Partagez | 
 

 [Mission 01ND] "Non Sequitur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Messages : 174
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 26

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Adjudant / 281
Age du personnage: 26 ans
avatar
Militaire
Luc Daving
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 31 Juil - 16:23

Luc était sorti de ses pensées, il pouvait en apprendre plus sur cette histoire de technologie, mais il n'avait pas l'impression que ça choquait grand monde. Bon un DHD planqué, un dispositif qui vous envoie au fond d'un trou si vous traversiez la porte ou trouver une échelle pour pouvoir s'enfuir. Par contre cela ne choquait personne sur la façon dont Anhour était vu par ce peuple. Cela les intriguait, mais sans plus. Il devait arrêter de se taire et leur parler de ses doutes, mais il n'était pas du genre à couper la parole.


Le débriefing se termina, Mathilde fidèle à elle-même coupa court aux conversations, Luc avait horreur des comportements de diva de cette femme, certes il reconnaissait les capacités scientifique de cette-dernière, mais son côté trop baronne gâchait tout. Rakel avait demandé un tour de garde. MickaElla demandait un tournus des radios et prenait le tour du milieu.


"Je prends le premier. Les radios, on en garde une allumée, ça suffit pour les besoins actuelles."


À quoi bon faire un tournus pour les radios, c'était toujours un coup à se mélanger les pinceaux et au final pour finir avec la moitié des radios inopérantes.
Un bruit de chute se fit entendre, Luc se retourna rapidement dans cette direction et aperçu la baronne affalée parterre. Le suisse faillit éclater de rire, c'était vrai que ce n'était pas tout les jours de voir une noble dans cette situation surtout Mathilde qui gardait un certain contrôle de son image. D'ailleurs elle ne se pria pas pour se relever rapidement et faire comme si tout allait bien. La major accourut l'aidée, Luc aurait bien été, mais de un MickaElla fut plus rapide et de deux, il risquait de ce foutre de la tronche de la scientifique et les conséquences risquaient d'être élevées pour le suisse.


Luc avait entendu les craintes de Ivan au sujet du journaliste présent avec eux, mais il n'était pas d'accord avec ses propos, brider un journaliste et ça devenait dix fois pire. Il n'avait pas tout tort, mais s'il était là, ce n'était pas pour rien. Certes avec un journaliste cela pouvait fuiter, mais les rapports rédigé par les chefs d'équipe également au final, le journaliste rajoutait des photos.


"Vaut mieux laisser faire son travail au journaliste, le brider ça ne servira à rien."


Il avait donné son avis, Rakel pouvait en faire ce qu'elle en voulait, l'écouter ou écouter Ivan. D'ailleurs, il n'aurait peut-être pas dû répondre. Il se concentra sur MickaElla à nouveau, elle avait encore des choses à dire apparemment.


Les dires de la major n'étaient pas faux, les olodons étaient sûrement passé à côté de beaucoup d'étapes de l'évolution humaine et de découverte, ce qui donnait sûrement une iris de très basse qualité. C'était comme donné à construire une maison à un enfant, il y a de forte chance que le toit vous tombe dessus.

"J'en doute aussi, la tok'ras ne se risquerait pas à ça, mais ce n'est pas logique tout ça, ils ont peut-être mal fait leur boulot. On trouve du Anhour partout et que dans des positions flatteuses. Aucune fresque ne le montre se faire botter le cul et encore aucune n'a été détruite comme dans toute révolution normal. La chute de Saddam, ils ont détruits toute les statues à son effigie, la révolution française, vous avez bien détruits la Bastille et brûlez un tas de tableau. Mais là que dalle, rien."


Luc était enfin sorti de son mutisme, s'étant même levé de son fauteuil. Il en avait même presque oublié tout les serviteurs grouillant dans la vaste pièce, mais il n'en avait pas fini, la phrase d'une des servantes lui était restée et l'avait convaincu dans ses dires.


"En plus, Anhour se fichait de son corps, il en changeait comme de chemises. J'ai plutôt le sentiment qu'il se trouve toujours au pouvoir, sous une forme ou une autre."


C'était plus que fort probable et si c'était le cas ce dieu est bien plus malin et futé que la plupart de ses congénères. Ce qui n'augurait rien de bon pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 31 Juil - 22:09

Le reporter était revenchard et ne manquait pas une occasion de lancer des piques, MickaËlla ne se laissa pas le moins du monde atteindre par ces dernières. En la personne d'Ivan elle avait eu fort à faire et Mevel ne lui arrivait pas à la cheville.
Mais le reporter n'était pas seulement reporter, il était aussi auxiliaire sanitaire et la Toubib avait une confiance aveugle en ces capacités.
Tant mieux cela ferait une chose de moins à s'occuper.


D'ailleurs ils eurent tous l'occasion de voire le duo œuvrer et il n'y avait pas de doute sur le fait qu'ils se connaissaient bien et qu'ils avaient l'habitude de bosser ensemble peut être un peu trop même. Mickaëlla se demandait ce qui se passerait si les deux se retrouvaient dans des équipes différentes ou l'un à la base pendant que l'autre serait en opération.
Surtout Mevel.
Il semblait excessivement jaloux et possessif quand il s'agissait de Lacroix, à croire que le concernant il y avait plus que de la collaboration professionnelle.
Restait à savoir si Mevel était un amant malheureux parce que Lacroix l'avait condamné à rester dans la friend zone ou était il un amant jaloux parce qu'il n'était qu'un sex friend.
Et surtout à quels points cela pouvait le perturber dans son travail d'auxiliaire sanitaire.

Dans tout les cas il confirma que l'ordre les envoyant sur cette planète venait de bien au dessus du général et qu'il n'avait rien pu faire pour empêcher leur venu sur cette planète.
Il fallait espérer que cette idée se révèle être grandiose parce que sinon ils en paieraient les pots cassés et au prix fort.
Tout les militaires présents s'étaient investis à fond dans le programme porte des étoiles et si déconvenue il y avait cela serait bien plus qu'un frein à leur carrière.
Ils seraient tous relégué à des tâches secondaires et cela quelque soit leur niveau de compétence et leur spécialité.
Est-ce que cela pousserait une partie de ces derniers loyalistes à rejoindre une organisation comme Typhon ou Hégémonie?
Peut être.
Personne n'était à l'abri de succomber au chant des sirènes.


La baronne allait bien, malgré son envie de ne pas recevoir de soins et préserver au maximum sa dignité elle dut se plier aux ordres du médecin.
Ce qui sur terre n'était qu'un incident mineur pouvait se révéler être un énorme problème sur une planète inconnu.
Et encore sur terre tout dépendait de l'endroit ou cela vous arrivait.
En pleine jungle équatoriale la moindre coupure pouvait virer à la septicémie, tuer un homme en pleine forme en quelques jours, alors tant pis pour l'ego de la baronne.
Mevel et Lacroix avaient du bien le leur de côté pour le début de leur première mission et ils auraient certainement tous à le faire avant la fin de cette mission.
Une fois les soins prodigués Mathilde quitta donc la pièce principale en baronne qu'elle était dorloté par ses serviteurs.

C'était à se demander si elle n'essaierait pas de négocier avec les Olodons pour en ramener quelques un sur terre pour son service personnel.


Ivan s'était rapproché de Rakel pour partager le fond de sa pensée, et elle devait avouer que si elle n'avait pas pensée sur le coup à tout les tenants et aboutissant que son idée était plutôt judicieuse et au final il appartiendrait au général de déclassifier tout ou une partie des informations recueillis par Mevel.
Mickaëlla se tourna vers Rakel pour opiner du chef et qu'elle trouvait la proposition d'Ivan pleine de bon sens.
Ce dernier avait lui aussi bien évolué durant ces dernières années, et il semblait être devenu un opérateur calme et réfléchis.
A la base il n'était pas dénué de talent loin de là, c'était son attitude qui était nuisible au groupe mais là il était pleinement dans la dynamique ça faisait plaisir à voire.


C'est à ce moment que Luc sortit de sa réserve et ce qu'il dit fut assez surprenant.
Il était contre l'idée d'Ivan, pour lui le petit reporter devait travailler librement.
Mickaëlla n'aimait pas trop cette idée mais au final la décision revenait à Rakel et à Mathilde.
Mais c'est ce qui suivit qui étonna le plus Mickaëlla.
Il suggérait que la tok'ra avait mal fait son travail.
Les tok'ra était certes retord, mystérieux et peu enclins à partager leurs informations mais ils n'étaient pas incompétent ou jmenfoutiste. Si ils n'avaient pas l'information dont les terriens avaient besoin c'est que celle-ci était hors de leur portée voila tout.
Mickaëlla ne les portaient pas spécialement dans son cœur mais elle ne dénigrait pas non plus la qualité de leur travail.
L'exposé de Luc était troublant, voire un peu déroutant.
Il trouvait étrange que Anhour soit mis en scène dans des postures avantageuses et il n'y avait aucune fresque le montrant se faire latter par les Olodons.
Pour argumenter son propos il faisait des comparatifs avec l'histoire terrienne, ça n'était pas totalement dénué de sens.


Elle ne savait pas comment il l'avait appris mais apparemment Anhour se fichait du corps qu'il occupait et en changeait assez régulièrement. C'était plutôt curieux c'était pas trop le genre des goa'ulds comme façon de fonctionner, mais bon avec eux rien n'était de l'ordre de l'impossible.
Mais ce qui vint ensuite allait un peu loin dans les suppositions.
Anhour était peut être encore en vie et se trouvait sur cette planète dissimulé parmi les dirigeants Olodons.



"Wow wow WOW!!!!!!
Ca veut un peu loin dans les suppositions là.
Va falloir beaucoup plus qu'un sentiment.
Et que tu ai raison ou non Luc il va falloir faire super gaffe avec ça.
Si tu te trompes on risque de braquer les Olodons, et pas qu'un peu.
Et vu qu'ils ont tendance à se provoquer en duel pour des broutilles sur un truc comme ça le sang va couler sans aucun doute et adieu veau vache cochon accord diplomatique et programme porte des étoiles.
Si ton intuition s'avère être bonne, il va falloir la jouer fine parce que si jamais on se fait cramer on va également avoir à faire le coup de feu."

Mickaëlla avait du mal à croire à l'hypothèse de Luc, mais ce dernier n'était pas né de la dernière pluie et il avait vu et entendu bien plus de choses qu'elle sur Anhour quand il était resté au palais.
Pour le coup oui les Tok'ra auraient sacrèment merdé sur leur mission de renseignement.

"La porte des étoiles est trop loin pour qu'on ait une chance en y allant à pieds. Il faudrait un véhicule antigrav et surtout savoir comment rebasculer la porte et activer un vortex."


Dans l'éventualité ou les choses tourneraient mal elle préférait rappeler les difficultés qu'ils allaient devoir abattre pour regagner la base.
Mais là tout de suite elle en voyait une autre qu'il faudrait traiter demain matin au réveil.
Cette difficulté s'appelait Mathilde de l'Argentière et elle n'allait pas du tout aimer l'intuition de Luc.

"Qui va se dévouer pour en parler à Mathilde."

Et oui qui allait s'attirer les foudres de la plus nippone des baronne françaises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2687
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans
avatar
Militaire
Rakel Peleonor
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 1 Aoû - 17:21

Toujours assise dans mon fauteuil je continuais à faire tourner mon alliance, il y aurait toujours une porte de sortie, il y en avait toujours une mais elle ne serait pas simple à rejoindre. Quoi qu'il en soit je préférais grandement de ne pas avoir à fuir cette planète, je savais que ce n'était pas une bonne chose, avec un peu de chance, cette mission se passerait bien, après tout nos hôtes ne semblaient pas nous en tenir rigueur, ce qui était d'autant plus étrange, à moins qu'ils s'imaginaient pouvoir obtenir plus de nous que nous ne pourrions obtenir d'eux. Je donnais d'un coup de tête l'accord pour que Mathilde coupe au tour de garde, Micka avait raison, nous étions bien assez nombreux, et pour être honnête, je dormais assez mal depuis quelque temps, je pouvais largement prendre plusieurs tours de garde si nécessaire. Mathilde finit par se casser la gueule, quand on connaissait cette femme il était presque étonnant que ça ne soit pas arrivé plus tôt.

Je manquais de lâcher un rire face aux propos de MickaËlla, mais je réussis à ne rien laisser passer, laissant le doc s'occuper de Mathilde, je savais qu'elle n'était pas particulièrement ravie à l'idée de se donner en public à cause de sa maladresse. Les tok'ra besoin de nous? Non ce n'était pas le cas, a vrai  dire nous étions principalement de la chair à canon pour eux, nous avions bien plus besoin d'eux pour prouver que nous nous étions fait des amis puissants, nous étions facile à manipuler, nous étions au pied du mur. Mais peu de personnes avaient assistés aux réunions que le général et moi même avions dut supporter. Ce ne fut qu'une fois que les médecins de nos hôtes eurent terminés leur boulot que je finis par revenir près de nos petits bleus. Les propos de Mervel sentaient mauvais, mais ne faisaient qu'appuyer ce que j'avais dis juste à leur arrivée, sans doute un coup de notre très chers gouvernement qui avait collé son nez là où il aurait du nous laisser faire un travail que nous connaissions parfaitement bien. L'inquiétude dont ils faisaient preuve face à la médecine Goa'ulds, c'était compréhensible, nous touchions là à quelque chose d'impossible sur terre. Si seulement nous pouvions réellement choisir de rester loin de cette technologie, ça serait une merveilleuse idée, mais ce n'était pas si simple. Strucker était égale à elle même, et ça se voyait comme au milieu de la figure que ça ne plaisait pas au deux petits nouveaux. Et je n'étais pas persuadée que Mathilde prenne bien les traits d'humour dont ils faisaient preuve. D'ailleurs sa réaction fut immédiate, et cette fois me tirait un sourire. Cette équipe c'était du gros n'importe quoi, SG3 me manquait.

Quant au trait d'humour dont venait de faire preuve Mervel concernant mon ex second n'était sans doute pas une bonne idée, mais le pauvre ne pouvait pas le savoir, surtout qu'elle avait la rancune tenace. Comme tout ceci ne suffisait pas, Ivan se mettait également à vouloir péter son petit câble. J'avais l'impression de jouer dans une cours de maternelle. La remarque de Naughart me tirait un petit sourire, oui et donc je fais quoi?

"Je comprends bien Sergent, mais je fais quoi, je lui tire une balle dans la tête tout de suite, bénéfice du doute, ou on l'attache et on le trimbale sur la mule? Je suis sûre que le général sera fan de l'idée si l'ordre d'affectation vient de notre bien bon président ou de Parly. De toute façon, il ne va pas se barrer en courant, la porte est sécurisée, et je ne vois pas un vaisseau venir l'exfiltrer. On va considérer qu'ils font partis de l'équipe, même si le général avait l'air retissant. Et puis ein rien ne nous empêche de lui tirer une balle dans la tête en rentrant SI le général en donne l'ordre, promis je vous laisserais le privilège. Mais il faut que vous sachiez que le général n'est plus le seul maitre à bord depuis la réouverture du programme, les huiles mettent leurs gros nez dedans et ça ne plait pas à De La Couperay mais il est comme nous, il n'a pas le choix. En attendant que se soit Mevel ou Lacroix ils font partis de l'équipe traités les comme tels."

Ce n'était jamais facile d'être les nouveaux dans une équipe, mais là il fallait avouer que l'accueil était particulièrement difficile, ça devait toujours faire plaisir d'être traitée comme un traitre potentiel au sain d'une armée que l'on avait servit avec ferveur. Bienvenue au SGC. Luc se précipitait pour prendre le tour de garde, Micka pour me dire quoi faire, décidément j'avais toujours quelqu'un pour me dire quoi faire, à la maison en mission on oubliait presque que c'était moi la plus gradée, l'avantage c'était que je n'avais pas à piquer une crise pour faire valoir ce que j'étais et heureusement sinon nous serions partit dans une sacré merde. Luc finit par prendre la parole pour lui aussi il y avait des doutes à avoir sur la disparition du goa'uld, mais si j'étais d'accord avec lui, je n'étais pas sûre qu'afficher ses propos ainsi étaient prudent.

"Il est aussi possible que la Tok'ra a eut des informations erronées, c'est le genre de chose qui arrive, et pas qu'à eux. Je suis plutôt d'accord avec Luc sur le fait qu'il se passe des choses étranges ici, mais il faut rester sur l'objectif de la mission, pour le moment nous n'avons aucune preuves alors on ne va pas mettre en péril la mission parce que nous avons quelques doutes qui reposent sur pas grand chose. Je vais aller voir Mathilde, je vais voir avec elle, en attendant allez dormir, je prendrais le second tour de garde après Daving, Naughart tu prendras le dernier, je veux que Mevel et Lacroix se repose également vu la journée qu'ils ont eu aujourd'hui, j'aime autant qu'ils dorment cette nuit. Sait on jamais."

Et a vrai dire je ne pouvais pas dire que j'avais une confiance aveugle en eux, je préférais les éloigner de cette tâche, sans pour autant montrer mes doutes. Deux heures de gardes n'allaient pas nous tuer, et ça couvrait 6h de sommeil chacun, c'était bien assez. Et puis on ne savait jamais comment pouvait tourner une mission, je n'avais pas réellement envie de me taper des zombies, je ne savais rien d'eux ni de leurs compétences, alors pour le coup autant jouer la sécurité. Je finis par rejoindre Mathilde pour lui exposer la situation, après tout elle était la chef diplomatique, c'était à elle de juger ce qu'il en était.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 1 Aoû - 23:29

Mickaëlla fut surprise voire choquée de la réponse de Rakel dans la manière et dans la forme. Certes Ivan pouvait être imbuvable mais là depuis de cette mission, il s'était montré très pro et responsable. Son idée n'était dénuée de sens même si ça a mettre en application cela pouvait s'avérer compliqué. Ce qu'il n'était pas nécessaire de le rabrouer de cette manière devant le reporter. D'ailleurs il n'était pas nécessaire de tenir ce discours devant Mevel et cela faisait croire aux nouveaux que les soldats du SGC étaient aux mieux des assassins au pire des bouchers. C'était totalement faux et hors de propos et Mickaëlla trouvait la remarque assez vexante pour Ivan. Il était sergent, Mevel Soldat, lui mettre une brasse pour si peu était loin d'être justifié en plus de le rabaisser devant des subalternes.
Mais bon comme l'avait pensé Mickaëlla il y a quelques instants ils allaient tous devoir prendre sur eux car leur ego allait être mis a mal à un moment ou à un autre.
Rakel était de mauvais poil et Ivan allait devoir ravaler son orgueil pour le moment pour le bien de l'équipe.
Et en ce moment Rakel avait de bonne raisons d'être de mauvais poil, mais ce n'était pas une raison pour passer ses nerfs sur le premier venu et il y avait fort à parier qu'ils allaient tous y avoir droit à un moment ou à un autre. Mickaëlla n'était pas pressé que son tour vienne, Rakel risquait de taper dur surtout qu'il y avait des chances que Mickaëlla ne se laisse pas faire.


Luc lui eut droit à un meilleur accueil sur ses suppositions, Rakel s'était radouci d'un coup. Est ce que sa réaction était du faites d'Ivan, ou bien elle était conciliante avec Mevel pour des raisons qu'elle ignorait. Mevel et la Toubib allait pouvoir faire une nuit complète pendant que les vrai soldats monteraient la garde. L'un comme l'autre pouvait se réjouir.
Rakel n'eut aucune réflexion sur ce qu'elle avait pu dire donc il y avait fort à parier qu'elle n'était pas d'accord mais qu'elle voulait éviter les prises de bec.
Sans même attendre elle se dirigea vers la suite de Mathilde pour s'entretenir avec elle en ce qui concernait les réflexions et les révélations des derniers instants.
Rakel préférait un brainstorming au sommet avec la baronne, c'était la première fois qu'elle voyait Rakel réagir comme ça.
Est-ce que cela était du à ses galons d'officiers?
Mickaëlla ne chercha pas plus loin une réponse, en grande partie parce qu'elle ne voulait pas avoir de réponse.


Une fois que Rakel eut quitté la pièce Mickaëlla se devait d'adoucir un peu le savon et l'humeur de la patronne, mais la chose n'était pas des plus aisée avec les deux vétérans du programme et pour des raisons diamétralement opposées.



"En d'autres termes on garde notre sang froid et on reste vigilant.
Luc c'est toi qui en sait le plus apparemment sur le sujet hésite pas à nous faire des remarques ou à nous demander d'être spécifiquement attentifs sur un sujet ou un autre.
Les gars, pour le moment on fait du bon taf, on continue comme ça, on se laisse pas submerger par les imprévus.
On est capable de faire face quoi qu'il arrive.
Force tranquille."


Sur les deux derniers mots elle avait mêlè le geste à la parole histoire de détendre l'atmosphère et de faire baisser la tension.


Toujours est-il que Rakel avait dit à tout le monde de se coucher, et il y avait fort à parier que maman soit de mauvais poil quand elle reviendrait de chez la baronne si elle voyait que les enfants n'étaient pas couchés.
Mickaëlla batailla donc avec ses serviteurs qui voulaient absolument lui venir en aide, il fallu pour se faire qu'elle sortit son kuhkri et qu'elle leur agite sous le nez pour qu'ils se décident à la laisser respirer.
Décidément elle n'était pas faites pour avoir des serviteurs qui l'a suivait partout avec en tête l'impérieux désir d'assouvir ses quatre volontés.
Elle déposa ses armes dans son lit, enleva son gilets sur lequel était accroché son ceinturon avec son glock, retira ses chaussures et ses chaussettes desserra son pantalon.
Elle avait regroupé tout ses armes dans son lit à portée de main et hors de portée direct de ses serviteurs.
Ces derniers leur étaient fidèles parce que leur maitre leur avait ordonné, ils pourraient tout aussi bien leur trancher la gorge sous les mêmes conditions mieux valait être prudent. Elle mit son PDA a sonner 10 minutes avant l'heure fatidique de son tour de garde afin d'être opérationnel pour que Rakel puisse aller se coucher dès que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 41
avatar
Militaire
Jean Mevel
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 4 Aoû - 19:47

« En tout cas, votre langue ne risque pas de tomber malade à l’allure où vous l’entretenez... » Constata Mevel avec un sourire contrit.

Il était à la fois amusé et inquiet. Quand Emilie trouvera un terrain d’entente avec Mathilde, il allait passer un sale quart d’heure, il le savait. Ce peu d’échange laissait présager une sacrée répartie. Jean écouta sa collègue donner ses derniers conseils puis il rangea la trousse médicale avant de la remettre dans son sac à dos. Au passage, il récupéra l’appareil photo et le matériel que le major lui avait laissé. L’homme ne capta qu’une partie des doutes du sergent et il laissa un large sourire le gagner en se disant que c’était une véritable catastrophe.

Ce qu’il n’avait pas dit là en avouant que sa présence ne tenait pas de la pleine volonté du Général. L’homme avait été avare en parole mais plus que ne le supposait son masque de marbre et sa carrure. Mevel était habitué à faire le tri, à étudier, à peser le pour du contre, déjouer le jeu pour décortiquer, connaître la vérité. Mais De La Couperay avait été insondable, il n’était pas le général d’une base secrète pour rien.
Peut-être qu’en cherchant à le connaître davantage. Mais d’ici là, il semblait que sa qualité de reporter ne serve effectivement que des enjeux politique. Et c’est là que tout partait de travers. Chercher à le censurer, l’empêcher de faire son travail, ne ferait que servir les desseins des intrigues politique. La protection des informations collectées allait bien au-delà d’une simple équipe en mission, c’était le boulot du Général, tout simplement.
Eux, en revanche, devrait se pencher sur la recherche de comportement irréprochable pour favoriser l’appui de leur haut gradé. Non pas que Mevel s’estimait être un sain, loin de là, mais il semblerait que la cohésion était manquante. Il suffisait de voir ces différences de points de vue, ce partage et ces regards.

Ce n’était pas une démocratie.
C’était sur son ordre de mission, il détenait ses accréditations, le tout dans son PDA. Il n’y avait pas à discuter. Le lieutenant devrait prendre sa décision et sujet clos. Mais, d’un autre côté, le Programme était en jeu d’après ce qu’il avait entendu dire. Cette mission là devait avaliser la nécessité de reprendre son exploitation. Pas étonnant que ces gars perdaient les pédales avec un enjeu pareil. Ils n’avaient pas envie de se trouver bloqué dans une base en sachant la Porte résolument fermée...Mevel les comprenait.

« Reçu lieutenant, mais au besoin, n’hésitez pas. » Répondit Jean à son souhait de ne pas le voir sur la garde de nuit.

Le reporter salua ses collègues d’un signe de tête indépendament du mauvais ressenti qu’il conservait à leur égard et prit la route des suites avec Emilie. Au voyage, il remarqua que l’un des servants avait son neuf millimètres à la ceinture. Il le récupéra bien rapidement en lui rappelant que le vol était surement puni aussi dans cette culture. Le servant se confondit en excuses hypocrites, mais à vrai dire, Jean l’était également. Il avait fait ça surtout pour essayer de laisser un message...attention les mecs, le collègue était encore dans le paysage. Pas touche à MA collègue.

Tu parles oui, peine perdue...

La chambre avait de quoi faire rêver, c’est vrai.
Mevel installa ses affaires tout en observant la décoration et la richesse des lieux. Il prit les premières photographies et cela lui permit d’oublier la lourdeur qu’il avait au fond des tripes. Oui, il avait été vraiment très con de laisser les quatre servants masculins à Emilie. Il balisait un peu et il préférait ne pas se demander pourquoi.

Le temps qu’il fasse le tour de son environnement, ses servantes s’étaient occupées. L’une lui préparait un bain qu’il comptait refuser, d’autres s’effeuillaient légèrement de vêtements visiblement en trop. Il lui fallut lever la main pour que les femmes ne finissent pas en sous-vêtements...trop tard.
Et quel sous vêtements, il n’y avait pas que sur Terre que les tailleurs avait du goût pour embellir les atouts de ces femmes.

« Ca ne m’intéresse pas, rhabillez-vous. » fit le reporter d’une voix plus dure qu’il ne l’aurait voulu.
Cela ne plu pas vraiment mais il parvint à leur faire passer la contrariété.
« Allez, les filles, prenez des chaises et installez vous devant moi... »
Il regarda la première s’exécuter en se penchant exagérément... sa “robe” bien trop courte. Point de vue parfait sur la lune, on ne faisait pas mieux. Jean secoua négativement la tête et s’éclaircit la gorge tout en sortant son calepin.
« J’ai l’intention de vous poser des questions, vos réponses seront dans des livres d’Histoire de mon peuple. »

Bon, ce n’était pas tout à fait vrai mais il capta toute leur attention et ce serait moins d’actes de tentations.
Il commença tranquillement.

« Alors...les serviteurs sont-ils volontaires ou contraint ? »
« On est toutes volontaires, c’est un immense honneur de servir des héros tels que vous... » fît la première avec une voix très douce.
« Tu t’appelles comment ? »
« Nytah... »
Elle s’étira de manière bien “innocente” en répondant, faisant jouer sa poitrine. Mevel continua.

Après avoir activé sa gopro, il prit chacune des femmes en photo, contraint de s’y reprendre à plusieurs fois pour avoir un cliché sans qu’il n’y ai un signe coquin ou séducteur. Ses servantes étaient assises sur les sièges en arc de cercle devant lui et répondaient à ses questions petit à petit. C’était tout à fait sidérant.

Visiblement, les servant étaient issus de familles pauvres pour servir la haute société et se rapprocher de la capitale. Ce qu’ils apprenaient dans une école spécialisée leur permettaient de devenir d’excellent compagnon pour les puissants, apprenant des champs de compétences adaptés à la demande. Reytany, celle de droite, était une chanteuse émérite qui connaissait tout un répertoire et l’usage de divers instruments pour occuper les réceptions.

Jean choisit d’approfondir et il apprit que ces membres de la Haute Société achetaient ces servants aux écoles mais sans qu’il n’y ai de notion de propriété ou d’esclavage. Cet argent servait surtout à faire fonctionner la structure pour couvrir les frais d’apprentissage. Et pour ces enfants ayant peu d’avenir dans les champs, cette approche de l’élite leur permettait de gravir des échelons et s’y installer. Mevel fût étonné d’apprendre qu’un “maitre” qui battait, tuait ou abusait gravement de son serviteur pouvait être condamné par la justice.

Ce n’était pas évident de délier le vrai du faux. Jean était souvent obligé de comparer les différentes versions et d’insister avec un air soupçonneux pour gratter l’énorme couche de vernis et obtenir une version plus juste. Surtout lorsque cela concernait son équipe et la façon dont ils percevaient leur venue.

Ce peuple était plus qu’enchanté de rencontrer de combattants ayant déjà vaincu des Goa’ulds. Les servantes semblaient sincères et cela se reflétait sur leurs envies charnelles. Les regards dévoraient Mevel en le mettant de plus en plus mal à l’aise. Elles étaient toutes magnifiques et il n’aurait qu’à ouvrir les bras pour avoir quatre corps de rêve s’occupant du sien. Des corps taillés pour exercer une tentation bien difficile à contenir en vérité.

L’interwiew se poursuivit longuement. Mevel posa des questions de plus en plus précise. Il apprit que Anhour n’était pas vu comme un déspote, un homme sévère mais juste. Et surtout apprécié malgré le fait que son peuple ai appris sa condition de faux dieu. En insistant davantage, une vérité surpris véritablement le reporter.

Le goa’uld avait trahi les siens.
Il avait embarqué une part de son peuple dans ses vaisseaux et l’avait emmené ailleurs. Fuyant une destruction certaine. Le fameux Râ avait été offensé et sa première reine, Sekhmet, avait voulu rayer le peuple de la planète. Ce type, finalement, était un sauveur. Et ce système de satellite sa sauvegarde dans le cas où les Olondos seraient retrouvés ?
Mais alors pourquoi le tuer ? Cela le ramenait aux doutes qu’il avait entendu d’une oreille distraite de la part d’un de ses collègues.

Les servantes étaient enthousiastes, elles lui racontaient l’histoire telle qu’on leur avait enseigné à l’école mais Mevel restait persuadé qu’il n’y avait pas toute la vérité, comme d’habitude. L’homme posa des questions sur le Triumvirat, le Général Alhassar et les différentes troupes sans noter aucune incohérence. Peut-être la division entre les hommes lions et les femmes panthères mais celles-ci servaient exclusivement le gouvernement et la justice.

Au final, le carnet du reporter fût entièrement recouvert de note et sa Gopro avait tout filmé. Il était satisfait et prépara sa caméra lorsqu’elles lui proposèrent un spectacle pour son divertissement. Naïf, l’homme avait songé à une représentation culturelle. Mais ce qui débuta par une histoire doublé de danse et de chants agréables prit soudainement en température.
Quelques vétements qui semblaient tomber accidentellement et des regards plus qu’envieux dans sa direction. Le reporter savait qu’il devait remettre les choses à plat et dicter ses règles, il le savait. Mais parfois les plus petites choses peuvent faire défaillir un homme dans la tentation. La Nytah en question était assez souple et son regard s’était perdu sur les muscles jouant de son ventre plat. Le dessin très léger d’abdominaux se forma et le reporter s’y attarda.

Plus jeune, c’était un truc qui le rendait dingue.
Il trouvait les abdos façon plaquette de chocolat dégueulasse chez une femme. Mais  dessiné avec finesse, là, ça le faisait craquer. Il s'imaginait déjà y faire courir ses doigts, sentir ces mouvements sur le balancier qu'exercerait cette femme. Nytah s’en aperçut, erreur fatale, et multiplia son jeu sur une danse qui ne se répétait pas. Avant de commencer à se débattre, deux des quatre servantes s’étaient posées sur le lit pour caresser ses épaules. Et Nytah passa entre ses jambes en remontant doucement. Il y avait plus de vêtements à terre que sur ces dangereuses sirènes.

Elle est bien marrante la scientifique d’interdire toute “consommation” de ces fameuses servantes. A croire que c’était aussi facile pour elle. Pour une raison qui l’échappait vraiment, il s’imagina un instant cette scientifique en train de se faire attaquer par les deux hommes et les deux femmes de sa suite. Il ricana même intérieurement en se disant que le Major se ferait retourner comme une crêpe si elle en égorgeait pas un ou deux de ses dents.

La pression sur ses épaules était douce, légère, mais insoutenable. Mevel finit allongé sur son lit et ce geste interprété comme soumission mit le feu aux poudres. Les quatre paires de mains s’attaquaient à ses fringues et sa braguette. Ca faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas pris du bon temps, que personne ne s’était occupé de lui, qu’il avait forcément l’envie de craquer. Rien à cirer de ce que dit la scientifique.
C'était tellement bon cette tension, ces contacts électrique qui gagnaient en intensité. Et elles n'avaient même pas commencé.

Oui. Il aurait forcément craqué. Il se serait laissé allé et n'aurait rien dit le lendemain. Mevel aurait triché et fait jurer le secret.

Mais voilà. Il ne lui fallait pas quatre créature de rêve dans les bras pour se sentir heureux. Lui, il en voulait juste une. Une seule...et pas une Olondos.

C'est ce constat qui lui harcela l’esprit au lieu de se laisser emporter par ces caresses et ces baisers incendiaires. C’était très simple d’ailleurs : s’il se faisait assaillir comme ça...alors Emilie aussi. Et vu comme c'était difficile de leur résister, s'y refuserait-elle jusqu'au bout ?

Son esprit fît le reste du travail. Le désir qui le clouait sur ce lit s'effaça quand il eut l'image de sa toubib prise par quatre cadors tout en muscles. Cela lui hérissa tellement le poil que son drapeau retourna immédiatement en berne et qu’il se sentit insensible aux assauts cette fois. Mevel se redressa et rejeta doucement Nytah sur le côté.

« Je me plaindrai de la prochaine qui me touche ! » Menaça-t-il d’un ton très froid mais sans agressivité.
« On voit bien que ça te manque, laisse toi faire...on est les meilleures... »

Il regarda les quatre femmes.
Elles étaient à poil et reprenaient leurs caresses. Jean repoussa leurs mains en râlant soudainement. Elles se reculèrent et commençaient à masquer leur nudité dans un évident sentiment d’humiliation, d’échec et de rejet. Elles étaient peinées.
L'homme rangea toute ses affaires et leur ordonna de rester ici. De ne pas aller le chercher.

« Navré. » Conclu Mevel en quittant la suite.

Quand l’homme fût dans le couloir, il souffla longuement et reprit ses esprits. Il découvrit sa veste bien ouverte et son pantalon ne tenant plus que par le bouton. Un peu de plus et il y passait pour de bon, c’était vraiment limite. Au moins, il n'aurait rien à cacher aux autres le lendemain...

Bouillonnant d'une colère pas très justifiée, il se refroqua et prit la route de la salle commune. Il fût incapable de continuer son chemin en croisant la porte d’Emilie. C’était des soupirs qu’il avait entendu à travers non ? Ou c’est lui qui inventait ça ?!?
Pendant quelques secondes, il fut tenté de frapper. De déranger la petite sauterie si elle avait lieu. Ou de passer par là "comme de par hasard" pour échanger des infos avec Emilie. Comme si ça ne pouvait pas attendre.

Jean baissa les yeux et se concentra sur sa situation.
Merde. Il était jaloux comme un pou et il le sentait bien. C'était de sa faute en plus. S'il s'était arrangé pour refiler les quatre nanas, il y aurait eu moins de risques. Il ne lui connaissait pas un penchant lesbien.

Re-merde. Pourquoi est-ce qu'il poireautait comme un con devant cette porte ? Qu'il la laisse tranquille quoi. Oui, effectivement, il y avait un pic de jalousie et un sentiment d'injustice qui l'habitait. Mais c'est justement ça qui le faisait humain.
On travaille pas aussi longtemps avec une nana aussi charismatique sans finir par faire du sentimentalisme par moment. Elle avait tout pour plaire en plus. C'était déjà arrivé, ça arrivait ce soir, et ça se reproduirait. Mais il y avait un "MAIS". Tout ça restait enfoui en lui.

Jean soupira en se passant une main dans les cheveux.
Il reprit une contenance et longea le couloir pour gagner la salle commune. C’était comme ça et ça lui convenait : tant que ça restait enfoui en lui, il n'avait rien à craindre.
Mevel trouvait cette émotion normale, humaine. Et ce qui lui importait, c’était de ne pas tomber dans le piège ridicule de faire des crises de jalousie ouverte comme on pouvait parfois le voir d’hommes bien peu crédibles. Non, il préférait se tenir et rester sur la réserve. Il y avait plus important pour lui aussi : son boulot. Ce travail d'équipe qu'on ne trouvait pas ailleurs.
Et sincèrement, cela le rassurait de se dire qu’il savait se contrôler, avoir les idées claires. On ne pouvait pas occuper ce métier si on était pas capable d’accepter cette réalité, ces séducteurs sauter sur la partenaire. Mevel ne comptait pas défaillir à son rôle premier en somme.

Le reporter offrit un sourire à la personne de garde. Peu importe qui c’était, il s’installa sur la grande table et ouvrit son sac pour se préparer un café. Le lieut voulait qu’il dorme mais, à coup sûr, il se ferait violer dans son sommeil. Autant rester ici.

« Les femmes sont joueuses dans le coin. » Déclara le reporter tout en installant son réchaud.

Il se retourna un instant vers le couloir, se demandant une dernière fois quel type de nuit passait Lacroix avec ses quatres braquemards surprotéinés, puis il retourna à la contemplation de sa tasse.

Il se sentait légitime à ce poste, à ce travail. Cette soirée n'était pas plaisante mais jusqu’à maintenant, Emilie n'avait jamais eu à supporter ses petits moments jalousie, et ce ne serait pas pour aujourd'hui non plus.
Il fixa son, ou sa, collègue.

« Pur arabica. Je t’en fais un ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 174
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 26

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Adjudant / 281
Age du personnage: 26 ans
avatar
Militaire
Luc Daving
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 4 Aoû - 21:20

Luc avait l'impression que l'équipe était divisée en deux, MickaElla et Ivan d'un côté et Rakel et lui de l'autre. Chaque supposition ou proposition du suisse Rakel le soutenait ou était du même avis. Pour Mevel, la lieutenant avait été un peu fort avec le sergent, certes ce-dernier également, mais le discours n'était pas tendre.


L'adjudant avait l'impression que la major le prenait pour un taré avec ses suppositions, un sentiment, ce n'était pas que un sentiment. Il avait écouté les serviteurs au sujet des fresques, réfléchi à la situation et fait une supposition qui tenait la route. Il n'avait pas pris la parole en disant, je crois que Anhour est toujours en vie.
Oui l'équipe était divisée en deux, Rakel le soutint dans ses propos et trouvait tout autant étrange cette histoire. La major céda aux doutes ou en tout cas s'inclina face à eux, oui elle n'avait pas tort pour la fuite, mais cela ne changeait guère des autres missions. Il suffisait juste d'en parler à Mathilde. Luc se voyait y aller de lui-même, c'était lui qui avait des doutes ou en tout cas qui en a parlé, mais Rakel se porta volontaire, donna ses derniers ordres et se dirigea vers la chambre de la baronne.


Luc écouta le petit discours de motivation du major, il avait juste le sentiment qu'il était plus pour elle que pour eux tous, comme si elle tentait de se rassurer que tout irait bien. Il pouvait la comprendre, il était vrai que en général, ça tournait mal, mais ils étaient tous là encore, debout et vivant. Ils s'étaient déjà sorti de situation bien plus dangereuse que celle-là.


" On s'en sort toujours. "


Il se rassurait aussi d'ailleurs en disant ceci. Il fallait continuer la mission tranquillement, il verrait bien la suite et espérait que tous se passe bien même si cette petite voix dans sa tête lui disait le contraire. Le suisse donna l'ordre à ses serviteurs d'aller dormir, il n'avait toujours pas l'habitude à les utiliser et se retrouvait toujours avec un ou deux sur son dos à lui proposer des boissons, aliments ou toutes autres services. Les envoyer dormir était une solution pour avoir la paix.


La pièce se vida de ses occupants, chacun allant dans leur chambre accompagné de leur suite. Il se retrouva seul à présent et apprécia même ce moment. Il s'installa à la table, posa son fusil et son pistolet sur celle-ci. Les heures qui allait arriver serait longue malgré tout, il devait s'occuper. Déjà pour éviter de s'endormir et pour faire passer le temps plus rapidement. Il commença à démonter son pistolet, alla chercher du matériel pour le nettoyer, un chiffon et de la graisse suffisait. Il posa chaque pièce d'un ordre précis, cette la méthode pour remonter une arme à l'aveugle ou rapidement. Luc en profita de cet instant pour faire son maniaque, tentant d'enlever chaque brin de poussière et de traces de doigts. Il restait aux aguets, mais les bruits de la nuit n'avait rien de bizarre, on pouvait entendre de légers bruits de voix ou de pas dans les chambres.


Le reporter fit son apparition dans la pièce, Luc avait déjà oublié son nom, il lui avait toujours fallut un moment pour retenir les noms des gens. Le suisse rendit son sourire et le regarda s'installer sur la table face à lui. Il ramassa juste son fusil pour le poser debout contre la table et faire de la place à son nouveau compagnon nocturne.
La déclaration de ce-dernier au sujet des femmes le fit sourire, apparemment il avait eu le droit à une tentative.


"Je te rassure, les hommes ne sont pas mieux ici."


Et il parlait en connaissance de cause. Toute en remontant son pistolet, qui était bien plus que nettoyer et qu'on pourrait dire qu'il était sorti d'usine, il suivit les mouvements du reporter. Un café, il avait pris du café en mission. Cela faisait un peu clicher, le soldat qui a toujours de quoi se faire un café même au milieu d'un désert ou au sommet d'une montagne. Luc se fit même proposer une tasse.


"Avec plaisir, mais tu n'as pas sommeil ?" Avec ce qu'il avait subi, Luc aurait profité de sa nuit. "Ou tu as peur d'avoir de la compagnie dans ton lit ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 41
avatar
Militaire
Jean Mevel
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 5 Aoû - 2:49


"Je te rassure, les hommes ne sont pas mieux ici."


Ce qu’il n’avait pas dit là, ce grand couillon.
Bien involontairement, Jean cessa de verser sa gourde dans le quart militaire pour le regarder de biais une seconde. Ouais, les mecs aussi devaient savoir danser et faire chauffer leurs spectatrices. Ce serait d’ailleurs pas si déconnant qu’une des nanas de l’équipe se retrouve en danger de paumer ses fringues elle aussi. Tiens, pourquoi pas la scientifique donneuse de leçon ou le Major mèche au vent ? Le côté fier et intouchable, ça rendait encore plus déchaîné quand le volcan sautait. Surement des sauvages au lit au point que les servants supplieraient avant elles...

Mevel alluma tranquillement le réchaud et posa ses jambes sur la chaise d’en face, les croisant tout en fixant les flammes d’un air distrait. Il eut un léger sourire quand il entendit la prochaine question, il se voyait lui déclarer d’un coup, au calme : *"Nan, je suis pas près de dormir. Tu vois, j’ai ma collègue et partenaire d’une quasi-décennie qui se fait peut-être tringler comme une bête dans la chambre d’à côté. Ca doit être un sacré massacre de débauche là dedans. Ca me rend pas du tout serein, bizarre non ?!? Remarque ! Ca ferait surement plaisir au reste de l’équipe pour me déclarer partial et mauvais professionnel, t’en dis quoi ?"*

Une chance qu’il gardait ses conneries pour lui.
La maîtrise, il y a rien de mieux. Le soldat ne pouvait pas savoir et le reporter croisait les doigts pour que ça dure la décennie suivante. Ca allait déjà mieux, les pics qui lui venaient au coeur se faisaient moins violents maintenant. Comme il l’avait pensé, comme pour les autres fois, ce n’était qu’un sentiment humain temporaire.
Jean passa sa main au-dessus de l’eau qui bullait tout doucement.

« Je les ai interviewé. C’est pas qu’une question de devoir mais aussi de réputation. » Lui dit-il lentement sans détacher son regard du réchaud. Il avait évité les dernières questions exprès, il ne se sentait pas d’y répondre sans risquer d'éveiller sa curiosité. « Ça ne les dérangerait pas d’enfanter ou de faire enfanter, bien au contraire. Ils seraient tous bien vus dans leur société avec une progéniture tirée des “héros” que nous sommes. Ils ont aussi à y gagner. »

Le reporter observa un silence pesant jusqu’à ce que son quart en allu soit bien chaud. L’eau faisait des remous et il éteignit le réchaud, très habitué à préparer le précieux liquide. N’ayant que sa tasse et celle d’Emilie dans son sac, il récupéra un grand verre qui traînait pas loin et y versa le café.
Une fois fait, il lui tendit le verre. Il aimait bien offrir le coup, pour commencer à se connaitre c'était un bon début.
Jean, de son côté, prépara sa tasse puis trinqua brièvement avec le Suisse.

« Tu savais que c’était pas leur planète d’origine ? »

Il dévia son regard vers lui. Il se souvenait que c’était le militaire qui avait des doutes.

« Anhour était sur le point de se faire envahir par Sekhmet, la première reine de Râ. Me demande pas ce qu’il a pu faire pour valoir toute cette admiration. Le type a embarqué une partie de son peuple dans ses vaisseaux mère, les “pyramides des étoiles” comme elles disent...puis il s’est installé ici. J’imagine que les Goa’ulds ont pas dû apprécier qu’un des leurs se sentent concernés par le bien-être du bas peuple... »

Mevel étira ses jambes et les changea de position. Il but une gorgée de son café et grogna doucement de plaisir en sentant la chaleur envahir son estomac. Ca allait mieux maintenant que ses hormones s’étaient un peu dilués dans son organisme et qu’il n’avait plus à gratter la porte de Lacroix dans son imaginaire. Il reprenait son côté de fouine avec plaisir, échangeant les infos glanées avec le type qui émettait des doutes. Il fallait juste espérer qu’il ne nourrisse pas la paranoïa se faisant.

« Un leader sévère mais juste. Pas un tyran. Visiblement apprécié de son peuple et accepté dans sa nature de Goa’uld. On ne m’a donné aucune raison de lui en vouloir...quelque chose coince dans cette histoire... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 144
Date d'inscription : 06/08/2011
avatar
Maître du jeu
Deimos
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 5 Aoû - 21:01

Les deux veilleurs avaient pu discuter jusqu'à la relève. Quand il était reparti dans sa chambre, Mevel avait trouvé ses quatre servantes assises, l'attendant. Elles s'étaient excusées, les larmes aux yeux , d'avoir été des servantes si peu dignes de le servir et allaient donc demander à être remplacées ce qui, il le savait les couvriraient d'une honte sans nom et impacterait sans doute leur vie... Allait il vouer quatre malheureuses jeunes femmes à une vie de misère parce qu'elles avaient voulu lui faire plaisir d'une façon qu'il aurait bien aimé mais qui lui était interdite?...
Tous eurent droit aux avances de leurs serviteurs, les résistances un peu molles entraînant une insistance de rigueur pour éprouver la force de leur volonté sans doute. Quand ils comprenaient qu'ils ne joueraient pas à la bête à deux dos avec les terriens, ils n'insistaient pas et leur déception s'estompait bien rapidement. Les serviteurs dormaient à tour de rôle eux aussi, deux dormant quand deux autres restaient là à veiller au besoin du maître s'il se réveillait et avait besoin de boire ou d'air ou d'un massage, bref, ils étaient là comme les scouts, toujours prêts.

Ils réveillèrent leurs maîtres aux aurores et préparèrent les ablutions, leurs vêtements et toutes les affaires qu'ils avaient le droit de toucher, ne cherchant pas à mettre la main sur leurs armes et toute chose qu'ils avaient interdiction de toucher. On voyait là un professionnalisme qui dénotait avec le jeune âge de ces derniers, mais Jean savait ce qu'il en était, leurs serviteurs avaient sans doute une vingtaine d'années, mais cela faisait plus de dix ans qu'ils étaient des serviteurs!
Après qu'ils fussent préparés, on leur servit un petit déjeuner à base de fruits, fromages et de pains accompagné de vin léger et d'eau. C'est à ce moment là que le général Alhassar les rejoint, escorté de deux lions en armure écarlate. Il était visiblement de fort bonne humeur.

"Mes amis, j'espère que vous avez passé une agréable nuit!" Il était tout sourire, mais les serviteurs déglutirent avec difficulté et/ou retinrent leur respiration, surtout ceux qui avaient été un peu insistants. "Nous feriez vous l'honneur de venir assister à l'entrainement matinal des Lions d'Anhour? Mes soldats seraient heureux de voir les voyageurs de la Tau'ri et redoubleraient d'effort, vous pourriez peut être même assister à de nouveaux records. Vous pourriez nous faire une démonstration de votre matériel, il y aura quelques officiels dont les trois Conseillers Suprêmes et leur suite."

Mathilde lança un regard furtif à Rakel pour lui dire qu'elle allait se charger de la réponse. On ne remarquait pas le moindre stigmate de la chute de cette nuit, soit elle cicatrisait à merveille, soit elle était une reine du maquillage. Elle avait revêtu pour l'occasion une tenue aux accents orientaux avec un sarouel bleu rehaussé de motifs   floraux en forme de lys bleus profonds peints sur la soie diaphane, un gilet de soie brodée de motifs floraux en forme de chrysanthème aussi richement qu'une chaquetilla de matador et aussi rigide visiblement, toujours dans ces tons de bleu, le gilet porté ouvert laissait apercevoir une brassière blanche de soie doublée unie légèrement bouffante le tout complété par des sandales de cuir noir sans talon accentuant donc la taille très modeste de la nippone. Tenue assez tape à l’œil et qui permettait de voir que la scientifique n'était pas un squelette rachitique sous ses vêtements de prix, les jambes que l'on devinait facilement par transparence étaient fuselées et musclées tout comme son ventre plat aux abdominaux légèrement dessinés et ses bras qui donnaient à penser qu'elle faisait plus d'exercice que ses confrères "tube à essai" sans doute même plus que tous réunis. On pouvait également voir que son corps était le témoin vivant d'une vie agitée, ses tenues sobres cachant une multitude de cicatrices. A la regarder, on aurait pu croire voir une vétérane ayant fait tous les conflits terriens depuis vingt ans et avec assez de malchance pour avoir été blessée une fois par mois.
L'effet qu'elle fit sur le général fut assez amusant à voir. Il était passé de puissant guerrier, leader d'une légion de soldats à collégien à deux doigts de bégayer devant celle qui faisait battre son cœur et elle de minauder comme une ingénue... Ce qu'elle n'était plus depuis... cette donnée était classifiée et quiconque aurait évoqué son âge aurait fini zaté. Zat qu'elle arborait à la ceinture dans un baudrier en cuir noir qui semblait avoir été fait spécialement pour l'occasion.

"Général, quelle heureuse et matinale surprise! Vous me voyez ravie d'avoir votre compagnie si tôt!"

Si lui ne comprenait pas la remarque, charmé qu'il était, les terriens comprirent sans mal qu'elle avait d'étrangler le général pour lui avoir coupé l'herbe sous le pied en arrivant trop tôt pour qu'ils puissent préparer leur plan d'action de la journée ou simplement faire le point. Elle n'avait eu que quelques informations de la part de Rakel qui lui avaient tiré une grimace. Elle s'était retenue d'exploser à l'évocation de la Tok'Ra, mais la militaire avait bien vu le flamboiement de haine dans ses yeux. Elle accueillait donc leur hôte avec une volée de sarcasme enrobé dans une politesse exquise.

"Prenez donc le petit déjeuner avec nous, je vous en prie, nous pourrons discuter de ce charmant programme. Je suis certaine que le Lieutenant Peleonor et ses soldats seront ravis de faire une démonstration des capacités de l'armement terrien, le major Strucker a même quelque chose qui pourra titiller votre curiosité et vous faire apprécier encore plus un rapprochement entre nos deux peuples."

Le ton dont elle avait usé pour conclure pour finir sa phrase donnait l'impression d'avoir rendu le général aussi léger qu'une plume portée par le vent. Rapprochement entre les deux peuples... avec ce ton et ce regard... Le malheureux avait avalé l'appât, le hameçon et plus ou moins toute la ligne! Bientôt il commencerait à attaquer la canne!
La façon dont elle avait regardé Rakel et Mickaella ne laissait pas vraiment de doute quand à la réponse qu'elle attendait de leur part. Les Olodons voulaient une démonstration? Ca pour sûr elle espérait leur en donner pour leur argent. Avec l'arsenal qu'ils avaient amené et son CAP, les terriens avaient de faire un sacré show en son et lumière.
La baronne désigna Mevel d'un geste vague de la main, comme on désigne un laquais voire un simple meuble.

"Ah, il faut que je vous précise que cet homme ci est ce que nous appelons un reporter, voyez le comme un scribe qui consigne les faits. Sa mission est d'immortaliser ce moment historique avec ses artefacts de caste pour nous deux... Pour nos deux peuples je veux dire."

Sourire timide et rosissement de circonstance, général au bord de la pâmoison. Cette femme était diabolique. Se rappelant qu'il devait respirer, Alhassar inspira un peu bruyamment et répondit avec un empressement presque mignon.

"Il aura accès à tout ce qui peut l'être sans poser de problème! Vous avez ma parole. Je suis certain qu'il sera ravi de collaborer avec Busara Si Gara Sisi Chagga, la scribe officielle du Triumvirat, chargée de la même tâche que lui et que vous lui ferez un même accueil. En attendant nous avons un peu de temps, mangeons et parlons!"

Il s'assit en compagnie des terriens et picora quelques fruits de-ci de-là essayant de se montrer un hôte aussi ouvert et chaleureux que possible, coulant de temps en temps un regard vers la baronne quand elle donnait l'impression de porter son attention ailleurs. Eros l'avait lardé de flèches ce pauvre homme. Ses deux lions écarlates étaient resté de marbre à l'entrée, véritables statues vivantes encadrant la porte d'accès au salon.


Like a Star @ heaven HRP Like a Star @ heaven

Vous êtes donc tous réveillés et pimpants. Vos blessures ne sont même plus douloureuses, c'est tout juste si on peut voir une marque ici ou là. Le général semble prêt à discuter en off comme on dit (rappelez vois quand même que c'est pas un simple militaire, c'est le chef de toute une force armée) et si vous ne l'avez pas compris en pincer GRAVE pour la nippone du groupe qui joue honteusement avec ses émotions.
Comme toujours il vous encourage à le contacter par mp ou dans le sujet de mission pour demander des précisions ou toute autre chose à même de vous aider à poster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 6 Aoû - 19:23

Quand Mickaëlla se réveilla pour son tour de garde, elle put constater que deux de ses serviteurs étaient en train de la veiller et ils ne perdirent pas un instant pour réveiller les deux autres et s'activer pour l'aider à se préparer. Mickaëlla n'était pas dupe et elle savait très bien pourquoi cette diligence à leur égard.
Derrière ce mot de serviteurs, ils n'étaient pas plus que des esclaves et servir les terriens était la chance de leur vie de sortir du commun des esclaves voire même de sortir de la servitude. Mais la démarche n'était certainement pas égoïste, il y avait fort à parier que de leur prestation auprès des terriens allait fortement influer sur la façon dont serait traité leur famille.
Mickaëlla compatissait à leur sort, et elle se disait que le gouvernement Olodons n'était certainement pas aussi irréprochable qu'on voudrait bien leur faire croire.
Mais elle ne mit pas longtemps avant de se reprendre.
Sur terre il y avait des gouvernements bien moins sympathiques avec leur population et qui pourtant était dans les petits papiers des pays dit de la liberté, parce que cela permettait d'exploiter du pétrole et ou d'autres ressources.
A côté de ça un système de défense planétaires basés sur un réseau de satellite représentait une avancée sans précédent.


Mickaëlla les laissa tout de même l'aider à s'équiper et les en remercia.
Elle releva Rakel qui n'avait pas envie de parler, et qui ne semblait pas avoir non plus envie de dormir. Mickaëlla se demandait si elle savait vraiment ce qu'elle voulait en ce moment. Si elle arrivait à dormir peut être que la nuit la remettrait en forme pour toute la longue journée qui l'attendait. Mais Mickaëlla en doutait, et il y avait de fortes chances qu'au réveil et en fin de journée Rakel soit d'une assez mauvaise humeur.
Son tour de garde se passa sans encombre, elle en profita pour observer à la jumelle les environs du palais.
Il n'y avait pas grand chose d’intéressant à voire mais cela n'était pas inutile de connaitre la topographie des alentours direct du palais.
La seule chose la plus passionnante était de voire les guerriers lions effectués leur rondes durant leur tours de garde.
Puis ce fut le tour d'Ivan de monter la garde, elle l'informa qu'il n'y avait rien à signaler et elle retourna se coucher.

Puis ce fut rapidement l'heure de se lever pour commencer la journée.
Pendant que Mickaëlla s'étirait longuement ses serviteurs étaient déjà en train de lui préparer un bain. Sans se sentir réellement sale ce dernier était quand même tentant.
Elle demanda aux deux hommes de sortir et d'aider à préparer au petit déjeuner.
Elle garda les deux femmes à elle et fit un compromis entre la douche et le bain avec l'aide des deux femmes.
Elle se sentait fraîche et prête à affronter toute les épreuves de la journée, pour ne pas avoir ses servantes dans les pattes pendant qu'elle s'habillait elle leur demanda de tout ranger.
Elle trouvait cela usant d'avoir des serviteurs.
Elle se prépara rapidement mais pas assez une des servantes commençaient à lui brosser les cheveux.
Elle l'a laissa faire juste le temps d'enlever les nœuds.
Ces cheveux étant encore mouillés elle les laissa détachés pour les faire sécher, elle prit son matériel à la main aider des servantes pour se rendre dans la pièce principale pour prendre le petit déjeuner.

L'odeur du petit déjeuner était enivrant et mis de suite MickaËlla en appétit.
Copieux, campagnards à la provençal, tout à fait à son goût ne manquait plus que du miel.
Par contre il y avait une bouteille avec un liquide de couleur violacé, en prenant la bouteille elle put de suite reconnaitre l'odeur du vin.
Les Olodons étaient des bons vivants et il était plus que certains que chaque repas allait être copieusement arrosé, au petit déjeuner ils n'étaient pas observés par tout la bonne société de cette planète pas besoin de se forcer.

"Pas de vin."

Ils auraient bien assez d'occasion de picoler avec les Olodons dans la journée sans commencer dès l'aube. Elle prit donc l'initiative de faire débarrasser les carafes de vin de dessus la table.
C'est précisément à ce moment là que le Général pénétra dans la pièce accompagné de deux guerriers lions dotés d'une armure rouge écarlate.
Il était de très très bonne humeur et elle se demandait qu'est ce qui avait bien pu le mettre d'aussi bonne humeur.

Vu comment les serviteurs se tendirent à son arrivée elle avait bien une petite idée de comment le général avait occupé sa nuit.

"Excellente Général."

Ce dernier venait les inviter à regarder l'entrainement matinal des lions d'Anhour. Cela lui rappela inévitablement ce que Luc avait pu dire la veille sur le fait que Anhour était encore parmi ce peuple sous une forme ou une autre. Vu que les trois conseillers suprême et leur suite serait là c'était l'occasion idéal de voire si il y avait des indices qui corroboraient l'hypothèse de Luc.

Mathilde lança un regard à regard pour lui signaler qu'elle allait répondre au général pour le groupe et à peine commença t'elle à parler que le général fut sous le charme de la nippone et dire qu'elle plaisantait sur le fait que le général allait la demander en mariage. Si elle continuait dans cette voie la blague allait devenir réalité, et vu la culture Olodon il ne serait pas étonnant qu'on évoque un mariage pour consolider l'alliance entre les deux peuples.
Il faut dire que Mathilde avait un gout des plus sur quand il s'agissait de mode et de de combiner des accessoires.
Elle avait mis en valeur sa silhouette avec un talent rare, et elle put voire qu'elle était également très doués en maquillage, on ne voyait plus aucune trace de l'incident de la veille.
A moins que la baronne ait dans ses bagages du matériel qu'elle n'avait pas déclaré et qu'elle ne devait pas avoir.
Plus rien n'étonnerait Mickaëlla, mais si c'était le cas il réglerait ça plus tard.

La baronne accepta l'invitation à venir voire les guerriers lions s'entrainer ainsi que celle pour la démonstration. Elle avait tourné son regard vers Rakel et vers MickaËlla pour leur signifier qu'elle voulait du spectaculaire et surtout que tout le monde y mette du sien.
Niveau matos ils avaient de quoi faire.
Leurs armes faisaient beaucoup de bruit et avec les explosifs il y avait de quoi faire un sacré spectacle pyrotechnique.

Alors que la baronne était en train de minauder et faire transpirer le général  Mickaëlla attaquait le petit déjeuner avec gourmandise.
De l'eau du pain du fromages des fruits que des bonnes choses qu'elle appréciait.

Elle mit tout de même un bémol avec le fromage et les fruits.
Ils allaient faire pas mal d'exercice ce matin et même si elle avait pris l'habitude de manger des cuisines fondamentales différentes, on était jamais à l'abri de ne pas supporter un repas quand on en abusait.
Mevel avait présenté comme étant le terrien qui allait retranscrire tout ce qui allait se passer et apparemment les Olodons avaient une personne qui serait présente et qui ferait le même boulot que Mevel.
Parfait le reporter allait avoir un accès quasi illimité cela leur permettrait de collecter de l'information et d'en savoir un peu plus sur Anhour.

"On pourrait même faire plusieurs démonstrations, avec du tir longue distance.
Un appui feu lors de la progression d'un binôme, la progression de deux binômes qui s'appuient, des progressions en binôme contact, un tube avant, peut être même un peu de CQB."

MickaËlla avait donné un éventail de ce que maitrisait les militaires certes pour voire avec Rakel ce qu'ils allaient faire mais surtout pour montrer au général qu'ils étaient des guerriers qui en avaient sous le pieds et que ce qu'il allait voire n'était qu'une parcelle de qu'ils étaient capable de faire.


"Vos hommes s'entrainent en intérieur et en extérieur?"

Suivant la structure dont disposait les Olodons pour leur entrainement cela allait déterminer ce que eux allait pourvoir faire comme manœuvre, mais là qu'on parlait du domaine martial elle tenait à ce que le général sente qu'il avait aussi en face de lui de grands guerriers.
D'ailleurs MickaËlla se demandait si le général avait remarqué le Zat que portait Mathilde et si les Olodons savaient ce que c'était.
Il était tout attentif à ce que disait Mathilde mais il n'avait l'air de s'arrêter sur des détails aussi futiles que l'armement qu'elle portait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2687
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans
avatar
Militaire
Rakel Peleonor
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 8 Aoû - 16:23

Je n'avais pas beaucoup dormis, à vrai dire j'aurais largement pu tenir la garde de nuit avec Mickaëlla ne gardant que 2 heures pour dormir mais tout le monde devait avoir un rôle à jouer et puis je devais tout de même me reposer et tenter de dormir. Ce n'était pas facile sans médicaments, je faisais un gros effort, mais je ne prenais plus rien depuis mon retour. Je le faisais pour Mathieu, mais ça n'était pas une partie de plaisir. Je dormais peu et lorsque j'arrivais à dormir c'était d'une nuit hanté de cauchemars. Mes domestiques se montraient prévenant, l'une d'elle avait passé mes heures de garde à me chanté des chanson, et il avait fallut que je m'empêche de laisser mon esprit tourner vers Jeff, l'envie de pleurer serait devenue trop grande. Je m'étais contentée de fixer la porte, serrant mon P90 contre ma poitrine comme une gamine l'aurait fait d'un doudou, faisait régulièrement des rondes dans la pièce. Lorsque Micka vint me relever j'étais assise dans mon fauteuil, mes jambes ramassées contre ma poitrine, mon arme entre les deux. Je n'avais pas envie de dormir, mais je rejoignis tout de même mon lit, j'avais déjà du dormir une trentaine de minutes, mais il faudrait faire mieux que ça. Je m'étais allongée, retirant que ms rangers et mes chaussette pour dormir, laissant mon P90 à portée de main sans pour autant dormir avec, c'était une mauvaise habitude que j'avais prise quand je ne me sentais pas en sécurité, et qu'il fallait que je m'en débarrasse.

Finalement je finis par tomber de sommeil, j'aurais aimé dans un sommeil sans rêve, mais malheureusement ce n'était quasiment jamais le cas, sauf lorsque je dormais grâce aux somnifères. L'avantage c'était que j'avais l'habitude, je ne me réveillais pas en criant comme certaines personnes, et ça ne m'empêchait même pas de me rendormir bêtement j'en avais pris l'habitude. Le réveil ne fut pas difficile, même si se fut mes serviteurs qui me réveillaient, j'avais presque l'impression d'avoir plus dormis que ces derniers jours. L'avantage de ne pas avoir retiré mes vêtements c'était que je n'avais pas à me rhabiller. Je défis ma tresse, et me coiffais rapidement avec une queue de cheval assez haute pour la glisser dans l'attache de ma casquette. Un coup d'oeil sur le visage, un coup de déo, et j'étais prête. Pour le petit dej' je me contentais de fruits, et encore pas grand chose. Moins on mange, moins on a envie de manger, et ce n'était pas une légende, mais je me forçais, je savais que nous avions besoin de force, le soucis était qu'un régime alimentaire différent de celui que l'on avait l'habitude c'était de risquer de tomber malade. J'attrapais un morceau de pain lorsque le général ramena ses fesses, il était matinal, et il avait l'air de particulièrement bonne humeur. Les serviteurs eux semblaient terrifiés, lorsque l'on savait ce que l'on avait pu déduire avec Luc c'était terrifiant. Bon d'accord on avait connu pire, mais là les possibilités de fuites étaient tout de même limitée. Je laissais Mathilde gérer la situation, à sa demande, et puis de toute façon si j'étais la chef militaire, elle était la chef diplomatique, et c'était plus de son domaine que du mien pour le moment et pour être honnête je préférais que ça le reste.

Le général en pinçait totalement pour la petite asiatique, ça sautait totalement aux yeux, j'espérais ne jamais avoir eu l'air aussi stupide face à quelqu'un que j'aimais... En tout cas ce béguin nous donnait tout de même un avantage, à moins que se soit au contraire un inconvénients si il décidait que la nipponne ne devrait pas retourner sur terre et plutôt rester ici pour un mariage, le sien. Je finis par me placer légèrement en retrait derrière Mathilde, bras croiser derrière mon dos, me contentant d'acquiescer à la phrase de Mathilde. Les propositions de MickaËlla montrait un bon éventail de ce que nous savions faire, peut être même trop mais il fallait faire des éclats. il fallait juste voir en fonction du terrain de jeux qu'ils allaient mettre à notre disposition.

"Quoi qu'il en soit il nous faudra une terrain relativement long pour permettre au Major Strucker de vous faire une petite démonstration de ses talents et de ses armes, le reste peu s'effectuer sur une zone plus restreint, même si pour certaines choses un terrain extérieur serait sans doute préférable."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 174
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 26

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Adjudant / 281
Age du personnage: 26 ans
avatar
Militaire
Luc Daving
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 8 Aoû - 22:19

La petite allusion sur les hommes qui les entouraient fit mouche sur le reporter, Luc senti le regard surpris de son allusion. Mais le militaire préféra ne rien dire au sujet des tendances bisexuelles de ce peuple. Il fini de remonter son arme de poing, la plaça dans son holster et attendit la suite, un léger silence c'était imposer. Il regarda simplement le reporter préparer le café, un récipient, un réchaud et le tour été joué.


Réputation, enfanter et bien vu. Luc en fut à moitié étonné par cette petite explication du pourquoi il se faisait allumé par les femmes et par les hommes d'ailleurs. Il détacha son regard du réchaud pour le fixer sur Mevel dans un léger acquiescement de la tête.


"On est une opportunité de carrière."


On pouvait voir les choses ainsi, mais il repensa à cette balade avec ses deux serviteurs et surtout ce qu'il avait dit à la servante. Elle ne le lâcherait plus et il devrait trouver une solution pour la prochaine nuit si l'équipe restait sur place. Quelle idée stupide d'avoir voulu être gentil et tenter de ne pas avoir un coup de couteau dans le dos. On pouvait remarquer que le suisse était légèrement anxieux à ce sujet. Mais le café tendu dans sa direction le fit vite revenir, il trinqua et bu une gorgée. Il pouvait dire qu'il était bon pour un café préparé avec un matériel très réduit.


Luc s'appuya contre le dossier, tendant ses jambes sous la table, il écouta l'homme face à lui et ce qu'il avait à dire était des plus intéressant et corroborait parfaitement avec ses doutes. Oui ça coinçait quelque part l'histoire de la révolte. Luc fronça les sourcils posa son verre et croisa ses bras sur sa poitrine.


"Soit l'histoire de la révolte est fausse, soit la révolte à eut lieu et il en est vraiment mort. Et le révolutionnaire ne sont pas ceux qui on gagné et que l'on croit."


Ou nouvelle possibilité qui confirmerait la mort du Goa'uld et rendait ce culte de ce-dernier tout à fait normal. L'image que se faisaient les olodons étaient celle d'un dictateur juste. Une sorte de Jules César.
La conversation fut coupée par l'entrée de Rakel dans la pièce, tant mieux il pourrait aller dormir ou du moins essayer avec cette histoire de Anhour et voir si une servante ne se trouvait pas nue dans son lit. Le soldat se leva, englouti le reste de son café, agrippa son fusil et se tourna vers la lieutenante.


"Rien de dangereux, juste des patrouilles jaffas qui passent."
Il tourna son regard vers le reporter toujours installer. "Merci encore pour le café et vraiment pas mauvais. Bonne nuit."


Il quitta la pièce laissant les deux membres du SGC seul et se dirigea vers sa chambre, il s'attendait au pire en y entrant, mais rien de tel, deux serviteurs dormaient à même le sol tendit que les deux autres attendaient debout dans la pièce. Luc avait à peine dépasser le seuil de la porte que le serviteur réveilla ses deux collègues endormi et que la servante se précipita sur lui pour l'aider. Il se laissa faire, donna son fusil à la jeune et lui ordonna dele poser prêt du lit et surtout de ne plus y toucher. Il se fit aider pour se déshabiller, gardant juste son caleçon et son T-shirt. Il n'avait pas voulu se battre avec eux et commençait à comprendre que ce n'était pas une corvée pour eux et loin de là. Ses vêtements furent plié soigneusement, ses affaires posées précautionneusement dans un coin. Luc indiqua qu'il voulait dormir. Les lumières éteintes, il se sentait malgré tout mal à l'aise, deux dormaient à même le sol et surtout les deux autres restaient debout à le regarder. C'était très dérangeant.


Le réveil fut assez dur pour Luc, il n'avait pas si bien dormi, ces histoires sur Anhour et les deux voyeurs nocturnes n'avaient pas aidé à la situation. Il s'assit au bord du lit, se grattant les yeux que déjà on lui faisait une toilette, il avait l'impression d'être un pantin, il se laissait totalement faire, on l'aida à s'habiller et s'équiper. Il fixa un serviteur.


"Un verre d'eau, s'il te plait."



Devenait-il comme la baronne ? Prenant ses aises avec autant de serviteurs, c'était possible et le verre d'eau ne tarda pas à arriver, il le but d'une traite et redonna le verre vide avant de se rendre dans la pièce commune. Presque tout le monde était là chacun arrivant à son rythme. Luc ne pipa mot et s'installa à table, on pouvait facilement voir que la nuit n'avait pas été très reposante pour lui.
Il fut réveillé par l'arrivée de général, de bonne humeur, il les salua chaleureusement. Au moins le bordel causé par les deux nouveaux arrivants n'avait pas trop entaché les relations. Il voulait les invités à venir voir l'entrainement des soldats, Luc y voyait un intérêt stratégique, connaître l'entraînement des jaffas. Une chose utile car il y avait beau avoir plusieurs maîtres Goa'ulds. Les techniques de combats étaient les mêmes et de plus ils pourraient enfin voir les trois dirigeants.


Mathilde l'invita généreusement à manger avec l'équipe terrienne. On pouvait remarquer que la scientifique ne laissait pas indifférent Ahlassar. Luc observait le général du coin de l'oeil, on dirait un adolescent face à son premier amour qui tenterait de se rapprocher d'elle.


MickaElla avait proposé plusieurs démonstration, Luc vouait un certain intérêt à participer au CQB, il aimait bien se genre de situation, pénétration de bâtiment, sécurisation de pièces, deux-trois grenades flash ou incapacitante lancée, mais la chose serait quelque peu laborieuse ou du moins pas aussi bien qu'une équipe qui travaille ensemble depuis un moment. Mais cela suffirait sûrement à impressionner les olodons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 11 Aoû - 17:08

Mickaëlla avait l'impression qu'à part Mathilde et elle, tout le monde faisait la gueule.
Ivan n'avait quasiment rien dit en 24heures et c'était assez étrange quand on connaissait le râleur professionnel qu'il était.
Luc n'en avait pas dis beaucoup plus, mais lui elle savait pourquoi. Il était depuis le début de cette mission convaincu qu'il y avait le goa'uld Anhour aux manettes derrière tout ça.
Le reporter et la Doc s'était fait dérouiller par des gardes lions en arrivant sur cette planète et le fait qu'ils soient nouveaux dans le programme porte des étoiles les mettaient un peu à l'écart.
Surtout que ces derniers avaient l'habitude de bosser ensemble et que de base quand il étaient tout les deux ils restaient entre eux.
Et pour finir il y avait Rakel qui parfois donnait l'impression de ne pas avoir envie d'être là. Comme durant la relève des tours de garde cette nuit.
Pour un peu MickaËlla aurait dis que Rakel était en pleine dépression.
Même si ce matin elle allait beaucoup, la question était de savoir si cela allait continuer et si oui combien de temps cela allait durer.


La mission était importante ils ne devaient pas passer à côté ou au travers surtout si les soupçons de Luc se vérifiait.
Dans le cas contraire Mathilde semblait être tout à fait capable de contrebalancer le manque de pêche du reste de l'équipe.
Ce qui préoccupait le plus Mickaëlla s'était que si ils devaient faire une démonstration de leur savoir faire martial, ils devaient être concentrés, inconcevable de ne pas être dans le match.
Ils faisaient les exercices à balles réelles, l'erreur se payer cher et même si cela était rare l'accident mortel pouvait arriver à l'entrainement et c'était toujours du à de la précipitation, à une mauvaise habitudes, ou un manque de concentration.
Les commandos avaient l'air d'être reposé et pas trop préoccupé pour le moment mieux valait faire cet exercice en début de journée.


"A partir de 100 mètres je peux déjà commencer à faire voire ce que vaut le matériel, mais dans l'idée c'est plutôt 1 kilomètre ou 2 qu'il faudrait pour que ça commencer à être digne d'intérêt.
Avec le SAKO ça sera plus simple pour moi si j'ai quelqu'un pour me servir de spotter."


Mickaëlla ne voulait pas imposer ce rôle à Rakel mais c'est celle qui allait être la plus à l'aise dans ce rôle.

Mathilde aussi pouvait parfaitement remplir ce rôle mais elle ne pouvait pas être au four, au moulin et à la boulangerie.

Elle espérait que le général y voit là de la prétention ça serait le meilleur moyen de leur en mettre plein la vue.
Elle pourrait tenter des tirs à 3000 Mètres mais elle ne disposait pas d'assez de donné et d'équipement pour pouvoir effectuer ce genre de tir.
Le CAP pourrait peut être lui atteindre la barrière des 3000 Mètres sans a prendre en compte un tas de paramètre.
Tout du moins c'est ce que Mathilde prétendait et elle n'avait aucune raison de ne pas la croire.



"Ça serait quand même intéressant de faire une démo en CQB étant donné qu'on a des cordons détonnant, et du gel thermite.
Tout le monde aime les effets pyrotechniques et en plus le CQB ça démontre bien le savoir faire terrien en terme de combat rapproché."


Ils avaient aussi du C4, mais pour une découpe parfaite et une déflagration maîtrisé le cordon détonnant était parfait. Le gel thermite était encore plus génial pas de risques de blessures ou de mort à cause du blast.
Le CQB était impressionnant pour les néophytes, et même les connaisseurs pouvaient rester bouche bée devant une bonne démonstration.
Les grenades lacrymogènes, fumigènes, flashbang, allaient ajouter encore un peu plus d'effet pyrotechnique.
Niveau spectacle sons et lumières ils avaient de quoi faire et même donner quelques rappels pour les gourmands.


Alors qu'elle mâchait du pain avec du fromage elle se leva pour enfiler son gilet.
C'était très agréable d'enfiler les gilets de Mathilde, ils étaient vraiment très léger, malgré le fait qu'ils ne soient pas encore fait ils collaient au corps et épousaient les mouvements. Elle récupéra ses armes et se mit en devoir d'ajuster son équipement avant de reprendre un morceau de pain et des fruits qui ressemblaient à des raisins.
Elle demanda à un serviteur de ramener de quoi se laver les mains.
Elle était pour ainsi dire prête à lever le camps pour se rendre à l'entrainement des guerriers Lions.
La mule allait devoir les suivre jusqu'au terrain d'entrainement c'était plus sur pour tout le monde que de faire trimballer l'équipement par des serviteurs. Même si la plupart des explosifs étaient stables mieux valait prendre des précautions quand on les trimballaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 41
avatar
Militaire
Jean Mevel
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 12 Aoû - 14:52

Le militaire avait des doutes plutôt légitimes.
Dans le journalisme, la version donnée à la population concernant les révoltes et les armées de libération se passaient très bien de quelques vérités inconfortables. Comme par exemple les nouveaux enjeux politiques, les intérêts pécuniers et le pouvoir sur la scène politique internationale.

Mevel resta ensuite silencieux une bonne partie du tour de surveillance du soldat. Il lui arrivait parfois de poser une ou deux questions mais ça restait généralement professionnel. Avant son passage de la Porte des Étoiles, il avait eu pour projet d'interroger tout ce petit monde et faire entrer l’équipe dans les livres d’histoire...si bien sûr, ils voyaient le jour dans le futur.

Mais avec l’accueil et le comportement de la veille, le reporter était certain qu’il lui faudrait attendre un certain temps et une bonne dose de confiance pour mener ce projet à son terme.
Il remercia Daving à son tour pour sa compagnie lorsque sa surveillance se termina. Le lieutenant venait à le remplacer et c’était une très bonne occasion pour lui parler entre quatre yeux. Mais dans le même temps, il se rappela qu’elle l’avait soustrait des rondes de nuit pour qu’il se repose. Elle n’apprécierait probablement pas que sa consigne ne soit pas mise en application.

Jean se retira donc après avoir salué tout le monde et retourna dans sa suite avec la boule au ventre. On a beau se faire une raison, se motiver, s’ordonner, la pratique et le moment T est toujours différent. Donc, en effet, Mevel avait encore une fois marqué un temps d’arrêt devant cette fameuse porte en tendant un peu l’oreille. Moins longtemps cette fois, c’est ce qui pouvait peut-être le racheter encore un peu de ce qu’il s’était interdit intérieurement.

Par contre, lorsqu’il passa sa suite en ayant préparé tout un répertoire d’ordre et son air le plus fermé pour résister contre son harem, il ne s’attendait absolument pas à les voir en pleurs. Les quatre femmes s’étaient assises dans un coin de la chambre, pratiquement dans les ténèbres, enlassées les unes aux autres.
Une telle tristesse était palpable que le reporter détacha son regard des servantes pour regarder tout autour de lui, à la recherche d’un mort ou des signes d’un accident, quelque chose qui aurait pu les mettre dans un tel état. Mais non, il apprit rapidement qu’il en était responsable…


« Nous avons failli, nous sommes indignes... »
« Pourquoi ? » Demanda Jean qui n’avait pas encore percuté.  

Nytah s’essuya les yeux de ses mains. Ils étaient gonflés et deux long filets de morve lui descendaient jusqu’au menton. On aurait cru qu’elles venaient de recevoir la peine capitale.
« Nous n’avons pas su vous contenter. Nous sommes coupables...pardonnez-nous, nous allons demander à être remplacées. »
« Qui vous a donné ce droit ? » Fit Mevel d’une voix rude.

L’homme était encore nouveau dans l’expédition, il ne connaissait que très peu de choses de cette culture. Mais vu les pleurs, c’était évident que les servantes seraient punies pour ce fameux déshonneur si elles étaient remerciées. Une chance que Jean s’était barré au lieu de les mettre à la porte, il ne leur souhaitait pas ce drame. De son point de vue, c’était ridicule. Mais il savait que c’était tout aussi réaliste que d’emboutir la voiture du patron en renversant le chien au passage.
La voix rude, c’était surtout pour s’empêcher toute une argumentation. Les quatre femmes le regardaient maintenant fixement, une lueur d’espoir dans le regard. Qu’est-ce que ça pouvait le mettre mal à l’aise cette situation.

Et d’ailleurs, si Emilie avait dit non à ses Apollons, est-ce qu’ils lui auraient sortis aussi les larmes ?

« Nous le demanderons...vos nouvelles arriveront bientôt. »
« Je refuse. » fit le reporter plus calmement. Il tira un napperon de sous un vase et le déchira sans gêne. Il en fit des morceaux qu’il donna aux jeunes femmes après s’être approché d’elles.
« Vous restez avec moi. Je refuse simplement que vous me touchiez. »

L’homme les aida à se relever. Il les invita à s’installer sur les sièges et les fauteuils.
« Quand un homme de mon monde s’éprend d’une femme, être touchée par une autre le couvre de déshonneur. Ce n’est pas un crime par chez nous mais c’est très mal vu. »
Son regard migra sur chacune d’elles.
« Mes pensées ne vont que sur une personne et ce n’est pas vous. Alors ne me touchez pas, laissez moi en paix, et je dirai que vous avez été les meilleures servantes que je n’ai jamais connu. »
Un fin sourire lui vint. Ca pourrait surement aider leurs carrières et le motiver à le laisser dormir sans craindre de viol nocturne.
« J’ai votre parole, servantes ? »

Nitah regarda ses collègues. Les larmes s’étaient épuisées, les nez essuyés, et il ne restait plus que des marques sur le visage pour rappeler toute cette tristesse. Mevel avait encore du mal à se faire à cette façon de vivre, d’être servi, que le simple fait de les avoir rejeté puisse les avoir mises dans un tel état. Mais son interwiew lui permettait de comprendre un peu mieux le principe. Il était la mission à ne surtout pas foirer en quelque sorte.
« Nous le promettons. »
« Alors on fait comme ça. Je vais me coucher. »

La première partie de la nuit fut assez agitée.
Entre son expérience passée et l'entraînement élitiste de Hartman, les lits aussi confortables et doux semblaient paradoxalement l’empêcher de s’endormir. Et comme il avait du mal à sombrer, surement aidé par son café, ses pensées dérivaient sur sa situation. Ou plutôt la chambre d’à coté.
Couché sur le dos, une main repliée dont le pouce passait distraitement le long de ses sourcils, le reporter se laissait aller à ses pensées, allant du plus concret aux projets d’avenir. C’est ce qu’il préférait la nuit quand il était seul, se dire que personne ne pouvait savoir ce qu’il pensait, se laisser bercer dans ses songes.
Finalement, il ne sentit même pas le sommeil l’embarquer. Un black out surprise et Mevel récupéra de sa fatigue sans le moindre rêve ni cauchemar.

Le lendemain matin, une pression timide s’exerça sur l’une de ses épaules. En clignant des yeux, il trouva les contours du visage de Nytah, avec des yeux bien moins gonflés. Mevel mit un petit moment à émerger et ne releva pas la nouvelle timidité de la servante qui tenait surtout de la crainte. Parce qu’elle le touchait pour le réveiller.
« Hm...bonjour. »
L’appareillage Goa’uld soignait peut-être les blessures mais ce n’était pas le cas de la fatigue physique. L’homme se rendit compte que son passage à tabac avait des conséquences, il se sentait véritablement cassé et courbaturé. Sans en dire plus, Jean se percha sur le bord du lit puis resta un petit moment assis là, se passant une main sur le visage.
« Les autres sont réveillés ? »
« Ils commencent à sortir des suites... »

Bon, c’était l’heure.
Mevel se leva et se rendit jusqu’à la salle de bain. Les yeux encore collés, sa trousse de toilette à moitié déchirée dans la main, il se rendit jusqu’à ce grand miroir pour s’observer. Pas de traces de blessures, rien. Ce n’était vraiment pas sain un outil si performant, ça cachait forcément quelque chose.
Son regard tomba alors sur le bain fumant à côté, elles l’avaient préparé en avance. Quand Mevel monta son regard sur les servantes elles détournèrent le regard. Oui, bon, tout était prêt quoi. Le reporter se fit une toilette assez conséquente, s’installant ensuite pour son bain non sans avoir vérifié qu’elles n’allaient pas le suivre là-dedans.
Encore une fois, sans le demander, deux d’entres elles se mirent à chanter dans la chambre. Jean en était gêné au départ mais il dut reconnaître que c’était assez sympa au final. Comme avoir une radio vivante dans le coin.

Au final, il sortit de sa chambre propre et habillé, son sac sur le dos, son appareil photo entre les mains. Juste avant, il avait dit de son ton un peu plus abrupt qu’il était très satisfait de leurs services et qu’il le ferait savoir. Ca ne coutait rien d’insister sur le sujet.
Mevel se retrouva donc dans une bien meilleure situation lorsqu’il se mit à photographier la sortie de ses collègues avec les servants et servantes. On se serait cru à une procession royale, le levé du Roi, tout était travaillé même quand les collègues sortaient de leurs suites. Il y avait aussi le major, le lieutenant, là-bas, dont il capta les clichés de loin pour l’authenticité de la gestuelle.
Il fixa son appareil photo d’un air satisfait, l’image de ces deux-là était parfaite pour un reportage ou un cliché de livre d’histoire. La différence entre la culture Terrienne et Olondos se remarquaient très bien entre les diverses personnes.

Ce serait mentir de dire que Jean ne s’était pas noyé dans le travail pour fuir la boule qu’il avait au fond des tripes, conscient que sa collègue sortirait tôt ou tard. Mais puisqu’elle n’était pas l’unique attention au centre de tout, le reporter avait fini embarqué dans ses différentes prises photographique. Il ne comprenait pas pourquoi le SGC n’avait pas fait ça plus tôt, ne serait-ce que pour le devoir de mémoire pour ses soldats, tous ceux qui risquaient leurs vies pour l’exploration et la découverte.
Il était encore en train de jouer du focus lorsque la fameuse porte s’ouvrit en dévoilant le cortège de servants. Trois d’entre eux sortirent dont un qui se rhabillait de sa chemise. La silhouette d’Emilie se dessina à l’encadrure de cette porte et son regard tomba sur l’appareil photo...donc lui…

Ses doigts fins glissèrent sur ses lèvres de manière innocente. Comme si elle s’essuyait distraitement la bouche. Entre le type qui se remettait le froc bien droit et elle...Bordel de...
Qu’est-ce qu’elle essuyait d’ailleurs si ce n’était...
Mevel quitta son téléobjectif en se voulant le visage neutre mais il sentit ses traits se durcir. Ca lui avait filé un coup et il sentit son coeur percuter douloureusement sa poitrine. Son appareil photo tomba sur son torse puis, se forçant à sa réserve auto-imposée, il prit un peu plus de recul et comprit la blague. Mevel lui avait filé deux servants de plus.
Il finit par ricaner silencieusement en secouant négativement la tête, la rejoignant en lui tendant un doigt en mode “sacrée toi”.
La jalousie y était toujours. Mais bien muselée et ficelée au fond des tripes, avec la boule douloureuse et tout le toutim.

« Bien dormi…? » Hasarda Jean en prenant avec elle le chemin de la salle commune.
« Comme un chat. Et toi ? »

Tout en marchant, le reporter la sonda, détaillant les traits de son visage comme à la recherche de l’information cachée. Mais rien.

« Je ne sais pas encore. » Fit-il avec le sourire.

Ils se séparèrent peu de temps après.
Mevel savait que sa collègue aimait bien faire connaissance avec le groupe rapidement, s’adapter à l’environnement dans lequel elle travaillait. Ca viendrait un peu plus tard le concernant, il préférait se rapprocher un peu du général, profitant des quelques moments d’ouverture pour lui poser des questions en empruntant un vocabulaire plus courtois. Il avait remarqué sa probable attirance pour la scientifique mais cela restait du domaine de l’hypothèse.
Jean remercia l’homme pour son offre de se joindre à la scribe de leur peuple, ce serait une véritable mine d’or.

Au final, quand tout le monde y alla de son projet de démonstration. Mevel prit la parole à un moment propice pour déclarer, autant au général qu’au lieutenant :
« Pensez-vous qu’une photographie de groupe sera envisageable entre soldats Terriens et Olondos ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 144
Date d'inscription : 06/08/2011
avatar
Maître du jeu
Deimos
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 13 Aoû - 23:29

Le général était enchanté de voir que l'idée d'une démonstration était si bien accueillie et que les terriens étaient prêts à leur en mettre plein la vue. Il les invita à le suivre une fois la collation avalée et leurs affaires prêtes. Tout le monde partit pour le terrain d'entraînement. Comme la première fois, malgré l'heure matinale on fit voyager les soldats en véhicule décapotable et les badauds massés devant le bâtiment depuis l'aube purent donner libre cours à leur enthousiasme. Comme ils étaient plus près, les agents SG purent entendre les Olodons leur crier leur admiration et aussi des vivats du style

"Gloire aux tueurs de faux dieux! Vive la Tau'ri!"

"Puisse le fléau des goa'ulds vivre à jamais et être notre allié!"

etc, etc. Si les doutes de Luc se vérifiaient alors le Anhour devait avaler des couleuvres depuis sa mort officielle, ce qui était assez comique à imaginer vu la mégalomanie de ces serpents.

Mathilde quand à elle voyagea encore une fois là aussi dans un véhicule avec toit et escortée par le général lui-même. Les agents avaient pu remarque son regard se perdait sur les nombreuses cicatrices que l'on pouvait voir et à l'étincelle dans son regard indiquait qu'il trouvait cela fort attirant. Il était vrai que si les Olodons aimaient les souvenirs de bataille marqués dans la chair alors la nippone semblait avoir combattu depuis la nuit des temps, rien que son ventre et le bas du dos arboraient plus de marques que la majorité des agents n'en avaient sur tout le corps.
Curieusement, elle ne sembla pas bouder à devoir une fois de plus voyager dans une boite de conserve, elle était en grande conversation avec le général quand à la prestation que les terriens allaient donner, Mathilde lui expliquant dans les grandes lignes notamment les terminologies employées par les soldats du SGC.

Après une petite demie heure de trajet à pas de fourmi pour que tout le monde puisse encore une fois leur montrer comment la population entière était folle de joie et pétrie d'admiration, ils purent enfin arriver au terrain d'entrainement des Lions d'Anhour.
Ils furent rejoints par un petit cortège de mondains et de soldats ainsi que par un groupe de guerrières panthères escortant une dizaine de personnes. Parmi eux il y avait un véritable géant, dépassant tout le monde de plus de deux têtes, il devait au moins mesurait deux mètres trente. La tenue de cet individu rappela beaucoup aux terriens la tenue portée par , son masque était celui d'un chat Mau (chat égyptien) entièrement noir également et brillant comme de l'onyx à l'exception des yeux d'un bleu azur. On ne voyait pas un centimètre carré de sa peau. A cause de la tenue, il était impossible de dire si la personne était d'un gabarit particulier et même son sexe. Le géant (ou la géante) était accompagnée de deux autres dignitaires eux aussi sur le trente et un à la mode goa'uld. Il y avait un poussah sans âge pour qui marcher était visiblement une épreuve olympique et qui ressemblait à une kefta emballée dans de la soie, son maquillage facial était surchargé et par miracle ne coulait pas, emporté par le flot de sueur que ses deux assistantes peinaient à éponger. A ce rythme il ferait une crise cardiaque avant la fin de la matinée. Le dernier était de toute évidence un militaire, la soixantaine gaillarde, escorté par deux lions rouges, sa tenue était bien plus légère que celle des autres, une tunique de garde royal d'un blanc immaculé, les seules protections étant des protèges bras et des jambières ouvragées tenant plus de la tenue d’apparat que de l'armure de combat. Il était le seul des dix à être armé, portant une dague jaffa à la ceinture. On pouvait cependant voir une chaînette dorée condamner la lame à rester dans son fourreau.

Le général s'inclina avec déférence tout comme tous les autres Olodons quand ce groupe arriva à leur niveau.

"Visiteurs de la Tau'ri, vous avez la chance et le privilège de rencontrer nos augustes dirigeants, les trois conseillers suprêmes du Triumvirat." Il désigna le tas de saindoux qui tenait debout par miracle ou parce que deux malheureuses s'éreintaient à le faire tenir sur ses jambes au prix d'un effort dissimulé à des yeux non avertis mais pas pour des militaires qui voyaient que les muscles de tout leur corps étaient mobilisés à cette seule fin. Le ton du général était protocolaire et son attitude tout autant, mais Jean put voir dans le regard du guerrier le mépris se disputer à l’écœurement de devoir subir la présence de l'homme. "Le Conseiller Suprême Civil Erevu Sa Chandar Sasa Erevu, représentant la caste des civils et sa suite." Il désigna ensuite le vieux guerrier et sa voix résonna bien plus chaleureusement et marquée d'un respect tel que l'on en a pour son mentor. "Le Conseiller Suprême Militaire Shoka, représentant de la caste militaire et ancien général des Lions d'Anhour. Suivi de ses deux fils et gardes personnels Alaram à droite et Kovu à gauche." Le ton changea une fois encore et se fit protocolaire et très, très respectueux, désignant cette fois le géant tout de jais vêtu. "Et enfin, l'Arbitre, Archonte de l'ordre des arbitres et son escorte."

Contrairement aux Lions, il n'y avait pas de tenue différente entre les Panthères, elles portaient toutes la même tenue noire et le même masque que celles qu'ils avaient vu la veille alors qu'elles étaient cette fois en train d'escorter les dirigeants de la nation. Elle formèrent un demi cercle devant les conseillers en mode "on peut regarder mais pas toucher."

"Membres du Triumvirat, la délégation envoyée par la Tau'ri. Nos amis terriens nous ont envoyé la fine fleur de leurs guerriers. Même leur diplomate est une combattante accomplie dont l'expérience est aujourd'hui visible de tous."

Un peu plus et il déclamait un poème... En tout cas, on sentait dans ses mots l'enthousiasme du général quand à la rencontre avec les terriens. Ca faisait plaisir d'être autant apprécié par un tel personnage, même s'ils n'avaient encore rien fait...

D'un geste de la main l'arbitre fit s'écarter les panthères et il s'avança vers les terriens, il parlait en goa'uld, comme on pouvait s'y attendre, cette langue étant employée par la haute société olodone. Ca n'arrangeait pas cependant l'affaire des agents SG qui étaient plus habitué au jaffa. Le ton était poli, protocolaire et d'une mesure absolue. Pas un mot plus haut que l'autre, un débit tout aussi mesuré.

"Peuple de la Tau'ri, nous nous félicitons de votre venue. Il est bon de savoir que là quelque part dans les étoiles un autre peuple a su briser ses chaînes et choisir sa destiné lui-même. Shoka ici présent attendait avec impatience de pouvoir assister à une démonstration de votre savoir-faire. J'avoue être également curieux de voir ce que les tueurs de faux dieux ont à montrer au Triumvirat."

Le Conseiller militaire quand à lui s'exprima avec plus d'entrain que de diplomatie. On sentait le guerrier en lui (et oui, lui aussi parlait en goa'uld.)

"Pour sûr nous sommes impatients. J'espère que vous ferez voler quelques lionceaux d'Alhassar dans des duels! Peut être même montrer aux chatons de l'Arbitre que tous les chats ne retombent pas sur leurs pattes."

La dernière remarque ne fit pas vraiment réagir les Panthères, cependant ont pu remarquer les jointures de leurs doigts blanchir sur la prise qu'elles assuraient sur leur lance. Alhassar aussi s'était redressé et dardait l'ancien d'un regard de défi. Mais on voyait un petit sourire étirer ses lèvres.

"Mes Lions seront bien entendu tous heureux de pouvoir défier un guerrier de la Tau'ri dans un duel amical. Ainsi conseiller vous pourrez vous rappeler ce que cela fait d'avoir des griffes et des crocs."

Ce fut au tour des deux Lions écarlates de marquer le coup, leurs poings se serrant ostensiblement. Leur père quand à lui éclata de rire et vint donner l'accolade au général.

"Ne vous en faites pas tau'ri, cet impudent est comme un fils pour moi et je l'ai choisi pour prendre ma place. Amusez vous et impressionnez nous, j'ai hâte de voir ce que vous avez dans le ventre!... Façon de parler évidemment."

Et riant il s'en retourna vers ses deux fils qui avaient la tête légèrement baissée. Même s'ils avaient le casque de Lion typique on pouvait se douter qu'ils avaient plus que moyennement apprécié l'épisode et les propos de leur paternel.
Le conseiller civil quand à lui n'avait rien dit. Tout juste avait il salué le groupe de terrien d'un petit geste de la tête. Mais peut être était il trop occupé à ne pas s'étouffer pour s'intéresser à quoi que ce soit.

Restait la dixième personne. Une jeune fille qui aurait pu être très jolie si la moitié droite de son visage n'avait pas été passé dans un mixer. Des cicatrices épaisses courraient du front au menton et s'étendaient jusque derrière l'oreille... manquant évidemment à l'appel. A la place on trouvait un renflement argenté presque hémisphérique. Elle était grande, athlétique et posait sur l'assemblait un regard critique d'artiste qui cherche la bonne prise de vue. A côté d'elle une demie douzaine de sphère argentées flottaient, bougeant et tournant sur elles même comme si elles étaient animées d'une vie propre. Jean vit le général lui faire signe de s'approcher et lui indiqua le reporter terrien.

"Respectée Scribe, voici le Scribe terrien. Il souhaiterait accomplir son devoir avec votre assistance éclairée et partager vos savoirs respectifs."

Il laissa Jean se débrouiller avec la suite, Busara Si Gara Sisi Chagga c'était ainsi qu'Alhassar l'avait appelée. Elle se tenait devant lui, droite comme un "i" à l'étudier avec attention, lui donnant l'impression d'être un spécimen sous la loupe d'un naturaliste. Il se dégageait d'elle une froideur méthodique de professionnel chose curieuse pour une jeunette qui devait tout au plus avoir quoi, dix huit? Vingt ans tout au plus?


Les terriens purent assister à l'arrivée d'un bon millier d'hommes simplement vêtus d'un pagne de tissu. Ils avaient tous un corps musculeux forgé par des années d'entraînement et de dur labeur, certains étaient de vrais colosses d'autres étaient taillés pour la vitesse, mais tous étaient visiblement dans une forme olympique. Il y avait des servants transportant du matériel sur des plateformes antigrav, lances, armures, cibles... Busara avait fait s'envoler ses sphères et ces dernières volaient au dessus des troupes passant en revue devant des Lions écarlates jouant le rôle de drill instructors peu commodes. Ca aussi cela semblait une constante humaine quel que soit le monde qu'on visitait. Hartmann avait des collègues martyrisant de pauvres soldats.

On demanda aux visiteurs ce dont ils avaient besoin, ils n'avaient qu'à demander et on exaucerait leur souhait et vu la façon dont les serviteurs le disaient, il y avait de forte chance que ce soit carrément à prendre au sens littéral du terme.
Pendant que les servants assemblaient tout ce dont SG-X avait besoin, les conseillers et leur escorte étaient là, à regarder, le conseiller civil avait fait venir un fauteuil antigrav et on pouvait l'imaginer sans trop se forcer en Baron Arkonen flottant au dessus de tout le monde.
Parlant de Baronne, cette dernière était en grande conversation avec des servants, elle voulait faire une certaine présentation et Mickaella sut qu'elle serait mise à contribution avec le CAP. A voir les servants installer de lourdes plaques métalliques à plusieurs centaines de mètres, il n'y avait de toute façon pas vraiment d'autres possibilités.

si le Shoka et l'Arbitre étaient prêts à tailler le bout de gras, Erevu se tenait à distance, lorgnant dans la direction des terriens avec une expression que l'on pourrait qualifier de peu amène... Et si l'on voyait que le militaire était enchanté de voir des guerriers d'un autre monde, cerner l'Arbitre se révéla être une autre paire de manche et visiblement même Mathilde s'y cassa les dents malgré les trésors de patience et d'habileté qu'elle déploya, laissant sur son visage un bref rictus d'agacement quand elle alla finalement voir Mickaella pour lui expliquer ce qu'elle attendait d'elle.

"Bon, c'est tout simple. A trois mille pieds, ils ont installé trois plaques de fer d'une paume d'épaisseurs, soit environ huit centimètres, l'alliage de base dont ils se servent pour faire leurs armures et le blindage de leurs véhicules. Devant se trouvera un mannequin en bois, derrière aussi exactement au même endroit. Mettez le CAP sur le mode tir longue distance, rebaissez le sélecteur sur sécurité et remontez le sur tir longue distance, le tout deux fois de suite. Tirez et remettez immédiatement l'arme en sécurité pour lui permettre de refroidir. Le tir que vous ferez sera en surpuissance. Il faudra ensuite attendre une bonne minute avant de se resservir de l'arme mais il n'y a pas de risque majeur d'explosion si on la laisse refroidir, ce prototype est bien plus résistant que les trois premiers.
Un Lion d'Anhour sera mis en compétition avec vous. Il paraît que c'est le meilleur tireur de leur armée, capable de toucher une cible à cent coudées... cinq cent mètres, pas mal pour une lance jaffa. Mais le pauvre aura du mal à trouver le sommeil cette nuit. Je compte sur vous."


Le regard de la petite Baronne était sérieux, pour elle ce défi était visiblement tout sauf une petite démonstration amicale entre deux lunchs. A l'entendre et la voir, elle voulait que les terriens mangent vivants les Olodons. Et le petit commentaire qu'elle lâcha aux autres fut d'une clarté redoutable.

"Vous m'écrasez ces guerriers de pacotille. Je veux que lors de la réunions ils aient encore en mémoire leurs Lions en train de se faire laminer par vos soins. Pas de cadeau, pas d'amabilité, la seule limite étant de ne pas les blesser physiquement de façon durable. Qu'ils comprennent la différence entre un guerrier et un soldat."

Les soldats de SG-X ne savaient pas ce qui motivait cette exigence, mais de toute évidence la diplomate voulait qu'ils marquent les esprits, et dans un monde où les prouesses martiales étaient si louées, il n'était pas idiot de penser qu'elle voulait leur montrer de quoi la Terre était capable et qui avait plus intérêt à signer un traité d'alliance entre les terriens et les olodons.

Like a Star @ heaven HRP Like a Star @ heaven

Le terrain sur lequel vous vous trouvez est de dimension TRÈS importante. C'est un terrain de manœuvre. On y monte rapidement des tas d'obstacles et autres instruments de torture pour faire transpirer et souffrir des guerriers lions. Les servants sont à même de fournir quasiment tout ce qu'on leur demandera. Une maison avec différentes pièces pour faire une prise de bâtiment? Pas de problème. En quelques dizaines de minutes c'est monté. Un stand de tir jusqu'à trois? cinq kilomètres? No problem, ils font cela sous le regard avide de curiosité des guerriers lions et plus généralement de tous les Olodons à l'exception du conseiller suprême civil.

Si les Lions participent à la compétitions les Panthères n'en feront rien à moins qu'un terrien vienne les défier. Cela fera alors l'objet d'un message flash particulier.

La scribe viendra filmer les actions des terriens, ses sphères volant autour de l'action. Elle parlera peu, de façon neutre, généralement pour poser une question ou donner des directives sur la pose à prendre pour un holo ou quelque chose du genre. Elle est aussi amicale et extravertie qu'un distributeur de glaçon ce qui tranche avec le tempérament de ce peuple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 14 Aoû - 13:41

Le général était ravi apparemment le il trouvait leur attitude approprié, Mickaëlla avait plutôt l'impression que l'équipe était en dépression, mais bon il fallait dire que la tenue de Mathilde devait jouer pour beaucoup dans la perception du général.
Mickaëlla demanda à ses serviteurs de rester avec le drone mule durant le transport jusqu'au terrain d'entrainement. Elle était une guerrière elle avait plus besoin de servant d'arme que de serviteurs, en plus cela leur donneraient la possibilité de se montrer en public avec eux cela jouerait certainement en leur faveur dans le futur.
Elle attacha ses cheveux avec un chignon tressé plaqué sur sa nuque et ajusta son shemag de manière à ce qui lui couvre le bas du visage à partir du nez et elle troqua son béret amarante contre une casquette.
Cela allait certainement ne pas plaire au reporter mais elle n'avait pas pour habitude de laisser des journalistes faire des prises de vue permettant de l'identifier et elle comptait bien garder cette bonne habitude encore très longtemps.
Elle était prête à lever le camps tout comme le reste de l'équipe.

Le trajet ressemblait à s'y méprendre à leur premier trajet de la porte des étoiles au palais. Ils voyageaient dans une décapotable pendant que Mathilde et le général les suivaient dans la papa mobile. Sauf que cette fois ça ne dérangeait pas le général de passer du temps avec la baronne. Il se faisait bien à situation de garde du corps.
Le peuple avait l'air vraiment très heureux de la présence des terriens et leurs cris mettaient en miettes la théorie de Luc. Mickaëlla voyait mal un goa'ulds accepter ce genre de discours venant de son peuple, surtout que Anhour avait l'air d'être un gros bourrin et manquait de fourberie.
Si ça avait été un tok'ra ça aurait été une autre paire de manche.

Mickaëlla fut étonner de voire que Mathilde ne s'ennuyait pas non plus avec le général. Depuis le début du trajet ils étaient tout les deux en grande discussion, et cela devait avoir un rapport avec la prestation qu'ils allaient donner. Mathilde avait tendance à s'enflammer et elle espérait sincèrement qu'elle n'allait pas placer la barre trop haute juste par ego. Les Olodons risquaient de vite vouloir se mesurer à eux dans tout les domaines et si ça en venait à des duels de corps à corps, des dents risquaient de voler. Et puis les Olodons étaient suffisamment fier pour provoquer des vrais duels ou chacun allait risquer sa vie.

Il leur fallut une bonne demi heure pour atteindre le terrain d'entrainement c'est à peu près le temps qu'ils auraient mis à pieds mais en voiture c'était beaucoup plus sur pour eux. La population avait l'air très enthousiaste de voire les terriens et un mouvement de foule pouvait vite arriver.
En tout cas le pouvoir en place tenait à ce que tous sache que le terriens étaient là, qu'ils étaient les tueurs de faux dieux.
L'idée qu'on se serve d'eux comme outils de propagande, pour tenir sous contrôle la population ne lui plaisait pas, mais que pouvait elle y faire sans parler qu'ils ne connaissaient pas vraiment l'histoire la politique et les mœurs de cette planète.

Au terrain d'entrainement des soldats et des personnalités croisaient la veille venait pour assister à l'événement. La curiosité pour les choses martiales était prégnante sur cette planète, pas étonnant que ça se bouscule au portillon.
Mais surtout il y avait un cortège escorté par des guerrières panthères. Ce cortège composé d'une dizaine de personne était apparemment des haut dignitaires et vu ce qu'avait dit le général il devait s'agir du trium virat.
Et elle devait dire que leur arrivée l'estomaqua.
Surtout l'un d'entre eux.
Il s'agissait d'un géant mesurant facilement 2mètres30, habillés de vêtement ample qui les empêchaient de deviner le gabarit, et surtout il portait un masque de chat égyptien comme Râ. Mickaëlla trouva ça extrêmement flippant sur que les deux yeux bleus figés dans le casque laissait une drôle de sensation qui faisait froid dans le dos.

Il y avait également un vieux décrépis gras comme un loukoum, et maquillé comme une voiture volée qui ne tenait debout seulement parce qu'il y avait deux serviteurs qui luttaient contre la gravité pour faire marcher le vieux grabataire. Il aurait été bien mieux dans un fauteuil roulant parce que là dans son était il donnait l'impression de pouvoir calencher à n'importe quels moment. Lui aussi était habillé à la mode égyptienne goa'ulds.
Le dernier un homme d'une soixantaine d'année mais encore bien bâti et en forme pour son âge était accompagné de deux guerriers en armure rouge. Il portait une tunique garde royale d'un blanc immaculé, d'avant bras et de jambières ouvragés, et d'une dague goa'ulds à la ceinture. Cette dague était bloqué dans son fourreau à l'aide d'une chainette dorée. C'était un symbole sans aucun doute mais restait à savoir ce que ce dernier voulait dire.

Le général fit les présentations, le vieux croulant était le représentant de la société civile et le général cachait à peine son dégout du représentant de la caste des civils. Même si il s'agissait d'un trium virat les civils n'avaient pas l'air d'être sur le même pieds d'égalité que les militaires.
Le militaires fut le second à être présenté et apparemment il y avait une longue histoire entre les deux hommes et certainement une profonde amitié. Le général n'était pas très subtil on voyait bien qu'il était un militaire peu habitué aux négociations et à la diplomatie.
Il garda pour la fin le géant il était l'arbitre, archonte de l'ordre des arbitres, et il n'y avait pas de doute qu'il se trouvait au sommet de la chaine alimentaire ici. D'ailleurs vu comment les choses se déroulaient Mickaëlla soupçonnait que les guerrières panthères étaient les guerrières sous les ordres de l'ordre des arbitres. Les lions rouges eux semblaient être l'élite des guerriers lions et être directement sous les ordres du conseiller militaire.

Le général fit les présentations officielle entre le trium virat et la délégation terrienne, et Mathilde eut droit à un bon coup de brosse à reluire. Le général faisait au final son travail qui consistait à faire en sorte que les négociations se déroulent aux mieux et assurer la protection de Mathilde lors des déplacements officiels, mais il le faisait avec une ferveur qui était bien plus que professionnel. Tant mieux cela ne pouvait jouer qu'en leur faveur pour le moment.

L'archonte écarta l'arc de cercle défensif des panthères d'un simple mouvement de la main et s'avança vers la délégation terrienne. Sa démarche était gracieuse, et quand il s'exprima en goa'uld cela lui fit un drôle d'effet. Généralement entendre cette langue n'était pas bon signe, le jaffa était pour les rustres pour le peuple, le goa'ulds c'était la même chose en plus subtile plus soutenu. Même en ayant travaillé avec la tok'ra et Tara'c c'était pas évident de se faire à cette langue, et encore il n'y avait la voix d'outre tombe des goa'ulds.
Apparemment l'archonte et le conseiller militaire étaient curieux et impatient de voire la démonstration de force des guerriers terriens. Cela voulait dire qu'ils allaient aligner leur champions pour cette olympiade qu'ils comptaient bien remportés ça se sentait dans les mots et dans le ton employé. Dommage pour eux les terriens étaient vraiment bon pour faire la guerre.

Le conseiller militaire lui semblait être là pour voire un spectacle divertissant et à ces mots MickaËlla devina qu'il s'agissait là d'un vrai guerrier. Certes il mettait un peu en boite les panthères, les lions et leurs commandants mais surtout il comprenait qu'il y avait forcément une différence notable entre des guerriers pratiquaient à l'entrainement et lors de duel et ceux qui faisaient la guerre. Il n'y avait qu'à voire la réaction des guerriers lion lors de l'arrivée du reporter et de la toubib. Ne sachant pas quoi faire, livrer à eux même face à l'inattendu ils avaient paniqué et agis de manière inconsidéré et avait bien failli leur coûter la vie.
Mais le général ne laissa pas passer la pique et reprit la balle au bond sans oublier de passer une petite vanne pour le conseiller militaire.
Le conseiller militaire trouva utile de préciser qu'il connaissait bien le général et que c'est pour ça que ce dernier se permettait de lui parlait sur ce ton. La précision n'était pas nécessaire même sans connaitre la société Olodon ça coulait de source.
Une autre chose qui coulait de source c'est que les guerrières panthères n'aimaient pas du tout les piques, et subir l'humour d'autrui. Bon à savoir si ils devaient se mesurer à ces guerrières utiliser leur ego pourrait leur permettre de prendre le dessus.
Les deux gardes du conseiller militaire, qui était ces deux fils semblaient être des guerriers plus réfléchis et plus humble que la moyenne sur Olodon, il ne serait pas judicieux de les avoir comme adversaire.

Le conseiller civil lui n'avait rien à dire, en même temps était il capable de dire quelque chose? Pas sur. La dernière personne du cortège des Olodons était une jeune qui avait toute la partie droite du visage mutilé, et on lui avait greffé quelque chose à l'arrière du crâne c'était certainement grâce à ça qu'elle pouvait manipuler les sphères argentées qui voletaient autour d'elle. Vu la culture Olodon ces cicatrices devaient avoir été fait volontairement pour installer le dispositif de contrôle. MickaËlla n'imaginait même pas la douleur qu'elle devait avoir subi ni la sensation que cela devait être d'avoir cette machinerie dans le crâne.
Le général l'a présenta comme étant une scribe, et il l'avait fait avec plus de respect qu'avec le conseiller civil.
Les deux journaleux avaient été présentés protocolairement et vu le peu de réaction de la part de la Olodon, Mevel allait avoir du mal à recueillir des informations venant de sa part.

Un bon milliers de guerriers se pointa sur le terrain d'entrainement, pour pratiquer leurs exercices martiaux matinaux. Certainement pour l’esbroufe et pour séduire ils étaient tous vêtus d'un simple pagne pour dissimuler leur intimité. Ils étaient tous en excellente forme physique et il y avait tout les gabarits de la marmulle aussi haut que large, du colosse, du bien proportionné, du chat maigre. Il n'y avait pas à dire le spectacle était agréable à voire mais cela ne faisait pas pour autant  d'eux des guerriers. Là en l’occurrence cela faisait plus défilé de chippendales. Les armures, les cibles et tout leur matériel suivait dans des plateformes anti grav manipulait par des servants. Busara la scribe Olodon envoya ses drones filmer les guerriers pendant que des servant leur demanda ce dont ils pouvaient avoir besoin pour leur démonstration. Le côté vraiment intéressant c'est qu'ils pouvaient demander n'importe quoi ils l'auraient grâce aux matériaux modulables dont les Olodons disposaient. C'était vraiment le top pour l'entrainement et ils allaient pouvoir faire une démonstration de leur savoir faire martial.
Mickaëlla avait des idées à proposer à l'équipe.

"On pourrait commencer par une progression en binôme pour se chauffer. Un binôme qui appui un binôme qui progresse, un environnement riche en cible et des couverts derrière lesquels se mettre. On pourrait enchaîner sur une progression genre capture de flag. Je vous appui et vous progressez. Et après se faire une prise de bâtiment, avec explosifs et tutti quanti, et pourquoi pas proposer à des servants ou des guerriers de jouer les otages juste à côté des cibles histoire de rajouter un peu plus de spectacle. Ca serait pas mal pour une mise en jambe."


Pendant ce temps Mathilde elle avait mis son plan à exécution, elle avait passé un petit moment à parler avec des servants avant de revenir vers Mickaëlla. Mathilde avait décidé en concertation avec elle même le défi que Mickaëlla allait devoir relever. Une cible à 3000 pieds, à approximativement 915 mètres donc, avec le CAP un jeu d'enfant. Sauf que ça n'était pas tout la cible était un mannequin de bois derrière cette dernière se trouvait un empilage de l'alliage local de huit centimètres d'épaisseurs et derrière cette plaque se trouvait dans l'alignement de la première cible une deuxième cible un autre mannequin en bois. Mais à cette distance elle doutait que le CAP soit en mesure de faire le taf et de perforer les 8 centimètre de blindage. Sauf que Mathilde avait une combine qui consistait à surcharger l'arme. Déjà dit comme ça, ça ne donnait pas très envie mais quand Mathilde précisa qu'il fallait remettre de suite l'arme en sécurité pour qu'elle refroidisse et qu'il n'y avait pas de risque majeur d'explosion. C'était quoi un risque mineur d'explosion? Et puis comment ça les trois derniers prototype? Ils avaient pétés? Mickaëlla aurait bien aimé être mise au courant de ces menus détails avant de passer la porte des étoiles.
Elle allait devoir attendre une minute avant de pouvoir faire de nouveau feu avec le CAP si elle ne voulait pas que ça lui pète à la tronche.
Elle était en compétition avec un lion d'Anhour qui lui allait tirer sur une cible à cent coudées..... Non mais sans déconner c'était quoi cette mesure? Vu le regard interrogatif de Mickaëlla, Mathilde précisa qu'il s'agissait de 500 mètres. Effectivement avec une lance jaffa c'était de l'exploit. Mais hélas pour le guerrier Olodon les dès étaient pipés il n'avait aucune chance de remporter la partie, c'était injuste de ridiculiser leur meilleur tireur de cette manière.

Mickaëlla ne savait pas trop ce qui s'était passé avec le général pendant leur trajet mais la baronne ne prenait pas cette compétition, pour une compétition elle voulait que les terriens écrasent sans pitié les guerriers Olodons. La baronne était une horrible perdante mais là ça allait un peu loin quand même. Il ne faudrait pas qu'elle continue à s'enflammer sur cette lancée sans quoi les duels avec les Olodons allaient être de moins en moins amical.

"Bon ben je vais ouvrir le bal vu que la première danse est pour moi."

Mickaëlla posa le CAP au sol sur son bipieds, mais plutôt que de s'allonger derrière ce dernier elle retourna à la mule. Elle prit une grande housse noire rembourré qu'elle mit sur son épaula puis fouilla dans un grand sac et en retira 4 Chargeurs d'une taille peu conventionnelle. les terriens à part peut être Mevel et la Doc savait ce qu'il y avait dasn cette housse. Un fusil longue portée.

"Je vais couper le mannequin de bois en deux, et si le cap fait un trou suffisamment grand dans les plaques d'alliage, j'essaierai de passer le fil dans l'aiguille. Si quelqu'un a des jumelles sophie avec lui ça me serait d'une grande aide."


Connaitre la distance exact de la cible, la taille approximative du trou, l'estimation de la force du vent les corrections qu'elle devait apporter. Elle pouvait faire ça toute seule mais c'était quand même très compliqué et très fatiguant.
Elle ouvrit la housse sortit son Sako et le posa approximativement à une fois et demi son gabarit sur la droite du CAP.
Elle mit sa casquette à l'envers et s'allongea derrière le Sako s'assura qu'il y avait un chargeur garni d'engagé, vérifia l'ensemble des réglages de la crosse à la lunette.
Elle se releva puis s'allongea derrière le CAP et fit de même avec minutie.
Cela faisait durer le suspens est donnée l'impression qu'elle ne faisait pas grand chose.
Elle se releva puis regarda Mathilde puis son rival.

"On commence quand vous vous voulez."

Elle attendit le top départ et elle s'allongea derrière le CAP. Naturellement elle adopta sa position de tir. Elle avait une bonne prise en main de son arme, la crosse était bien calée au creux de son épaule, la crosse reposait dans ses bras, elle aligna les appareils de visés avec son œil, sa respiration était calme et sur, c'était à se demander si elle ventilait. Elle fit par deux reprises la manipulation que Mathilde lui avait décrite.Elle ne faisait qu'un avec son arme, elle prit une courte inspiration et retint se respiration. La pulpe de son index nu se posa sur la queue de détente, l'action parallèle au sol, rectiligne, sans accoue. La perfection même telle qu'elle était écrite dans les manuels. Elle remit sur le champs le sélecteur sur sûreté pour éviter que le flingue ne lui pète à la tronche. La cible était touchée quelques centimètres au dessus du plexus solaire.

Elle roula sur elle même et se retrouva juste derrière son Sako, elle observa le paysage pendant quelques secondes histoire de s'assurer que la force du vent n'avait pas changé. Le terrain était plat et sans vent, c'était une bonne chose, elle corrigea sa position derrière son arme, et manœuvra la culasse afin de charger l'arme.
Une cartouche .338 Lapua Magnum de 300 grains se trouvait dans la chambre, le mannequin de bois n'avait aucune chance de résister à quelques balles bien placées.
A cette distance Mickaëlla pouvait toucher sa cible problème, elle devait juste ajuster ses calculs de tir à l'environnement et les données recueillis par le vaisseau tok'ra était une véritable mine d'or, elle avait tout ce dont elle avait besoin, gravité, hydrométrie, révolution, elle connaissait parfaitement son arme et ses munitions, tirer sur une cible fixe à cette distance était certes plus compliqué avec le Sako qu'avec le CAP mais cela faisait partie des exercices quotidiens de Mickaëlla et cela ne posait pas de grandes difficulté.
Toujours avec la même minutie, et la même technique, elle fit feu sur la cible puis manœuvra la culasse pour extraire l'étui et recharger, en quelques secondes avec une facilité déconcertante elle réitéra son tir. Puis de nouveau elle reprit sa routine de tir jusqu'à ce que son chargeur soit vide et le mannequin de bois dans un état pitoyable. Elle éjecta le chargeur vide et en engagea en plein.

"Alors ça donne quoi?"

Elle n'avait pas suivi si quelqu'un s'était dévoué pour jouer le rôle du spotter, elle était entièrement concentrée sur sa tache. Elle attendait d'avoir des détails sur la cible et en particulier sur la plaque de métal se trouvant derrière ce qui restait du mannequin pour savoir si il y avait un intérêt à tenter de toucher le mannequin qui se trouvait derrière la plaque de métal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2687
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans
avatar
Militaire
Rakel Peleonor
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 15 Aoû - 22:42

Le crétin qui avait inventé le proverbe qui dit que la nuit porte conseil était un imbécile heureux qui n'avait pas de problème, je ne vois que cette position qui pouvait l'avoir incité à dire de pareille connerie. Je faisais mon maximum pour être ici, mais pourtant j'avais du mal à sortir de cette maison de campagne dont les murs étaient recouverts de sang, rien que l'odeur me paraissait toujours présente. Et pourtant non, j'étais là dans cette décapotable à observer un peuple qui nous traitaient comme si nous étions des héros. Tueurs de faux dieux, mouais ce n'était pas le genre d'événement qui arrivaient tous les jours, et combien des nôtres étaient morts avant que ça arrive? Le portrait qui avait été brossé de la Tauri l'avait été avec des gants de velours et une sacrée couche de crème. J'observais en silence ce peuple qui semblait tant haïr les goa'ulds, il était évident qu'ils pourraient faire des alliés de choix, mais tout ceci n'était il pas une mascarade? Je ne pensais pas un seul instant qu'ils soient au courant de tout ce qu'il se passait réellement, ils n'étaient sans doute que des pions, qu'importe de quel côté se trouvait réellement leur gouvernement, il n'y avait qu'à voir le nôtre, le peuple n'avait pas réellement d'importance, on leur cachait des secrets d'état qui mettait leurs vies en danger chaque jour, la porte n'était pas le seul, loin de là. J'avais à cet instant l'impression d'être une pop star, je n'aimais pas spécialement ça, je ne sais pas si je n'aurais pas préféré être avec Mathilde... Non en faite je préférais encore ça, au moins je n'étais pas obligé de faire la conversation.

Je fermais quelques instants les yeux, profitant de la chaleur du soleil, tournant même la tête pour capter au mieux les rayons de chaleur. Je jetais un coup d'oeil à mes collègues, Mickaëlla semblait sonder le monde qui l'entourait, j'échangeais un coup d'oeil avec Luc, je me demandais si cette ferveur mettait à mal ses théories, je n'en étais pas persuadée, je n'étais pas sûre que tous les Goa'ulds soient identiques, se baser sur ce que nous savions déjà n'était peut être pas prudent. Beaucoup de dictateurs ont été élu par le peuple, beaucoup sont adulés par certains d'entre eux, qu'importe les horreurs qu'ils perpétuent. Mes doutes concernant Mervel c'était adoucie, il semblait réellement faire son boulot, presque comme un gamin à qui nous aurions offert un appareil photo, il avait ce regard commun aux journalistes de guerre, qui malgré l'horreur qui les entouraient semblaient voir autre chose, quelque chose que les soldats n'arrivaient pas à voir. Bon d'accord, nous étions pour le moment loin d'une horreur quelconque. Ivan semblait étrangement calme, il était connu pour sa grande gueule et à agir sans réellement réfléchir, foutant le bordel dans les missions, là il ressemblait à un enfant modèle qui ne sortait jamais les mains de ses poches. J'avais peut être plus de mal à la docteur, elle semblait pro, mais pas réellement à sa place à l'instant, une mission diplomatique pour un médecin de guerre, la pauvre était bien loin de ses prérogatives. Soyons honnête j'espérais que ça continuerait ainsi.

Mathilde semblait en grande discussion avec le général, il aimait visiblement sa présence, il aurait fallut être aveugle pour ne pas le voir, et elle appréciait le rôle de diplomate qu'on lui avait offert, j'espérais juste que nous n'allions pas devoir trop en chier pour nous montrer à la hauteur de se qu'elle allait vanter dans cette bagnole. J'étais clairement moins enthousiaste que lors de notre premier trajet, oui les médicaments avaient totalement quitté mon sang, et les cauchemars avaient fait leurs ravages, mais j'y mettais tout de même de la bonne volonté, observant avec attention les visages souriants, adressant même quelques gestes de la main aux bambins présents, l'impression était étrange, j'avais l'impression d'être une princesse sur une parade à disneyland. L'arrivée fut bien plus intéressante, clairement j'aurais aimé avoir le même à la maison, le terrain d'entrainement du SGC était pas mal, en particulier depuis que Hartmann c'était mit en tête de lui rendre sa splendeur, mais là c'était délirant. J'observais tout autour de moi, restant silencieuse, je ne m'étais jamais réellement prêtée aux jeux de la diplomatie, je n'y avais jamais été douée, le silence était parfois mieux, de toute façon ce rôle n'était pas le mien, il était celui de Mathilde, je restais à ma place, c'était le mieux que j'avais à faire, j'étais un chef militaire en temps de paix, je restais silencieuse et j'observais, attendant mon heure.

L'arrivée des dirigeants avait un goût étrange, celui des goa'ulds, il n'y avait qu'à voir la tête de chat et ses yeux brillant, les panthères et leur comportement qui n'acceptaient pas que l'on remette en cause position ou leur supériorité. Si le peuple semblait anti goa'uld, il semblait aussi mépriser, il n'y avait qu'à voir le comportement du général vis à vis de leur représentant. Les autres avaient le droit à un accueil plus chaleureux. Le géant me fit penser lui aussi à un serpent, sa carrure ferait de lui un hôte de choix, tout comme sa force. Étrangement nous n'étions pas sur Terre, mais l'on pouvait remarquer que comme sur notre planète il y avait une connivence entre les dirigeants. Le général était réellement très enthousiaste face à cette rencontre, je ne savais pas réellement pourquoi, nous ne lui avions encore rien offert, mise à part des paroles, nous n'avions encore rien fait. Sauf si peut être c'était nous le cadeau? Non il fallait rester positif. Le langage utilisé par les dirigeants étaient le goau'lds, toujours très rassurant. Depuis le temps que je travaillais au SGC j'avais appris à maitriser presque parfaitement le Jaffa, en grande partie grâce à Matt qui s'était mit dans la tête que se serait bénéfique pour moi, il n'avait pas tord, le goa'uld restait plus difficile, et même si il s'était appliqué à me bourrer le crâne avec tout ceci, je le maitrisais beaucoup moins bien. L'avantage c'était que pour le coup, on ne me demandait pas de le parler, juste de comprendre les paroles de nos hôtes, je maitrisais toujours plus la compréhension que la parole, c'était pareil pour toutes les langues. Je n'aimais pas particulièrement l'idée de devoir affronter qui que se soit en duel, si ils étaient des jaffas, il ne serait pas simple d'avoir le dessus, et vu dans quel état étaient arrivés Lacroix et Mervel.
La dernière personne à être présentée était la scribe, qui semblait avoir subit de sévère mutilation, sans doute pour exercer ses fonctions de scribe, c'était peut être pour cette raison qu'elle imposait le respect.

Les soldats arrivaient, ils étaient nombreux, très nombreux, sur un immense terrain de jeu. J'observais les dirigeants de ce peuple, tous n'étaient clairement pas si ravi de nous voir ici. L'arbitre pourrait très facilement avoir le rôle de Anhour, visiblement il n'était pas un grand fan des tueurs de faux dieux. Quoi qu'il en soit il était temps de faire une démonstration, et je n'aurais pas aimée être à la place de Mickaëlla, elle avait mit la barre haute, très haute, heureusement que la militaire était à la hauteur. Mais après ça, je n'étais pas persuadée que des mises en formation soit aussi impressionnante. Elle faisait preuve de notre rigueur, mais je n'étais pas sûre que c'était ce qui intéressait le plus. Je n'avais pas eut le temps de répondre à Micka, Mathilde ayant donné ses consignes.

"On aura intérêt de faire dans le spectaculaire si on veut les impressionner, je pense qu'il faudra au maximum faire dans le feu d'artifice, c'est con, mais ça plait généralement. Surtout après ta démonstration."

Je l'encourageais d'un geste de la tête, effectivement elle devait ouvrir le bal, et en plaçant la barre très haute. Je ne m'inquiétais pas pour autant, je connaissais Micka depuis tellement d'années, je ne l'avais jamais vu ne pas être à la hauteur, contrairement à moi.

"Négatif, mais file moi les tiennes, elles ont un télémètre, je ferais du mieux que je peux, c'est mieux que rien."

Je ne regardais pas Mickaëlla, je savais déjà ce qu'elle allait faire, je l'avais vu faire tellement de fois. Je gardais les jumelles sur la cible, n'attendant qu'une seule chose, c'était que la cible n'explose, et que la plaque ne subisse les dégâts que nous avions pu voir à la base. Les résultats étaient sans appel,  il faut dire le pauvre mannequin était coupé en deux et que les plaques étaient toutes trouées, la foule semblait apprécier le spectacle, par contre les tirs avec des balles furent moins bien accueillit, comme je l'avais prédis Mathilde avait mit la barre très haute, il faudrait beaucoup pour impressionner maintenant, le C4 serait notre ami, mais après? J'observais l'effet des résultats de nos armes à projectile classique sur nos petits amis et se fut la réaction du  général Alhassa et du conseiller militaire qui me fit tiquer. Ils étaient les seuls qui semblaient s'intéresser à ces résultats, et parlaient à voix basse. Forcément, une arme à projectile sur un mannequin, ce n'est pas particulièrement impressionnant, bien moins qu'à distance faible sur une assiette, à cause de "l'ambiance", le bruit, les éclats, même si c'était con, là sur un très grand terrain, malgré la difficulté de tir augmenté les résultats paraissaient plus décevant.

"C'était à prévoir, en commençant trop haut, ça va être difficile de garder le niveau, toutes les plaques sont perforées, environs 5 cm, si tu arrive à exploser celui de derrière, tu vas peut être remotiver les foules."

Ce n'était pas que pour Micka, mais aussi pour mes collègues, qui n'avaient pas forcément tous des jumelles. J'observais les sphères qui volaient autour de nous et me mettait mal à l'aise, encore plus que l'appareil photo de Mevel, ce n'était pas peu dire.

"Dommage qu'on ne soit pas dans un film américain, on aurait fait sauter une voiture en tirant dans le réservoir, ça aurait été la grande classe, mais le C4 devrait faire son effet. Par contre pas sûr que nous voir progresser en binôme les intéresse, il va falloir du spectaculaire. J'ai presque envie de dire que si nous testions les gilets offert par Mathilde en direct, on aurait un succès fou, des volontaires?"

Oh que oui l'effet serait de taille, il faut dire que vu l'état du mannequin, si nous arrivions à être encore en vie après ça, ils finiraient peut être par construire des statues à notre effigie. Ca me donnait presque envie de tenter le coup. Bo d'accord pas avec le joujou de Micka mais une lance serpent ferait déjà son effet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 18 Aoû - 1:29

Rakel s'était portée volontaire pour jouer le rôle de spotter, mais elle n'avait pas de jumelles. Mickaëlla avait pensée à en prendre et elle se trouvait dans la mule. Elle indiqua donc à Rakel ou elle pouvait les trouver.
Elle n'était pas sur de pouvoir l'aider à corriger ses tirs, mais Mickaëlla savait qu'elle disposait du savoir nécessaire à défaut d'avoir confiance en elle.

Comme prévu toute les plaques de métal avait été perforée par le CAP, et Rakel estimait la taille du trou à environ 5 centimètre de diamètre. Mickaëlla était déçu que le CAP n'est pas fait un trou un peu plus gros dans les plaques de métal. L'alliage des Olodons étaient décidément d'excellente qualité à 1000 mètres toucher une cible de 5 centimètres représentaient un véritable défi surtout qu'elle avait du zéroter son arme par rapport aux données fournis par les relevés du vaisseau furtif de la tok'ra et même si les données étaient précises, il pouvait y avoir de légères variations qui pouvait influer sur le résultat de son tir. Elle avait besoin de données plus précises pour effectuer ses calculs de tir.

"Distance exact de la cible et estimation de la direction et de la force du vent."

Mickaëlla ferma les yeux pour effectuer les calculs dont elle avait besoin. La gravité, le poids du projectile, le coefficient de pénétration dans l'air, l'effet de Coriolis, la correction par rapport au vent. Elle visualisait la trajectoire du projectile jusqu'à sa cible, quelques secondes lui furent nécessaire, elle rouvrit les yeux elle avait terminée.

Elle voyait nettement le trou dans les plaques d'alliage, un halo rouge démarquait le contour du trou créé par le CAP. C'était une bonne chose cela lui donnait un bon repère visuel pour sa visée.
Elle avait bien dégagée la ligne de tir en pulvérisant le mannequin de bois avec un chargeur de .338 Lapua Magnum.
Le canon de son arme était à bonne température pour effectuer du tir de précision à longue distance.
Elle reprit le contrôle de sa respiration et sembla devenir de pierre, elle ajusta sa visée et elle appuya sur la détente toujours avec la même rigueur professionnelle qui la caractérisait.

Elle relâcha la détente et vit les plaques de métal bouger, il semblait qu'elle avait loupé son objectif.

"Résultat et correctif."

A peine trois centimètres au dessus de son objectif. Les fameuses variations inhérentes aux variations climatiques. Mickaëlla baissa la tête pour faire de nouveau le vide dans son esprit, rien ne devait perturber sa concentration. Elle souffla profondément avant de relever la tête et de se repositionner derrière son arme. Patiemment elle reconstruisit sa position s'assura que son arme était bien positionnée au creux de son épaule et reposer au creux de ses bras. Elle tenait correctement son arme, elle prit sa visée et de nouveau elle eut une action parfaite sur la détente de son arme. Cette fois ci Rakel lui confirma le coup au but.
Elle manœuvra la culasse et engagea une nouvelle cartouche dans la chambre, certains guerriers Olodons devaient se dire que cela devait être du à la chance, pour faire taire les médisants rien ne valait la démonstration.
Elle reconstruisit sa position reprit sa visée calma sa respiration et fit de nouveau avec à la clé un coup au but.

Elle manœuvra encore une fois la culasse pour faire monter une nouvelle cartouche dans la chambre deux coups au but était peut être suffisant pour la plupart des gens mais des septiques pourrait prétendre que c'était du à la chance.
Avec la même rigueur et le même professionnalisme elle prépara son nouveau tir et fit feu et enchaina un nouveau coup au but.

Trois coup au but d'affilé s'était bien mais elle tenait à enfoncer le clou une bonne fois pour toute c'était donc avec la même régularité que les fois précédentes elle fit mouche une quatrième fois et vida son chargeur par la même occasion.

Sans jeter un regard au guerrier lion avec qui elle était en concurrence, de toute façon à quoi bon ce dernier ne serait pas capable de rivaliser avec elle, aucun intérêt de le toiser. Elle éjecta le chargeur vide, referma la culasse sans qu'il y ait de cartouche dans la chambre et fit feu à vide. Puis elle engagea un chargeur plein et elle se mit à genoux pour prendre part à la conversation.

Mickaëlla était d'accord avec Rakel il devait faire dans le spectaculaire mais de là à se faire tirer dessus par les Olodons pour leur montrer que leur protections étaient super efficace pour les protéger contre les tirs de plasma. Mais qu'est ce qui lui arrivait elle était devenu complètement maso ou quoi? D'accord ça ne les tueraient pas mais ça aller détruire en partie le tissu des gilets, leur fringues, l'équipement et en plus cela causerait des traumatismes à Rakel la cobaye.


"Ça va sacrément sonner le cobaye, détruire en partie son gilet, dégrader les plaques qui pourront plus qu'encaisser qu'un tir. Et en plus ça va causer de jolies traumatismes au cobaye."

Rakel était une vraie tête de mule et il y avait peu de chance qu'elle change d'avis, mais elle devait savoir qu'elle n'était d'accord avec cette idée en tout cas elle n'allait pas tirer sur Rakel. Elle trouvait l'idée assez malsaine mais bon Rakel était en charge de l'équipe enfin pour le moment, parce qu'après s'être fait tirer dessus elle ne serait peut être plus en état. On ne savait pas si les lances des Olodons n'étaient pas plus performantes que la lance jaffa standard.

"Vu qu'on vient de faire une démonstration de précision on pourrait faire une démonstration de force face à une autre équipe. Genre deux équipes de 4, quarante cible à abattre par équipe situé à 1OO mètres, la première équipe qui élimine tout ces cibles a gagner."

Simple, ludique et efficace. Cela montrerait la puissance de feu qu'ils étaient en mesure de faire déferler sur leurs ennemis. Et ils étaient plutôt bien équipés, entre le lance grenade d'Ivan, la minimi et le lance roquette ils pouvaient se débarrasser de quarante cible a une vitesse qui feraient pâlir les guerriers Lions. Et pour le coup il n'y aurait pas de blessé tout du moins pas chez eux et niveau spectaculaire et effet pyrotechnique ils seraient servis. Cela leur montrerait qu'après la finesse, la précision du tir, ils pouvaient faire preuve de sauvagerie et d'une violence sans pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 174
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 26

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Adjudant / 281
Age du personnage: 26 ans
avatar
Militaire
Luc Daving
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 19 Aoû - 15:41

Le voyage jusqu'au terrain d'entrainement fut exactement pareil que lors de leur arrivée, décapotable, foule en délire et tout ce qui va avec. Par contre les louanges du peuple contrastaient avec ce que Luc avait vu et entendu le jour d'avant. Il tenta de ne pas y penser et préféra ce concentrer sur ce qui allait suivre.
Il regardait la foule en délire, lançant de bref sourire à leur encontre. Ce n'était définitivement pas son truc d'être au centre de l'attention. Il préférait la discrétion, être dans l'ombre et rester un anonyme. Il n'aurait pas dit non à prendre la place de Mathilde.


Le cortège arriva enfin à sa destination, Luc en était content. Mais le plus dur restait à venir, l'équipe devrait montrer le meilleur d'eux même et faire dans le spectaculaire. Les olodons en étaient friands. Les armes terriennes faisaient beaucoup de bruit, mais mise à part ça rien de bien spectaculaire comparé aux lances jaffas. Le suisse descendit du véhicule et suivi le groupe et le général. Il put constater que le terrain était immense, étrangement vide, mais immense.


Leurs hôtes ne tardèrent pas à arriver, on pouvait facilement distinguer qui était les trois dirigeants, ils étaient bien mieux vêtus que tous les autres, mais un se dégageait du lot. Le plus grand, il était immense et en imposait par sa carrure. Il était même le seul à porter un masque le rendant anonyme, enfin même sans visage, il n'était pas compliqué de le reconnaitre. L'adjudant restait légèrement en retrait, il n'était pas là pour discuter, mais juste jouer au mariole pour épater la galerie. Il gardait son fusil devant lui, ses mains posées dessus. Il écouta les présentations, mais garder un contact avec son arme le rassurait, car les guerrières panthères n'avaient pas l'air de rigoler et les lions rouge non plus. Il ne leurs arriverait surement rien, mais on n'était jamais trop prudent.


La dernière personne présentée était la scripte, une femme avec le visage mutilé, un appareil à la place d'une oreille. Étrange et perturbant, subir des mutilations pour ça. Luc ne comprenait pas, s'en était de la torture pour lui.
Il ne restait plus que l'arrivée des guerriers qui ne tardait plus. Luc les regarda, habillés seulement d'un pagne. On aurait dit l'arrivée d'une tribu africaine pour une fête. Le suisse en souriait presque, mais se retenait de le faire, ne voulant pas vexer ce peuple.


Mathilde demandait qu'ils humilient les jaffas, leur montrer que les terriens étaient imbattable. Facile à dire, car le général n'allait surement pas leur mettre des bleus face à eux, mais plutôt ses meilleurs guerriers. Leur démonstration commença par le cap, MickaElla se mit en place, Rakel comme observateur et les trois autres n'avaient cas attendre le résultat des tirs. Mevel avait de quoi faire avec son appareil photo. Ivan, Émilie et Luc juste à faire bonne figure.


Le tir réussi, il était vrai qu'une progression en binôme n'était pas des plus spectaculaire, l'idée de Rakel par contre le serait vraiment, mais elle était risquée. Se faire tirer dessus pour tester le gilet avec un cobaye vivant, c'était des plus fou. Au moins MickaElla tenta de calmer les hardeurs de Rakel et proposa mieux comme idée.


" L'idée est bonne, mieux vaut faire des concours contre eux. Au moins on ne risque pas de brûler dans son uniforme. "


Il faisait confiance au capacité scientifique de Mathilde, mais le gilet était récent et même les gilets par-balle standard avait toujours une marge de défaut.


" On peut aussi tenter des combats à mains nue ou un parcours du combattant avec ou sans paquetage complet et on regarde par la suite pour les explosifs, le CQB et le... " Luc regarda Rakel avec un regard légèrement inquiet. "teste du gilet."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 19 Aoû - 16:48

Luc prit la parole et ce qui rassura Mickaëlla c'est qu'il était d'accord avec elle. Il ne voyait pas trop l'intérêt masochiste de jouer les mannequins de crash test en se faisant tirer dessus à lance jaffa. Il avait présenté les choses de manière très diplomatiques et lui aussi devait craindre que Rakel aille au bout de son idée, quitte à demander à une guerrière panthère de lui tirer dessus.
Luc était aussi d'accord avec sa proposition de mitrailler à tout va pour montrer la puissance de feu des terriens.
Plus exactement il était d'accord avec l'idée de se mettre en compétition avec les Olodons, et il avait des propositions intéressantes mais Mickaëlla avait des doutes.
Mathilde voulait qu'ils s'imposent dans toute les compétitions, et Mickaëlla doutait qu'ils puissent s'imposer dans du combat à mains nues.
Il s'agissait d'une démonstration et pas d'un vrai combat, ors les olodons s'entrainaient tout les jours, sans parler que la lance Jaffa se prêtait admirablement aux combats au corps à corps.

Le meilleur combattant mains nues Olodons devrait affronter le meilleur combattant mains nues de SG-X?
Les chances de gagner n'était pas à en leur faveur.
Il en était de même sur un parcours commando, les Olodons devaient avoir des guerriers qui explosaient le chrono.
Défaire les meilleurs dans chaque domaine était certes la meilleur façon de s'imposer comme étant des guerriers d'exception mais là ça relevait du fantasme. Les Guerriers Olodons étaient loin d'être pourri, et ça ne serait pas simple de s'imposer si il fallait aller le terrain de la condition physique.
Mais les guerriers terriens avaient une qualité que n'aurait peut être pas les Olodons. Eux qui plaçait l'honneur personnel et la gloire gagnée au combat et dans les duels au dessus de tout pourrait être la faille qu'il fallait utiliser.



"Les Olodons sont fier et les guerriers me donnent l'impression d'être très individualiste. Je pense que si on fait les challenges en équipe on devrait pouvoir gagner. Ils donnent pas l'impression d'avoir l'habitude de jouer collectif.
Dans l'idée on pourrait faire un parcours commando avec paquetage en équipe de 4 avec 8 obstacles à franchir. Chaque participant choisis un obstacle. Et on peut refaire un parcours avec un cinquième qui est un blessé à transporter."

Mickaëlla pensait à Mevel pour jouer les victimes qu'il fallait transporter d'une point A à un point B, tout en passant des obstacles. C'était le genre de parcours qui ne pouvait être réaliser que si il y avait une vrai dynamique de groupe.
Les guerriers terriens étaient entrainés à agir de concert, c'était dans l'ADN du soldat terriens. Seul on va plus vite, unis on va plus loin.


"En tout cas perso pour le combat mains nues je passe mon tour.
Vous en pensez quoi Lieutenant?
Qu'est qu'on mets en place?"


Mickaëlla n'avez pas envie de prendre des patates dans la tronche pour le bon plaisir de la populace, cela faisait un peu trop gladiateur à son goût. Et puis un mauvais coup était vite arrivé et boum un nez, une arcade ou pire.
Elle se dérouillait bien sans être une experte mais le combat à mains nues révélait beaucoup de chose sur un individu, entre autre sur son caractère et sur sa façon de se battre en général. C'était le genre de choses que Mickaëlla préférait garder en réserve pour le cas ou ils auraient besoin de se battre pour protéger leur vies.


Toujours était-il que quelque puisse être leurs idées celle qui allait trancher au final, c'était Rakel. Mickaëlla attendait donc que la jeune Lieutenant prenne une décision en espérant qu'elle avait abandonnée son idée de se prendre un tir de lance jaffa de pleine face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 144
Date d'inscription : 06/08/2011
avatar
Maître du jeu
Deimos
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 19 Aoû - 20:54

Pendant que les militaires terriens discutaient de la suite des évènements les olodons étaient allé voir le résultat des tirs de Mickaella et discutaient vivement entre eux. Le fait que le CAP ait pu à presque un kilomètre traverser tout ce blindage et être capable de pulvériser sa cible laissait bouche bée la majorité des Lions, mais certains étaient visiblement impressionnés par les tirs sur le mannequin. La Scribe avait rapproché ses orbes argentées de ce dernier et on pouvait voir sur un grand écran holographique flottant devant les convives les impacts en gros plan.

Le général et le conseiller militaire s'approchèrent alors, suivi rapidement par les deux fistons et le tireur d'élite olodon. Ce dernier s'adressa à sa rivale d'un ton direct et sans animosité.

"Les tirs étaient impressionnants. Les plus jeunes n'ont d'yeux que pour l'arme qui a fait de gros trous, mais vos autres tirs étaient au moins aussi dévastateurs pour la cible. Si cela avait été un jaffa ou un goa'uld, il n'aurait pas survécu sans champ de force. Mon arme ne me permet pas de rivaliser avec votre démonstration, je m'avoue vaincu sans honte, il serait bien inutile que je fasse étalage de notre incapacité à opposer un armement comme celui que vous venez de nous montrer. Auriez vous l'amabilité de montrer ces deux armes?"

Les mots du soldat firent légèrement grimacer le conseiller et le général, mais l'explosion vint d'un des Lions écarlates qui s'emporta contre lui.

"Misérable, tu n'as donc pas le moindre honneur que de t'avouer vaincu sans même te battre? Tu mériterait le fouet jusqu'à ce qu..."

Le poing ganté du conseiller s'était abattu avec force sur le casque de son fils le son du métal résonnant dans l'air. Le Lion avait été légèrement sonné et titubé en arrière avant de se ressaisir et s'avancer agressivement vers son géniteur, immédiatement ramené à de meilleurs sentiments par le bruits de lances serpents activés. Deux Panthères pointaient leur arme sur sa poitrine et à cette distance il serait mort avant d'avoir pensé à esquiver s'il faisait le moindre geste.

"Tu parles d'honneur petit lionceau, mais tu n'y connais rien. Tu es juste arrogant et aveugle. Jessu sera meilleur tireur que tu ne le seras jamais même si on lui crevait les deux yeux! Tu me couvres de honte à miauler comme un chat auquel on a marché sur la queue. Disparais avant que je prenne une de ces lances et que je ne mette fin à ta misérable existence de prétendu soldat. Tu aurais du faire acteur, Alaram, tu joues mieux le soldat que tu ne l'es vraiment!"

Le Lion écarlate avait les poings serrés, prêt à bondir et se faire pulvériser. Son frère intervint en lui posant la main sur l'épaule et indiqua à son père qu'ils prenaient congé. Ils s'éloignèrent Alaram marchant d'un pas vif, des éclats de voix montant au fur et à mesure qu'il s'éloignait. Les Panthères se remirent en position telles des automates et le conseiller s'intéressa à nouveau aux terriens.

"Mes excuses, tau'ris. J'ai fait de mon mieux pour élever deux lions, mais parfois , faire de son mieux n'est pas suffisant. Leur mère ne leur a pas survécu et j'ai cru qu'en faire des Lions d'Ahnour leur apporterait la stabilité, je me suis sans doute trompé ou bien ai je été trop coulant avec deux orphelins que j'ai trop ménagé. Kovu est un brave garçon, dévoué, droit et vaillant, mais son jumeau... Ah, au diable tout ça. Revenons à nos histoires d'arme, les affaires de familles sont toujours un nid de frelons dont il faut se tenir éloigné."

Le général tapota l’épaule de son mentor et évoqua une petite anecdote qui n'avait rien à voir à propos d'une chasse lancée pour aller traquer du fauve et qui s'était finie par les deux guerriers assoupis sous un arbre à cuver, perdu en pleine nuit dans le territoire de chasse des grands félins et leur retour prématuré quand ces derniers avaient décidé que l'humain siérait à leur menu du soir. Ils avaient ri, les olodons autour aussi - à l'exception des Panthères et des deux autres conseillers et l'évènement avait été oublié aussi vite qu'il était arrivé.

Des Lions s'approchèrent ils voulaient savoir la suite des réjouissances, et si d'aventure certains terriens voudraient se battre contre eux dans des duels amicaux, expliquant que les luttes Asaïdes étaient un combat dans lequel il fallait faire sortir son adversaire hors de la zone de combat une zone de quatre mètres de diamètres environ sans le blesser. Le but étant de faire preuve de la bonne combinaison de force, d'adresse et d'endurance pour y arriver. Cela correspondait à pas mal de luttes terriennes, que ce soient les combats de sumo ou de lutte classique. La subtilité était qu'on s'enduisait de graisse pour rendre les prises glissantes. Les chances de blessure étaient très limitées et le résultat lui promettait d'être spectaculaire comme la démonstration qu'on leur fit en guise d'exemple le démontra.
Deux colosses s'affrontèrent pendant un match haletant de quelques minutes seulement, ils cherchaient les prises sur le corps, mais immanquablement c'était le pagne qui fournissait le meilleur point, la majeure partie du match fut donc un duel de vitesse et feintes pour attraper l'autre par son seul vêtement et là dans une version olodon de la planchette japonaise le perdant fut éjecté sans autre forme de procès de la zone de combat. L'atterrissage fut rude, mais l'apprenti boulet de catapulte se releva en riant, couvert de terre battue et alla saluer la victoire de son opposant dans cette sorte d'allégresse typique des olodons.

"Un beau combat."

Lâcha le général, en regardant du côté de la scientifique et vu la différence de taille il avait une vue plongeante sans doute très, très intéressante...
Souriant la diplomate feignait de ne pas remarquer son petit manège, elle s'amusait beaucoup à tisser sa toile autour de sa proie et surtout elle espérait que ses coéquipiers donneraient une jolie leçon aux olodons. Elle l'abandonna cependant un moment et prit la TELD à part.

"Mickaella si vous voulez une meilleure paire de jumelle, prenez la SOPHIE dans mon sac sur la MULE. Je n'ai pas eu le temps de placer une véritable lunette optronique sur le CAP, mais la prochaine génération en sera dotée, le général a validé une demande de matériel auprès de THALÈS, la prochaine vous pourrez émasculer une mouche sur l'épaule d'un Lion à un kilomètre sans le faire bronzer. Si vous voulez tirer sur un gilet next gen, il y a également un gilet dedans, il est là pour ça. Mais ne tirez pas plus de deux fois dessus. Et sur un mannequin ou sur un olodon, pas l'un de nous."

Elle n'était pas peu fière de son exploit, mais en enjolivant la vérité on pouvait obtenir pas mal de choses d'anciens collègues et le matériel qu'ils trouvaient obsolète trouverait une nouvelle vie entre ses mains experte. Le gilet était visiblement un prototype, il n'avait aucun camouflage, juste un vert kaki classique, on pouvait voir des coutures ici et là et des annotations un peu partout, clairement pas la version finale.

Mevel nota qu'à plusieurs reprises des orbes flottaient près de lui. De toute évidence, Busara l'étudiait sous toutes les coutures quand elle ne le détaillait pas directement. Elle ne posait pas de question, attendant sans doute qu'il lui explique.

Les autres terriens étaient maintenant à proximité directe des Lions qui avaient très envie de les voir à l’œuvre et sans aucun doute de les défier à l'Asaïde.
Mathilde avait quand à elle rapidement retrouvé sa place près du général et se faisait expliquer les subtilités de la lutte, laissant même le général l'attraper pour lui faire des démonstrations au ralenti de prises aux noms toujours évocateur rappelant aux agents SG  les noms d'attaques de catcheurs professionnels voire de Chevaliers du Zodiaque... et le conseiller de railler son camarade.

"Mon pauvre Alhassar j'espère que tu es meilleur danseur que lutteur parce que dans le cas contraire tu n'as aucune chance de conquérir le cœur cette petite tau'ri au teint de talcali."

Éclatant d'un rire sonore en voyant la mine déconfite du Lion d'Or et le fard piqué par la nippone, les deux ayant cessé de jouer les lutteurs et se tenant à présent à un bon mètre l'un de l'autre, la diplomate feignant de s'intéresser à ce que disait un Lion à Luc à propos des règles de la lutte et le général de lorgner dans la direction de son ami d'un air de dire "Toi je te fourrerai bien une lance jaffa serpent dans le gosier."

Imaginer ce conseiller dans une réunion diplomatique donnait des sueurs froides à la Baronne, il pourrait mener à une guerre interplanétaire en moins de dix minutes avec son franc parler et son tact aussi développé que celui d'une pression hydraulique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 21 Aoû - 21:00

Alors qu'ils étaient de discuter de la suite des festivités le général, le conseiller et son rival vinrent à sa hauteur à fin de discuter. Et contre toute ses attentes le guerrier qui devait l'affronter déclara forfait. Il était amplement conscient des forces et des faiblesses de son arme et savait pertinemment que sa démonstration ne donnerait rien de probant. Il avait raison, il n'y avait là aucune honte, bien au contraire. Il reconnaissait sans peine la capacité destructrice du CAP, mais avait été également impressionné par son fusil longue portée qui avait mis en pièce le mannequin. Lui y voyait un intérêt et était certains que cela pouvait couper une humain en deux et il avait bien raison de le croire. Il y avait bien donc des vrai guerriers dans cette armée.
Mais il y avait beaucoup de jeunes gens intrépide qui se laisser guider par leur fougue et un orgueil mal placé, l'un des fils du conseiller militaire était de ceux là.
Il commença à insulter le champion Olodon mais il fut rapidement rappeler à l'ordre par le conseiller militaire à l'aide d'une grosse mandale des familles et d'une tirade digne d'un sergent instructeur.
Le fils était fougueux et sans l'intervention des guerrières panthères il s'en serait pris à son père de conseiller. Il y eut un instant de flottement et l'intervention de son frère calma le jeu. Le fougueux lion quitta les lieux en râlant à qui mieux mieux.
Le conseiller présenta ses excuses mais elle n'était pas nécessaire pour MickaËlla tout du moins elle était une guerrière et pour elle l'incident était réglé mais le conseiller avait raison les histoires de famille était toujours problématique.

"Je n'y vois là aucune offense conseiller."

Le général prit la relève avec le conseiller militaire et détendit l'atmosphère avec de vieux souvenir. Mais Mickaëlla n'était pas dupe, il ne devait pas y avoir que le fils du général qui devait se sentir offensé d'autres jeune guerriers fougueux devait l'avoir en travers de la gorge. Mais elle avait sa petite idée de comment faire passer la pilule, et l'intérêt que portait le champion Olodons pour son matériel allait grandement y aider.

"Enchanté Jessu, je suis le major Strucker. Et effectivement votre analyse de la situation et de mon matériel est excellent. Je suis doué mais surtout je dispose du meilleur matériel des forces armées de notre planète, et j'ai reçu la meilleur formation qui soit pour manier ce genre d'arme."

Mickaëlla avait récupérer son MP7 et avait retiré le chargeur pour apporter un support visuel à son explication. Comme beaucoup des membres des forces spéciales elle avait de l'expérience en tant qu'OMLT. Discuter avec un professionnel du gabarit de Jessu était plus simple qu'avec des adolescents d'Afghanistan, ou Kurdes.

"Les armes des guerriers de notre planète propulse des projectiles de métal à grande vitesse. Comme vous avez pu le voire il y a certains avantages à utiliser ce type d'arme. Nous avons prévu de vous faire d'autres démonstrations pour vous montrer l'étendu de notre puissance de feu."

Oh que oui il allait avoir droit à une belle démonstration si il acceptait le défi, et il le ferait parce qu'il allait s'agir d'une course entre deux équipes. Celles qui neutraliserait tout ses cibles en premier aurait gagné.

"Manier une arme comme celle-ci demande un long apprentissage. Je suis formé pour abattre des cibles de haute valeur à très grande distance. Avec une arme plus perfectionné je peux atteindre une cible à trois milles mètres. Nous avons une conception de la guerre un peu différente de la votre. Nos guerriers disposent d'armes variés avec des caractéristiques qui leur sont propres. Je vous ferez essayer une autre de nos armes vous m'en direz des nouvelles. D'ailleurs en quelques heures avec du matériel terrien Mathilde notre diplomate pourrez apporter des améliorations à votre arme pour faciliter les tirs à longue distance."

Les Olodons aimaient les démonstrations martiales ce qui suivit était une sorte de lutte greco-romaine. Non seulement ça n'était pas le dada de MickaElla mais elle se voyait assez mal combattre en petite tenue recouverte d'huile. Cela avait trop des airs de catch dans la boue et était à des années lumières de sa conception du combat. En plus cela voulait dire se battre avec une guerrière panthère pour avoir quelqun de son gabarit et ses dernières devaient largement méritait leur réputation à voire la peur qu'elle faisait régner.

Mathilde était venu lui parler, elle était on ne peut plus satisfaite de la démonstration et apparemment elle se voyait déjà revenir sur Olodons avec un CAP améliorer pour faire une démonstration encore plus impressionnante. Elle disposait des fameuses jumelles dont elle aurait eu besoin. Pour le moment elle n'en avait plus besoin mais qui sait peut être que dans les prochaines démonstration. Par contre elle disposait d'un gilet expérimental dans ses affaires et elle pouvait faire une démonstration de la résistance de leur protection.
Elle demanda aux serviteurs de virer les mannequins déchiquetés, les plaques de métal et de revêtir un nouveau mannequin avec le gilet.

Pendant ce temps là le général expliquait à Mathilde la lutte Olodons à grands renfort de gestes et non seulement il semblait sous le charme mais pas très gêné de manipuler la petite nippone qui en retour se laissait faire. Apparemment elle n'était pas totalement insensible aux puissantes mains du général sur son corps et la réflexion du conseiller fit prendre un fard au général et à Mathilde, ce qui laissait à penser qu'il y avait là une idylle naissante entre les deux. Mathilde était en train de se prendre à son propre piège. Mais Mickaëlla se garda bien de faire une quelconque réflexion sur le sujet et elle était bien contente d'avoir dissimulée son visage ce qui empêchait la baronne de la voire sourire.

"Jessu je vous propose d'essayer cette arme que nous appelons le CAP.
Grâce à cet appareil de visé, vous allez pouvoir visualiser votre cible.
Faites pivoter ce bouton sur cette position et quand vous êtes prêt à faire feu appuyer doucement et calmement sur la détente qui se trouve ici."

Le CAP manquait d'ergonomie mais Jessu était un guerrier avec de l'expérience et du talent il ne mit pas longtemps à trouver une position qui lui convenait. MickaÊlla reconnaissait bien là le tireur expérimenté, patient et minutieux. Toutefois il s'agissait de son premier tir avec une arme avec une ergonomie terrienne et Jessu loupa son tir de peu. A l'aide des jumelles de Mathilde, Mickaëlla put voire que le tir était passé quelques centimètres au dessus de l'épaule droite du mannequin. Mickaëlla regarda Jessu, qui naturellement rectifia sa position et ajusta de nouveau sa visée. Elle n'avait pas eu besoin de lui expliquer quoi que se soit que ce dernier avait instinctivement su quoi faire. Pas de doute le guerrier Olodon était vraiment doué, en même temps il était le meilleur tireur de son peuple.
Sans surprise pour Mickaëlla, Jessu fit mouche ce qui entraina un viva parmi les guerriers Olodons. Un viva qui se calma assez rapidement parce que les uns après les autres les guerriers avaient remarqués que le tir n'avait pas traversé le mannequin. Mickaëlla ordonna à un serviteur de lui ramener le gilet. Elle parla suffisamment pour qu'un nombre important de dignitaire puisse entendre.

"Ce gilet est léger et nous protège des dégâts qu'inflige les tirs de lance. Cela permet de sauver beaucoup de guerriers. C'est une invention de Mathilde, elle a développé et fabriqué ce matériaux. Elle sera plus à même que moi de vous en parler, mais ce matériau semble être une source inépuisable d'invention et dans tout les domaines. Nous l'appelons graphène. Mathilde est la référence sur notre planète en ce qui concerne ce matériau."


Mickaëlla était une assez bonne VRP et elle tenait à ce que Mathilde soit vu sous son meilleur jour afin de pouvoir négocier avec les autorités d'Olodon. De plus elle n'avait pas oublié leur conversation autour du graphène. Ce matériau était une véritable mine d'or et de diamant, développer ou récupérer une technique performante du graphène rapporterait assez d'argent et de crédit au programme pour qu'il puisse tourner sans soucis pendant 10 ans.
Le serviteur revenait avec le gilet et elle le fit passer dans les mains des notables présent. Première règle de la vente, foutre la came dans les mains du client.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 2687
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans
avatar
Militaire
Rakel Peleonor
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Jeu 23 Aoû - 11:40

" Vent Nul. Distance  914,5 mètre."

Je donnais ces informations tout en sachant que Micka pouvait faire sans et se serait encore plus vrai lorsque sa machine serait parfaitement au point, les serpents auraient une sacrée surprise lorsqu'ils se retrouveront confronté à cette arme. D'ailleurs elle ne loupait que de quelques centimètres la cible si ça avait été un jaffa à il serait mort sur le coup c'était évident. Mathilde avait fait fort il fallait le reconnaître.

"Trente centimètres trop haut."

L'idée de tester le gilet en direct live ne semblait pas enthousiasmer beaucoup de membre chez sg-x chose que je comprenais plutôt bien j'avais beau sortir d'hôpital psychiatrique l'idée de me faire tirer dessus par une lance serpent tout en me disant que j'avais confiance en les capacités de Mathilde mais ce n'était tout de même pas le genre d'équipement que nous étions pressé de tester en conditions réelles. Quoi qu'il en soit j'étais capable de le faire si nous devions à tout prix convaincre de notre supériorité.  Sauf que je n'étais pas sûre que se soit une si bonne idée.un peu comme le gilet pare balle qui prouve que la police est bien équipée et indique aux personnes malveillantes que tirer dans la tête serait bien plus efficace. Peut être que je jouais un peu trop les paranos mais il en fallait bien un dans l'histoire et ça ne serait pas Micka qui agissait comme si tout était normal alors que certains de nos hôtes faisaient preuve dune agressivité clairement établie et qui semblait proche des réactions de jaffas ou de goaul'd. Mais non tout était normal Raky arrête ta parano la mission se passe à merveille.

J'aurais aimée pouvoir être comme mon ancien second. Détendue à m'amuser comme si il y avait de quoi et comme si le spectacle remplit d'animosité de certains d'entre eux était parfaitement normale. Mais je ne pouvais m'empêcher de comparer ça a l'entrée d'un ex jaloux et bourré à un mariage qui dirait tout haut se que beaucoup pensait tout bas. Peut être que la démonstration de force ne faisait pas que les impressionner mais créait aussi une forme de méfiance et de haine envers ce peuple qui débarquait sur leur planète, défilait leur meilleur soldat et le vaincu sans véritable combat. J'essayais de me changer les idées en observant les combats que nous offrait en démonstration encourageant mes hommes à y participer si ils le souhaitaient personnellement je n'avais pas envie de m'enduire de gras pour aller lutter à avec qui que se soit. Ajoutons à ça que je j'étais pas la meilleure lutteuse qu'il soit j'étais plutot petite teigne qui griffe et qui mords pas la meilleure image à montrer de nous, certes je maîtrisais le combat à mains nues mais pas réellement l'aptitude à perdre. Jouer sans règle avait toujours été mon point fort. Et puis je n'allais pas commencer à me déshabiller pour aller lutter en petite tenue...

En tout cas je ne savais pas se qui avait pu se passer durant ses années loin de la porte mais Micka n'était plus Micka elle fallait le petit bout de gras avec son ancien concurrent qui avait abandonné et lui expliquait même comment elle fonctionnait. Etrangement j'avais presque l'impression que nous allions finir comme le vendeur d’arme qui se retrouve braquer avec ses propres jouets. Et puis elle expliquait même que notre ambassadeur était la créatrice de nos supers gilets déjà que le général aurait du mal à la laisser partir mais là... Bon ok on recommence pensée positive.

"Après la démonstration du gilet,  on peut se faire une petite progression comme tu l'as proposé et finir par faire sauter un truc au c4 mais on ne vide pas nos réserves restons prudent on ne sait jamais."


J'observais l'Olodons qui enfilait le gilet ils seraient forcément étonné, les résultats nous avaient clairement scotcher sur place au SGC, en plein air se serait sans doute plus étonnant encore surtout qu'ils n'étaient pas préparer à ça, pour eux les lances serpents étaient des armes mortelles presque à tout les coup.

"Ivan préparez du c4 pour la suite histoire de faire un beau petit feu d'artifice. "


L'idéal c'était que tout le monde mette la main à la patte, histoire que l'on ne pense pas que seul Micka était un guerrier qui vaille le coup après tout sa démonstration mettait la barre haute comme toujours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 41
avatar
Militaire
Jean Mevel
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 25 Aoû - 10:12

Le reporter avait suivi le reste du groupe avec docilité.
Il ne s’était pas placé en avant lors de la présentation, bien au contraire, préférant rester en retrait pour mitrailler de ses photographies l’arrivée des officiels de la planète. Jean avait naturellement pris le pli en occupant des angles qui lui permettaient d’avoir de bons clichés, immortalisant tant la présentation du triumvirat que la rencontre en elle-même.

S’il s’arrêta, c’était pour faire la connaissance de son alter ego Olondos dont le nom était si long qu’il ne retint que le début : Busara.
« Je suis Mevel, enchanté. » fit-il poliment.
Mais ce n’était pas nécessaire de se donner cette peine. La froideur de Busara faisait un merveilleux habit à la nature du Major ou bien un bel honneur à l’accueil qu’il avait reçu de la part de son équipe. C’était d’une froideur à se demander si les servantes dans ses quartiers n’avaient été tout bonnement une hallucination.

Jean ne luttait pas dans ces cas-là.
Le sérieux c’est très bien. Mais dans un métier comme le journalisme, ça tue le boulot. On ne récolte pas des témoignages et diverses informations avec le sourire à l’envers. Les sphères volante l’avaient intéressé mais c’était avant de voir que la jeune femme se contentait du minimum.

Le reporter n’était pas un joyeux drille mais ce n’était pas non plus dans ses cordes de bosser avec quelqu’un qui tirait la gueule. Entre le Général qui lui assurait d’une complète participation et la pratique qu’il voyait s’opérer sous ses yeux, l’homme se contenta également du minimum pour répondre à ses questions et n’en posa pas.

En revanche, il profita des différentes démonstrations de l’équipe pour les prendre en photo. Mevel avait placé une nouvelle carte mémoire dans sa Gopro juste avant la sortie du véhicule, ce qui lui permettait de se concentrer sur son appareil. Ce n’était pas celui qu’il utilisait habituellement et son ancien matériel lui manquait clairement. Mais au moins ça ferait l’affaire.

Le journaliste prit en photo ces bons exemples de cohésion alors qu’ils faisaient montre de leur armement et défense. Jean eut même l’opportunité assez cocasse de prendre quelques clichés sur le Général qui se comportait comme un ado. Si éloigné de la Terre et pourtant il faisait comme les autres, montrer quelques prises pour favoriser un contact avec la scientifique.
Jean eut le bonheur d’avoir les deux. La profondeur de l’échange entre ces deux personnes, SG et Olondos, puis leur tête face à un troubleur de fête trop hilare.

Durant la majorité de cette représentation, Mevel s’était attelé à rester près d’Emilie. La jeune femme veillait un peu en retrait et ne décrochait pas son regard des différents acteurs. Elle était prête à intervenir dans le cas où il y aurait un blessé.

« Ca se passe plutôt bien pour l’instant. »
« Ca se passe bien. » Répéta Emilie sur un signe de tête. « J’attends de voir le “Après”. »

Mevel ricana et reprit ses photographies de loin.

« Je me demande ce que va apporter cette alliance si elle se fait. Des unités d’exploration mixte ? Echange de matériel, d’armement ? »
« Tu avais parlé de ce réseau de satellite non ? C’est surement le but final du SGC. Acquérir une défense similaire. »
« Je ne sais pas...j’ai comme l’impression d’avoir une scène bénéfique mais creuse. Comme si on se décarcassaient avant de découvrir la petite ligne en bas du contrat. »

Emilie ne répondit pas.
Toujours à la même place, elle continuait de détailler du regard les environs. Jean lui fit un coup de coude complice et se déplaça de quelques pas pour couvrir la prochaine démonstration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1538
Date d'inscription : 18/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans
avatar
Militaire
MickaElla Strucker
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 26 Aoû - 17:46

Rakel avait bien pris le fait que le reste de l’équipe ne soit pas fan de son idée de jouer les mannequins de crash test. Finalement c’était mieux que les choses se passent ainsi sans vagues et sans accrocs. Toutefois cela se voyait qu’elle rongeait son frein, quelque chose la dérangeait en plus du fait qu’elle ne semblait pas dans son assiette. Il y avait des chances que les deux soient liés, mais il était important qu’elle se détende ou du moins qu’elle en donne l’impression. Ils étaient en mission diplomatique, ils devaient amadouer ce peuple afin d’en faire des alliés, la survie du programme et peut être même de la terre pouvait dépendre du résultat de cette mission. Ils devaient être à 200% pour la réussite de cette opération.
A 200 % c’était les deux journalistes qui y étaient et Mickaëlla ne regrettait pas le moins du monde d’avoir dissimulé son visage à l’aide de son Keffyé. Quand elle avait sa casquette ou sa casque impossible de saisir de qui il pouvait s’agir sans point de référence. Pour les Olodons cela donnerait une petite aura de mystère autour de sa personne et cela pourrait aider Mathilde dans les négociations à venir. Pour Mevel et les terriens qui auraient accès aux images, elle tenait à mettre autant de difficulté qu’il soit possible pour éviter d’être identifié. Elle préférait rester dans l’ombre autant que possible. La pénombre était un refuge pour l’ensemble de la communauté des forces spéciales.
Rakel souhaitait que l’un des membres de l’équipe se dévoue pour affronter un guerrier Olodon dans un match de lutte. Mais apparemment ces encouragements n’avaient pas reçu un accueil chaleureux. En même temps s’enduire d’huile pour un match de lutte en public n’était pas dans la culture et dans les mœurs des soldats terriens. Ce genre de combat existait sur terre mais généralement c’était plutôt la beauté des corps qui étaient observés plutôt que la technique. Il y avait bien les sumos mais ça n’était pas du tout le même genre de lutte. Ce qui y ressemblait plus c’était la lutte grecquo- romaine tels qu’elle était pratiquée à l’époque de l’antiquité sur terre. Si Mickaëlla se souvenait bien les grecs et les égyptiens s’étaient partagé la gouvernance de la mer méditerranée. La passion de Anhour pour la guerre, et le goût des goa’ulds pour les beaux corps avaient sans peine fait la soudure pour créer ce sport de combat.
Rakel semblait enfin décidé à participer à la mission diplomatique, et à la démonstration. Elle était pour leur faire une démonstration d’une progression, mais elle voulait qu’ils économisent les munitions. Elle voulait des explosions pour impressionner les Olodons, et elle demanda à Ivan de préparer du C4 pour ce faire. Mickaëlla avait prévu suffisamment d’explosifs et de munitions pour qu’ils puissent faire une belle démonstration de leur talent sans pour autant être à court de munitions. D’ailleurs vu le stock qu’il y avait, ils se feraient tuer ou capturer avant de se retrouver à sec.

« Pas trop d’inquiétude à avoir pour les munitions, j’ai prévu large, on a de quoi faire une belle démonstration. Il y a du rabe pour toute nos armes à part pour mon MP7, mais j’ai le CAP, et j’ai du sup pour mon glock. Pour l’explo c’est pareil y a de quoi faire avec ce qu’il y a dans la mule. »

Faire une progression était une chose mais il fallait bien donner un thème et des instructions aux serviteurs pour que cela ressemble à quelque chose. Il ne fallut pas longtemps pour que MickaËlla est une idée. Elle allait mixer son idée et celle de Rakel.
Mickaëlla fit venir l’un des serviteurs et lui demanda de mettre en place deux parcours de tir avec des cibles répartis sur les parcours derrière des couverts ou non. Elle laissait le nombre de cibles et leur position au libre choix des serviteurs. Mais Rakel voulait des explosions et Mickaëlla tenait aussi à leur en mettre plein la vue. Et pour ce faire elle demanda aux serviteurs de rajouter une maison sur chacun des deux parcours. Une maison à un étage avec un nombre de pièces, de cibles ennemies au choix des serviteurs. Elle leur précisa de ne pas mettre de toiture aux bâtiments afin que les drones de la scribe puisse suivre l’action dans le bâtiment. Seul impératif dans les deux maisons demanda que soit placé un de ses serviteurs qui devaient jouer le rôle de prisonnier à libérer. Mickaëlla briffa rapidement les deux serviteurs hommes qui allaient jouer le rôle des prisonniers, leur précisant qu’ils ne devaient sous aucun prétexte se mettre à courir, s’agiter, bouger dans tout les sens. Ils devaient se borner à attendre les ordres des libérateurs. Mais pour en mettre plein la vue ils allaient avoir besoin d’un peu plus que du C4.

« Ivan. Toi et moi on va faire des tirs d’appui sur la progression moi avec le CAP et toi avec ton lance grenade. Progression en binôme. Je me binôme avec le Luc. Luc, tu ouvres la porte avec du cordon détonnant. Propre, efficace et chirurgical. On nettoie le bâtiment, on récupère le prisonnier, on s’exfiltre. Ivan tu poses des charges de C4 pour raser le bâtiment une fois hors de portée du blast. »


C’était un exercice plutôt classique pour les forces spéciales, à part peut être pour faire péter le bâtiment en sortant. Ils avaient tous été rodés sur ce genre d’exercice et même si c’était quelque chose d’extrêmement technique, les Olodons allaient galérer sur cet exercice. Leurs armes manquaient de précision et de cadence de tir, ils allaient donc perdre du temps sur la progression. Leurs armes allaient les gêner dans le bâtiment et là aussi ils allaient perdre du temps. Le moment était venu de se mesurer aux guerriers Olodons.

« Jessu je vous propose de nous affronter sur un parcours de Tir. Le but est de progresser jusqu’à un bâtiment tout en éliminant toutes les cibles qui se trouvent sur le parcours, jusqu’à un bâtiment dans lequel se trouve un prisonnier à récupérer. La première revenue à son point départ avec le prisonnier a gagné. Si vous êtes prêts et partant choisissez trois de vos meilleurs tireurs, pour faire équipe avec vous. »

Tout était réuni pour plaire aux Olodons. Les néophytes et les profanes allaient être subjugués par les explosions, les tirs, et la compétition. Les professionnels et les vrais guerriers allaient être intéressés par la technicité et les types d’explosifs utilisés. Mickaëlla ne savait pas comment cela se passait dans l’ancienne Egypte, mais en tout cas ce gouvernement lui faisait de plus en plus à la Rome antique surtout en ce qui concernait leur goût pour les divertissements violents, et la hiérarchisation des castes dans leur société.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 283
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans
avatar
Militaire
Ivan Naughart
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 27 Aoû - 19:13


La réponse du Lieutenant le laissa plus que perplexe sur le sort à réserver au Pauvre Mevel qu'il demandait simplement de censurer pour éviter que les informations tombent trop complètes entre de mauvaise main. Papier et Crayon étaient une réponse adaptée à ce genre de situation contrairement aux vidéos qui pouvaient en montrer beaucoup trop, en particulier sur l'armement et les défenses en place, mais aussi bien d'autres choses... Laisser parler la poudre était bien largement inutile. Est-ce que la Lieutenant était vraiment bien dans ses basques ? C'était la seconde fois qu'il se posait cette question et si les soupçons généraux sur le coup fourré se confirmaient... Et bien il n'avait pas envie de le vérifier avec des ordres erronés sous le feu ennemi !
C'était déjà la sonnette d'alarme pour le reste des évènements. Montrer une dissention dans le groupe n'était pas un problème pour lui, quand ils étaient entre humains. Face à une peuplade guerrière aux traditions certainement brutales et avec certainement des combats à morts pour remplacer les chefs précédents n'augurerait strictement rien de bon, car à l'ouvrir il se retrouverait dans l'obligation de combattre l'officier supérieur pour ne pas froisser leur hôtes...

Mais non, il fallait arrêter de broyer du noir, et maintenant simplement éviter de se faire violer dans son sommeil par deux hommes et deux femmes dans une orgie "primitive" à la Greco-romaine. Il se débrouilla assez bien pour les occuper, ou plutôt les faire dormir à l'endroit ou il voulait sous prétexte d'assurer sa sécurité. C'est à dire à sa place dans le lit, et lui dans un coin à faire un calin à son HK. Et heureusement, bien que la nuit fut courte pour lui, elle se passa sans le moindre problème contrairement à ce qu'il avait pu imaginer.

Le réveil le petit déjeuner étaient au moins tout aussi luxueux que le dernier repas, ce qui jurait vraiment avec les habitudes alimentaires des soldats en mission. Mais pour une fois qu'ils pouvaient en profiter ! Et puis personne ne semblait vraiment s'en inquiéter après tout. Seule la petite scène entre le Général et l'Asiatique de poche allégeait son atmosphère intérieure. Voir un grand Général, fier combattant se comporter comme un adolescent face à la petite asiatique avait tout de divertissant, bien plus que sa paranoïa ambiante sur un hypothétique serpent, pour lequel il n'y avait pas moyen de l'identifier à part demander à la foule "celui qui a un serpent dans la tête lève la main."

Le voyage vers la zone de spectacle fut tout aussi spectaculaire que leur arrivée, ou ils étaient "étalés" telles des stars de la téléréalité sur leur piédestal pour amuser la galerie. La réalité des guerriers "tueurs de faux dieux" était certainement tout autre que ce qu'ils devaient s'imaginer avec des armées gigantesque et un équipement à la pointe de la technologie ! Ils auraient eut droit aux vieux MAS36 pour aller les combattre qu'Ivan n'aurait même pas été étonné.

Les présentations étaient faites, mais le rôle d'Ivan n'était pas d’interagir avec les grandes huiles de l'autre partis : Garder sa main dans sa bouche et tourner sept fois sa langue dans sa poche. Et de toute manière c'était bien trop compliqué pour lui de tenter de faire quoi que ce soit. Ou plutôt ce n'était pas son travail de le faire ! Son job c'était de tirer sur Mevel après tout ! D'ailleurs il ne lâchait par le journaleux du regard, ni même la doc vu que les deux étaient comme cul et chemise, surtout pour éviter que le journaleux ne se retrouve pris entre deux feux... Vu l'état de la leur, on ne pouvait pas dire

La suite des évènements se passa de manière plutôt déroutante. Ok, faire une démonstration de la nouvelle pétoire était prévu depuis le début. En mettre plein la vue avec une arme expérimentale sur un lieu ou ce n'était au final que le meilleurs moyen d'ajouter les gros joujous longue portée. Par contre aller jusqu'au point de leur montrer leurs techniques de combats en gaspillant grenades munitions et explosifs ? Si les choses tournaient mal comme le Lieutenant et l'Adjudant le pensaient, ils sauraient comment les contrer, car leur seul avantage contre une armée de Jaffas étaient leurs stratégies inhabituelle pour leurs adversaires, car ce n'était pas des petits joueurs et en plus ils auraient moins de matériel pour tenter de faire quoi que ce soit. Mais la plus grosse blague fu de proposer qu'un membre de l'équipe passe sous le feu d'une lance serpent pour prouver l'efficacité de leur gilet... La lieutenant était vraiment sérieuse là ? Ou alors avait-elle décidé de titiller sa défiance habituelle envers les autorités et les ordres mal placés ? Jouer avec le feu devant leurs nouveaux amis faisait-il partis du plan du général ?
Heureusement qu'il n'eut pas le temps de lui demander de préciser sa demande en par exemple en se faisant exploser avec du C4 pour montrer la méthode des kamikazes islamistes que le Major Strucker avait pris le relai pour l'organisation de la petite sauterie en proposant aux Olodons un petit concours de vitesse sur un parcours classique d'entrainement pour secourir un otage. Ce n'était par contre pas sûr que ces derniers soient entrainés à ce genre de chose, c'était d'ailleurs pour celà qu'elle leur proposait ce genre de défit. Il fallait quand même leur laisser un peu de chance dans les différents affrontements pour qu'ils puissent un peu briller, sinon ils risquaient de prendre la mouche pour la suite des opérations.

"Tant que vous ne me demandez pas de servir de cible d'entrainement ou de kamikaze en me ceinturant de C4, ca me va." répondit-il ironiquement

Car oui, les évènements précédents ne laissaient présager rien de bon. Pour eux l'honneur était plus important que tout, et à force de les rétamer et de ridiculiser leurs troupes les choses pourraient devenir bien plus sérieuses. Rien que voir là réaction des Panthères face à l'humilité dont faisait preuve leur meilleur tireur il y avait fort à parier qu'à force de rester sur le terrain ou ils avaient l'avantage, les choses ne tourneraient qu'à leur désaventage par "les ambassadeurs qui ne cherchent qu'à les humilier"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission 01ND] "Non Sequitur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Autres planètes-
Sauter vers: