaines de minutes qu'ils avaient fini le repas que la double porte donnant accès à leur aile s'ouvrit à la volée laissant passage à six Lions armés et lance baissée. Les trois premiers firent feu dans la foulée, le premier tir manqua Rakel d'un cheveux, elle sentit l'odeur de cheveux grillés et le mur un mètre derrière explosa en propulsant une gerbes de fragments alentours, le second tir allait cueillir Ivan en pleine poitrine, mais une de ses servantes s'interposa, le protégeant de son corps. Elle poussa un cri de douleur alors que la décharge de plasma la foudroyait et s'effondra aux pieds du terrien, le troisième tir abattit Busara, son bras droit littéralement arraché de son épaule, la jeune femme fut propulsée par dessus le canapé vers lequel elle allait s'asseoir pour deviser avec l'AuxSan de l'équipe.

"Mort aux traitres et aux envahisseurs!"

L'équipe se retrouvait prise par surprise, attaquée par des hommes censés les protéger. Leurs armes étaient non loin de là, mais auraient ils le temps de les prendre? Quand à leurs gilets "plasma proof" leurs domestiques les avaient posé dans leurs chambres avec la plupart de leurs affaires... Lance jaffa contre cuillère et armure en acier contre plateau en argent, le match s'annonçait guère équitable.


Like a Star @ heaven  HRP  Like a Star @ heaven

IT'S A TRAP!
Vos personnages ne sont équipés que de leur treillis et de leur couverts s'ils traînent encore à table à picorer dans leur salade de fruit. En face il y a six guerrier en tenue de Lion d'Anhour équipés de pied en cap et visiblement bien décidé à leur aplanir l'encéphalogramme.
Pour détail, le bras de la scribe a atterri sur Emilie, "proprement" sectionné et cautérisé, la servante a un trou béant dans le dos et c'est un miracle que le tir ne l’ait pas traversée de part en part, à voir son regard fixe et son expression figée dans la douleur, il n'y a plus d'espoir pour elle d'avoir survécu.

Il répondra par message flash en cas de besoin pour faire évoluer la situation. Fonction des réponses, il y aura des blessures à prévoir. Les absents, selon la tradition, auront droit au minimum syndical niveau action, et seront gratifiés de souvenirs corporels grésillants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 170
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 26

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Adjudant / 281
Age du personnage: 26 ans
avatar
Militaire
Luc Daving
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 18 Sep - 16:00

Démonstration de tirs et concours entre MickaElla et l'un des meilleurs tireurs olodons, Luc ne se serait jamais risqué à parier contre sa collègue, il savait bien que le pauvre guerrier n'aurait aucune chance. Et ça ne manqua pas, il perdit le duel de tir, mais à l'étonnement du suisse, il accepta sa défaite avec dignité. Il méritait le respect pour ça. Ce qui n'était pas de l'avis d'un des lions rouge qui trouvait cela honteux et déshonorant de s'avouer vaincu. Il fut vite calmé par le dignitaire de la caste militaire.


Les olodons firent une démonstration de lutte, Luc regardait les combats avec intérêt, cela lui rappelait la lutte à la culotte pratiqué et très connu dans son pays, sauf que les lutteurs suisses ne s'enduisent pas d'huile. Il n'avait pas écouté le reste des discutions entre les dignitaires olodons et le reste de l'équipe.
Un autochtone s'approcha de lui et commença à lui expliquer les règles. Luc s'intéressa à ses explications, expliquant même les règles de la lutte suisse. On lui proposa de participer et de mener un combat à l'amical face à l'un des guerrier présent, mais l'adjudant déclina la proposition. Il se voyait mal mettre un pagne et s'enduire d'huile.


Enfin les vrais choses commençaient, Luc et le reste de l'équipe ne serait plus là à attendre et regarder que les choses se fassent. La major avait pris l'initiative de préparer un parcours, progression vers un bâtiment, puis libération d'otage, une autre équipe composé de guerriers lion feraient de même. Les serviteurs reçurent leurs instructions et préparent le terrain. Des sortes de mannequins leur furent présenter, des espèces de robots qui tiraient et étaient autonome. Luc en fut impressionné et Rakel ne tarda pas à demander à Mathilde d'essayer d'avoir les mêmes. Luc avait hâte de se mesurer à ces engins et surtout de faire enfin le boulot qu'on demandait de lui.
Il serait en binôme avec MickaElla, Ivan et Rakel ensemble et il aurait l'honneur de faire péter la porte. Il se rendit rapidement vers la MULE pour en récupérer. Il prépara ses armes et son équipement.


Dernière vérification de son fusil d'assaut et le top départ était donné, Luc avança en direction de la maison, de mettant à couvert, tirant en direction des mannequins. Il remarqua qu'un tir ne suffisait pas pour les descendre, deux tirs non plus, il fallait insisté. Ce qui faisait diminuer rapidement ses magasins. Il avait l'appui du CAP qui lui, lui suffisait d'un tir pour les abattre, une bonne chose car il se voyait arriver dans le bâtiment sans munitions s'il devait s'occuper de tous. La progression vers la bâtisse ne fut pas des plus rapide, mais toute l'équipe était debout.
L'adjudant fut le premier à arriver vers la porte, il se plaça à droite de celle-ci en couverture, l'équipe arrivèrent à ses côtés. Il laissa pendre son fusil contre sa poitrine et sorti de quoi ouvrir la porte. Il plaça rapidement le cordon le long de la porte, ses gestes étaient précis et assurés avec les nombreux entraînements. Luc se décala à gauche de la porte et attendit que l'explosif fasse son effet.


MickaElla et Rakel entrèrent en premier dans la pièce, déjà des tirs d'arme terrienne se firent entendre, Ivan leur emboitant le pas et Luc ferma la marche. Les tirs ennemis étaient bien plus précis cas l’extérieure et bien plus rapide. Le combat serait d'autant plus difficile, mais pas impossible. Il aimait vraiment ça et Luc en prenait énormément de plaisir à participer à cette démonstration. Il en oublia même ses doutes sur Anhour. Il était concentré sur ce qu'il faisait de mieux.


Son fusil n'était pas le plus adapté pour ce type de combat, un mètre, ce qui faisait qu'il devait faire plus attention en passant des murs et était légèrement plus lent que les autres, mais il savait le manier et s'y était bien trop habitué pour prendre la version raccourcie du SIG 550.
Ses tirs firent tomber un des mannequins, mais pour le suivant il eut juste le temps d'appuyer sur la détente que le tir ennemi vint frapper son arme, il lâcha un énorme juron et se laissa basculer dos contre terre, il ne parvint pas à garder son arme entre les mains, le canon vint frapper dans un de ses genoux lui infligeant une douleur, mais le pire était ses  mains et ses bras, il n'avait plus de force, il tenta de reprendre son fusil, mais il était trop lourd et abandonna l'idée. Il se concentra sur son arme de poing, mais pour la récupérer ce n'était pas des plus glorieux, heureusement que son adversaire fut abattu rapidement. Il se releva tant bien que mal, visa un drone avec son pistolet et appuya de toute ses forces sur la détente, mais il avait l'impression qu'il fallait une force phénoménal pour la presser. Le tir parti enfin, mais il ne réussi pas à compenser le recul de l'arme. Par chance le mannequin tomba au premier tir.


L'adjudant se dirigea vers l'otage et le somma de le suivre, ses collègues l'entourèrent lui et l'otage pour la sortie, Ivan sorti en dernier et déclencha le feu d'artifice quant ils furent à bonne distance. Les olodons devaient sûrement être impressionnés.


"Super combat, mais bordel les tirs de ces trucs ça fait bizarre, j'arrive même pas à tirer correctement."


Son fusil se balançait contre sa poitrine, il sentait toujours les effets du tir. Il était très gauche avec ses mains et préféra les laisser pendre le long de son corps. Il tenta de rester impassible face aux olodons qui étaient venu les félicités, mais c'était difficile surtout quand il recevait des tapes dans le dos, il avait l'impression qu'on lui déboitait l'épaule.


Le reste de la matinée fut nettement plus tranquille, Luc tenta de rester en retrait, l'effet du tir avait du mal à se dissiper, il restait toujours gauche. Le repas fut annoncer, une pause, il pourrait aller voir la docteur, surtout voir s'il n'y avait pas de séquelle, il ne s'attendait pas à un miracle sur place, mais au moins il serait rassuré. MickaElla le lui ordonna par la même occasion.
Il se dirigea vers cette dernière.


"J'ai eu un peu de casse dans le bâtiment, enfin leurs tirs font un effet bizarre et pour faire simple j'ai plus de force dans les bras. Je m'attend pas à un miracle."


Une piqure d'un antalgique, il espérait que cela fasse vite effet. Il baissa la manche de son t-shirt et remit sa veste par-dessus, les douleurs étaient toujours là. La scripte se dirigea vers lui le bombardant de questions, plus différentes les unes que les autres. Il tenta de répondre tant bien que mal aux questions. Par chance Mevel le sauva en expliquant à la scripte que c'était mal vu de bombarder de questions.
Il alla rapidement chercher de quoi compléter ses magasins en munitions, la douleur se dissipait mais son toucher était toujours étrange comme si on avait dormi sur son bras et coupé l'arrivée du sang. Il pouvait s'y habituer. Il vérifia ses armes et les déposa pas loin de la table.


Il se dirigea vers la table, demanda aux serviteurs de le servir et commença son repas. Il avait faim, le combat du matin fut bref, mais intense.


"C'est clair, surtout que leurs mannequins d'entraînement sont super."


MickaElla était inquiète pour Mathilde, les opposants et qu'elle devienne une cible prioritaire pour ces-derniers. Compréhensible, mais Luc avait toujours cette idée que Anhour dirigeait cette planète, mais peut-être qu'il voulait une alliance avec eux.


La porte vola en éclat, des tirs fusèrent à l'intérieur de la pièce, une servante fut toucher, une autre aussi selon les cris, Luc ne sut qui c'était, il s'était jeté à terre en direction de son arme, mais il était bien trop loin pour la récupérer. Les gardes lions leur crièrent dessus en indiquant que c'était des traitres et envahisseurs. Luc tenta de ramper rapidement vers son arme, mais un tir frappa le sol à dix centimètres de lui, il stoppa son avancée net. L'un des garde le visait, il avait loupé son premier tir, mais le deuxième serait moins sûr. toujours au sol, il leva les mains du mieux qu'il pouvait. Il n'avait plus aucune chance, soit il était mort, soit épargné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1525
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Ven 21 Sep - 14:48

Le repas était le bienvenue, non seulement ils avaient besoin de reprendre des forces mais le moment était parfait et permettait à la fois de décompresser et de partager surtout sur le matériel qu'utilisait les Olodons. Plus personne dans l'équipe ne doutait du bénéfice de s'allier avec les Olodons. Leur matériel était performant, beaucoup avait fixé sur les mannequins d'entrainements, pour sa part Mickaëlla avait eu le coup de cœur pour le bouclier portatif. Non seulement cela pouvait être extrêmement utile pour unité de forces spéciales mais il y avait la possibilité également de convertir ce bouclier sur des véhicules des aéronefs et pourquoi pas sur le chasseur hybride qui était en cours de développement.
Si le projet allait à son terme avec une adaptation de ce  bouclier cela donnerait un aéronef multirôle qui surclasserait les planeurs de la mort goa'ulds. Mais pour le moment tout ceci tenait du fantasme, il y avait encore beaucoup de chemin à faire avant de pouvoir construire et d'avoir une escadrille complète et opérationnelle. Là le moment était agréable, et cela faisait longtemps qu'une mission SG ne s'était pas déroulé aussi bien. La nourriture était bonne, les nouvelles étaient bonnes.
Mathilde quand à elle était accaparée par ses réflexions, il faut dire qu'elle n'avait pas la tâche la plus facile. Sa particule et son éducation ne faisait pas d'elle une experte dans les négociations diplomatiques, la pérennité du programme porte des étoiles étaient en grande partie entre ses mains.
Mathilde était une scientifique exceptionnelle, et elle devait avoir le cerveau en ébullition après tout ce qu'ils avaient vu dans la matinée. Elle devait être en train d'envisager qu'est-ce qu'ils étaient en mesure de négocier pour ce traité d'alliance.
Quelles étaient les choses dont le SGC avait le plus besoin et qui donnerait la meilleure image qui soit du SGC.
Cela faisait beaucoup à gérer pour elle seule, mais la nippone n'était pas du genre à se reposer sur les autres quand il y avait des difficultés. Elle se retira dans sa chambre certainement pour prendre du repos et être seule avec ces pensées pendant quelques heures.


La scribe ne les lâchaient pas une seule seconde et les inondaient de question. La plupart d'entre elles n'avaient pas d'intérêt, les autres étaient déplacés, et les dernières étaient piégeuses. Mickaëlla prit donc le partie de ne répondre à aucune question. Elle n'était pas une pop-star, elle était une guerrière, elle avait déjà fait ce qu'elle avait à faire et elle ne tenait pas à se livrer ou à parler avec la scribe. Manque de bol pour lui c'est Luc qui eut le droit à se faire harceler par la scribe. Fort heureusement Mevel vint à la rescousse faisant comprendre à la Scribe que son attitude était franchement déplacée pour de futures alliés.


Le repas était terminé et ils avaient quelques heures devant eux pour se reposer. Un repos bien mérité vu la matinée surtout qu'ils ne savaient pas ce qui les attendaient pour le reste de la journée et le reste de la mission. Mais ça n'était pas une raison pour baisser la garde.




"On a trois heures devant nous on devrait en profiter pour se reposer et organiser un tour de garde."


A peine avait-elle terminé que les portes volèrent en éclat.
Six Lions d'Anhour lances baissées et armées entrèrent dans la suite, les trois premiers ouvrirent le feu. Instinctivement Mickaëlla s'était ramassé sur elles mêmes afin de devenir une cible plus petite.
Le cri de mort aux traitres et aux envahisseurs leur était sans aucun doute destiné.
Décidément le sort avait décidé de leur mener la vie dure.
Mickaëlla avait crains que les rebelles les ciblent c'était choses faites. Elle craignait qu'on les attaque au moment ou il serait le plus vulnérable c'était également fait. Parfois avoir raison n'était pas du tout satisfaisant.


Les sacs et les gilets avec les munitions, les grenades, n'étaient pas à portée de main, les serviteurs voulant bien faire les avaient déposés dans leur chambre et eux avaient laissés faire. Ils avaient laissés Mathilde émoussés la routine des militaires en opération et cela allait peut être leur coûter très cher sur ce coup là.
Fort heureusement Mickaëlla avait ses armes toujours à portée de main, et elles étaient vérifiées et chargées à bloc.
Le CAP était très efficace mais à cette distance son manque de maniabilité et sa faible cadence de tir n'était pas idéal.
Son MP7 était un bon compromis mais il était un peu loin pour pouvoir être tout de suite opérationnelle.
Son Glock 17 était un bon compromis. A portée de main, cadence de tir satisfaisante, et à cette distance aucune chance qu'elle loupe sa cible, le crâne des Lions d'Anhour. Pour elle qui passait entre vingt et trente heures à s'entrainer au tir dans toute les conditions, il s'agissait de la concrétisation de tout ce temps passé à driller.


Tout autour d'elle tournait au ralenti. Elle retira le Glock 17 de son étui et elle pointa son arme vers la première tête. Elle avait une excellente prise en main de son arme, une assise souple et stable, en restait plus qu'à faire feu et à enchainer aussi efficacement que possible les cibles à neutraliser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2641
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans
avatar
Militaire
Rakel Peleonor
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 26 Sep - 14:11

Nous avions fait mouche, les Olodons avaient l'air parfaitement impressionnés et nous avions visiblement réussit la mission, nous allions réussir à former une alliance avec ce peuple, et pour être honnête, je n'étais pas mécontente, le peuple qui nous accueillait avait de quoi nous offrir en échange des technologies qui pourraient nous servir, ne serait ce que pour entrainer notre personnel. Je restais plutôt silencieuse, répondant aux questions poliment mais sans relancer la discussion. Le comportement de Mathilde m'inquiétait un peu, je la trouvais bien silencieuse, et c'était étonnant, je ne l'avais que très rarement vu silencieuse, en faite je n'étais même pas sûr que se soit déjà arrivé. Je la suivis du regard alors qu'elle rejoignait sa chambre, observant mon assiette sans grand appétit. Je grignotais quelques fruits en me demandant se qu'il se passait sur terre, espérant sincèrement que tout se passerait bien pour Jeff, je m'inquiétais pour lui, je ne pouvais pas m'en empêcher.

Je terminais mon assiette avant de m'installer dans un de canapé, ne jetant même pas un coup d'oeil à mes serviteurs qui attendaient à côté de moi que je leur donne des ordres, je n'en avais pas envie, je voulais juste rentrer, mais ce n'était pas encore le moment, mon dieu que c'était long les missions diplomatiques, je portais mon attention sur Micka, elle avait raison, nous devrions mettre en place un tour de garde, il fallait rester prudent je n'eus pas le temps d'ouvrir la bouche que les portes s'ouvraient à la volée. Je sentis une odeur de brûlé alors qu'une boule plasma venait de passer juste à côté de ma tête. J'aurais peut être pu me plaindre que ça n'allait pas arranger l'état de mes cheveux qui n'avaient pas particulièrement apprécié la coloration, mais le réflexe prit le dessus, je me jetais au sol et me protégeais dernière le fauteuil, alors que des morceaux de murs commençaient à s'écraser autour de moi. Observant la pièce pour voir la distance qui me séparait de mes armes. Bordel pourquoi j'avais laissé mon 9mm avec mon sac, dans la pièce suivante...

J'entendais les tirs de Micka qui raisonnaient dans la pièce, donnant un son bien plus familier aux cris qui les accompagnaient. Bordel je me savais ! Dire que l'on nous avait signifié que Luc et moi étions parano, mais il était évident que je ne me trompais que très rarement... Heureusement pour moi, j'avais de bon réflexe, et visiblement tous nos petits potes n'étaient pas du côté des goa'ulds, ils n'hésitèrent pas à se jeter devant Ivan, lui sauvant la vie, sans hésitez une seule seconde. Alors nous étions dans la merde, mais nous étions pas seul, c'était déjà bien. Je profitais de la diversion qu'offrait mon ancien second, pour pousser la table au sol, offrant une protection frugal, mais c'était toujours mieux que rien. Il ne restait qu'à espérer que Mathilde puisse nous jeter quelques armes, après tout ils n'étaient que 6, en tout cas pour le moment, et nous avions prouvé que nous pouvions les battre, le gros soucis était que nous n'étions pas à arme égale, nous n'avions même pas d'armes du tout...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 139
Date d'inscription : 06/08/2011
avatar
Maître du jeu
Deimos
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 29 Sep - 13:02

Il fallut quatre balles bien localisées pour venir à bout du heaume et neutraliser le Lion. Par chance la dotation standard pour les armes à feu était composée de munitions perce-blindage, l'expérience ayant démontré que les munitions conventionnelles s'écrasaient sur les protections des jaffas sans les blesser ou demandaient un nombre de tir trop important pour être viables. Le guerrier olodon s'effondra dans râle d'agonie, un tir de sa lance partant dans le plafond.
Ses collègues identifièrent immédiatement la menace, mais ils durent faire face à un impondérable, les serviteurs. Ces derniers se jetèrent comme des enragés sur les guerriers et dans d'autres circonstances cela aurait pu être cocasse de voir trois jeunes femmes plaquer au sol un guerrier en armure pendant qu'une quatrième essayait de le poignarder avec une fourchette à dessert là où les protections ne couvraient pas son corps.
Cela donnait un sursis aux terriens, mais guère plus de quelques secondes. Mathilde était reparu sur le pas de la porte et lançait des affaires à ses coéquipiers aidée par deux autres serviteurs. Rakel hérita du zat personnalisé de la scientifique, les autres d'une arme, pas forcément la leur comme pu le remarquer Ivan en récupérant le fusil de Luc qui lui se retrouva avec le pistolet mitrailleur de Mickaella.
Le combat entre olodons était sans pitié et déjà plusieurs serviteurs étaient au sol agités des spasmes de l'agonie ou le regard figé vers quelque chose que les vivants ne pouvaient voir, mais ils avaient emporté avec eux deux guerriers et les six survivants se démenaient pour donner encore un peu de temps à leurs "maîtres" pour qu'ils puissent se défendre, injuriant les guerriers, leur crachant au visage alors qu'une dague dentelée s'enfonçait dans leur poitrine et agrippant leur bourreau dans une étreinte qu'ils espéraient fatale pour le traitre. Rakel put voir son bel Adonis sauter sur un Lion, lui assener un terrible coup de pied dans son service trois pièces ce qui plia le félon deux et lui écraser une chaise sur le dos avant d'être traversé de part en part d'une décharge de plasma, sa mort n'étant pas vaine car d'autres se ruèrent sur guerrier au sol, le lardant de coups de couteau et fourchettes et d'autres sautant à la gorge de son bourreau. C'était un carnage surréaliste, l'armement et l'entrainement des guerriers face à la sauvagerie et la détermination des serviteurs.

Grâce à ce sacrifice, les guerriers survivants purent être mis hors d'état de nuire assez facilement. Combattre contre des ennemis armés pour faire la guerre est difficile quand on a deux furies sur le dos et une troisième agonisante qui s'accroche avec obstination à une jambe malgré les coups de pied. Les Lions étaient certes très forts physiquement, mais ils restaient humains, ils étaient loin des jaffas et encore plus des goa'ulds qui se seraient débarrassé des serviteurs comme s'ils n'avaient étés que de simples petits insectes posés sur leur armure.
Comme de coutume peu importait l'espèce ou l'armée, la cavalerie arriva après la bataille. Une troupe d'une dizaine de Lions menés par le général Alhassar en personne. On voyait que certains avaient des blessures superficielles, l'un d'eux avait même un bandage sur la tête et on pouvait voir une vilaine brûlure dépasser par endroits. En y faisant plus attention, on entendait des tirs de lance jaffa de temps à autres et la clameur d'un combat distinct.

"J'ai craint un instant d'arr..."

Les mots moururent dans la bouche du général qui regardait par dessus l'épaule des combattants terriens qui s'étaient regroupés pour faire face à l'arrivée d'ennemis éventuels. Dans la fureur du combat, un tir était passé inaperçu. La baronne était affaissée contre le mur. Une plaie s'ouvrait sur son flanc, là où son gilet enfilé à la hâte ne protégeait pas. Elle avait été abattue au moment de lancer son fusil à Lacroix, l'arme encore en main.
Le regard du général se durcit et la colère qui s'affichait sur son visage donnait l'impression qu'il allait exploser de fureur.
Les ordres qu'il lança rapidement par communicateur furent brefs et cinglants, tuer les traitres qu'en dernier recours, les capturer vivants était une priorité absolue. Et la lueur dans ce regard noir présageait quelque chose de peu enviable pour les prisonniers.

"Nous allons faire le nécessaire pour votre diplomate. S'il existe une possibilité de la guérir nous le feront. Nos archives parlent de machines goa'uld capables de miracles, il doit certainement y en avoir quelque part dans le palais d'Anhour! Suivez moi."

On pouvait se demander si le général s'adressait vraiment aux terriens ou à lui même, certains de ses guerriers le regardaient, interrogateurs et même un peu inquiets.

Des soigneurs vinrent immédiatement s'occuper des serviteurs blessés. Des Lions arrivèrent encore pour aider les malheureux et contrairement à ce qu'ils avaient pu voir plus tôt dans la façon dont les guerriers considéraient les serviteurs, il y avait là un réel respect et de la prévenance, ces derniers s'étant jeté sans hésiter au devant d'une mort certaine pour protéger ceux dont ils avaient la charge. Les serviteurs indemnes allèrent chercher le corps de la baronne et le déposèrent sur une plateforme, le recouvrant d'un drap pris dans sa chambre. Ses deux servantes survivantes pleuraient silencieusement et se tenaient à côté de la plateforme antigrav qu'elles faisaient avancer.

On découvrit que la Scribe était toujours vivante. Manchote, mais toujours vivante. La décharge de plasma avait cautérisé la plaie et elle avait survécu au choc. Mevel entendu un guerrier dire qu'elle était décidément maudite à être ainsi mutilée sans arrêt.

Première mission et premier mort. Le général ne serait certainement pas heureux de la nouvelle, mais apprendre cela aux deux filles de la nippone... Pour une certaine cheffe d'équipe le retour risquait d'être plus pénible que prévu, et ce n'était pourtant pas fini.

Like a Star @ heaven  HRP  Like a Star @ heaven

Je vous laisse décrire le combat entre vos personnages et les Lions d'Anhour rebelles. Ces derniers sont vraiment gênés par les serviteurs qui font tout leur possible pour non seulement les empêcher de vous tirer dessus, mais également pour les tuer. Les Lions comprennent trop tard la menace et deux succombent sous les coups dérisoires, mais souvent vicieux et parfois très efficaces. Le bilan reste malgré tout très lourd.
Si vous décidez d'équiper correctement vos personnages, ces derniers se débarrassent plus facilement des olodons sans prendre de blessure, par contre cela signifiera la mort de quasiment tous les serviteurs à part les deux rescapés qui aidaient Mathilde à lancer des armes et protections aux autres. Si vous décidez de récupérer le minimum et envoyez vos perso la fleur au fusil, ces derniers écoperont de blessures légères, comme une estafilade due à un coup de dague dentelée, un coup de lance dans les dents, mais par personnage agissant rapidement il y aura deux serviteurs survivants en plus des deux de Mathilde. Les serviteurs gênent un peu pour combattre les Lions, mais c'est gérable et puis une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde!

Speaking of Mathilde, cette dernière est bel et bien décédée... encore. Pas de signes vitaux et la blessure au flanc a carbonisé un poumon et sans doute le cœur, la mort a sans doute été instantanée et son regard surpris le laisse à penser.



Il vous laisse jusqu'au prochain WE pour répondre. Vous approchez de la fin, laquelle est par contre à déterminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2641
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans
avatar
Militaire
Rakel Peleonor
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 1 Oct - 14:15

Le bruit des balles de MickaËlla raisonnait dans la pièce. Cet endroit qui avait paru si chaleureux prenait vie de la manière que ma parano habituel me poussait à voir. Derrière ma table renversée je pu voir Mathilde nous lancer des armes, très sincèrement ce n'était pas mon arme, mais je n'allais pas faire ma fine bouche alors que le zat atterrissait non loin de mes pieds. L'odeur de mes cheveux brûler se mélangeait à celle de la poudre et des décharges plasma qui atterrissait dans les murs, mais aussi à la chair brûler. Prenant mon zat, je fis face à la scène de chaos qui se déroulait devant mes yeux. L'un des guerriers qui nous attaquait venait de succomber face aux tirs de mon ancien second, nous serviteurs se dévouaient corps et âmes pour venir à notre secours. Ils n'étaient certes pas des guerriers mais faisaient preuve d'un courage exemplaire en se jetant dans la bataille sans la moindre protection et avec des armes plus que rudimentaire, sérieusement ce n'est pas souvent que l'on part au combat armé de couteaux et de fourchettes. Il était difficile de faire feux sans toucher les serviteurs qui nous étaient attribuer, mais il fallait faire des choix surtout qu'ils tombaient au combat même si celui ci n'était pas vain, leur aide était plus que précieuse. Les tirs de zat n'étant pas mortel, du moins le premier, je me retrouvais à tirer dans le tas sans réellement de remords, les serviteurs se relèveraient avec un sacré mal de tête, les lions auraient le droit à un nouveau tir dans la poitrine, voir même d'un troisième pour faire le ménage.

Djafet se jetait avec rage dans le combat, il était peut être un peu naif mais il ne manquait pas de courage en tout cas. Il se jetait sur un lion à qui il offrit un magnifique coup dans l'entre jambe qui ferait sans doute grimacer tous les hommes présents si ils n'étaient pas trop occuper à cet instant. Je le perdis de vue quelques instants alors que les décharges du zat volaient à travers la pièce et lorsque mon regard retrouvait mon guide d'une soirée, il avait été transpercée de part en part par une décharge plasma. Je sentis mon coeur se serrer, peut être qu'ils avaient raison, sans nous, sans ce voyage, jamais ces gamins n'auraient perdus la vie pour défendre la notre. Bon il était temps que le massacre se termine, je sautais par dessus la table, sortant de mon abri pour faire face à cet ennemi qui s'était si bien dissimulé jusque là. Je ramassais au sol une dague, et m'approchais un peu plus de l'ennemi, de toute façon il n'y avait pas de fuite possible alors autant combattre.

Je sentis mon arme s'enfoncer dans la cheville d'un adversaire qui n'était bien trop occuper par les serviteurs pour se soucier de ma présence du moins jusqu'à ce qu'il sente la lame, qui appartenant sans doute à l'un de ses frères s'enfoncer dans son pied. Je sentis sa rage alors qu'il me balançait un coup de pied dans le menton. Je me sentis sonner, tombant en arrière et manquant de perdre mon zat alors qu'il allait écraser la base de la lance serpent en plein dans mon visage, j'eus tout juste le temps de tirer, et celui ci s'effondra sur moi de tout son poids, bloquant ma respiration et provoquant une importante douleur au niveau de côtes, le poids du gaillards plus de son armure tombant d'hauteur d'homme n'avait pas du faire du bien. Avec difficulté je le repoussais sur le côté, histoire de me dégager alors qu'un nouveau guerrier fonçait vers moi, il faut dire que j'avais eu une idée de merde en fonçant au corps à corps, nous avions pourtant eu la démonstration qu'ils n'étaient pas des fillettes. Mon couteau de fortune était toujours enfoncé dans la cheville du garde qui se mangeait un nouveau coup de zat, bon débarat. Un bruit de balle sur une armure attirait mon attention, un autre guerrier avait avancé dans mon dos pour m'offrir ce que je méritais à leurs yeux, mais des balles avaient stoppés sa course, je ne savais pas à qui je la devais mais l'un de mes coéquipiers venait de me sauver la vie. Je roulais sur le côté, évitant de me faire écraser une nouvelle fois, réveillant une douleur à peine supportable alors que je respirais à peine, et pourtant l'adrénaline devait faire son effet, sans doute une côte ou deux de cassées, vive les missions diplomatiques.

Alors que j'étais en train de m'éloigner de la scène de bataille sans réussir à me relever pour le moment, j'entendis une voix familière, et je ne pu m'empêcher de relever mon zat avant de comprendre que c'était terminé. Un massacre, un bain de sang, mais c'était fini. Se fut la tête du général qui me fit comprendre que quelque chose n'allait pas. Je me relevais avec difficulté, le coup que j'avais pris dans la mâchoire m'avait pas mal sonné, j'avais du mal à me maintenir correctement debout, heureusement mon ami le mur était toujours là quand on avait besoin de lui. Réussissant enfin à me tenir sur mes deux pieds je finis par manquer de me casser une nouvelle fois la figure lorsque je vis Mathilde au sol. Ce n'était pas possible pas elle, je sentis que je me mis à trembler, de rage, de colère, d'impuissance. La crise n'était pas loin et pourtant je savais que je ne pouvais pas me laisser aller, par avec une équipe avec moi et sous ma responsabilité. J'entendais la voix du général dans une sorte de bourdonnement comme si elle provenait d'une télé allumée dans une autre pièce, mes oreilles sifflaient et ma tête tournait, difficile à dire si c'était la pression ou consécutif au coup que j'avais pris dans la tête. Je finis par décrocher mon regard de Mathilde pour vérifier que les autres membres de l'équipe allaient bien, j'essayais d'être rassurante, mais je crois que je n'y croyais pas moi même :

"Ils ont un sarcophage, ça va aller."

Mon treillis était déchiré au niveau de mon bras gauche, je n'avais pas fais attention, et je n'avais pas sentis la coupure sans doute à cause de mes autres coups plus douloureux et de l'adrénaline, mais mon treillis prenait une couleur rouge à cause du sang qui s'écoulait d'une coupure heureusement pas réellement profonde. A vrai dire j'étais plus inquiète pour les douleurs à la poitrine et celle de ma mâchoire qui craquait au moindre mouvement, mais ce n'était rien par rapport à ce que je ressentais vis à vis de Mathilde. Elle m'avait aidé, et je n'avais même pas pu lui rendre la pareil, j'aurais du ordonner que tout le monde garde son équipement, mais bêtement je n'avais pas voulu exposer trop ma parano, une fois de plus, si je l'avais écouté bien des erreurs n'auraient pas été commise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1525
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 1 Oct - 20:47

Le premier Lion rebelle a tomber fut au compte de Mickaëlla.
Elle lui avait 6 balles judicieusement placé en pleine tête à une cadence infernale qui était le signe d'un entrainement draconien et quotidien.
Le lion était tombé comme une marionnette à qui on aurait coupé les fils, et il n'y avait pas de doute quand à son pronostic vital. Mais il restait encore 5 menaces à neutraliser qui avaient fort bien compris qu'elle représentait un danger mortel.
Elle ajusta immédiatement sa visée sur le second mais elle ne tira pas et pour cause les serviteurs venaient de se jeter dans la bagarre et tirer devenait tout de suite extrêmement compliqué dans cette empoignade général. Toutefois c'était exactement ce dont ils avaient besoin et Mickaëlla ne fut absolument pas surprise de voire que les guerriers Olodons étaient en grande difficulté.
Sur terre c'était une doctrine qui commençait à se démocratiser en particulier à cause des menaces terroristes. Les terroristes ne disposaient en définitive que d'un seul est vrai pouvoir la peur, si l'ensemble des potentiels victimes se jetaient sur eux au lieux de prendre la fuite, se cacher, temporiser le nombre de victime diminuait parce cela permettait de neutraliser les terroristes plus rapidement.



Dans cet optique et même si elle n'avait pas envie de mettre la main à la pâte, il fallait se jeter dans la mélée sans quoi les Olodons allaient tuer les serviteurs et après les terriens risquaient eux aussi de subir des pertes. Il fallait profiter de l'effet de surprise.
Tout en s'avançant vers les Lions rebelles elle glissa son glock dans son dos dans le treillis avant de se jeter sur le premier Lion qui passait.
Le lion ne l'avait pas vu venir mais maintenant qu'elle le ceinturait, il lui mettait sans vergogne des coups de poings dans les côtes et une fois de plus Mickaëlla pt se rendre qu'elle avait eu raison de penser que les Olodons étaient des guerriers costauds. Le lion tapait comme un bucheron et Mickaëlla restait collé à lui parce qu'elle avait la rage de vaincre et parce qu'elle n'était pas allé au charbon sans idée. De sa main elle récupéra le poignard qui pendait sur le flanc gauche du rebelle, et tout en restant collé contre le guerrier elle enfonça la lame au niveau de l'aisselle droite dans le défaut de l'armure.
Sur le champs elle put sentir que la pique au cœur avait fait son effet le guerrier était en train de perdre ses forces mais il ne s’affalait pas assez vite au gout de Mickaëlla qui utilisa tout ses forces et tout son poids pour faire pivoter la lame dans le corps du guerrier Olodon.
Un râle de douleur accompagna le mouvement et le guerrier bascula à la renverse emmenant avec lui le couteau et Mickaëlla.
Elle tira dessus le manche de tout ses forces mais elle ne put ressortir qu'une partie de la lame l'autre partie s'était cassée dans le corps du guerrier.
Elle fit volte face à genoux et vit un Guerrier Olodons en grande difficulté face à plusieurs serviteurs.
Ni une ni deux sans se relever elle se jeta dans les jambes du guerriers, ce qui lui valut un bon coup de lance sur le sommet du crâne, et enfonça son ersatz de couteau dans l'aine du guerrier.
Le  cri de douleur qui s'en suivit était puissant et monta dans les aigues quand la lame cassé fouilla profondément dans la cuisse du guerrier.
Le guerrier ne mit pas longtemps à tomber, il était dans l'incapacité de se battre mais hurlait comme un beau diable. Les serviteurs eurent la bonté de le finir avec leurs armes de fortunes.


MickaËlla se mit en devoir de chercher un autre ennemi mais ils avaient tout été neutralisés. Il n'y avait plus de menaces. Elle se releva et laissa tomber le couteau cassé pour reprendre son golck en main.
C'est à ce moment que le général et dix lions arrivèrent dans leur suite, Mickaëlla les pointa avec son arme par réflexe mais elle ne fit pas feu. Eux aussi avait du combattre. Plusieurs Lions la regardaient étrangement, avec un mélange de crainte, de respect, et peut être même du désir.
Elle mit quelques secondes à comprendre que c'était parce qu'elle était couverte sang, qui n'était pas à elle. Il faut dire qu'elle avait saignée deux guerriers en sectionnant des artères et pas de la manière la plus propre qui soit. Son treillis était poisseux d'hémoglobine.

Mais il y avait bien plus tragique que quelques bleus et et treillis irrécupérable. Mathilde avait été mortellement touchée. Même si ça n'était pas la première fois que MickaËlla voyait Mathilde morte elle ne put s'empêcher cette fois aussi de se sentir coupable du sort de la nipponne.
Mais le général avait peut être une bonne nouvelle.
Il y avait peut être un sarcophage en état de marche dans le palais ce qui était une bonne chose même si la réflexion du général sur ce potentiel sarcophage était assez étrange.
Toujours était il qu'il devait faire vite.
Certes un sarcophage pouvait ramener à la vie mais il ne fallait pas trainer sans quoi ce dernier ne serait d'aucune utilité.
Elle s'adressa aux serviteurs leur ordonnant de leur ramener sac et gilet tactique.

"Nos affaires vite."

Même si les équipiers SG étaient des pros il fallait faire vite certes mais méthodique hors de question de se faire embusquer par des rebelles au détour d'un couloir et de manquer de munitions et ou d'équipement.

"Tout le monde fait le plein de munitions."

La réflexion de Rakel n'était pas tout à fait juste. Un sarcophage pouvait ramener à la vie à conditions que la mort soit récente. Chaque minute de perdue ne jouait pas à la faveur de Mathilde.

"Il y a peut être un sarcophage. Et même avec ça il faut faire vite, il y a des choses pour lesquels même un sarcophage est inutile."


Mickaëlla finissait d'enfiler son gilet tactique en se disant que ça n'était pas non plus la première fois qu'elle allait tout faire pour ressusciter la Baronne. Décidément il n'y avait qu'au SGC qu'on pouvait voire et vivre ce genre de choses. Mais que la baronne soit la seule à bénéficier de se traitement était profondément injuste même si elle était d'une valeur inestimable pour le programme. Alors qu'elle récupérait son sac, son MP7, et le CAP elle s'adressa au général.

"Si nous trouvons le sarcophage et qu'il fonctionne il serait juste qu'ils aient droit d'en profiter. Ils sont mort en nous protégeant et en se battant pour nous."

Il était normal pour Mickaëlla de proposer que les serviteurs aient le droit eux aussi à leur petit miracle même si il était probable que tous ne puisse pas avoir le temps de profiter de la résurrection. Mickaëlla engagea un nouveau chargeur dans son Glock et dans son MP7. Elle était prête à en découdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans
avatar
Militaire
Ivan Naughart
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Jeu 4 Oct - 23:12


Un exercice tout ce qui avait de plus basique pour les forces terriennes, et bien que les drones de combat de leurs hôtes ripostaient en leur tirant dessus changeait des exercices habituels contre ceux en métal ou en carton ils prenaient juste les mêmes pour ensuite recommencer. Après tout, même un exercice devait être considéré comme une situation réelle, et cette dernière le devint encore plus lorsque les drones se mirent réellement à les canarder ! Il eut même relativement chaud lorsqu'un tir vint s'écraser sur sa couverture improvisée, manquant certainement de venir titiller les explosifs qu'il transportait. Heureusement qu'il ne les avait pas équipé de leur détonateurs avant l'intervention musclée, sinon ils auraient eut droit à un sacré d'artifice qui était réservé aux Olodons.
"L'otage" en cours d'évacuation il commença à s'atteler à poser les explosifs dans les endroits stratégiques pour faire le plus bel effet sur le feu d'artifice ! Qu'est-ce qu'il aimait faire péter des trucs, s'en était devenu son jeu favoris et là on lui avait ordonné de ne pas y aller de main morte ! Grand bien leur en fasse ! Il avait mis assez de C4 pour faire péter 3 fois le bâtiment à l'aide du détonateur à distance, car avec autant d'explosif autant ne pas prendre le risque d'une minuterie...

Ce n'est seulement, qu'une fois le reste du groupe à une distance raisonnable, qu'il appuya sur le joli petit bouton qui déclencherait les flammes de l'enfer sur le pauvre bâtiment qui n'en demandait pas tant. Oh, oui il était fier de lui, et ça se voyait à sa manière de partir en mode "salut les gars, ca boume ?" comme si rien ne veiat de se produire derrière lui. Et le regard des Olodons ne vint que renforcer son bonheur d'avoir pu jouer avec des explosifs sans conséquences derrières.

Le reste de la journée se déroula comme... Prévu par leurs invités, après une petite démonstrations de certaines armes dont la mitrailleuse de section qui cracha sa horde de projectiles en fonction des commandements. Du tir "précis" par des rafales courtes au tir continu pour la suppression d'une position ennemie. Les Olodons purent également s'y essayer, faisant manger goulument ses croquettes à la mitrailleuse, puis pour finir le suppositoire pour aider à la digestion à l'aide du LR... Les choses se déroulaient beaucoup trop bien, et ils gaspillaient bien trop de munitions à son gout. Mais bon, il fallait bien que ça parte réellement en sucette, car tout était trop beau pour être vrai.

Ils finirent par se replier dans leurs quartiers avec leur petite suite respective pour le repas qui allait les emmener vers la suite des évènements. Malheureusement, la suite ne fut pas vraiment au gout d'Ivan. Premièrement, leurs serviteurs les débarrassèrent de leur équipement sous le regard bienveillant de leur supérieure hiérarchique, puis le Vin fut retiré de la table... Non mais, c'était insulter le plat que de ne pas laisser du vin avec ce dernier ! Ils étaient Français non ? Du VIN pour les BRAVES !
Mais il n'eut pas vraiment eut le temps de râler à ce sujet qu'une petite troupe de joyeux drille vint leur offrir le nouveau spectacle.... Mort aux Traites ? Ok ce n'en était pas un. Il n'eut pas le temps de se jeter au sol qu'une de ses servantes se jeta devant lui pour prendre le tir de plasma de plein fouet, décédant sous le choc. Ah non, non, non, non et non ! Il voyait littéralement rouge si bien que son réflexe suivant fut de lancer son assiète telle un freesbee dans le casque de son agresseur, étalant de la sauce et autre nourriture sur le casque et l'armure de ce dernier. Leurs alliés éphémères n'avaient également pas attendu bien longtemps pour se jeter dans la mêlée en utilisant également la vaisselle comme arme. Ils ne survivraient pas longtemps à ce rythme, et ça Ivan ne saurait le tolérer... Une était déjà morte pour lui et il ne laisserait pas les autres partir sans qu'il tente de faire quelque chose.

Heureusement pour eux il se retrouva avec l'arme de l'Adjudant Daving entre les mains. Il chambra la cartouches et n'hésita pas longtemps à faire feu sur le premier Jaffa qui pointa son museau, tachant d'abord de viser les jambes qui étaient dégagée de serviteurs pour lui exploser les rotules, et finissant le travail une fois ce dernier au sol par une suite dans l'entre-jambe qui ne disposait pas d'armure. Il continua le travail, visant les éléments laissés à disposition par les serviteurs pour éviter qu'une balle perdue n'aille blesser l'un deux. Il dut néanmoins finir de tabasser un des Jaffa à l'aide de la crosse jusqu'à ce qu'il ne ressemble plus à rien étant donné que les choses étaient devenues bien trop sales et "corps à corps" à son gout. S'acharnant sur ce dernier quelques instants après la fin du combat comme pour s'assurer qu'il soit bel et bien mort, ou alors était-ce pour passer ses nerfs et sa frustration sur les pertes subies ? Dans tout les cas personne ne sembla s'en préoccuper ou alors simplement avaient décidé de le laisser finir, ayant d'autres chats à fouetter. Après tout cet enfoiré avait tenté de le planter définitivement avec une dague cachée dans son gantelet lui éraflant les côtes, emportant avec lui un morceau de peau.

La position défensive s'était mise en place très rapidement, malgré la perte de la Baronne, qui les avait sauvé par son geste adapté à la situation... Il ne fallait pas laisser les choses ainsi, et il s'était déjà mis à l’œuvre pour remettre son équipement sur son dos, après avoir bien évidemment rendu son arme à l'adjudant après avoir pris le soin de l'essuyer bien entendu.
Le pauvre général avait d'ailleurs faillit finir de cible d'entrainement quand il se pointa pour admirer le carnage. Mais également avec une solution sarcophageuse. Quelque chose lui disait que les fidèles au méchant seraient également sur le chemin. Aussi il ne se fit pas prier pour finir de tout remettre sur son dos. Aux propos du Major ? Il ne pouvait qu’acquiescer, leurs "serviteurs-gardeducorps" méritaient également une seconde chance.

"Ils se sont battus avec vaillance et nous ont fait honneur, ils méritent cette seconde chance."

Oui, jusqu'au bout, ils n'avaient rien laché. Ils méritaient cette seconde chance. D'ailleurs, si le Général était furax, Ivan devait être dans un état voisin même s'il avait réussit à s'exprimer avec plus de diplomatie que d'habitude. Maintenant il n'avait plus envie, mais besoin d'en découdre avec les survivants de cette petite révolte. Il tacherait d'ailleurs d'en garder au moins un en vie pour le laisser en pâture au Général Olodon et admirer le résultat. Sadique ? Ivan ? Non juste prêt à tout pour venger ceux qui avaient péri sous ses ordres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 139
Date d'inscription : 06/08/2011
avatar
Maître du jeu
Deimos
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 7 Oct - 19:52

Le général avait fait venir des serviteurs qui s'occupèrent de prendre soin de leurs semblables tombés au champ d'honneur.  Face aux demandes des terriens il opposa une fin de non recevoir en quelques mots. Il essayait de se montrer affable malgré la situation qui semblait lui peser sur le moral et surtout sur sa bienséance. La mort de la diplomate, nonobstant l'effet qu'elle produisait sur sa personne, le mettait dans une situation extrêmement délicate. Il avait la charge de la protection de la délégation terrienne et là non seulement il y avait eu un mort parmi eux, mais en plus ce n'était pas un des militaires de l'escorte, mais la VIP elle même qui s'était fait refroidir! Et à voir la société d'Oloda, un tel échec pouvait lui coûter très, très cher. Le genre de facture que l'on peut payer qu'une seule fois...

"J'entends bien et je comprends pourquoi vous demandez cela. Mais ce serait insulter leur honneur et la bravoure dont il ont fait preuve en faisant le sacrifice ultime pour vous sauver la vie. Ils savaient qu'ils avaient de grande chances de mourir en agissant et ont pourtant tout tenté pour accomplir leur devoir. Il serait facile de voir comme une ultime récompense de les ramener à la vie, si tant est que c'est possible, mais cela amoindrirait la valeur de leur sacrifice. Notre société est bâtie sur l'honneur, ces jeunes gens sont maintenant des héros pour notre nation libre et leurs proches, leurs amis se souviendront d'eux non seulement comme des personnes qu'ils chérissaient, mais aussi comme des modèles pour notre société. Ils sont peut être allongés dans ce salon, raide mort, mais aujourd'hui ils sont devenus immortels et tous les olodons se souviendront de leur nom... Et j'espère que vous aussi.


Et avant que vous m'objectiez que j'agis différemment avec votre diplomate, c'est justement parce qu'elle est une tau'ri et que sa mort pourrait mettre un terme à notre alliance avant même sa naissance et même s'il me coûte de la priver de l'honneur d'être tombée au combat, elle nous est bien plus précieuse en tant que diplomate vivante qu'héroïne morte. Enfin, si tant est que l'on trouve ce que vous appelez sarcophage. J'imagine que vous en connaissez plus sur les artefacts goa'ulds que nous. J'ai fait mander l'Arbitre, si quelqu'un a des connaissances sur la technologie de nos anciens faux dieux, c'est leur ordre. J'ai vu l'effet qu'il avait eu sur vous ce matin, il fait cet effet là sur un peu tout le monde, mais ne vous en faites pas, il a à cœur le bien être de notre population. Prenez Busara par exemple, elle n'a survécu à l'attaque d'un lion que grâce aux miracles opérés par l'ordre des arbitres. On leur a amené un cadavre encore chaud avec la moitié de la tête en miettes et ils l'ont remise sur pied! Ils auront sans doute des informations sur tout ce qui pourrait être utile, parce que là, j'ai bien peur que cela soit au delà des capacités de l'Arbitre lui-même."

Parlant de Busara, elle apparu et s'adressa discrètement au général qui opina du chef. Elle se mit à le suivre comme son ombre dès lors, ses orbes flottant au dessus d'eux.

Le groupe avait atteint une plateforme sur laquelle les attendait un aéronef, il ressemblait à une barge goa'uld mais miniature, il ne devait y avoir de la place que pour une vingtaine de personnes. Une fois embarqués, ils décollèrent rapidement et filèrent. Ils avaient traversés des couloirs portant les stigmates de combats aussi violents que brefs.  Il y avait encore à et là des cadavres, pour la plupart des Lions d'Anhour, mais aussi quelques civils de tous âges et sexes. De toute évidence le désaccord entre olodons quant à la présence des terriens avait trouvé une issue correspondant bien à leur caractère...

Après un voyage d'une dizaine de minutes durant lesquelles on avait laissé les agents SG avec le corps de leur collègue, Lacroix apportant les premiers soins à ses camarades, l'appareil se posa sur ce qui ressemblait à une grande esplanade. Il y avait des guerrières panthère un peu partout. Là aussi il y avait eu des combats. On trouvait des corps de civils, armés de manière diverses, quelques Lions, mais aucune panthère. Certaines portaient les stigmates d'un combat, mais ne donnaient pas l'impression de s'en soucier, même celle dont une guérisseuse bandait le moignon de bras droit qui restait, stoïque et droite comme un "i". On aurait eu une banderole "don't mess with Madfet's daughters" flottant au dessus d'elle que ça n'aurait pas surpris. Bon, par contre elles étaient aussi accueillantes qu'un canon minigun braqué sur vous. Par chance, avant que cela devienne un tantinet gênant d'être entouré de guerrières masquées à l'hostilité à peine masquée, au point que même les Lions du général commençaient à être nerveux, l'Arbitre arriva avec sa propre escorte de guerrières. La Scribe quitta alors le groupe et se présenta devant lui. Le géant posa la main sur la tête de la jeune femme en un geste qui pouvait facilement être interprété comme affectueux et lui parla à voix basse, les modulations électroniques de son casque parvenant de façon incertaine jusqu'à eux, elle lui sourit puis partit vers le bâtiment, rapidement prise en charge par des domestiques du temple. Après l'échange, il se porta à la hauteur des terriens.

"Vous nous voyez désolés, tau'ris, du traitement que vous ont réservé ces insurgés. Il semblerait qu'une fraction de la population n'avait pas envie de se soumettre à la volonté de la majorité comme nous l'avons toujours fait depuis notre accession à la liberté, et que cela ait coûté la vie à l'une des vôtres est quelque chose que nous trouvons aussi dramatique qu'intolérable.
Nous ne sommes pas habitués à ce genre d'évènements, nous prônons le consensus, l'ordre des Arbitres EST l'incarnation de ce consensus. Aussi ne nous jugez pas trop durement à propos des mesures qui seront prises sous peu pour traquer les responsables de cette abjecte attaque contre l'essence de notre société et votre délégation bien entendu. Il se peut que ce soit... expéditif et sans doute violent.


Je vous remercie d'avoir sauvé la vie de Busara, elle nous est précieuse. En retour, nous ferons de notre mieux afin de trouver le moyen de ramener votre diplomate parmi nous. Nous ne vous promettons rien, les archives sur les artefacts des faux dieux sont anciennes, beaucoup ont disparu durant le chaos qui suivit la chute d'Anhour et la mort de Madfet, sa bienaimée."

Comme ils avaient pu le remarquer, l'Arbitre parlait d'un ton calme et égal, il aurait pu parler de macramé ou de point de croix que cela n'aurait pas été choquant.
Il fit signe à la petite troupe de les suivre, seul le général, une fois totalement désarmé fut autorisé à les suivre. Il abandonné sa lance avec une certaine hésitation, mais les Filles de Madfet n'avaient pas l'impression de vouloir transiger. Il ordonna à ses hommes de rester au transport et de le protéger jusqu'à leur retour puis accompagna tout le monde.

Sur le chemin, l'Arbitre conversa avec les humains sur les artefacts de soin goa'uld qu'ils connaissaient et les terriens eurent la confirmation que visiblement les olodons ne connaissaient rien du sarcophage goa'uld, ou alors ils mentaient très bien, y compris le général qui trouvait cet artefact proprement écœurant car privant la vie de son intérêt principal, le fait qu'elle soit limitée et incitant donc à la vivre pleinement, à valoriser chaque sacrifice, y compris le plus important d'entre tous, celui de sa vie. L'Arbitre était bien plus mesuré, chose logique vu ce qu'était leur ordre, mais il trouvait malgré tout cet objet contre-nature. Il demanda à plusieurs reprises des précisions sur certains points.
Ce faisant ils arrivèrent après avoir suivi un dédale de couloirs et d'anneaux de transport dans une vaste salle remplie d'étagères, de coffres, débordant d'objets. La lumière était tamisée et l'air avait l'odeur d'une salle d'opération signe qu'il était étroitement monitoré et purifié. L'Arbitre ordonna aux Panthères de repasser les anneaux, il ne restait plus dans l'immense salle que le général Alhassar, l'Arbitre et SG-X ainsi que le corps de Mathilde.

"Si vous dites vrai, et je n'ai pas de raison de penser que vous mentiez vu la situation, l'artefact dont vous parlez se trouve dans cette pièce. Nous avons transformé l'ancienne salle du trône d'Anhour en zone de stockage pour les artefacts goa'ulds que nous n'utilisons pas ou dont ne comprenons pas le fonctionnement. Il me semble que nous avons par là ce qu'ils appellent un sarcophage de stase. Il ne soigne pas, mais permet de stopper les processus biologiques et chimiques, à défaut de sauver votre diplomate, cela la maintiendra dans un état... frais disons."

Il pointa ce qui ressemblait à un sarcophage tout ce qu'il y avait de plus classique pour eux si ce n'était l'éclairage intérieur d'un bleu ciel ondoyant sur la surface.

Une trentaine de mètres plus loin ils purent voir le promontoire sur lequel se trouvait le grand trône de feu le Grand Maître Goa'uld. Il avait connu des jours meilleurs. Une pièce massive de marbre blanc ayant la forme d'un lion géant couché, le siège se situant entre les pattes avant. La statue avait perdu la plus grande partie de sa tête, en plusieurs endroits on trouvait des impacts d'objets et des traces de tir de plasma. A côté l'on trouvait une panthère d'obsidienne en guère meilleur état. Elle servait elle aussi de trône. Elle était moins massive et la panthère était assise. Les deux étaient impressionnantes. En s'approchant on pouvait voir au sol, des taches de sang depuis longtemps séchées.

La voix de l'Arbitre résonna derrière eux. On pouvait y percevoir une certaine trace d'amertume sinon de ressentiment.

"C'est ici qu'Anhour et sa reine, Madfet furent assassinés par d'autres gens plus prompts à la colère qu'à la réflexion. Au final, peu importe nos efforts l'histoire bégaie sans cesse et nous reproduisons les mêmes erreurs stupides."

Le général le regardait, assez surpris. Ses mots furent assez froids.

"Je ne vous savez pas nostalgique de la domination goa'uld, Arbitre."

"Vous vous méprenez, Général, nous ne le sommes pas. Nous regrettons seulement que l'homme soit si prompt à tuer et massacrer pour des motifs aussi triviaux que la différence de race, ou d'opinion. Je suis sûr qu'en ce jour vous ne pouvez qu'être d'accord avec moi... général."

Et bim! Un petit tir sous la ligne de flottaison, l'air de rien. Sous la lumière de la pièce, les yeux couleur azur du masque de chat porté par le géant brillèrent comme pour appuyer la malice derrière ces mots qui figèrent les traits du militaire en un masque de colère glacée. Sans répondre il alla chercher un quelconque artefact, loin de l'Archonte, très loin.

Like a Star @ heaven HRP Like a Star @ heaven


Vos personnages se trouvent dans une salle aux dimensions colossales. Elle doit faire bien bon deux cent mètres de long et la moitié de large avec à une extrémité les anneaux de transport et de l'autre, les deux trônes/statues. Les trônes en questions ne sont pas adossés au mur, il y a une dizaine de mètres entre eux et le mur du fond sur lequel se dessine une embrasure. Il y a donc un couloir qui mène plus loin. En s'en approchant, il est bloqué par une lourde porte métallique, l'accès est condamné et vu la poussière à cet endroit, depuis fort, fort longtemps.
La salle entière est remplie, laissant une allée de trois mètres environs entre chaque rayonnages. On y trouve de tout, de la vieille lance jaffa à des objets inconnus, des parchemins et autres papyrus sans doute plus vieux que la majorité des gens vivant sur Terre. C'est une immense caverne d'Ali Baba un peu bordélique façon Warhouse 13.

Il attendra vos demandes quand à ce que vous voulez voir exploré pour répondre. L'Arbitre et le général Alhassar sont également ouverts à la discussion, bien que ce dernier doivent encore avaler la dernière remarque de son dirigeant.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2641
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans
avatar
Militaire
Rakel Peleonor
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 8 Oct - 15:58

Voir le corps sans vie de Mathilde m'avait sonné, ce n'était jamais facile de perdre un homme à la guerre, ça l'était plus quand l'on se sentait proche de cette personne, et qu'on avait cette impression de lui être redevable. J'avais cette impression de flotter, que tout ce qui se passait autour de moi n'était qu'un mauvais rêve, sans doute le mélange entre l'adrénaline qui quittait mes veines et le contre coups du choc émotionnel que je venais de subir. Sincèrement, si nous ne sauvions pas Mathilde, le projet était mort, j'avais subis assez de réunions sur le sujet, il fallait des résultats, et pas sûre que la mort de l'une de nos plus brillante scientifique. Rooh mais ils devraient être content, moi je reste entière, increvable, pourtant ce n'est pas manque d'essayer, que se soit moi ou mes ennemis... Et même quand j'ai réussis à mourir, je ne le suis pas rester longtemps. Les paroles de Micka reçurent en écho mon regard, bien sûr que je savais tout ça, mais j'avais envie de me rassurer, à cet instant je voyais le projet SGC se casser la gueule à vitesse grand V et si je gardais mon inquiétude pour moi, c'était pour ne pas les démoraliser un peu plus. La mort d'un équipier SG ce n'était pas réellement de l'inédit, mais disons qu'avant le programme n'avait jamais été en sursis de cette manière. Et puis merde je ne voulais pas aller voir les gamines de Mathilde pour leur expliquer que leur mère était morte. Héro ou pas, ça n'avait pas d'importance pour une gamine, d'autant que ces deux là n'avaient pas eu la vie facile jusque là.

J'appuyais les mots de mes collègues d'un geste de la tête, même si l'expérience m'avait poussés à rester plutôt discrète sur les us et coutumes des autres peuples, ce n'était déjà pas simple de comprendre ceux des autres pays de notre même planète, alors ceux d'un peuple vivant à des milliards de kilomètres de notre planète, pas la peine d'essayer, aussi il n'était pas question de remettre en question les décisions du général, c'était son peuple, ces hommes, leur politique, et inutile de dire que je n'allais pas entrer dans cette histoire. Alors oui c'était injuste, des gamins à qui l'on avait arraché cruellement la vie, qui s'étaient battus avec courage et force, c'était plus qu'enviable comme fin quand on y pense, bien plus qu'attaché à une chaise avec des électrodes sur la tronche. Un frisson me parcouru le dos, il y avait bien que dans notre métier que l'on savait réellement ce que voulait dire chatouiller la mort, vu que pour la plus part nous l'avions réellement côtoyé de très très près pour ne pas dire avoir faire aller retour d'un chemin qui se veut sans retour. C'était un peu inquiétant de se lancer dans ce genre de chemin, la technologie goa'ulds, et ceux qui s'en servait, en particulier lorsque l'on savait les doutes que je partageais avec Luc, mais pour être honnête il n'était plus question de choix, je n'en avais pas, je devais tout faire pour tenter de ramener Mathilde, et pourquoi pas sauver la mission en même temps, histoire que l'on ai pas fait le déplacement pour rien, sinon je risquais de voir mon rêve de reprendre mes avions arriver plus tôt que prévu...

Je suivais le reste de notre petite délégation restant prudente, j'avais récupéré mon matériel, et je gardais précieusement le zat de Mathilde, après tout il m'avait bien servit jusque là, alors pourquoi l'échanger contre le mien? Mon gilet était fermé, mes cheveux toujours coiffés dans une queue de cheval qui avait souffert durant le combat. Le saignement de mon bras semblait s'être arrêté mais le moindre de mes mouvements provoquaient des tiraillement, ne serait ce que celui du tissus sanguinolent qui collait à ma peau, un hématome avait fait son apparition au niveau de mon menton, déformant légèrement mon visage. I'm sexy and I know it. D'ailleurs du sang séché j'en avais un peu partout, son goût acre et métallique ne semblait pas quitter ma bouche. J'observais dans un silence presque religieux les cadavres que l'on pouvait voir, ci et là, me demandant se qui se passerait sur Terre si l'on annonçait l'arrivée d'une délégation extraterrestre. J'avais beau avoir l'habitude des zones de guerres et des cadavres qui jonchaient parfois les rues, cette scène me donnait la nausée, sans doute parce que tout semblait si parfait peu de temps auparavant. Alors que Lacroix s'approchait pour vérifier mes blessures je l'envoyais vérifier la santé des autres avant de s'occuper de moi, il faut dire que même si je souffrais, je trouvais qu'il y avait quelque chose de rassurant dans cette souffrance, elle m'aidait aussi à tenir le coup, et à vrai dire je n'avais pas réellement envie qu'elle commence à me recoudre, ce qu'elle fit dès qu'elle en eut terminé avec les autres. Je détestais cette sensation d'être une poupée de chiffon que l'on répare, et je n'aimais pas les aiguilles, alors autant dire que ces 5 minutes pour obtenir une suture lisse et propre avait été un moment de torture. Concernant le reste, un peu d'anti douleur, et rien de plus, mes douleurs au thorax ne pouvaient pas être soulager d'une autre manière, et bien sûr il faudrait des radios, mais ça il fallait attendre le retour au SGC, et je n'étais pas particulièrement pressée.

J'observais les panthères, qui montraient un courage froid et exemplaire, aucune d'elles ne bougeaient et pourtant elles portaient des stigmates bien plus grave que les miens. J'avais beau faire la fière, je n'en menais pas large face aux douleurs qui se réveillaient à chacune de mes respirations, et même si je ne laissais rien paraitre, à cet instant j'apprécierais surtout un peu de morphine et d'aller dormir dans un bon lit, au lieu de ça je me contentais d'un peu de codéine et on continuait, c'était l'histoire du SGC, panser vite fait nos plaies et continuer, toujours et encore. La tension présente dans l'air était palpable, j'avais l'impression de me retrouver en pleins repas de famille avec mon père, Mathieu et Jeff en même temps, je parles bien sûr après la demande de divorce et la tentative de suicide, sinon ce n'était pas drôle. Quoi que non laissez tomber je préférais encore me retrouver ici, au milieu des panthères qui ne semblaient attendre qu'une chose, le signale pour nous étriper, c'était bien moins stressant... En tout cas j'espérais juste qu'il n'y aurait aucun incident, les lions semblaient très nerveux, mais c'était assez compréhensible surtout que pas mal de leurs frères venaient de trahir leur peuple... A l'arrivée du géant, je me levais, j'avais posé mes fesses à même le sol auprès de Mathilde, essayant de rassembler mes idées, chose pas si simple après un sevrage brutal de médicament, je n'étais pas la plus stable des personnes et à cet instant je ne pouvais pas compter sur mes molécules favorites pour me soutenir.

Je l'observais en silence, à cet instant il me fit penser à la Tok'ra, et leur façon monocorde de dire les choses, sans réellement de passion ni de colère peu importait les conditions, tout semblait si plat. Mais d'un côté c'était impossible, les Tok'ras n'étaient pas suffisamment idiot pour oublier que finalement c'était l'un de leur qui se trouvait sur cette planète. Ah oui merde on avait oublié c'était l'adresse de Patrick. Quoi que c'était presque plausible... Quoi qu'il en soit il était prêt à nous aider, et même si l'idée même du sarcophage ne semblait pas leur plaire, ils étaient prêt à nous laisser en faire usage. Je devais avouer que je n'étais pas une grande fan non plus de cet engin, en particulier depuis que je savais qu'il avait servit à torturer sans fin Mathieu, mais il avait son petit côté pratique, parce qu'il n'y avait aucune gloire dans la mort, seulement la fin du chemin. J'échangeais avec l'arbitre les connaissances que je possédais de cet engin, tout en me demandant combien de morts serait obligé de subir Mathilde avant de commencer à perdre ce qu'elle était réellement. Car oui l'utilisation du sarcophage abime l'esprit, mais vu l'usage qu'en faisait les goa'ulds, nous étions sans doute encore large. Une fois arrivé dans l'immense salle, je me sentis légèrement mal à l'aise, difficile à dire si c'était l'odeur d'hôpital, ou cette omniprésence goa'ulds, sans doute un mélange des deux. La vue du sarcophage manquait de me faire sauter de joie avant la précision de l'arbitre, enfin c'était toujours ça de prit, ça nous offrait un peu plus de temps pour nos recherches. J'ordonnais à Ivan de mettre Mathilde dans le sarcophage, il était clairement le plus costaud d'entre nous, même si j'aurais pu soulever Mathilde moi même. Ce ne fut qu'une fois Mathilde sous stase que je commençais à m'intéresser à cette immense salle. La pièce avait visiblement été le théatre d'affrontement, les traces sur les murs et sur les statues ne laissaient aucun doute possible. Je laissais l'arbitre et le général se titiller, observant la salle avec un malaise toujours certains, les propos de l'arbitre raisonnait étrangement. Observant les lieux, je ne pu m'empêcher de penser à Matt qui aurait été comme un véritable gamin le jour de Noël dans cet endroit, personnellement ça n'avait que peu d'intérêt pour moi dans l'instant, si l'alliance se concrétiserait il serait toujours temps d'envoyer des archéologues visiter cet endroit, pour l'instant il fallait sauver Mathilde.

"On se sépare, se sera plus efficace pour nos recherches, même si elle est en stase, je préfère que l'on ramène au plus vite la baronne parmi nous."

Chacun une zone, vu la taille de la pièce se ne serait pas du luxe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1525
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Ven 12 Oct - 15:38

Mickaëlla savait que Rakel connaissait la technologie du sarcophage goa'ulds et elle put voire dans son regard qu'elle n'avait pas oublié les failles de ce système. Chaque seconde était précieuse et il ne devait pas en perdre plus dans des discussions stériles.
Le général était contre l'idée de ramener à la vie les serviteurs mort au combat, pour la bonne raison que dans leur culture la mort au combat était glorifiée et que de simples serviteurs anonymes ils étaient devenus héros immortels. Cela vaudrait sans aucun doute à leur famille de grimper dans l'échelle sociale et si ce traité d'alliance était aussi important pour les Olodons que pour les Terriens, le statut social acquis allait perdurer pendant plusieurs décennies. Cette façon de penser lui rappeler la culture japonaise et la culture viking. Elle comprenait les paroles du général, et malgré le sens elle ne pouvait s'empêcher de voire là un énorme gâchis mais il n'allait pas remodeler la culture Olodons en deux coups de cuillères à pots, ils n'étaient pas là pour ça et n'en avait pas le temps.
D'ailleurs c'était tout à fait à son gré que le général préférait une Mathilde bien vivante a une Mathilde tombé au champs d'honneur.
Même si dans la doctrine terriens tomber au champs d'honneur était un acte glorieux la première mission du soldat était de survivre pour pouvoir rentrer auprès des siens et combattre demain.

Pour accomplir le miracle dont ils avaient besoin pour ramener Mathilde à la vie le général avait fait demander l'Arbitre, il était celui qui connaissait le mieux la technologie goa'ulds. Même si l'arbitre mettait mal à l'aise l'équipe ils n'étaient pas trop en capacité de faire la fine bouche, ils allaient devoir faire avec.
Toutefois pas sur que Mathilde goûte au fait de devenir un une espèce de cyborg. Il y avait de fortes chances qu'elle désapprouve fortement l'idée de lui fourrer des implants dans le bide et il était plus que probable que ça fasse couiner les huiles à leur retour.
Le mystère de ses implants étaient résolus et démontrait bien que les Olodons étaient une nation de gros bourrins impulsifs.
Cette révolte n'était peut être pas la première depuis la chute d'Anhour ça lui semblait assez crédible.

Le groupe se mit en route vers la salle du trône d'Anhour, et Mickaëlla distribua les secteurs d'observation et de riposte. La révolte n'était peut être pas complétement maté et la probabilité que des rebelles soient encore actifs étaient fortes, ils ne pouvait pas se permettre de perdre un autre membre de l'équipe par laxisme.
Rapidement ils eurent accès à une plateforme ou une barge de transport goa'ulds les attendaient. Un moyen rapide de se rendre à leur destination dans une relative sécurité.
Durant le voyage Mickaëlla ne relâcha pas son attention, la vitesse avec laquelle il se déplaçait était une bonne sécurité mais ils étaient au milieu de ce qui pouvait s'apparenter à une guerre civile.
Les cadavres, les blessés et les traces d'affrontements étaient là pour en témoigner.
Il fallait espérer que cela ne serait pas le début de quelque chose de plus gros. Cela lui rappela l'attitude de l'un des fils du conseiller militaire. Cette colère n'était peut être pas que de l'orgueil mal placé et de la fougue mais bien une peur et une haine des terriens.
Mickaëlla fut sortie de son observation et de ses réflexions par la Doc qui voulait l'examiner elle l'a laissa faire mais la rassura.

"Tout roule pour moi Doc. J'ai pris plusieurs coups mais rien qu'une bonne nuit de sommeil et quelques jours de repos ne pourraient arranger."


Il faut dire qu'elle était couverte de sang quasiment des pieds à la tête, d'ailleurs elle sentait l'hémoglobine en train de sécher sur ses vêtements son visage et ses cheveux. C'était désagréable mais elle n'avait pas le temps de faire une toilette.

Pas aussi vite qu'elle l'aurait voulu ils arrivèrent sur une esplanade qui donnait accès au palais d'Anhour. On pouvait y voire des guerrières panthères qui avaient été blessés durant les affrontements y monter la garde. Malgré leur blessures elles se montraient tout aussi professionnelles et sereines que lors de toute leurs rencontres, c'est à dore prête à leur faire la peau au moindre geste de travers.
Des civils et des guerriers lions avaient rejoins la rébellion mais il n'y avait aucune panthère, cela confirmait ce qu'ils avaient pu voire il s'agissait d'un corps d'élite totalement dévolu à sa tâche. Au fur et à mesure le nombre de panthère augmentait et cela commençait à rendre les lions très nerveux. Mickaëlla espérait que le général avait suffisamment de contrôle sur ses hommes pour éviter toute bavure.
L'archonte des arbitres arriva avec sa propre escorte de guerrière ce qui eut pour effet de détendre l'atmosphère.
La scribe se dirigea vers ce dernier pour lui parler et pendant qu'ils échangèrent Mickaëlla se concentra sur les guerrières.
Qu'est ce qui faisait que ces dernières avaient un tels prestige au sein de la société Olodons et pourquoi était elle aussi farouchement loyale. Il y avait quelque chose qui leur échappait encore et il fallait espérer qu'il n'aurait pas à se mordre les doigts de leur ignorance.

L'arbitre s'adressa à eux tout d'abord en déplorant la perte qu'ils avaient subis puis en leur garantissant son aide dans leur tentative de sauver la baronne. C'était une bonne chose sauf que l'arbitre n'avait pas connaissance d'un sarcophage dans les artefacts goa'ulds à leur disposition. Pourtant un sarcophage n'était pas le genre de truc qui passait inaperçu, c'était imposant et massif et à moindre de confondre ça avec une table de salle à manger on savait qu'on en possédait un. L'arbitre tout comme le général semblait trouvait cela contre nature de possédait et d'utiliser un tels artefact, néanmoins il demanda des précisions sur l'engin.
Après une suite de couloir et de dédale ils empruntèrent des annaux de transport et se retrouvèrent dans un vaste pièce qui avait été autrefois la salle du trône d'Anhour et qui maintenant servait d'hangard de stockage.
Une fois dans la salle du trône l'arbitre ordonna aux panthères de quitter la salle, sans perdre un instant elles repartirent en utilisant les annaux.

L'arbitre leur désigna un sarcophage comme étant un caisson de stase. Il avait d'un sarcophage goa'ulds à part qu'à la place de la lumière blanche ou y trouvait une lumière bleue. Sans perdre une seconde ils installèrent Mathilde dans le sarcophage et déclenchèrent le fonctionnement.
MickaÊlla était en train de se demander si le sarcophage devant n'avait pas été modifié par Anhour ce qui pouvait expliquer qu'il n'était pas aussi mauvais que ces semblables. Si tel était le cas la seule personne à sa connaissance capable de pouvoir dans un cour délai de reprogrammer le sarcophage était précisément la personne qui se trouvait dedans et qui en avait besoin.
L'autre solution était que le sarcophage qui pouvait ramener à la vie était caché quelque part dans une pièce secrète.
Rakel donna l'ordre de se disperser afin d'augmenter leur chances de trouver le graal.

"Rallumez les radios. Compte rendu toute les 5 minutes et vous prévenez dès que vous tombez sur un truc bizarre."

Il n'était pas vraiment le moment de se retrouver empêtrer avec un autre soucis majeur avec de la technologie goa'ulds inconnu. Avant de se mettre à chercher au petit bonheur la chance Mickaëlla avait quelques questions à poser à l'arbitre, avec du bol cela permettrait de restreindre le périmètre de recherche.

"Dites moi Archonte, est qu'il y a des écris goa'ulds qui vous ont expliqué comment fonctionnaient ces différents appareils ou c'est par transmission oral? Il n'y aurait pas des fresques mural, ou une loge privé réservé à Anhour et à sa reine?"

Mickaëlla venait de rallumer sa radio et avant que l'arbitre ait eu le temps d'en placer une elle lança un message radio.

//X-RAY2 pour un essai radio. Comment reçu parler.//

Les réflexions sur Anhour et sa reine était intriguante mais pour le moment ils devaient parer au plus pressé et croiser les doigts pour ne pas tomber sur un goa'uld en train de piquer un somme dans un autre sarcophage de stase ou dans le bon sarcophage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 276
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans
avatar
Militaire
Ivan Naughart
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Hier à 18:09


Le général n'appréciait pas l'idée de ramener à la vie leurs serviteurs tombés au combat. Il était vraie que leur culture était basée sur l'honneur et le respect gagné au combat, donc tomber au champs d'honneur pour des invités prestigieux face à un ennemi de leur nation devait être le plus grand des honneurs. Il avait encore perdu quelqu'un sous ses ordres, indirects certes, mais ils étaient sous sa responsabilité. Non, il ne les oublierait certainement pas. Il se renfrogna tout de même, de toute manière il était presque inhumain de penser à l'utilisation de cette technologie, ils ne l'avaient pas sur terre et les règles étaient écrites, ici ils pouvaient tout contourner : se savoir avoir une seconde chance pouvait conduire à des erreurs fatales.

"Je me souviendrai d'eux jusqu'à mon dernier souffle Général."

Les serviteurs restant avaient préparé le corps de la baronne sur des détails qu'Ivan n'avait que faire au final. Il y avait toujours une révolte en cours et un objectif à accomplir. Ce n'était pas le moment de ruminer, son arme le ferait bien pour lui si les Olodons lui laissaient l'occasion d'avoir un bout du gâteau. Dans l’équipe, il fut le dernier à quitter la pièce, fermant la marche, non sans effectuer un salut militaire à ces jeunes gens qui étaient tombés au combat pour eux. L'histoire de leur rendre une sorte d'honneur à sa façon, ils avaient versé leur sang à ses côtés, et ils seraient au final comme des frêres d'armes.

Le voyage se passa différemment des précédents. Cette fois ils étaient dans une situation de guerre civile sans la possibilité de différencier qui étaient les copains des pas copains. Aussi, la seule chose qu'il y avait à faire était de se mettre en position pour se parer à intercepter une troupe ennemie quelconque, même si à ce qu'il voyait autour de lui, les Olodons avaient déjà réglé leur problème à leur façon en éliminant méthodiquement leurs opposants. Il fallait juste faire attention à ne pas se tromper sur les intentions d'une unité qui s'approcherait.

Les soldats Olodons avaient également payé leur dû, tout du moins seules celles des forces régulières et pour le moment qualifiés comme "les gentils" l'intéressait. Même celles qui semblaient être les guerrières d'élite avaient eut droit à leur part de blessées, et transpiraient cette soif de sang à glacer le sang de n'importe quel soldat rien qu'à la manière dont elle vous regardait.

L'Arbitre finit par se pointer, pour leur expliquer brièvement la situation dans un langage qu'Ivan n’interpréta évidemment pas avec le plus grand bien, puis il les guida vers l'ancienne salle du Trone qui était devenue le lieu de stockage des artefacts de leur ancien "dieu". Et avec ce qu'il venait de se passer, il ne savait pas vraiment si voir disparaitre leur escorte de guerrière dans les anneaux était une bonne ou une très mauvaise chose. Il ne pu s'empêcher cependant de remarquer la rivalité entre le Général et l'Arbitre, et étrangement Ivan se rangeait du côté du Général. Entre bourrins, ils ne pouvaient que bien s'entendre non ?

Les ordres étaient donnés, se disperser pour évaluer la situation et rechercher des éléments pouvant conduire au fameux sarcophage qui sauverait la scientifique de poche, et de garder le contact radio. Ivan vérifia son arme, avant d'obéir à l'ordre, non sans tout de même jeter un regard interrogateur au Lieutenant sur la décision qu'elle venait de prendre.... Se séparer en territoire ennemi ? On dirait presque un remake de film d'horreur.

Même s'il n'était pas le plus fin connaisseur des méthodes des vilains serpents, il savait au moins une chose : ces derniers gardaient leurs plus beaux jouets très proche d'eux, et surtout avec la possibilité de prendre la poudre d'escampette avec eux... Un peu comme les hommes politiques terriens en somme ? Image qui ne manqua pas de le faire sourire avec aigreur.
Il se rapprocha donc des deux trônes, cherchant la moindre marque de ce qui pouvait être une sorte de trou de serrure ou de déclencheur pour faire sortir quelque chose du sol. Il y resta un peu, avant de répondre à l'appel du Major.

//Ici Naughart 5 sur 5.// En se relevant pour regarder autour de lui, pour faire le point il remarqua quelque chose... D'intéressant "//Je suis derrière les trônes, un couloir semble se prolonger en cul de sac.//" Il était cependant resté en retrait, éclairant simplement ce dernier avec sa lampe, évitant d'aller mettre les pieds dans cette zone visiblement abandonnée. Peut-être pour les risques liés à des pièges ou la stabilité de l'édifice. "//Demande l'autorisation d'intervenir en binome et d'ouvrir le passage.//"

Ah oui, mais non, il n'y allait pas tout seul, qu'importe ce qu'en dirait le Lieutenant ! Par contre si la porte faisait de la résistance, Papy Naughart la ferait également en la faisant sauter comme le dernier pont qui avait croisé sa route ! ceux qui étaient dessus à ce moment là n'eurent d'ailleurs pas le temps de finir leur phrase : "si je connaissais le con qui..." enfin... Pas en français en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission 01ND] "Non Sequitur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Autres planètes-
Sauter vers: