La Porte des Etoiles - Jeu de rôle Stargate
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Mission 01ND] "Non Sequitur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Ven 22 Juin - 14:04

Le général attendait l'équipe dans la salle d'embarquement. L'ambiance était solennelle, on avait même ressorti un drapeau français des placards pour le coller sur le mur en face de la Porte, il ne manquait plus que les soldats en tenue de parade pour leur faire une haie d'honneur avant de passer l'horizon des événements et on se serait cru un 14 Juillet!
Contrairement aux autres, Mathilde ne portait pas de tenue de combat, mais un tailleur blanc éclatant rehaussé d'un petit couvre chef ressemblant à un béret. On pouvait voir accroché à sa veste, quelques décorations qu'elle avait récoltées durant sa carrière ici. Elle était accompagnée de ses deux conteneurs mobiles la suivant comme des petits chiens.
Les attendait aussi une MULE débordant de matériel militaire pour en faire la démonstration à leurs possibles futurs amis.

"Vous allez aujourd'hui avoir l'opportunité de démontrer l'importance capitale de ce que nous faisons ici. Face à un ennemi extérieur féroce et infatigable, un ennemi si technologiquement avancé et disposant d'armées si puissantes que nous pourrions nous avouer vaincu avant même de nous battre s'il s'aventurait dans ce coin de la galaxie, nous avons choisi de nous lutter malgré tout, parce que nous ne comptons pas nous laisser écraser sans rien faire! Et nous ne sommes pas seuls à avoir choisi les armes pour signifier aux goa'ulds que nous ne nous laisserions pas dominer. Ces autres peuples là dans la galaxie doivent savoir qu'ils ne sont pas isolés, que nous pouvons nous entraider! C'est votre rôle aujourd'hui d'être les émissaires de la Terre et de tendre la main aux Olodons.
Rappelez vous que l'ennemi n'est pas qu'extérieur, des gens attendent avec impatience la moindre occasion pour fermer le programme pour de bon et laisser des personnes à la moralité douteuse mettre la main sur la Porte des Etoiles en échange de petits cadeaux.
C'est contre eux aussi qu'aujourd'hui vous vous dressez. Montrez à ces politicards véreux ce qu'est la valeur d'un agent SG!"


Le général était méchamment remonté de toute évidence. Cela avait il à voir avec les rumeurs concernant le soldat qui avait quitté le SGC? Aux rumeurs de plus en plus nombreuses sur le fait qu'on avait tout fait pour pousser des employés de valeur du SGC dans les bras de Typhon ou d'autres multinationales sous influence américaine?
En tout cas, les agents se retrouvaient dans la position de ce pauvre Atlas, à devoir porter le poids de la Terre sur leurs épaules.

"SG-X vous êtes autorisés à partir."

A peine avait il prononcé ces mots que les chevrons de la porte s'activaient un à un dans ce ballet qui faisait toujours tant plaisir à voir et comme toujours, le clou du spectacle, l'ouverture du vortex. Ca y est on y était, ils allaient repartir!

Avant qu'ils ne partent cependant, le général fit signe à Rakel pour lui parler en privé.

"Lieutenant, j'ai pris la responsabilité de vous confier les rênes de cette mission malgré ce qui a pu se passer récemment. J'ose espérer que vous ne me ferez pas regretter la confiance que je place en vous non pas parce que vous êtes la fille d'un ami, mais un soldat vétéran du programme à l'expérience inestimable. Occupez vous de vos coéquipiers de l'autre côté de la Porte et laissez nous nous occuper des problèmes de ce côté ci une fois en mission. Je vous veux à cent pour cent sur le terrain. Allez, ne faites pas attendre votre équipe, ils pourraient partir sans vous."

Pour un peu la militaire s'attendait à le voir sourire quand il prononça sa dernière phrase, mais le général ne se laissait pas aller à ce genre de choses. Il la salua, elle et toute l'équipe et les regarda passer au travers de la surface ondoyante, partant vers l'inconnu, ou presque.


Parlons de cet inconnu d'ailleurs. L'équipe traversa sans mal, même Mathilde ne semblait pas avoir sa petite nausée habituelle. Ils étaient attendus par une délégation de soldats aux tenues ressemblant fortement à celles des jaffas, arborant un heaume en forme de lion. Parmi eux, trois disposaient de tenues plus somptueuses et leur casque était animé de la même façon que ceux des Horus et Anubis goa'uld. Malgré leur affranchissement du joug des grands maîtres ils portaient malgré tout la marque d'Anhour et si la Tok'Ra leur avait dit que cela relevait du trophée et non de l'allégeance cela mettait un peu mal à l'aise, on pouvait facilement avoir l'impression d'être entouré de jaffas...

Le Lion du centre à l'armure écarlate s'avança et frappant le sol de sa lance, salua les terriens en se frappant la poitrine par deux et s'exprima d'une voix forte aux accents aussi péremptoires que pompeux.

"Au nom du Triumvirat des sages d'Oloda, moi le général Alhassar chef des Lions Indomptables d'Oloda, vainqueurs du tyran Anhour, libérateurs du peuple et défenseurs de notre planète vous souhaite la bienvenue. C'est un honneur de recevoir des guerriers d'une planète qui s'est libérée du joug des Grands Maîtres! Suivez moi, les nôtres ont hâte de voir les guerriers de la Terre, de même que vous aussi ambassadrice."

Mathilde goûta moyennement d'être considérée comme la cinquième roue du carrosse, mais pour toute réaction sourit à son interlocuteur et inclina légèrement la tête, répondant d'un ton velouté ponctué d'un sourire poli.

"L'honneur et l'enthousiasme dont votre peuple fait preuve sont partagés, général Alhassar. Montrez nous la voie."

Ils étaient sur une esplanade entourée d'une palissade de marbre blanc ou quelque chose d'approchant faisant une cinquantaine de mètres de côté, remarquant que la Porte était sur un promontoire rocheux et l'accès était une passerelle escamotable. Elle se rétracta, ramenant tout le monde de l'autre côté, et donnant un aperçu du précipice insondable qui entourait la Porte.
De son promontoire, monta alors une massive pièce de métal dont on pouvait voir la partie interne avait un motif épousant le diamètre intérieur de la Porte. Dans un sourd bruit métallique, le verrou se plaça sur la Porte, prévenant ainsi tout activation. La sécurité était donc double, l'accès la planète ne se faisait que par une passerelle qu'ils pouvaient replier, aucun jaffa ou goa'uld ne pouvant faire un bond de vingt mètres, puis une entrave venait empêcher l'activation d'un vortex. Le spectacle avait quelque chose d'imposant... Et n'était rien en comparaison de ce qu'ils allaient vivre dans les secondes suivantes. On ouvrit les portes en grand et là ils purent voir une foule qui les attendait. Ils allaient finalement se le payer le défilé du 14 Juillet!
Des centaines de milliers d'Olodons étaient massés de part et d'autre d'une voie à la largeur considérable, attendant le passage des hérauts de la Terre. On avait prévu à leur effet un véhicule décapotable permettant à tout le monde de les admirer dans leurs tenues de guerrier. Un autre véhicule couvert celui-là attendait la baronne et ses affaires ainsi que la MULE. Le général leur expliqua que c'était uniquement pour éviter à un des opposants à cette réunion de venir défier l'ambassadrice en duel ou simplement de l'attaquer. Tout le monde n'était pas heureux de leur venue. Il assurerait lui-même la protection de la diplomate, même si on voyait bien que le fait de ne pas profiter de l'occasion pour se montrer auprès des héros de la Terre l'ennuyait pour rester poli.

On leur jeta des confettis, des pétales de fleur même, des femmes autorisées à passer leur passèrent au cou des colliers tressés de couleur vive et portant des verroteries jaune et vertes, un des deux autres lions, eux de couleur argentée, leur expliquant que c'était un collier de bienvenue, assurant qu'on vous accueillait en paix.

Après une bonne heure de procession à allure d'escargot, contemplant une liesse faisant plaisir à voir et une cité aux formes harmonieuses ils arrivèrent sur le parvis du bâtiment central de la capitale Ojanda, le siège du Conseil Suprême. Partout on pouvait voir des statues de lion ou de félins divers.
Ils furent amenés dans une salle assez vaste, on avait disposé sur des tables des mets hauts en couleur et il y avait une petite centaine de personnes richement vêtus ou caparaçonnés. Le général Alhassar leur expliqua.

"Il s'agit d'une petite réception pour vous souhaiter la bienvenue. Certains de nos plus nobles citoyens étaient trop impatients pour attendre demain et la réunion au sommet. Aucun n'est ici en tant que représentant d'une maison ou d'une caste, considérez que ce sont simplement des gens curieux ayant envie de vous rencontrer et échanger en dehors du protocole."

D'un geste ample il embrassa la salle et ce devait être le signe qu'attendez tous les invités car ils furent immédiatement assaillis par les convives, les pressant de questions diverses. Le décorum qui avait été posé depuis le début se craquela rapidement, les Olodons étant plutôt du genre "à la bonne franquette" le genre à vous donner une bonne tape dans le dos plutôt que sourire poliment à une phrase aux accents amusants.

Inutile de dire que leur ambassadrice en fut pour ses frais et on put la voir prendre sur elle à un nombre incalculable de fois notamment quand on évoquait sa taille, sa couleur de peau, et comment était il possible qu'elle puisse se battre face à des jaffas avec un tel gabarit de crevette. Oui, les Olodons étaient francs, bruts de décoffrage même. Et on eut pu croire friser la catastrophe quand excédée par une énième remarque sur sa taille elle fit une démonstration d'aïkido sur un soldat en armure qui surprit se retrouva les quatre fers en l'air... éclatant d'un rire sonore, comme plus ou moins tout le monde. Elle désamorça toute panique par un "Je sais ce que je fais." et put profiter d'une popularité nettement accrue après son petit coup d'éclat.

Les autres n'étaient pas en reste, loin s'en faut! On les pressait de questions sur leur palmarès, s'ils avaient détruit des vaisseaux goa'uld, tué des grands maîtres, combien de planètes ils avaient visité, comment fonctionnent leurs armes si étranges...
tous purent remarquer la franchise des questions, on leur demanda si tout le monde était à la peau claire sur leur monde, logique vu que la seule personne au physique différent était la baronne et elle était de carnation plutôt claire aussi, qu'elles étaient leurs coutumes guerrières, de chasse et de reproduction... Le tout agrémenté d'un buffet vraiment somptueux et délicieux.

Like a Star @ heaven  HRP  Like a Star @ heaven

C'est votre quart d'heure de célébrité. Les Olodons sont très curieux et raffolent de la moindre anecdote surtout si cela comporte des combats, du jaffa/goa'uld refroidi, des duels, de la chasse. A part SG-X et les trois Lions qui les accompagnent, personne n'est armé et il est visible que les armures des invités de la réception sont surtout des tenues d’apparat.

Il vous laisse broder les échanges à votre envie et fera intervenir des invités seulement si vous en exprimez le désir ou la situation l'exige, faites vous plaisir. Si vous avez des questions posez les dans le sujet de la mission ou envoyez lui un mp, il se fera un plaisir d'éclairer vos lanternes..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
avatar

Messages : 2621
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Ven 22 Juin - 20:05

Enfiler ma tenue tactique était une putain de bouffée d'oxygène, et croyez moi, ça me faisait bien plus planer que le petit cocktail que j'avais avalé depuis quelques temps. Le sevrage n'était pas particulièrement difficile, enfin si on passait le fait que je m'étais levée en pleins milieu de la nuit pour courir. Quoi qu'il arrive le sevrage avait été fait dans les règles, je n'avais plus de médicaments dans le sang, je n'avais plus d'effets secondaires, quant à mon état mental, il avait été déclaré stable, ce qui était déjà pas mal quand on me connaissait. Bref j'avais enfilé mon bel uniforme kaki, mon superbe gilet tactique tout neuf et bien ajusté avant de passer à l'armurerie. Je pus enfin récupérer mon 9mm chéri, celui que m'avait confisqué Mathieu, et que je n'avais pas le droit de récupérer avant une évaluation psy positive. Le petit chéri rejoignit donc son holster avant que je récupérais mon P90 et le reste de mon équipement. Pendant un instant j'eu l'impression que tout ça pesait une tonne, je n'avais plus vraiment l'habitude et mes quelques jours d'inactivités jouaient aussi leurs rôles dans cette impression.

En entrant dans la salle d'embarquement j'eus l'impression que c'était la première fois que quelqu'un allait la passer. Mais bon je savais se que ça représentait pour le général, j'avais été auprès de lui pour relancer le programme, et on en avait chié. J'écoutais le petit discours, en me retenant de mettre ma casquette qui se trouvait dans ma poche, j'essayais d'avoir l'air concentré, après tout si je me trouvais ici c'était un miracle, encore plus avec la direction de la mission. Lorsque la porte se mit à tourner dans son fracas habituels je sentis un frisson parcourir mon corps. Sans quitter du regard le monstre, j'enfilais ma casquette, l'ajustant pour bloquer correctement ma queue de cheval, qui cachait a peine cette foutue couleur qui ne me plaisait décidément pas. Si j'avais pu je serais retournée chez le coiffeur récupérer ma vraie couleur, mais c'était une mauvaise idée vu que j'avais du mal à tenir ma langue et que je racontais plus ou moins tout se qui me passait par la tête, ajoutons que les coiffeurs aimaient particulièrement faire la causette, bref j'étais coincée jusqu'à mon retour de mission.

Le petit signe de la main de la main du général me fit tiquer, j'espérais pas me prendre encore une leçon de moral, je commençais à en avoir marre. Une petite grimace que je cachais rapidement avant de le rejoindre le pas sûr, j'avais toujours su faire bonne impression, dans presque toutes les situations. L'évocation de mon père ne fit naître aucune émotion sur mon visage, et pourtant intérieurement je bouillais, je détestais depuis toujours l'évocation de la carrière militaire de mon père en parallèle de la mienne, trop de monde m'avait accusé d'avoir obtenu trop de chose à cause du statut de mon père alors que c'était faux. Jamais il ne m'avait fait de cadeaux et jamais il ne m'en ferait. D'ailleurs je devais remercier les antidépresseurs pour m'avoir permis de supporter sa leçon de morale, sans doute la pire de toute, il m'avait rappelé à quel point je le décevais régulièrement, à quel point j'aurais pu trouver mieux qu'un pseudo traître. Difficile de faire taire toutes informations de cette foutue balade à un haut gradé... Je l'avais déçu, les mots étaient durs, plus durs encore que ceux de Mathieu et pourtant beaucoup moins douloureux, et pas seulement à cause des cachets. A la fin de son discours il eut le droit à un salut des plus formels.

"Je ne vous décevrais pas mon général."

Je jetais un coup d'oeil à la salle de contrôle avant de partir dans l'espoir d'apercevoir Mathieu, et montait sur la rampe d'un pas rapide, traversant la porte sans une once d'hésitation, ni même ralentir. Le souvenir de la traversée n'était pas quelque chose que l'on oubliait, les sensations étaient familière. En arrivant j'eus un léger mouvement vers mon P90 en découvrant des soldats en tenue jaffas, puis je me rappelai le briefing et interrompu mon geste. Je me plaçais à la droite de Mathilde, et son joli tailleur blanc, une couleur assez peu appropriée pour les voyages inter galactiques. J'eus un petit sourire lorsque Mathilde fut pincée de ne pas être considérée comme importante à cause de sa tenue, je lui adressais un petit sourire avant de la laisser répondre en première, depuis qu'elle m'avait aidé j'avais une affection particulière pour la petite asiatique même si son aide m'avait attiré des sacrés soucis. J'observais le système de sécurité de la porte, avec un sifflement admirative. Je me tournais vers Micka :

"Je crois que je préfère encore me manger l'iris, pourtant je ne suis pas du genre à avoir le vertige."

Je continuais de suivre le petit groupe jusqu'à la découverte de la foule, là mon petit côté ochlophobe me rappelait que je n'aimais pas ce genre de présentation, mais il fallait faire face. Une profonde respiration me permit de reprendre contenance, c'était une chose dont j'avais l'habitude, j'avais toujours réussis à contenir cette phobie et puis ils étaient prévenant ils avaient même prévu mon type de véhicule préféré une décapotable pour profiter du vent. Une fois installé la vitesse du véhicule lent nous laissait le temps d'apprécier la foule compacte. Des femmes me passèrent des colliers autour du cou, je n'étais pas habituée à ce genre de traitement, nous étions des héros de l'ombre. C'était assez étonnant de trouver une civilisation technologiquement aussi évoluée, c'était assez rare. J'observais la foule, commençant rapidement à trouver le temps long sans pour autant le montrer. A la vue de la cité, mon intérêt se ravivait :  

"C'est un truc de malade..."

Et à l'arrivée un nouveau bain de foule, mon dada quoi... Mais je savais qu'il fallait jouer le jeu, depuis ma première mission j'avais appris qu'il fallait prendre sur soi, à moins de vouloir un incident diplomatique. Je pris donc sur moi alors que les gens caressaient mes cheveux, visiblement intéressé par leur couleur, décidément j'aurais mieux fait de rester brune. Je gardais un oeil sur Mathilde qui finit par mettre à terre un convive. Je m'attendais presque à une crise, mais non. Alors qu'un invité s'interrogeait sur mon statut en particulier parce que j'étais la plus jeune du groupe je m'amusais à une petite démonstration en faisant voler en éclat une assiette à l'aide de mon 9mm, provoquant des cris d'acclamations, visiblement ils aimaient faire la fête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1523
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 24 Juin - 14:21

Mickaëlla avait passé une excellente nuit et s'était levé aux aurores pour avoir le temps de prendre un petit déjeuner, faire un petit peu d'exercice, et se préparer.

Ce qui faisait qu'elle arrivait quelques minutes avant l'heure H en salle d'embarquement ce qui n'était pas le genre d'habitude qu'elle avait démontré ces dernières années.
Point immuable la tenue était toujours soigné et impeccable mais contrairement à d'habitude cette fois elle arborait son béret amarante sur lequel trônait l'insigne rutilant des parachutistes d'infanterie de marine.

Une ancre de marine encablé à gauche couleur or, surchargé d'un dextrochère emplumé argent serrant un glaive pointe en haut.
Des symboles d'une puissance fortes qui raisonnaient dans le cœur de tout militaire, comme le drapeau tricolore qui se trouvait derrière la porte des étoiles.
A la vue de ce dernier la poitrine de Mickaëlla se gonfla de fierté.
Elle était un soldat d'élite, un opérateur de talent œuvrant dans un programme secret qui avait pour but d'explorer la galaxie à l'aide d'un artefact alien, vétérane de ce programme elle avait la confiance du général, elle avait exploré plus de planète que de pays sur terre.
Aucun soldat à part Rakel et Luc ne pouvait s'enorgueillir d'un palmarès équivalent.
Ils étaient là depuis les tout début du programme et ils n'avaient rien lâché pour le faire revivre.

Mathilde était aussi présente dans la salle d'embarquement, et sa présence se remarquait de loin plus qu'à l'accoutumée en tout cas.

Il fallait dire que son tailleur d'un blanc immaculé et certainement taillé sur mesure dans une grande boutique de paris lui allait à ravir.
Et pour parfaire sa tenue en femme coquette soucieuse de la mode et de son apparence Mathilde s'était penché sur l'accessoire qui ferait toute la différence.
Elle avait opté pour un béret et elle avait épinglée les décorations qu'elle avait obtenu durant son service au SGC.
Sur terre sa tenue lui aurait valu d'attirer tout les regards, sur une autre planète à l'autre bout de la galaxie s'était tout de suite moins sur.

"Très jolie béret mais je préfère le mien.
Mais dites moi vous voila bardé de décorations à l'image d'un général coréen."

Mickaëlla se permettait de mettre en boite la Baronne vu qu'elles avaient bien discuté la veille autour de la conception d'arme à plasma.
Et puis surtout cela donnait l'opportunité à Mickaëlla de s'approcher des deux containers que Mathilde trainait partout sans expliquer ce qu'il contenait.
Mickaëlla n'osait pas demander, déjà par politesse, mais aussi par peur de la réponse.
Elle commençait à se demander très sérieusement si il ne s'agissait pas de ces filles qu'elle trimballait dans ces containers.
Il y avait également la mule que Mickaëlla avait pris soin de préparer hier soir.
Le drone était garni d'un tas d'arme d'explosifs et de munitions, mais Mickaëlla était prévoyante, elle avait donc également emmené de quoi faire de la captation de donnée.
Des informations qui pourraient agrémenter leur rapport de mission, avec des photos et ou des vidéos.

Le général prit la parole, il était remonté à bloc ce matin.
Il leur fit tout un discours sur l'importance de cette mission pour l'avenir du programme mais également pour celui de la terre.
Mickaëlla avait bien pris conscience de ça depuis longtemps et elle donnait toujours le maximum par ce que justement les enjeux étaient des plus importants.
Mickaëlla se retrouvait pleinement dans le discours du général elle était un para colo et fière de l'être.
Par essence, elle était destinée à aller explorer des territoires inconnus toujours plus loin.
De plus c'était bien la une mission qui ne devait pas tomber dans la sphère du privé, il n'y avait pas de profit à tirer de l'amitié entre les peuples et l'exploration ne devait pas être perverti par une approche capitaliste et ou hégémonique.
Le vieux était en colère contre tout les fourbes et les malveillants du système et il ne se cachait plus pour le dire.
Le général venait de leur donner l'autorisation de partir ce qui eut pour effet d'entrainer la rotation de l'anneau et l'enclechement des chevrons.
Mickaëlla observa avec attention la scène pourtant si familière, mais elle ne voulait pas en perdre la moindre miette.

Comme d'habitude les chevrons s'enclenchèrent sans difficulté jusqu'au 7éme qui lui déclencha la formation d'un vortex stable.
La connexion était établi avec la planète des Olodons, il était temps de traverser la porte des étoiles.
Mais le général avait un dernier mot à dire à Rakel, elle attendit donc que l'échange soit terminé afin d'avoir l'approbation visuel de Rakel pour traverser la porte.
Elle put remarquer que le vieux souriait.
Pas le genre de sourire que l'on pouvait voire se dessiner sur un visage non, mais son cœur souriait il était en liesse.
Il était heureux de la reprise des missions et de les voire partir faire ce qu'ils aimaient faire.
Elle était plus que persuadé que le général apprécierait de partir en mission, mais sa fonction, son grade et son âge était autant de facteurs qui lui interdisait une telle aventure.

Mickaëlla se retourna pour faire face à l’horizon des événements et comme à son habitude d'un pas assuré elle traversa cette dernière. La sensation était familière et toujours aussi grisante.

Une fois de l'autre côté sur la planète des Olodons, une surprise les attendaient. Les rapports n'avaient pas été assez explicite quand à leur tenue traditionnelle. Même en y regardant de près on pouvait sans peine les confondre avec des Jaffa.
Mickaëlla avait affermi sa prise sur la poignée de son MP7, et elle balayait du regard l'assistance qui leur faisait face à la recherche d'une attitude hostile envers eux.
C'était assez étrange de les voire arboraient avec fierté les armoiries de leur dieux, ils avaient une conception du trophée assez particulière du point de vue de Mickaëlla.
De l'armure, aux marques tribales, en passant par les armes et les attitudes tout faisait penser à des jaffas, la tok'ra se serait elle trompé.
Celui qui semblait être le chef des guerriers présent pour les accueillir s'avança pour les saluer au nom du trium virat d'Olodon,  en prenant bien garde de mettre à part une baronne qui ne goutait que peu à ce genre de chose.
Fort heureusement elle était trop maligne et trop consciente de l'enjeu pour créer un incident diplomatique moins de 5 minutes après être arrivée. Elle leur répondit donc brièvement ce qui montrait bien que la baronne avait été piquée au vif.

On les invita donc à quitter l'aire de transit de la porte des étoiles.
Le spectacle était des plus ahurissant, et confirmait bien ce qu'ils avaient pu lire dans les rapports. Les Olodons prenaient avec sérieux leur défense et la sécurisation de la porte des étoiles. Les précautions prises faisaient qu'il ne pouvait y avoir de négligence.
La passerelle escamotable faisait que même une fois débarquée on se retrouvait bloqué à côté de la porte avec l'impossibilité d'aller plus loin.
Et ça c'était quand on avait réussi à traverser la porte des étoiles parce que les Olodons venaient de reposer un verrou sur cette dernière qui avait pour but d'empêcher la formation de tout vortex.
C'est sans nul doute ce mécanisme qui leur avait permis d'avoir le temps nécessaire pour acquérir la maitrise technologique suffisante pour tenir la dragée haute aux goa'ulds. Rakel était admirative face l'ingéniosité du mécanisme et l’ingénierie de ce dernier. Mickaëlla ne partageait pas les mêmes sentiments que Rakel sur le sujet.

"C'est sur. Mais quitter cette planète en catastrophe, que ce soit à l'insu ou contre le gré de nos hôtes ne doit pas être une chose facile. Aucun visuel sur un DHD, ou sur une salle de contrôle. Il y a intérêt à ce que ça se passe bien."


La  réflexion de Mickaëlla à défaut d'être optimiste était pleine de sens. Toujours est il qu'ils avaient une mission et qu'ils devaient agir au mieux pour l'accomplir ce qui serait certainement le meilleur moyen pour regagner la terre sans encombre.
En quittant l'esplanade l'équipe put découvrir un spectacle auxquels aucun d'entre eux ne s'attendait et qui était des plus inattendu.
Les rapports faisaient état d'une population en majorité pour l'arrivée des terriens mais là c'était une vision de liesse qu'on leur offrait, pour un peu plus on pourrait croire que c'était eux qui avaient tué Anhour et qu'ils étaient acclamés par les Olodons pour ça.

Une fois de plus Mathilde fut reléguer à part avec le matériel alors que le guerrier eux était exposé comme de véritable héros à l'arrière d'un véhicule décapotable. On leur expliqua que c'était pour éviter que Mathilde ne soit provoqué en duel ou agressé par un Olodon qui voyait d'un très mauvais oeil l'arrivée des terriens.
C'était plutôt bon signe cela voulait dire qu'on pouvait être contre le pouvoir établis, restait à savoir comment cela se passait lorsque c'était le cas.
Il devait y avoir pas loin d'un millions de personnes réunis le long du trajet qui devait les mener à la cité la plus proche et tous étaient venu voire terriens avec un intérêt qui n'avait rien de feint.
Même le général Ahlassar semblait être fan, et regrettait de devoir voyager avec la scientifique du groupe plutôt qu'avec les guerriers. Mais cela avait un air de déjà vu pour Mickaëlla et elle espérait que cette fois ça se passerait mieux.

"Ca me rappelle notre première mission avec Buford, lorsqu'on avait rencontré les franco, et les  Anglo, c'était la première mission de Buford. J'espère que ça prendra une autre tournure parce que cette fois là j'avais pris une balle dans le bras et on avait du quitter la planète en catastrophe pendant que les 4 peuples se foutaient sur la gueule. D'ailleurs on a jamais pu établir un vortex par la suite."
 
Pas la meilleure mission qu'ils avaient pu accomplir depuis l'ouverture du programme. Ils avaient passé leur temps entre cavale et ripaille. Les seuls point positifs étaient que cette fois il n'y aurait pas de Matt Hendel pour faire n'importe quoi et que qu'elle avait appris à monter à cheval depuis mais il y avait fort à parier que cela ne leur soit pas utile.

Il leur fallut une bonne heure et durant tout le trajet ils reçurent des kilo de confettis et des dizaines de colliers que des jeunes femmes venaient leur mettre autour du cou. Mickaëlla comprenait mieux la réflexion du général sur l'importance de garder les mains dans les poches.

L'arrivée dans Ojanda la capitale ce fit également en fanfare, tout les gens qu'ils croisaient étaient ravis de leur présence sur cette planète, il y avait peu de chance que ça dure. On pouvait voire un peut partout des statues de lion ou d'autres fauves et félins. La lion était l'emblème d'Anhour et Mickaëlla trouvait quand même assez étrange que l'emblème de leur ancien dieu soit remis au goût du jour et à toute les sauces. C'était certainement une marque de courage et de prestige mais là ça faisait vraiment beaucoup.

On les introduisit dans une immense salle de réception ou il y avait une bonne centaine de personnes qui les attendaient. Il y avait beaucoup de guerrier ou tout du moins beaucoup de personne qui prétendait l'être. Les autres étaient richement vêtus et ils devaient représenter la société civil, ce qui voulait dire qu'ils n'avaient toujours pas vu ceux qui représentait l'arbitre. De ce qu'ils avaient pu en voire le fait que leur présence soit mal perçu n'était pas une question de caste.
Les Olodons avaient l'air des gens sans prétention et désireux d'apprendre de leur cousins terriens, mais Mickaëlla savait pertinemment que ça n'était pas en moins de deux heures qu'on pouvait se forger une opinion sur un peuple et sur une civilisation.

Les mets qui les attendaient avaient été disposé sur des buffets et de façon pouvoir être mangé debout afin de pouvoir discuter avec un maximum de personne, tout en profitant de la nourriture et des boissons. Mickaëlla avait un solide coup de fourchette elle ne se fit donc pas prier pour commencer à gouter à quelques plats dont l'odeur et l'apparence l'inspirait.
En échange les Olodons voulaient tout savoir de leurs exploits.
Mickaëlla n'était pas du genre à parler avec des inconnus des missions qu'elle avait pu effectuer, mais elle allait devoir faire un effort.

"Disons que sur notre planète, les militaires parlent rarement de leurs missions. Nous préférons garder le secret sur ces dernières afin que jamais nos ennemis sachent de quoi nous sommes capables, ou même qu'il sache comme nous avons réussi et voie même dans certains si il s'agissait bien de nous. Nous aimons cultiver ce genre de choses dans notre manière de faire la guerre. Nous aimons aussi beaucoup le principe de la guerre Asymétrique. Enfin quand je dis nous je pense surtout à moi et aux soldats comme moi issues de l'élite de nos fantassins."

Les Olodons voulaient en savoir plus aussi sur la terre et les coutumes de ces habitants. Et certaines questions sans détours étaient assez gênante.

"Non. Sur notre planète il y a des ethnies différentes. Il y a par exemple des peuples à la peau brune. Il y a vraiment beaucoup de choses à découvrir sur terre, il serait plus judicieux de venir voire par vous même plutôt que je vous en parle. Nous sommes presque 7 milliards à y vivre la diversité est représentative du nombre d'habitant."


Mathilde était en train de faire des siennes et venait de retourner comme une crête un guerrier d'Olodon. Fort heureusement cela avait provoqué l'hilarité plutôt qu'un incident diplomatique il fallait espérer que cela dure.
Alors que Mickaëlla allait se rendre auprès de Mathilde, la détonation familière d'un 9mm attira attention.
Rakel était en train de dégommer des assiettes avec son pistolet.
Cela provoquait des acclamations mais Mickaëlla était loin d'être convaincu que cela soit la meilleure chose à faire.
Elle resta sur sa première idée et alla porter assistance à la baronne.

"Mathilde est certes l'une des personnes les plus intelligente de notre planète, mais elle est également une combattante. Elle fait partie de nos équipes d'explorations et à su montrer son courage à plusieurs reprises."


Mickaëlla montra du doigt une des décorations que Mathilde portait sur son tailleur.

"Vous voyez cette petite barrette signifie qu'elle a été blessé au combat."

Cela vaudrait peut être quelques heures de répit à Mathilde en ce qui concernait  sa taille et ses capacités martiales.

"Dans l'éventualité ou vous souhaiteriez être traité avec plus de respect, il y a un treilles supplémentaire dans  la mule.Cela vous évitera peut être de devoir projeter la moitié des guerriers d'Olodons."


Mickaëlla chercha du regard les autres équipiers afin d'être sur quand au faites que ces derniers n'allait pas déclencher un incident diplomatique irréparable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ivan Naughart
Militaire
avatar

Messages : 271
Date d'inscription : 24/01/2011

Dossier du personnel
Equipe: SG1
Grade / Niveau: Sergent/113
Age du personnage: 33 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Jeu 28 Juin - 0:25


Enfin ! Enfin ils avaient l'opportunité de retourner au travers de la porte ! Non pas que les missions exclusivement terriennes l'ennuyaient au plus haut point, mais la différence était de taille ! Sur terre ils ne tombaient que contre des... Humains, armés de leur habituelle AK47/74 pour les plus chanceux ou des horribles types AR15 et autre dérivés américains ! Non, là ils pouvaient tomber sur une bande de macaques piranhas bien décidés à leur bouffer le fessier droit, tout comme le gauche ! Et autant les affronter avec quelques personnes de confiance, avec lesquels ils avaient déjà eut de belles mésaventures non ?

Il observa la petite "tribu" se préparer devant la porte, en écoutant le discours du général, sans pour autant ne pas tiquer aux petits mots en privés avec la chef de mission. Certainement des ordres consignes particulières... Quoique, c'était vraiment trop peu discret pour en être... Ou alors était-ce l'effet voulu ? Pour contredire l'instinct paranoïaque des plus contradictoires et rendre complètement fou le premier paranoïaque venu ? Non en fait ce n'était pas son problème, le sien c'était de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de l'ouvrir et de garder ses mains dans ses poches autant que faire se peut !

Il se placa aux côtés de l'arrivée de dernière minute qui n'était autre que l'Adjudant Cooper à laquelle il adressa un simple sourire en coin signifiant qu'ils allaient bien "s'amuser" de l'autre côté.

S'amuser... Ce n'était pas bien le terme mais bon. En tout cas leur comité d'accueil n'avait rien de bien amusant, ressemblant en tout point à un bataillon de Jaffas armés jusqu'aux dents. A la seule différence c'est que ces derniers ne pointaient pas leurs armes en leur direction et ne tentaient pas encore de les transformer en méchouis ! Et même qu'ils les accueillaient en leur faisant honneur !
Il n'y avait pas à dire, ils avaient le sens de l'accueil, de quoi gonfler l'orgueil de n'importe quel combattant, quelles que soient ses origines.

Le système de sécurité de la porte quant à lui n'en était pas en reste et même très ingénieux avec les moyens quasiment du bord ! Une plateforme d'accès rétractable actionnée par un mécanisme inconnu, un verrou de panneau de contrôle. Autant dire qu'ils avaient de quoi contrôler les différentes allées-venues sur la planète et qu'accéder à la porte pouvait se révéler compliqué pour qui n'y avait pas l'autorisation. Mais c'était bien une autre histoire : celà leur coupait une possible échappatoire si les choses tournaient mal. Mais pourquoi tourneraient-elles mal hein ?

Les séparations furent immédiates, la petite scientifique fut emmenée dans son carrosse impérial pendant que les soldats étaient laissés en pâture à la foule en délire. Pour éviter toutes tentatives de duel ou autres, qui à ne pas en doutait pour Ivan, finirait mal pour la tierce partie quand on connaissait un tant soit peu la capacité destructrice d'une petite asiatique en colère...
Mais au final la population locale était beaucoup plus accueillante qu'il n'y paraissait ! Un véritable accueil en héros intergalactique, avec des jolies fleurs locales qui apportaient leurs lots de colliers de fleurs. Il comprit très bien pourquoi du comment de la remarque de garder les mains dans les poches ! Risquer d'en toucher une maladroitement risquait de causer un incident diplomatique tant qu'on ne connaissait pas les coutumes locales. Il fallait toujours se méfier des jolies fleurs... La plupart sont venimeuses.

La suite des évènements fut digne d'une bouffe entre potes, plus qu'un accueil "diplomatique". Leurs hôtes plus enclins en dire le fond de leurs pensées plutôt qu'à s'exprimer dans le dialecte typique de la "langue de bois"... Évidemment les échardes sur la langue c'est jamais agréable. Mais passons !
Il évita bien soigneusement les questions sur leurs palmarès, ou tout types concernant leur armement mis à part des explications de fonctionnement basique liées à l'utilité de chacune des armes qu'ils pouvaient voir sur ses compagnons de voyages. Chaque arme avait ses spécificités, qualités et défauts ce qui permettait au soldat de choisir celle qui lui convenait le mieux en fonction des situations dans lesquelles il était emmené à combattre. Bien évidemment certaines avaient un rôle "a tout faire", n'excellant nulle part mais qui permettaient de faire face à beaucoup de situations en fonction de l'utilisateur.

Quant aux cultures et peuplades terriennes, l'image utilisée fut celle qu'il y en avait autant que sur chacune des planètes de la galaxie, avec des physiques différents et des cultures guerrières plus ou moins farouches en fonction de leur passé. Il détourna l'une des questions pour répondre à l'une des nombreuses questions sur la corpulence de la Baronne : Quand on est petit on est plus dur à toucher avec une arme, et les adversaires se méfient beau... Il n'eut pas le besoin de continuer quand l'un des convives se retrouva les quatre fer à l'air, comme pour imager ce qu'il venait de dire ne manquant pas de créer l'hilarité générale... Il continua cependant sur les différentes couleurs de peau et les corpulence - sur lesquelles un des convives ne manqua pas de questionner sur ce qu'ils faisaient de leurs obèses... Les engraissaient-ils pour les manger plus tard, ce qui ne manqua pas d'interloquer Ivan en le bloquant quelques secondes. Non ! Ils ne se mangeaient pas entre eux ! Sa réaction ne manquant pas de faire rire ses convives !

Ce furent les coups de feu qui par contre ne le firent absolument pas rire, le tendant instantanément avant d'identifier l'origine de ces derniers. Et n'aurait-il pas eut l'ordre du Général de garder ses mains dans ses poches qu'il se serait retrouvé avec son arme épaulée, en direction de la nouvelle animation. Heureusement que l'homme avait eut cette bonne idée avec cet ordre qui sortait de nulle part !

L'évènement passé il le commenta par une simple remarque "Bruyant mais efficace", après tout dans les premières années d'utilisation des armes à feu, les utilisateurs se servaient du bruit causé comme moyen d'intimidation pour ceux qui n'en avaient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc Daving
Militaire
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 26

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Adjudant / 281
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 30 Juin - 13:50

C'était aujourd'hui, enfin Luc repartait en mission. Depuis le temps qu'il attendait ça. Il avait plutôt mal dormi la nuit, impatient de partir en mission et s'imaginant un tas de scénario divers et varié. Il se prépara, prenant une douche, peut-être la dernière avant un petit moment, s'habilla de l'uniforme du SGC pour les missions et parti chercher son équipement à l'armurerie.


Il ne fit pas vraiment attention à qui se trouvait à l'armurerie, il prit tout son matériel de mission et alla chercher son arme avec toutes les munitions nécessaires. Il s'installa à une table en commença à remplir tous des magasins des cartouches pour son fusil. Il avait réussi, depuis le début, à toujours avoir son fusil d'ordonnance. Ce qui n'était pas une mince affaire, passer la frontière avec une arme de guerre. Il en fallait des documents. Luc était fin prêt, il se leva, vérifia une dernière fois qu'il avait tout, contrôla la radio et se dirigea vers la salle d'embarquement.


Le général se trouvait vers la porte et ses camarades aussi, accompagné également d'autre soldats. Le drapeau français trônait face à la porte, pour une fois Luc voyait en lui un certain symbole, sûrement pas le même que celui de tous les français présent ici, mais un certain réconfort à le voir, une opportunité pour lui de faire partie de se programme. Il resterait toujours fidèle à sa croix blanche sur fond rouge, mais actuellement le drapeau tricolore l'inspirait.
Il fit en rapide tour de son équipe, la scientifique portait une tenue inadapté pour une mission standard, mais en vue de contexte serait bien plus utile pour elle, d'ailleurs, elle portait plusieurs décorations. À côté d'elle, Luc ne pouvait en compter que cinq à son actif sur son uniforme. Il fallait dire que l'armée suisse n'était pas du genre à avoir une médaille pour tout et n'importe quoi, cela restait très sobre. Il remarqua que MickaElla portait un béret, il ne put reconnaitre ce que signifiait l'insigne sur celui-ci, mais douta qu'il venait de son arme et se demanda même si la couleur du béret signifiait quelque chose. En suisse, les couleurs du béret et des insignes de col représentaient l'arme du soldat, béret vert, col vert, fusilier, noir, noir, génie et ainsi de suite.
Luc n'avait pas vraiment écouter le discours du général, il s'était focalisé sur les autres membres de l'équipe et des conteneurs qui accompagnaient la scientifique, il se demandait bien ce qu'ils pouvaient contenir.


L'adjudant sortie de ses pensées dès qu'il entendit le bruit si caractéristique de la porte qui se mettait en route, il la fixa, ayant toujours trouver ce spectacle fabuleux. Il était prêt. Suivant ses coéquipiers, il la franchit.


Se fut la surprise pour Luc de voir des Jaffas, enfin des Olodons porter des armures Jaffas à tête de Lion, il s'attendait presque être tomber dans un piège de se retrouver avec une lance pointé sur lui. Mais rien de tout ça, c'était une haie d'honneur. Il préféra ne rien faire, écoutant simplement leur hôte et suivant le mouvement, il se tourna brièvement vers la porte pour l'observer et remarqua tout le dispositif mise en place pour empêcher tout inconnu d'arriver ici.


Le discours fut tout à l'honneur des guerriers de la Terre, par contre Mathilde était vu comme non importante voir faible. C'était vraiment un peuple qui ne voyait que les faits d'arme important. Cela ne déplaisait pas vraiment à Luc, mais il avait un peu de peine pour la baronne qui était mise de côté. Et la suite ne le fit que le montrer, mais à ce moment il aurait préférer être à la place de Mathilde caché tranquille. Il n'avait jamais vraiment aimé être au centre l'intention, mais là, devoir défiler dans un véhicule cabriolet à la vue de tous, c'était beaucoup trop. Il avait fait des parades, mais marcher au pas au milieu d'autre soldats, c'était plus simple. Il profita malgré tout pour regarder l'architecture et il devait le dire, le lion était une obsession chez eux.


Le convoi arriva enfin à destination, le suisse en fut soulagé, mais il redoutait le pire pour la suite, une réception. Encore être le sens de l'intention, franchement cette mission lui déplaisait.
La salle était remplie de monde tous des mieux vêtus, enfin à la mode Olodon avec des armures richement décorées. Il n'eut pas eu le temps de traverser la salle qu'il se retrouva au milieu d'un groupe d'autochtones qui le bombardait de questions. Le nombres d'ennemis tués, sa tenue, son arme, surtout sur son arme, il tenta d'expliquer du mieux qu'il pouvait les différences entre les armes de chacun, car la grande question était pourquoi lui et ses coéquipiers n'avaient pas des armes semblable. Un des olodon voulut essayer l'arme. Luc essaya de refuser sur le ton de l'humour, mais un coup de feu venu gâcher sa tentative.
Il se retourna rapidement vers l'origine et vit Rakel faire une démo avec un pistolet, il ne pouvait plus refuser et jouer la carte de la sécurité, l'olodon lui indiqua que c'était normal. Luc retira la bandoulière et le tendit à l'olodon qui le prit comme un enfant heureux de recevoir un cadeau, il lui expliqua les bases, mais ce-dernier ne tarda pas de tirer par la fenêtre. Les personnes autours d'eux étaient impressionnées, le tireur vue son expression aux anges. L'adjudant s'attendait à ne plus revoir son arme, mais il le lui rendit avec tout ses remerciements, au final, c'était un peuple respectueux des autres.
Luc se détendit et se sentait de plus en plus à l'aise, il ne fit pas attention à Mathilde et son kung-fu sur un des olodons, trop loin pour le voir et trop pris dans la conversations avec ses hôtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Dim 1 Juil - 22:28

Les Olodons se révélaient être des hôtes expansifs, un brin exubérants, mais très chaleureux. Il ne fallait pas avoir fait trois ans de psycho pour comprendre que la majorité de leurs anecdotes fleuraient bon la sardine qui boucha le port de Marseille, mais c'était raconté de façon si vivante et souvent cocasse qu'on leur pardonnait sans mal ces libertés prises avec la réalité. Et cela dans tous les domaines. C'était comme si broder et rehausser le quotidien était une partie inhérente de leur culture.

Mathilde semblait avoir intégré ce fait et ne levait plus les yeux au plafond en soupirant de dépit, elle souriait, riait avec leurs hôtes et même partageait quelques anecdotes. Les militaires la regardaient avec un respect nouveau après que la révélation de Mickaella se soit répandue, ainsi donc, sur la Terre, même les petits et chétifs étaient de redoutables guerriers qui pouvaient avoir l'honneur d'aller au combat et y être blessé. Pressée par plusieurs femmes, la scientifique dut "tomber la chemise", heureusement elle portait une sorte de gilet sans manche, et exhiber quelques unes de ses "blessures de guerre", même si dans celles montrées, aucune n'en était. La baronne n'avait pas envie de se mettre à demie nue pour leur montrer les marques argentées dont elle était affublée depuis une demie douzaine d'année et donc des brûlures de laboratoire devinrent des cicatrices de plasma et d'autres issues de sa vie mouvementée, des coups de poignard et autres preuves d'affection violente.

Elle n'était pas la seule dont les stigmates d'une vie de guerre intéressaient, tout le monde se faisait inspecter, des Olodons leurs montraient leur blessures de duel, principalement des cicatrices d'arme blanche ou contondantes. Les couturés purent voir leur popularité augmenter significativement - la scientifique étant au final un peu trop populaire à son goût maintenant - et ils se firent coller par des personnes très, très intéressées par des échanges plus... interpersonnels dira t on ce qui conduisit rapidement... à des défis lancés entre Olodons, hommes comme femmes. Ainsi deux jeune femmes se crachèrent aux pieds et échangèrent quelques mots dans un patois incompréhensible, donnant l'impression qu'elles allaient s'arracher le visage sur le champ, les deux tournant avec intérêt autour de Luc et le collant de façon ostensible et un brin gênante vu leur tenue pour le moins légère. Mathilde informa poliment deux prétendants prêts à s'égorger pour avoir la primeur de sa présence, qu'elle dédaignerait le vainqueur et le vaincu car la tradition sur leur planète, la Terre était d'offrir des cadeaux à une personne qui nous intéressait plutôt que la tête des autres prétendants ce qui calma rapidement les ardeurs olodanes. Cela ne gâcha pas la fête et les rivaux d'un instants se retrouvaient à rire des blagues de l'autre et se servir à manger. Décidément c'étaient des gens bien singuliers!

Ce fut peu après que le général informa les gens présents que leurs invités allaient se retirer pour se reposer afin d'être à leur avantage pour la réunion de demain. Et mine de rien, cela fit du bien de goûter à un brin de calme. Cela leur donna également l'occasion de remarquer qu'en bas dans la rue c'était la liesse générale, on se serait cru lors du carnaval de Rio!

Alhassar leur expliqua.

"Notre peuple vit dans un isolement total, coupé du reste de cette grande et merveilleuse galaxie. Alors quand nous recevons la visite de personnes aussi exceptionnelles que vous, nous ne pouvons que laisser s'exprimer notre allégresse! Toute notre population est venue vous célébrer!"

La fierté était perceptible dans sa voix, à travers toute sa personne en fait et il ne devait pas mentir en disant que tous les Olodons étaient là. Les rapports parlaient d'une paire de millions d'âme et à voir la foule compacte s'étendant à perte de vue, on ne devait pas être loin du compte!

Avec son escorte il les conduisit dans une aile du bâtiment qui comprenait plusieurs suites assez immenses et richement décorées (les félins se taillaient là encore la part du lion, sans jeu de mot). On les traitait comme des reines et rois! Chacun d'eux avaient deux servants des deux sexes à leur dispositions, vêtus de tuniques et robes couvrant tout juste leur physique avantageux.

"Ce seront vos serviteurs durant votre séjour parmi nous. Ils sont à vorte entière disposition pour tout ce dont vous pourriez avoir besoin." Le tout servi avec un clin d'oeil les mettant mal à l'aise. "Sachez que c'est un honneur pour eux d'être là et qu'ils pourront s'enorgueillir d'avoir pu servir de tels invités." Et à voir les étoiles dans les yeux de ces jeunes gens (ils avaient tout au plus une vingtaine d'années), le général ne mentait apparemment pas. On en était pas au stade de la groupie à un concert de son idole, mais pas bien loin. "Je tenais également à m'excuser par avance, nous allons verrouiller l'accès à cette aile du bâtiment. Non pas pour vous empêcher de sortir, mais pour éviter que des petits malins viennent vous importuner... Oui, croyez moi, si nous les laissons faire, vous ne vous en dépêtrerez pas. Vous avez pu les voir lors de la réception... Je vous souhaite une nuit chaude et heureuse!"

Et sur ce point il n'avait pas tort. Mais c'était assez universel. Même sur Terre il y avait toujours des gens pour se faufiler dans les dispositifs de sécurité afin de saisir un instant d'intimité de leur star. Son salut ne semblait pas avoir de connotation particulière, mais simplement rituelle.

Mathilde avait prit immédiatement le pli et donnait des directives à ses serviteurs pour déplacer ses affaires pour demain. A croire qu'elle avait toujours vécu avec des domestiques à la voir aussi à l'aise. En parallèle, la nippone devisait aimablement avec eux pendant un petit moment avant de revenir s'intéresser à ses collègues.

"Pfiou! J'ai bien cru que j'allais repartir au SGC avec un contingent de prétendants, je ne vous remercie pas Mickaella!"

Le ton amusé de sa voix contrastait avec sa posture de sergent major, les mains sur les hanches et les sourcils froncés. Se laissant tomber dans un fauteuil délicieusement confortable avec un grognement de plaisir, elle pointa une carafe et immédiatement un de ses serviteurs alla lui chercher à boire, tout heureux de cet honneur et les trois autres envieux qu'il ait démarré avant eux.

"Je crois bien que je pourrai revenir pour mes RTT. Le pays est sublime, les gens merveilleux... C'est tellement bien que je sens venir le retour de bâton avec tant d'élan qu'il s'écoulera des jours avant de s'en remettre. Ou alors c'est un accès de pessimisme à cause de toutes ces missions qui commençaient si bien et finissaient si mal... N'est ce pas? C'est ça, je suis pessimiste, hmmm?"

Elle s'était retournée vers ses quatre serviteurs qui d'un bel ensemble avaient hoché la tête après s'être concertés du regard, totalement perdus, ne comprenant pas un traître mot de ce qu'elle pouvait bien chanter. En même temps c'était mesquin, eux avaient eu une formation au goa'uld et au jaffa, les Olodons, n'avaient pas fait un cours de français.

"Auriez vous appris des choses intéressantes durant vos conversations? Je veux dire des choses qui pourraient m'être utiles demain quand je m'adresserai au triumvirat. Je vous ferai part de mes observation après, je n'ai pas envie de biaiser votre point de vue."

Elle indiqua un plat de fruits et là ce fut une jeune fille qui démarra si vite qu'elle coiffa ses acolytes au poteau et manqua de s'étaler sur la table, se confondant en excuses pendant que la scientifique la réconfortait avec des paroles apaisantes et son grand sourire, coupant court à cette compétition en leur disant de la servir à tour de rôle en fonction de l'ordre alphabétique (du moins ce qui en est l'équivalent en jaffa, leur langue de tous les jours, le goa'uld étant la langue des documents officiels et des dignitaires.) solution qui sembla à la fois les soulager, et les décevoir aussi un peu... Forcément, il n'y avait plus de compétition, mais Mathilde n'avait pas envie de finir avec une assiette sur la tête.

"Je vous conseille de faire la même chose et de recourir à leurs services sinon ils seraient déshonorés et blessés. Par contre et là c'est la diplomate en charge qui vous parle, si l'un de vous joue à la bête à deux dos avec eux, je l'écorche vif avec une pince à épiler. Vous leur servez ce que vous voulez comme excuse, mais popol reste à la niche, le vôtre ou le leur!"

Les deux servantes pour lui masser les jambes, un des servants pour s'occuper de ses épaules "meurtries par cette journée" et le dernier à lui fournir nourriture et boisson, c'est en nabab qu'elle écouta ses coéquipiers.
Leurs servants respectifs se pliaient en quatre pour les satisfaire, se révélant également plus qu'heureux quand on leur parlait et se révélant de bonne compagnie si on omettait cette révérence un peu fatigante vu qu'ils n'en avaient pas l'habitude... contrairement à leur diplomate qui ne boudait pas son plaisir, à se demander si elle ne chercherait pas à les ramener au SGC dans ses valises à la fin de leur sommet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
avatar

Messages : 2621
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 4 Juil - 14:11

Ce n'était peut être pas le cas de mes collègues, mais je passais un agréable moment en compagnie de nos hôtes, ils étaient charmants, attentif, amusant, et pour ne rien gâcher certains étaient sacrément bien foutu. Bref ça me changeait du pays des bisounours, de la cure un peu brutale, ou des mauvaises nouvelles. Je buvais avec plaisir, racontant des anecdotes sans intérêt qui semblaient les fasciner, participais aux conversations avec entrain, bref ça changeait pas mal de mes dernières semaines, la seule chose qui me dérangeait, c'était anneau qui se trouvait dans la chaine de mes dogtag qui me brûlait. Je savais que c'était psychologique. Le médecin m'avait conseillé de ne pas la porter, tout comme ma propre alliance, mais depuis quand j'écoutais les conseils des médecins? En tout cas j'avais beaucoup moins de fan que Mathilde et ça m'arrangeais pas mal, hors de question de me dévêtir pour prouver quoi que se soit, et je n'avais pas particulièrement envie de trouver un nouveau partenaire, c'était d'ailleurs aussi pour cette raison que j'avais bien mentionné que chez nous le petit anneau que je portais au doigt indiquait que j'appartenais à un homme. Un traitre. Mais bon le divorce n'avait pas été déclaré, mais bon je supposais que les avocats de Typhon me contacteraient pour libérer leur nouveau soldat.

Au final retrouver le calme c'était pas mal aussi, trop d'agitation ce n'était pas forcément bon, trop de calme non plus. Bref, je trouvais finalement que ce n'était pas mal de repartir en mission, j'avais retrouvé un équilibre, du moins de mon point de vue. Mes médicaments ne me manquaient même plus. Tout du moins pour le moment. Je me sentis assez rapidement mal à l'aise lorsque deux personnes se présentèrent à moi comme étant des serviteurs. J'écoutais les paroles d'Alhassar essayant de ne pas faire attention à ces quatres jeunes gens qui me fixaient du regard. Visiblement la solitude ils ne connaissaient pas. L'idée de me retrouver enfermé me mettait également mal à l'aise, pas réellement étonnant pour quelqu'un qui venait de passé plusieurs jours en Hôpital Psychiatrique, il faut dire que l'on apprécie grandement la liberté après ce genre de séjour... Mais bon personne n'avait connaissance de ce genre e détail, et je devais faire en sorte de cacher mon malaise. Soyons positif, nous avions le droit de garder nos armes, c'était plutôt positif, on ne pouvait pas réellement se sentir en prison avec nos moyens de défense. J'observais Mathilde tout à fait à son aise avant d'être prise d'un nouveau malaise, elle n'avait pas tord, c'était assez courant que les missions commençaient si bien et finissaient souvent mal, et dans ce cas là nous serions dans une sacrée merde, il ne serait pas facile de quitter cette planète si nos hôtes n'étaient pas d'accord. J'observais toujours Mathilde la regardant de manière assez mal à l'aise lorsqu'elle nous demandait de nous servir de nos serviteurs. Sérieusement?

Debout comme une idiote entourée de mes serviteurs je ne savais pas trop quoi faire ni quoi dire. Au final nous ne pouvions pas parler librement, des oreilles trainaient partout. Je finis par retirer mon gilet tactique et le plus jeune des hommes à ma disposition se précipitait pour me retirer ma charge. L'autre en profitait pour rapprocher un fauteuil pour que je puisse rester à une distance plus agréable pour parler à Mathilde, et sans même avoir demandé quoi que se soit un verre d'eau atterrit dans ma main. L'autre se portait presque naturellement à l'anneau toujours caché par mon t-shirt couleur sable.

"J'espère que l'on aura le droit à un peu plus d'intimité pour se rafraichir..."

Oui j'étais mal à l'aise et j'avais du mal à le cacher. Je posais mes fesses, restant droit comme un I, lorsqu'une des demoiselles entreprit un massage, je crois que je me raidis encore plus, il y avait quelque chose de marrant à voir à quel point j'étais mal à l'aise, d'autant plus avec ma réputation de coeur d’artichaut à la base... J'écoutais les paroles de Mathilde la laissant faire en essayant de me détendre et en espérant que les autres ne prennent pas le même genre d'initiative. J'observais un instant me disant qu'un petit whisky aurait été plus salvateur.

"Ils aiment les histoires extraordinaires, ils en rajoutent beaucoup, chez nous on dirait qu'ils étaient de Marseille... L'un d'eux m'a expliqué avoir tué une dizaine de jaffas à main nues mais au final rien de très intéressant..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Jeu 5 Juil - 1:41

Like a Star @ heaven  MESSAGE FLASH Like a Star @ heaven


Le binôme de novices traversa la Porte des Etoiles sans mal. La sensation était toujours aussi particulière depuis la veille. Ils arrivèrent à la tombée de la nuit de l'autre côté sur une plateforme déserte et coupée de tout. Il n'y avait personne pour les accueillir, mais ça n'allait pas durer... Un grincement métallique leur fit lever la tête, juste à temps pour voir une sorte de structure métallique entourant l'anneau géant glisser et leur tomber dessus. Les réflexes de l'auxiliaire sanitaire sauvèrent la vie de son équipier qui aurait eu la plus courte carrière de toute l'histoire du programme si ces tonnes d'acier lui étaient tombé sur le coin de la figure.
Le bruit avait été apocalyptique et attira rapidement une demie douzaine de jaffas arborant des tenues légèrement différentes de celles qu'ils avaient pu voir dans les réserves, de même que leurs lances étaient d'un modèle différent. La chose qui restait la même était par contre le sens de l'accueil, un des jaffas arborant un casque à forme tête de lion, leur beuglant quelque chose qu'ils mirent quelques secondes à comprendre, on leur avait fait un cours accéléré pour comprendre cette langue, mais entre la frayeurs qu'ils avaient eu et l'adrénaline inondant leurs veines il était difficile de comprendre ce qu'on leur baragouinait, mais Mevel qui compensait ses performances martiales par un don des langues put déterminer avec un assez bon degré de certitude - rien de tel que se faire braquer par une arme à plasma capable de vous transformer en passoire - qu'on leur demandait de déposer leurs armes et de se rendre, ou quelque chose d'approchant. L'infortunée paire allait elle servir de cible d'entraînement à des Olodons mal embouchés?

De leur côté, les stars du moments furent distraites de leur délicieux dîner par un message du SGC faisant froncer les sourcils de la scientifique de surprise, une mauvaise...

//SG-X de SGC, suite à la demande insistante de l'EMA en matière de relation publique, je vous envoie du renfort. Il s'agit des recrues Mevel et Lacroix, cette dernière est auxiliaire sanitaire et le premier l'assiste... et est un reporter accrédité par le Ministre de la Défense lui-même pour couvrir les actions des équipes SG sur le terrain afin de réaliser une feuille de chou ou un reportage. Bref, de la comm'. Vous me les ramenez vivants et en un seul morceau, SG-X, Mevel devra couvrir la rencontre et pouvoir faire son travail en toute liberté. Prions que Lacroix n'ait pas à faire le sien. SGC, terminé.//

Le général n'avait même pas laissé le temps à Rakel ou à quiconque de répliquer. Derrière les deux nouveaux venus qui avaient eux aussi entendu la transmission l'horizon des événements se volatilisa.

Mathilde fut la première à sortir de l'hébétude qui avait saisi SG-X et fit par de ses pensées à ses coéquipiers, qu'importe qu'ils aient envie ou non de l'entendre.

"Je croyais que la Porte était bloquée par une sorte d'énorme verrou, comment ont il fait pour nous envoyer par magie deux bleusailles? Et un journaliste par dessus le marché! Dante doit être en train de chercher à se pendre avec sa propre cravate!" A voir son sourire, cette perspective lui plaisait beaucoup, la présence d'un journaliste par contre, beaucoup moins. "A croire qu'ils ont de la crème fouettée à la place du cerveau au Ministère de la Défense... Nous envoyer un scribouillard! Ca vous dit quelque chose ce nom? Mevel? Encore un jean-foutre pistonné qui se sera échappé de BFM! en plus ils n'ont pas mon gilet! Remarquez ça pourrait être pratique..."

Son rictus donnait presque froid dans le dos car elle avait l'air odieusement sérieuse. La baronne ne portait pas dans son cœur cette corporation qu'elle trouvait plus intéressée par le sensationnalisme et le putassier que par ce qui avait réellement de l'importance. Ca pour causer de la énième coucherie d'un ministre ou de pseudo science, voire pire encore traiter de sujets scientifiques d'une façon proprement scandaleuse et putassière, y avait du monde! Mais pour s'intéresser à son entreprise, à ce que ses équipes réalisaient au quotidien, les avancées qu'ils avaient fait faire au monde des prothèses médicales, là... personne! Enfin, si il y en avaient pour vouloir poser des questions à Marion sur l'origine de ses cicatrices et de sa prothèse de bras... Découvrant alors que la petite nippone pouvait se révéler d'un tempérament extrêmement belliqueux quand on touchait à ses enfants, on avait plus parlé de la rouste qu'elle avait mis à un journaliste qui harcelait son aînée que de sa compagnie et de son esclandre au tribunal devant la décision de justice que de son entreprise depuis sa création. Pauvre Mevel... Enfin, il avait signé, il allait découvrir que certains morceaux de ce gratin étaient plutôt indigestes, l'avantage d'avoir une auxiliaire sanitaire avec lui c'est qu'il pourrait avoir le pansement et le bisou qui guérit rapidement après avoir subi les pires outrages.

Le général Alhassar apparut peu de temps après, informant SG-X qu'ils avaient fait deux prisonniers aux tenues similaires aux leurs. Deux prisonniers qui avaient détruit le sceau de Danil'K protégeant le chappai. Les vétérans commençaient à la sentir cette familière odeur. Vous savez, celle de la mouise...

Like a Star @ heaven   HRP Like a Star @ heaven
Mevel et Lacroix sont cernés par six guerriers Olodons dont un officier les braquant de leurs lances, prêtes à faire feu. La passerelle étant repliée il n'ont pas de couvert à part la Porte, mais celui qu'elle offre est bien maigre d'autant plus que les guerriers peuvent se déployer tout autour pour les frapper de leurs armes.

Alhassar peut escorter ceux qui voudront aller contempler le spectacle (la description sera faite dans le message à venir, SG-X ne contemplera les dommages qu'au prochain message.), il semblait à la fois surpris, effaré par la destruction de l'artefact et un tantinet en colère ce qui se voit aux veines qui palpitent sur son front d'ébène rehaussé d'or.

Rakel peut éditer son message ou en rajouter un autre à la suite pour mettre à jour sa réaction face à ce "petit imprévu".


Il espère que vous allez bien vous amuser.


Dernière édition par Deimos le Ven 6 Juil - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
avatar

Messages : 2621
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Jeu 5 Juil - 13:54

Bon la mission se déroulait plutôt bien, ce n'était pas réellement du luxe pour la reprise des missions, si nous voulions que tout ceci continue il fallait mieux éviter de déclencher une nouvelle guerre ou une perte importante de matériel, et après tout on pourrait peut être
même gagner de la technologie. Mais d'un côté je connaissais que très peu de mission qui se passait comme ça devait. Je picorais quelques fruits ressemblant à des raisins dans une coupe de fruits lorsqu'un grésillement vint déranger le calme de la pièce. J'écoutais le message du général les sourcils froncé, depuis quand on envoyait des nouveaux équipiers de cette façon, sans même consulter l'équipe en mission? J'allais protester mais la transmission fut coupée sans m'en laisser le temps. Un reporter... Merveilleux, comme si nous avions besoin de ça, merci le gouvernement, parce que je doutais fort que tout ça venait du général...

Les questions que se posaient Mathilde étaient légitime, d'un coup je commençais à me demander si tout ceci n'était pas que de la poudre aux yeux, après tout cette ouverture de la porte n'était pas programmée, si ça se trouve, aucun système n'empêchait réellement l'ouverture de la porte. Les paroles de Mathilde me firent froid dans le dos, à vrai dire j'étais embêtée par plusieurs choses depuis quand on envoyait des bleusailles comme ça, sans être accompagnés d'anciens, sans même prévenir nos hôtes, sans nous demander notre avis. Je n'étais pas sûr que ça allait plaire à nos amis, on était en train de chambouler notre plan. Je n'aimais pas l'improvisation. Quand à savoir qui étaient ses gens, aucune idée, mais il faut dire que depuis mon absence je n'avais pas réellement eut l'occasion de faire la liste de tous les nouveaux.

"Jen ai pas entendu parlé, mais je suis rentrée de vacances que quelques jours avant de partir, je n'ai pas eu le temps de me remettre totalement à jour. Par contre c'est une décision assez étrange de nous les envoyer comme ça en pleine missions..."

J'étais inquiète, difficile de le cacher... Et ce ne fut guère mieux lorsque le général entra dans la pièce pour nous annoncer les dégâts qu'avait causé l'arrivé de nos collègues, visiblement j'avais raison, ce n'était que de la poudre aux yeux, mais quoi qu'il arrive nous étions dans la merde. Je me penchais vers Mathilde, essayant d'être assez discrète :

"Et si on offrait une Iris, ça nous éviterait peut être de foutre en l'air cette mission? Parce que je sais pas vous mais j'ai pas l'impression qu'ils ont particulièrement kiffé l'arrivée de nos collègues..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Mevel
Militaire
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 41

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Jeu 5 Juil - 14:07

Du coté de la Porte des Étoiles.

Jean était encore sur son histoire de gratin lorsqu’un odieux grincement lui fit lever la tête.
Franchement, quel nouveau serait capable d’esquiver par réflexe une énorme machin métallique qui lui tombe sur le coin de la tronche ? Qui, d’ailleurs, penserait à regarder au-dessus de soi quand on admire le paysage ?!?
Lacroix, vraisemblablement…

Le reporter fut vraiment surpris par la force qu’elle employa, il se demandait même si c’était bien elle qui l’avait renversé ou si une autre force invisible l’avait propulsé sur lui. Dans un instant éclair précédant sa chute, l’homme eut un trait d’humour en songeant que parler gratin la rendait toute chose. Mais l’occasion de sortir cette vanne bien lourde ne se présenterait pas. En atterrissant lourdement sur le côté avec son amie, Jean fût saisi par la brutalité de la chose qui s’écrasa à quelques dizaines de centimètres.
L’éclat soudain et l’onde de choc qui en ressorti le força à se poser les mains sur la tête, comme s’il avait risqué de la perdre, puis il cligna des yeux avant d’observer l’étrange dispositif qui l’aurait transformé en crêpe. Il se retourna, un peu hagard, pour voir son ange gardien.

« Emilie ? » S’enquit-il en la regardant.

Il ne valait mieux pas rester couché sur le sol. En tout cas, cette histoire l’avait déjà secoué et une forme d’humiliation le prit à l’idée de s’être fait avoir aussi bêtement. Il aurait dû être plus prudent, il ferait davantage attention : c’est ce qu’il se promettait en se relevant.

« Merci... » fit-il en acceptant sa main.

Jean replaça son équipement bien lourd en ajustant ses sangles. Il fixait le dispositif qui s’était écroulé avec suspiscion, ses mains courant sur son gilet pour vérifier l’état de son appareil photo et de sa gopro qui filmait en continue. Il aurait peut-être quelques images de ce qu’il venait de se passer. Est-ce que c’était accidentel ? Volontaire ?

Mevel avait l’intention de prendre l’engin en photo, histoire d’avoir une trace lorsque ça hurla de tous les côtés. Encore un peu déphasé, le reporter se retourna pour les regarder s’égosiller avec leurs lances, un sourcil arqué. Ses mains quittèrent tout de suite son appareil photo.

« Qu’est-ce qu’ils baragouinent ceux-là ? Je comprends pas... » Maugréa-t-il.

Le SGC avait insisté pour lui faire des cours intensifs.
Apprendre une langue extraterrestre en un temps record, ça avait été la torture supplémentaire après Hartman et DTC. Jean savait que ça lui serait très utile pour son travail mais c’était tellement difficile à intégrer. Comme pour l’Anglais durant ses études, on a beau apprendre le vocabulaire, la prononciation, on est tout autant paumé quand un rosbeef vient se plaindre que le chien du voisin à uriné sur ses rosiers.
Mevel se concentra donc pour entendre l’invective qui se répétait. Se creusant le ciboulot pour faire la traduction. Il avait bien compris qu’il valait mieux lever les mains compte tenu de la menace mais le contenu du message parlait d’armes...des leurs…celles qu'ils portaient avec eux. Il fit rapidement le lien.

« Ah ! Bienvenue à Black Panthers Land, ça commence bien cette mission... » Râla Mevel, irrité par la situation. « Ils veulent qu’on lâche nos armes, je crois qu'ils nous prennent pour des ennemis. »

Il tourna son regard vers son ange gardien du moment, les mains toujours en l’air à niveau d’épaule.

« Tu en penses quoi ? Bisounours ou Lucky Luke ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1523
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 7 Juil - 11:32

L'annonce de Mickaëlla concernant Mathilde eut son petit effet, et il fut exigé sur le champs par deux femmes Olodons que Mathilde tombe sa veste de tailleur d'un blanc immaculé.
Ce qu'elle fit en se faisant prier juste ce qu'il fallait pour ne pas montrer qu'elle appréciait ce revirement de situation. Mickaëlla récupéra sa veste en s'efforçant de ne pas la tâcher. Vu le chic de la baronne sa veste devait être l'équivalent du PIB du Mali.
Toutes les attentions étaient tournées vers Mathilde qui inventa des histoires rocambolesques sur le pourquoi du comment elle s'était fait telles cicatrices. Bien évidemment c'était totalement faux, tout comme les histoires racontées par les Olodons.
C'était assez étrange et surtout pas du tout dans la culture de Mickaëlla, des guerriers terriens et des guerriers qu'elle connaissait en général. Les fanfaronnades étaient inhérentes à la culture martial mais quand il y en avait trop cela voulait généralement dire que ces soi-disant guerriers passaient plus de temps à se vanter de leurs exploits, à s'inventer une vie qu'à réellement faire la guerre.
La quasi-totalité des cicatrices et des blessures qui étaient montrées, étaient des blessures infligées lors de duel avec des armes tranchantes et contondantes. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas fait la guerre en d'autres termes. Ils vivaient sur les reliquats de leur gloire passée.
Ils pouvaient être fier de ce qu'ils avaient accompli face aux goa'ulds mais aujourd'hui leur fierté mal placée pourrait leur couter cher en cas d'affrontement direct avec les goa'ulds.

Mickaëlla répondait pas des sourires  gênés aux questions des Olodons et si ils insistaient, elle leur répondait qu'elle n'était pas ce genre de guerrier.
Quand à toucher, ou se servir de ses armes c'était clairement hors de question l'a concernant.


Les Olodons étaient tellement dans les apparences que les hommes en étaient prêt à en venir au main pour s'attirer les faveurs de Mathilde. Un duel pour montrer à cette dernière qui était le plus talentueux guerrier. C'était donc ça leur manière de faire la guerre? A la rigueur cela pouvait maintenir affuté mais à peine plus. Fort heureusement Mathilde calma le jeu en leur faisant savoir que de toute manière elle ne serait pas intéressé par le vainqueur. Ni une ni deux les deux prétendants se mirent à rire et à ripailler de concert sans autre forme de politesse ou de contrition de la part de l'un comme de l'autre. La rancune n'était pas un défaut courant chez ce peuple, c'était plutôt une bonne chose.


Des voix de furies attirèrent l'attention de Mickaëlla. C'était deux femmes qui convoitaient Luc, et qui non seulement contente de tourner autour du même pot de miel elle commençait à se faire face en tournant l'une autour d'elles. Leur tenues étaient légères et laissaient deviner des corps athlétiques et souples, et aussi des courbes et des formes alléchantes. Dans ce peuple les femmes pouvaient être femmes et guerrières sans que cela pose de véritable problème apparemment. A moins que les deux furies soient juste deux hystériques qui ne feraient rien de mieux que de se tirer les cheveux.
Luc étaient empêtrés avec ces deux prétendantes mais ils n'étaient pas non plus submergés, de plus l'intervention d'une troisième femme dans l'équation risquait de foutre encore plus le bordel. Elle laissa donc le suisse se dépatouiller avec une situation qui au fond devait lui plaire.


Avant qu'un incident diplomatique éclate le général annonça que les terriens allaient se retirer dans leurs quartiers car ils étaient fatigués et qu'ils devaient se reposer pour la réunion de demain. C'était un programme qui allait totalement à Mickaëlla, vu qu'elle n'était pas très bain de foule.
Le Général leur expliqua qu'il n'avait pas l'habitude de recevoir des visiteurs intergalactique et que c'était pour eux une grande occasion. Sur terre cela aurait certainement créé un nombre incalculable d'émeute et de pillage. Ils allaient être placés dans une aile sécurisée du palais afin de les protéger des curieux et des fans. Même avec de telles précaution il y avait fort à parier qu'il y en ait qui tente leur chance pour démontrer leur valeur, leur ingéniosité, leur bravoure. En hôte complaisant les Olodons avaient même prévu des serviteurs pour répondre à toute leurs attentes, même et surtout les plus perverses. Mickaëlla n'aimait pas du tout cet aspect de leur culture et elle se demandait à quels points ce genre de chose était ancré dans leur culture.


Mickaëlla repoussa de suite ses serviteurs qui voulaient la débarrasser de ces affaires. Il était tout à fait hors de question que quelqu'un extérieur à l'équipe puisse manipuler son matériel diplomatie ou pas. Ils se trimballaient avec des armes de guerre, il était tout à fait hors de question qu'un serviteur un peu trop curieux rase la moitié du  bâtiment en jouant avec une grenade et en déclenchant une réaction en chaine. Avec la quantité d'explosif qu'ils avaient emmenés ils pouvaient faire sauter le palais au moins deux fois. Elle préférait froisser quelques sensibilités plutôt que de se retrouver au cœur d'une explosion titanesque. Mathilde avait apprécié l'intervention de Mickaëlla et la remerciait à sa manière.


"Je me suis dis que vous auriez eu bien plus de prétendant si vous vous mettiez à leur tirer dessus."



La baronne appréciait le fait d'être dorloté par ces serviteurs. Elle y prenait un peu trop de plaisir selon Mickaëlla, elle trouvait ça limite malsain. Mickaëlla demanda à ses serviteurs de servir des boissons pour tout le monde et d'ensuite s'assurer que personne ne rode dans les couloirs pour venir les déranger. Elle déposa son et elle fit un tour des appartement mis à leur dispositions pour se faire une idée de la disposition des lieux. Elle était agacée de ne pas pouvoir faire un peu sans avoir un serviteur qui lui collait à l'arrière train et ça devenait très agaçant.
Mathilde leur faisait la leçon sur l'usage des serviteurs, et Mickaëlla se demandait à quels moment la nipponne avait pris la confiance. Même si elle avait raison, elle n'était pas en mesure de mettre en application ces menaces.


"Des choses intéressantes pas vraiment. Les Olodons vivent sur leur gloire passée, ça doit faire bien longtemps qu'ils n'ont pas été au front lors d'une vrai bataille ou d'une vrai guerre. Leur fierté mal placée pourrait être un problème majeur. Par contre, on pourrait recruter des équipiers pour le programme parmi les Olodons. Ils verraient ça comme un immense honneur et nous ça nous permettraient d'avoir des gens fiables et de faire valoir une alliance solide auprès des huiles. Il y aurait un tas d'avantages pour les deux parties. Cela permettrait aux Olodons d'aborder l'exploration à travers la porte des étoiles sans pour autant mettre en danger leur population et leur planète. Le développement technologique de nos deux peuples s'en sentiraient. On pourrait déjà faire aboutir le projet de chasseur, et commencer à voire plus grands. C'est vraiment une occasion en or à ne pas manquer."


Les Olodons ne semblaient pas être des personnes retorses, travailler avec eux auraient au moins cet avantage. Cela pourrait leur permettre de multiplier le nombre d'équipe, partager de la technologie avec les Olodons sans avoir à faire appel aux américains ce qui permettrait au programme de regagner en autonomie. Ils pourraient même damer le pion à Typhon et hégémonie avec une telle alliance.


Mais il se passa quelque chose de désagréable. Une communication venant du SGC les informa que deux nouvelles recrues allaient être envoyés en renfort étant donné l'importance de la mission. Une médecin et un reporter. Un reporter? Mais qu'est-ce que c'était que cette blague. Avant même qu'ils puissent accuser réception du message la communication avait été coupé par le SGC. La voix était bien celle du général mais l'idée et la méthode ne correspondait pas aux façons de faire du vieux. Elle n'était pas la seule à trouver cela étrange, sauf que contrairement à Mathilde et Rakel elle y voyait une possible intervention d'hégémonie ou de typhon.


"Il va falloir en avoir le cœur net mais je vois mal comment une ouverture de vortex aurait pu être possible. C'était bien la voix du général mais il ne nous a même pas laisser accuser réception. Il aurait pas envoyer un médecin, et un reporter sans s'être assuré qu'on soit au courant de leu arrivée. Il faut envisager la possibilité qu'il n'ait absolument rien à voire avec le SGC."


Alors qu'elles débattaient sur le sujet des nouveaux arrivant le général se pointa pour les informer que deux personnes vêtues comme eux avaient traverser la porte des étoiles. Cela confirmer l'information reçu par message un peu plus tôt. Mais ce qui était réellement inquiétant si ce n'est flippant c'est que le système permettant de verrouiller la porte en empêchant toute activation avait été détruit ou au mieux sérieusement endommagé. Pour Mickaëlla il ne pouvait s'agir d'une coïncidence, il y avait eu sabotage. Elle espérait que c'était des Olodons qui avaient fait ça mais il était fort probable que cela soit des terriens. Il y avait aussi la possibilité que cela vienne des goa'ulds voire même de la tok'ra. On savait jamais avec eux.


"Mathilde vous devriez vous changer et venir avec nous pour examiner la porte il y a de fortes chance qu'il s'agisse d'un sabotage. On doit examiner les dégâts et voire les solutions qui peuvent être mises en œuvres rapidement. Vous êtes la mieux placé pour ça. J'ai pris l'initiative de prendre l'équipement dont vous auriez pu avoir besoin."


Mickaëlla avait mené le geste à la parole et s'était assurée qu'il y avait bien une cartouche chambrée dans son MP7 et dans son Glock.


"Vérifiait vos armes. Ceux qui restent au palais soyez prêt à mettre en batterie la mini et le lance-roquette. Il va peut être falloir que vous assistiez voire preniez le commandement si il s'agit des prémisses d'une invasion. Si on arrive à ouvrir un vortex pour avoir l'appui d'un drone armé il y a ce qu'il faut pour faire des marquages de cible."


Mickaëlla attendait que Mathilde soit prête à se rendre à la porte des étoiles. Elle voyait un autre intérêt à emmener la baronne c'est que si jamais il fallait se carapater à la vitesse grand V, elle serait juste à côté de la porte. Elle pourrait donc être exfiltré sur le champs, et informé rapidement le général du déroulé précis de ce qui était en train de se passer. L'idée de poser une Iris était bonne mais Mickaëlla savait qu'il y avait  également plus facile pour empêcher une ouverture de la porte. Seul petit soucis il fallait pas mal de temps pour remettre  la porte des étoiles en état de fonctionner normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc Daving
Militaire
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 26

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Adjudant / 281
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 7 Juil - 13:31

La soirée était plutôt agréable, Luc discutait avec leurs hôtes, mais tenta de rester vague sur les missions accomplies au SGC. Au vue de ses explications vagues sur les missions, les Olodons le considéraient presque comme un héro ou du moins il en avait l'impression avec leur réactions, certains lui racontèrent leurs exploits de guerriers. Des combats à main nue et tout en tas d'autre histoire qui des fois étaient bien trop exagérée pour être vrai. Luc préféra faire semblant d'être impressionné et intéressé par leurs exploits. Par contre ce qu'il n'avait pas prévu, c'était deux femmes qui allait se battre en duel pour lui, elles se tournaient autour, se lançant des piques pour faire réagir l'adversaire. Il ne savait plus vraiment comment réagir, d'un côté s'était très flatteur de voit deux femmes se battre pour lui, mais il était surtout très gêné par la situation. Il n'avait pas trop d'option. Fuir, ça serait sûrement mal vue, ne rien faire voudrait dire se retrouver avec la gagnante dans un lit et tenter de les séparer, il ne savait pas vraiment si c'était la bonne solution.
Il chercha du regard de l'aide au prêt de ses coéquipiers, Ivan était absorber avec des autochtones de son côté, Rakel de même, Mathilde était accompagnée de MickaElla. Il réussi à capter l'attention de cette dernière, mais au vue de son regard, il comprit qu'il devrait se sortir de cette situation seul.

Les provocations entre les deux femmes continuèrent, Luc tenta de s'approcher d'elle pour les séparer, mais se fit retenir par des hommes présent avec lui. L'olodon lui expliqua que l'une d'entre elle était sa fille et qu'il serait fière d'elle si elle gagnait et passerait du temps avec lui. Le suisse ne savait plus quoi répondre et resta planter à côté du père et ne pouvait plus que attendre la fin du combat. Il n'avait qu'une envie, fuir de là et repartir par la porte.

Les secours arrivèrent et pas de ce qu'il attendait. Cela venait du général qui indiqua à son peuple que les terriens allaient se reposer pour être prêt lors de la réunion. Luc remercia rapidement et indiqua qu'il était triste de ne pas pouvoir voir qui gagnerait des deux femmes. Enfin ses paroles ne reflétaient pas ce qu'il pensait, en réalité, il était bien heureux d'avoir une véritable excuse pour partir. Il rejoignit les autres membres de l'équipe au prêt du général olodon. Ce-dernier leur montra la population qui se massait à perte de vue dans les rues, on aurait dit que les terriens étaient des superstars en tournée de concert.

La suite serait bien plus calme malgré les serviteurs gentillement offert par leur hôte. Chacun des membres avaient les siens, apparemment c'était un grand honneur de se voir fournir des serviteurs, mais Luc n'en avait jamais eu et se voyait mal leur donner des ordres pour son bon plaisir. Il n'avait jamais connu ça, lui ne venait pas d'une famille vivant de le monde doré de la richesse. Par contre, la scientifique se sentait très à l'aise dans ce genre situation.

Mathilde avait eu le même problème que lui, mais MickaElla l'avait aidé à s'en sortir, Luc lui se serait retrouver marié dans l'heure.

"Alors on est deux, sauf que je doute que je sois sorti d'affaire."

Luc tenta de déposer son arme, mais l'un des serviteurs lui sauta dessus pour la lui prendre, il refusa l'aide de ce-dernier qui se retira rapidement, mais resta proche de lui, de même pour sa collègue féminine. Ce n'était pas qu'il ne voulait pas, mais par habitude et aussi, il voulait faire le retrait des cartouches, son fusil en contenait toujours une chambrée et il n'avait pas envie que incident se fasse lorsqu'un des serviteurs la prendrait. Luc s'était rapproché de la fenêtre et commença le retrait, enlevant le magasin, tirant la culasse en arrière en la bloquant et récupérant la cartouche de l'autre main. Il débloqua la culasse, visa par la fenêtre et appuya sur la détente. Normalement son arme restait toujours engagée en mission, mais ici, ils étaient approximativement en sécurité et récupérer son arme et la réengager n'était pas des plus long.
L'adjudant avait écouter la conversation des autres d'une oreille, mais il retenu que Mathilde leur demandait de faire travailler leurs serviteurs. Il essaya d'appliquer les directives et tendit son arme à l'un d'eux pour lui indiquer d'aller la poser prêt de sa chaise. Franchement, il trouvait ça bien stupide, mais la servante en était ravi. Luc rejoignit l'équipe vers la table et s'installa sur un des sièges.

Remettant la cartouche dans le magasin et le rangent dans une des poches de son gilet. Il s'invita à la conversation.

"Ils adorent les exploits de combat c'est sûr et les femmes ne sont pas en reste, en réponse à Rakel, par contre ils adorent nos armes également, alors sortir le reste et ils seront ébailli."

Luc indiqua à ses serviteurs qu'il voulait à manger, les deux se précipitèrent pour lui remplir une assiette de plusieurs mets, chacun d'eux avait une assiette qu'ils déposèrent face à lui. Il piocha dans l'assiette à ce qui ressemblait à du raisin quand soudain sa radio grésilla, puis transmis des ordres du général.

"C'est quoi se bordel ?!"

Luc était surpris et les autres également, faire venir du monde ici sans les prévenir à l'avance, ce n'était pas habituel. De plus une reporter et un médecin. Luc resta bloqué sur le reporter. Depuis quand, ils avaient un reporter au SGC et qui plus est qu'on envoyait comme ça sans prévenir.
Le général ne fit pas prier pour entrer dans la pièce, indiquant que c'était deux personnes habillés comme eux et qu'ils avaient réussi à passer la porte sans problème malgré les sécurités.
Le major demanda à Mathilde de l'accompagner pour voir la porte, bonne idée, mais Luc préféra rester ici, ce n'était pas l'action qui lui faisait peur, mais ça lui paraissait une bonne idée. Il empoigna son arme, remit son magasin et fit le mouvement de charge, au final, ce qu'il avait fait quelques minutes avant, n'avait servit à rien.

"Je reste ici alors et je vais préparer le matos."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Lacroix
Médecin
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 32 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 9 Juil - 20:19

Il n’y a pas à dire, Emilie adorait la sensation que ça faisait. En fait, c’était comme traverser une porte et se retrouver dans un autre univers en un claquement de doigts. Ce qui justifiait bien son nom, ceci étant dit. Cela pouvait être dépaysant, un poil effrayant, et complètement déroutant, mais quand on avait intégré le principe, la seule chose qu’il y avait à faire en arrivant, finalement, c’était de regarder les alentours pour se faire une idée de l’endroit où on avait atterri. Enfin ça, c'était la théorie, dans la pratique, il fallait parfois faire attention à l'arrivée.

Comme souvent, l’œil capte plus rapidement les stimuli grossiers et flous que les choses précises. Ce fut plus la sensation de mouvement dans son champ périphérique qui alerta Emilie sur le danger imminent que le grincement assourdissant qui en résultait. Sans trop réfléchir, elle poussa Jean Eude sur le côté, s’étalant avec lui dans la poussière alors que des tonnes d’aciers hurlants leur désarroi de tomber leur frôlèrent la tête dans un vacarme prompt à réveiller les morts. La française s’était recroquevillée sur le sol en position fœtale, pour prendre le moins de place possible, regroupant ses membres contre elle, tout en se plaquant les mains sur la tête et le front contre les genoux, à l’instar de son compère de toujours. C’était plus pour se protéger le crane que pour empêcher ses tympans d’exploser. Heureusement, le bruit ne dura que le temps de la chute du métal, et le calme revint étrangement après tout ce barouf monumental.

C’était comme un intermède plaisant après s’être fait martyriser les oreilles, laissant un brin déboussolé, et complètement hagard.

Elle fut néanmoins la première debout, et elle aida son assistant à se relever en lui tendant la main. Elle lui avait jeté un coup d’œil pour s’assurer que tout allait bien, mais maintenant qu’elle lui procurait un appui pour se remettre sur ses cannes, le regard bleu de la jeune femme sondait les environs, avisant le pont levis qui les séparait de l’autre côté. Les environs ne restèrent pas calmes bien longtemps. A peine Jean Eude avait-il remis son sens de gravité dans une position d’homo-erectus digne de ce nom qu’une demi-douzaine d’hommes débarqua en gueulant et en les braquant avec leurs armes. Des Jaffas. Ce fut surtout leurs lances qui parurent différentes à Emilie, que leur accoutrement à proprement parlé. Il fallait reconnaître que ce détail l’avait d'autant plus frappé qu’elle se focalisait dessus, sur ces armes qui la mettaient en joue.

Elle ne comprenait pas un traitre mot de ce qu’ils racontaient, et cela l’agaçait prodigieusement, en plus de lui filer les pétoches. Si elle ne pouvait pas comprendre ce qu’ils disaient, elle ne pouvait pas parlementer, et ils semblaient très agressifs. C’était sans doute leur phrasé rapide et la frayeur qu’elle avait éprouvé avec la chute de ce truc, et maintenant les armes sur elle, qui conduisait Lacroix à ne pas percuter. Elle devait se ressaisir. Mevel, comme à son habitude, fit un trait d’humour, manifestement irrité par la situation. Pour sa part, la française restait complètement muette. Machinalement, elle avait mis les mains à la hauteur de ses épaules, les doigts écartés, en signe de reddition. Du coup, quand Jean lui demanda s’il fallait la jouer Lucky Luke ou bien bisounours, Emilie répondit derechef :

« Non non, ne fais pas le con. », dit-elle rapidement à l’adresse de son binôme. Puis, elle éleva la voix pour essayer de communiquer : « Nous sommes du même groupe que celui qui est venu il y a quelques heures. Nous ne voulons pas vous faire de mal. ». Elle secoua les mains de gauche à droite pour accompagner cette phrase, signe qu’elle ne voulait rien faire de stupide.

« On pose nos armes, ok ? ».

Pour accompagner cette question de pure rhétorique, elle dégrafa la sangle qui maintenait le Famas et elle se baissa tout doucement pour le déposer devant elle, en prenant soin de garder le canon orienté vers un côté et pas directement vers un Olodon. Le pistolet situé dans son holster suivrait très certainement s’il n’y avait pas de réactions plus hostiles. Elle espérait que son binôme l'imite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
avatar

Messages : 2621
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 11 Juil - 16:30

Alors je ne savais pas si il y avait des fans de films d'horreur dans l'équipe, mais se séparer était toujours la première idée qui venait à l'esprit de tout le monde dans ce genre de scénario, et ce n'était jamais une excellente idée, il fallait le savoir ça fonctionnait de la même façon pour les missions SG c'était toujours une idée de merde... Le soucis c'était que nous ne pouvions pas transporter tout notre matériel avec nous à chacune de nos sorties, et soyons honnête si ça tournait mal, nous en aurions besoin. Micka semblait être septique à l'idée que cette décision provienne du général, soyons honnête, il y a quelques années j'aurais été d'accord avec elle, il n'y avait aucune chance que le général ai prit cette décision stupide et dangereuse pour les nouveaux et pour les anciens. Mais aujourd'hui les choses étaient différentes, je ne voyais pas les choses de la même façon, sans doute parce que j'avais vu la manière dont d'autres influençaient les décisions, non pas par leur pouvoir de persuasion mais par leur influence diplomatique. On cédait aux caprices de celui qui pourrait avoir une chance aux prochaines présidentielles, ou à celui qui jouait au golf avec Macron, c'était idiot mais c'était comme ça que ça fonctionnait à présent.

"Je ne suis pas d'accord avec Strucker, je pense qu'il y a des chances que se soit le général, non pas que cette décision vient de lui, mais je pense qu'elle vient bien de notre camps, l'idée d'un reportaire, ça plairait aux abrutis qui on étudié la viabilité du programme croyez moi, on m'a souvent reproché d'avoir sans doute passé sous silence des éléments de mission pour tourner les choses de façon plus, comment dire, moins catastrophique." J'eus un petit sourire pour Mickaëlla, elle savait très bien de quoi je parlais, comme la plus part des anciens du programme, autant dire tous les membres de cette équipe." Chose comme vous le savez tous, absolument vraie. Le général aurait pu tenté de retardé l'arrivée des nouveaux pour nous laissez le temps de partir et je suis persuadée que Parly n'aurait pas appréciée... L'utilisation de la porte laisse Typhon sur la touche, à moins qu'ils aient les compétences pour créer une porte, je veux bien qu'ils aient des compétences, mais j'ai des doutes. Concernant Hégémonie ..."

Cette fois l'hésitation était plus palpable, je me méfiais d'eux comme de rien d'autres au monde, je savais mieux que personne de quoi ils étaient capables. Mais d'un côté la parano nous aiderait pas.

"Je dirais pourquoi pas, mais on n'en a pas entendu parlé depuis des années, nous attaquer avec 2 personnes en sachant les rancoeurs que nous avons tous contre eux? A moins que se soit une mission suicide et que le but était juste de laisser nos nouveaux amis se charger de nous, mais là encore je suis septique, restons sur nos gardes, mais on va évitez de laisser les deux derniers arrivants se faire pendre sur la place public pour éviter l'incident diplomatique je crois que le général m'en voudrais si se sont réellement nos recrues..."

Et pas qu'un peu, disons que je me vois mal lui expliqué que nous avions abandonné sur place les deux petits nouveaux parce que l'on avait des doutes sur la provenance de ces hommes. Disons qu'il me pardonnait déjà mes frasques personnelles, mais là ça serait difficile à cacher. Je me tournais vers Mathilde toute en observant mes collègues se préparer à une phase musclée pour cette mission, non non non merde cette mission promettait d'être calme et pour une fois agréable, c'était à croire que nous avions la poisse...

"Il y a une chance que le système n'était là que pour faire illusion? Nan parce que l'on connait plutôt bien nos petits amis les serpents, et ils sont les rois pour faire passer des choses pour plus impressionnant qu'elles ne le sont réellement. Après tout c'est un moyen de défense comme un autre. De se que j'ai compris ils n'ont pas souvent des visiteurs via la porte, si c'est envisageable, tout ceci est peut être juste un concours de circonstances. Quoi qu'il en soit, restez prudent en allant voir la porte, Ivan ira avec vous Strucker, je reste avec Luc ici pour préparer le matos en cas de soucis. "

La sécurité de Mathilde était plus importante que le reste, même si je ne la considérais pas comme une petite chose fragile, mais il fallait rester dans nos rôles, l'ambassadeur devait être protégée comme il se devait. J'aurais bien voulu allez avec eux mais hors de question de laisser Luc seul.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1523
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mer 11 Juil - 23:11

Rakel pensait que les deux nouveaux arrivant sur la planète était bien deux équipiers SG, que le général avait du faire des pieds et des mains pour retarder leur arrivée sur cette mission.
La justification était plausible, mais ça n'était pas ce qui tracassait Mickaëlla.
Ils n'avaient pas pu répondre au général, ce dernier ne savait même pas si ils avaient bien reçu le message.
Cela allait à l'encontre des protocoles radio de tout les pays de tout les services et pour Mickaëlla cela présageait des ennuis qui devaient avoir une relation assez étroite avec le fait que le système de verrouillage de la porte des Olodons se soient cassés la gueule.


Il n'était peut être pas de première jeunesse mais il les avait protégé jusqu'à maintenant sans faillir et comme par hasard le jour de leur arrivée il se déglinguait au point d'être inutilisable, la ficelle était trop grosse pour que cela ne soit qu'une simple coïncidence et pas besoin de virer dans la parano pour ça.
Hégémonie n'était pas fini et Typhon était un adversaire bien présent, mais elle doutait que Chefet use d'un stratagème aussi grossier.
Par contre hégémonie avait des cellules en opération sur d'autres planètes quand ils avaient récupéré la porte et finalement nul ne savait vraiment ce qu'ils étaient devenu.
Il y avait un tas de possibilité comme le fait d'être habité par un goa'uld.
On pouvait trouver des dizaines de théorie plus ou moins crédible sur les événements qui venaient de se produire que cela ne ferait en rien avancer les choses.
Il fallait se rendre sur place.
Contrairement à son habitude Rakel préféra rester sur place au palais avec Luc plutôt que de se rendre compte elle-même de ce qui s'était produit sur la porte et qui était les deux nouvelles qu'on leur envoyait dans les pattes.
Décidément Rakel avait un comportement bien étrange aujourd'hui, ça n'était pas son genre de rester sur la touche, elle avait toujours eu l'habitude mener de l'avant.
De plus Rakel ne croyait pas aux coïncidence surtout celle-ci et son histoire avec Dante et Jeff étaient deux sacrés exemple que tout pouvait arriver même l'impossible et que les coïncidences n'existaient.

Mais il ne servait à rien de tirer des plans sur la comète mais il y avait anguille sous roche.


"On en aura le coeur net en se rendant sur place de toute manière. Ne faisons pas attendre plus longtemps le général. Tout le monde est prêt?"


Mickaëlla commençait à avoir des doutes sur le fait que Rakel soit bien dans le match. Il y a trois ans elle ne serait pas servi de son pistolet d'une manière aussi désinvolte. Celle qui semblait si heureuse de la réouverture du programme et de repartir en mission, levait le pieds à la première occasion en restant en retrait.
Luc et Ivan étaient deux sous-officiers expérimentés qui avaient connus nombre d'affrontement que ce soit sur terre ou sur une autre planète. Ils avaient clairement l'expérience et le savoir faire pour assurer dans ce rôle.
Mais bon Rakel était en charge, et elle avait certainement ses raisons que Mickaëlla espérait être sacrément bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 927
Date d'inscription : 23/12/2010
Age : 38
Localisation : Aux labos... ou à l'infirmerie

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 38/41

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Jeu 12 Juil - 3:46

Tout le monde semblait perturbé par ce message radio et l'annonce du général olodon. Au moins Mathilde ne se sentait pas folle ce qui était toujours ça de pris compte tenu de sa vie... Elle n'était pas fan de la proposition de séparation en deux équipes, mais elle n'avait pas son mot à dire vu que cela relevait du domaine militaire et pour une fois ne fit pas de commentaire.
Elle ouvrit une de ses malles motorisées et en sortit un ensemble complet de terrain avec son gilet bien à elle agrémenté de quelques petites personnalisations visant à l'aider dans sa fonction. Elle partit se changer dans sa chambre, assistée par ses quatre domestiques trop heureux de pouvoir se rendre utiles, suscitant l'envie et la jalousie chez quasiment tous les autres, mis sur la touche par les terriens trop scrupuleux ou rejetant ces coutumes là au nom de principes moraux.

"Je ne peux pas vraiment émettre d'hypothèse quand à la raison de la défaillance de leur sceau de Danilque. Il donnait l'impression d'être un dispositif efficace. Mais nous n'avons pu le voir que de loin. Peut être que comme vous le suggérez c'était de la poudre au yeux et dans ce cas il n'a pas empêché l'activation de la Porte des Etoiles... Pour sûr que ça a dû les surprendre ces pauvres choux de voir un vortex découper leur protection inviolable comme une torche à plasma traversant une planche de carton.
Quand à savoir qui nous a contacté, je suis certaine que c'était la voix du vieux grigou, mais on peut toujours arriver à recréer une voix et lui faire dire ce que l'on veut pour peu que l'on ait suffisamment d'échantillons vocaux. Je ne vois pas pourquoi vous parlez d'Hégémonie, je croyais que c'était de l'histoire ancienne, vous n'aviez pas capturé ou tué des membres clefs de leur organisation quand vous avez libéré Dante? Je pense que c'est juste un autre exemple de l'incurie administrative de notre cher pays et des manigances de politiciens qui veulent se faire mousser. Je suis prête à parier qu'il y a quelque part, à l'Elysée ou ailleurs, quelqu'un qui fourbit ses armes pour la prochaine élection et nous pourrions être la cerise sur le gâteau.
Avec un peu de malchance d'ici cinq ans il y aura des émissions de téléréalité avec des candidats envoyés derrière la Porte pour coucher avec des autochtones ou survivre sur une planète infernale.

Nous pouvons y aller, mon matériel et prêt et j'ai pris ma plus belle patte de lapin!"


Parée à suivre le général, la scientifique s'était bardée de son attirail de mesure, une GOPRO et une lampe électrique LED accrochées sur son casque antichoc, aillant délaissé le trop lourd et inutile casque de combat. Elle avait presque l'air d'une opératrice DELTA ce qui était comique quand on savait son niveau de maîtrise martiale. Elle était plutôt douée après tant d'années, surtout si on considérait qu'elle avait passé trois années de plus que tous les autres au delà de la Porte à survivre dans des mondes hostiles sous la poigne des Grands Maîtres, mais elle ne valait aucun des militaires présents dans la pièce.

Se tournant vers ses serviteurs, elle leur demanda de son petit ton de baronne, maniant un jaffa d'une grande fluidité justement à cause de du temps passé en "immersion".

"Mes chéris, faites moi couler un bain, je serai sans doute complètement moite en revenant et je ne me vois pas dormir dans cet état. Et si un des deux autres terriens vous demande quelque chose obéissez, d'accord?"

Au paradis, ses quatre domestiques acquiescèrent avec enthousiasme et commencèrent les préparatifs du bain.
La baronne elle s'intéressa à nouveau à ses équipiers parlant d'un docte comme si elle sermonnait des enfants.

"Et ne faites pas cette tête. Je leur fais plaisir. Imaginez des gamins qui voient leur chanteur favori de prêt pour la première fois, ils seraient aux anges de pouvoir lui apporter à boire, l'entendre parler... Rappelez vous comment fonctionne cette société, le paraître y est au moins aussi important que l'être!
Pouvoir dire qu'ils ont approché et parlé avec des terriens qu'ils ont pu les servir cela les rendra non seulement célèbres auprès de leurs proches, mais pourrait même leur offrir des opportunités sociales alors soyez gentils avec eux, faites leur faire quelque chose. Donnez leur l'impression qu'ils vous rendent service. Rappelez vous, nous devons donner une bonne image et ça y participe. Ce ne sont pas des  esclaves, ce sont des jeunes gens qui débutent dans la vie et si vous les aidez en leur donnant l'opportunité de se rendre utile ou qu'ils aient l'impression que c'est le cas, alors vous aurez fait une BA et renforcé notre popularité. Et vu ce qui risque d'arriver dans pas longtemps, je pense que nous aurons besoin de toutes les bonnes volontés. Et si l'idée d'avoir des domestiques vous titille toujours votre pauvre petite conscience plus que le fait de refroidir votre prochain, considérez que c'est un ordre. Je suis la déléguée diplomatique et cela relève de mon autorité, je ne veux pas voir un seul de ces pioupious bâiller aux corneilles, qu'ils vous massent les orteils ou vous chantent une sérénade, employez les!"


Ah, on retrouvait la Baronne de l'Argentière. Elle savait être aimable, mais pouvait rapidement vous balancer un trait acéré dans les gencives si les choses ne lui allaient pas. Et voir les équipiers faire les fines bouches l'avait passablement agacée quand bien même elle n'avait rien dit au départ. La façon dont risquait de tourner les choses l'avait amené à changer son fusil d'épaule et de ramener le sujet sur le tapis avec cette fois l'option "j'ai dit" puisqu'ils ne comprenaient que cette méthode. Même si elle n'aimait pas ce genre de poste à responsabilité qu'elle trouvait plus problématique qu'autre chose à cause justement des conflits d'autorité, de temps en temps elle aimait bien mener les gens à la baguette, bien souvent d'ailleurs elle n'avait pas besoin qu'on lui confie un titre ou une autorité particulière, elle était baronne et sommité mondiale dans plusieurs domaines que diable! Cela dit les choses devaient être importantes pour qu'elle fasse "péter les galons" chose rarissime en fait, la physicienne ayant plutôt juste l'habitude de souligner combien elle était douée, intelligente, compétente quand elle sentait le besoin de rappeler que son avis était non seulement pertinent mais devrait être le seul valable... et entourée d'ignares et/ou d'incapables quand les choses prenaient une tournure qu'elle considérait déplorable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MickaElla Strucker
Militaire
avatar

Messages : 1523
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 35

Dossier du personnel
Equipe: SG1/Leader
Grade / Niveau: Major / 474
Age du personnage: 29 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Jeu 12 Juil - 23:41

Mickaëlla avait passé ces 15 dernières années en entrainement, en opération extérieur, en mission extra-planètaire, en formation mais certainement pas à végéter devant une télévision.
A vrai dire elle n'avait même pas de télévision.
Elle avait bien évidemment entendu parlé de la téléréalité mais n'avait jamais eu le temps pour s'attarder à regarder quelque chose d'aussi futile.
Mathilde et Rakel étaient plus au faites qu'elle de la relation qu'avait le pouvoir avec la presse et le programme.
Mickaëlla était une besogneuse petite fourmis, et à l'heure actuelle elle était certainement l'opérateur le plus affuté de tout le SGC.
Même Ivan qui était loin d'être pourri était resté trop longtemps sans partir en mission ou faire le coup de feu pour rivaliser avec elle.

Bien évidemment que Mathilde ne savait pas ce qui avait pu arriver aux fameux Iris des Olodons, mais Mickaëlla n'en démordait pas cette protection ne pouvait pas être juste une façade ou alors cela cachait quelque chose de bien glauque que personne n'avait saisi jusqu'à maintenant.
Quoi qu'il en soit il fallait aller voire et le plus vite serait le mieux.
Mathilde s'était équipait avec du matériel qu'elle avait emmené sans leur en faire part, une initiative dont il aurait judicieux de faire part afin de ne pas gâcher de la place dans le drone.
Si les choses tournaient au vinaigre la place utilisait pour Mathilde aurait pu recevoir un tas de munitions entre autre pour la mini et le AT4.
La baronne donna ses ordre à ses serviteurs et leur fit une leçon de moral sur le fait qu'ils devaient en faire autant pour honorer leur hôtes et aider ces serviteurs à s'élever dans l'échelle sociale.

La réflexion qui suivit ne fut pas du tout du goût de Mickaëlla,
Des états d'âmes à se comporter comme le faisait la baronne oh oui elle en avait tuer des personnes qui essayaient de lui faire la peau non elle n'en avait pas.
Pendant quelques secondes Mickaëlla prit la réflexion comme une pique dirigeait précisément vers elle, mais elle se rappela que la baronne était trop imbu de sa personne pour cibler quelqu'un en particulier, elle aimait faire valoir son autorité et son sang de noble oubliant par la même occasion que des gens de la trempe de Mickaëlla avait raccourci des nobles comme elle durant la révolution française.

Elle retira son sac et le colla dans les bras du serviteur masculin le mieux bâti et elle désigna la servante féminine qui avait l'air la plus athlétique.

Elle désigna les deux du doigts.

"Vous allez venir avec nous."

Elle désigna les deux autres.

"Vous obéissez à mes deux amis."

Elle désigna Rakel et Luc.

"Voila chacun à sa tâche.
Maintenant allons nous assurer que la sécurité de cette planète n'est pas compromise et que cette mission ne devienne pas une opération purement militaire."

Mathilde avait beau être baronne de l'argentière, en charge du programme R&D du SGC, et la patronne de KIBO, et en charge de la partie diplomatique elle n'en demeurait pas moins une petite casse-couille de nippone qui pourrait prendre un bon vieux bourre pif des familles si elle venait à trop jouer les précieuses.
Mickaëlla pensait sincèrement qu'un commandement partagé était un commandement affaibli.
Déjà rien que le fait que dans cette mission il y ait trois leader c'était pas terrible.
Surtout Rakel et Mickaëlla même si elle ne se marchait pas sur les pieds pour le moment tout le monde s'attendait à ce que ça arrive.
Il fallait aussi compter sur le rebelle d'Ivan et maintenant sur casse-noisette qui venait de faire son grand retour.
Et bientôt il y aurait peut être deux autres connards à gérer dont un reporter.
Un reporter et pourquoi pas une page centrale dans gala tant qu'on y est.
Décidément le monde marchait sur la tête, combien restait il de personnes saines d'esprit aux commandes?
Plus beaucoup visiblement, mais bon il fallait faire avec.
Mickaëlla quitta leur suite d'un pas déterminé et sans se retourner, ils avaient perdu que trop de temps en palabre inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Mevel
Militaire
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 41

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Ven 13 Juil - 17:31

Du coté de la Porte des Étoiles.


Le “non non” précipité d’Emilie lui arracha une esquisse de sourire que les lances pointées sur eux fit disparaître en un claquement de doigt. Elle avait pris sa décision, Jean suivrait.
Il ne se voyait pas comme un cowboy ou un fou de la gâchette. Défourailler sur cette position et avec tous ces gardes révélait du suicide, pas besoin d’être militaire pour s’en rendre compte. Un minimum de logique et de clairvoyance en somme.
Mais d’un autre côté, il ne se voyait pas non plus dégainer le pétard pendant que Lacroix optait pour la diplomatie.

Comme une image miroir, le reporter fit un signe appelant au calme, montrant bien qu’il allait se défaire de son neuf millimètres avec un geste lent et sans volonté de s’en servir. Il usa de sa main opposée pour défaire l’attache de son holster et retira l’arme avec lenteur avant de la faire tomber au sol. Il termina par un petit coup de pied pour l’éloigner un peu et levant ses mains à hauteur d’épaule.

Au moins, si ces gardes mettaient fin à leurs jours, la gopro serait toujours là pour un témoignage vidéo.
Jean était calme d’apparence et extrêmement tendu à l’intérieur. C’est toujours sur des moments comme celui-là qu’il avait tendance à dérailler sur des pensées personnelles. Il crevait d’envie de conseiller à Emilie de se mettre dans son dos si les choses se gâtaient, qu’il serve de bouclier.

Dans un moment pareil, ça lui semble logique, limpide. Lacroix doit vivre, elle a de l’or dans les mains. Un fana de la photo qui porte son matériel, ça peut se retrouver.

Mais on parle aussi d’une vraie tête de mule. D’un point de vue extérieur, son conseil aurait été risible. "Mets-toi dans mon dos, poulette, je vais te protéger de toutes ces lances plasma avec du muscles et de la testostérone !!!"
Ridicule...

« Nous ne sommes pas vos ennemis... » Ajouta-t-il dans un ton qu’il espérait pas trop révélateur de son angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
avatar

Messages : 2621
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Ven 13 Juil - 21:46

J'observais Mathilde, pendant un instant agacée qu'elle ne puisse donner de réponses claires et définitives, mais au final cet agacement venait surtout du fait que même après tant de temps sans mission ça finissait toujours de la même façon. Mal. Non ne soyons pas négatif, ce n'était pas encore terminé. La grimace que j'avais fais lors de la question de Mathilde concernant Hégémonie, on pouvait voir que je n'étais pas totalement persuadée de la disparition de nos ennemis, soyons honnête, beaucoup avaient été capturé mais beaucoup ne voulait pas dire tout le monde. Je préférais rester sur mes gardes et me méfier d'ennemis aussi dangereux quand beaucoup se concentraient sur Typhon sans qu'ils n'aient rien fait pour attirer notre haine... J'écoutais le nouveau sermon de Mathilde, oh que oui j'avais l'intention de me servir d'eux, mais pour le coup, pas sûr que leurs chefs apprécient si ça tournait mal...

J'observais Ivan, Micka et Mathilde prêts à partir en reconnaissance, et je croisais les doigts que les choses ne tournent pas mal. Mon esprit tourna vers Jeff et Mathieu, et je me revoyais pendant un instant laisser mes pilules à la maison. Génial Rakel, la meilleure idée que tu as eu... Remarque je ne pouvais pas me permette de prendre des anxiolytiques devant mes hommes, si le général avait prit la décision de me laisser aux commandes je sais que c'était pour mon père et qu'il dise le contraire ne changeait rien, Parray n'aurait jamais laissé passé ma petite balade, et pourtant personne n'était au courant, j'avais sans doute donné beaucoup de travail au grand manitou, à mon père et à Dante, il y avait sans doute une raison si sa place au SGC avait sauté. J'aurais donné cher pour savoir ce qui c'était dit, mais ça c'était hors de question. Une fois la porte refermée sur mes collègues, je pris une profonde respiration me tournant vers Luc m'approchant au plus près de son oreille, pas question que nos serviteurs entendent quoi que se soit.

"Je veux que tu repères les zones fragiles de la structure, si en cas de besoin il faut poser du C4 hors de questions que l'on doive chercher à la dernière minute, il faut garder à l'esprit que ça peut mal finir. Juste des repérages, je veux qu'on garde à l'idée qu'il faut que l'on puisse s'exfiltrer rapidement et que tout soit prêt pour ça, si tu peux essaye aussi d'obtenir des info via nos petits amis,  je compte sur toi."

Je posais la main sur son épaule avant de faire signe à mes serviteurs d'avancer et me laissant tomber dans un fauteuil.

"La rabat joie est partie, on peut commencer à s'amuser. Je commençais à étouffer ici, on ne peut pas faire un tour? Nan parce que je suppose que vous connaissez bien les lieux, vous pourriez me servir de guide."

Ce n'était pas bien se que je faisais. J'avais choisis l'homme qui avait le regard le plus insistant sur ma personne et je lui jetais des regards qui ne pouvaient laisser de glace un jeune homme qui ne connaissait pas grand chose de la vie et qui avait devant lui une "rockstar" comme le laissait entendre Mathilde.

"On sera discret personne ne le saura, on ne s'éloignera même pas..."

L'idée était simple, isoler une personne permettait de le soustraire à l'effet de groupe, et avec un peu de chance il parlerait plus facilement, je voulais savoir entre autre si quelqu'un avait déjà vu leur système de défense fonctionner, et repérer les lieux de l'extérieur en cas de sortir précipitée.

"Dis moi tu l'as déjà vu fonctionner toi cette protection ?"

_________________


Dernière édition par Rakel Peleonor-Cosey le Dim 15 Juil - 0:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc Daving
Militaire
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 19/01/2011
Age : 26

Dossier du personnel
Equipe: SG2
Grade / Niveau: Adjudant / 281
Age du personnage: 26 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Sam 14 Juil - 15:17

La discutions devenait très suspicieuse, les deux inconnus seraient des espions envoyé par une des agences civil ennemis. Luc pouvait le comprendre, mais deux personnes dont un reporter, c'était vraiment mince et si c'était le cas autant les refiler aux olodons. Ils allaient sûrement très bien se charger d'eux sans que les terriens n'aient à faire quoique ce soit. Rakel était du même avis que lui, deux gaillards envoyé par le général, bon ce n'était vraiment pas la procédure, mais la chef d'équipe souleva un point très intéressant, les politiques ou d'autre supérieurs lui avaient forcé la main.

Luc ne disait plus grand chose attendant la fin de ces hypothèses sur les deux inconnus envoyés par le SGC, Rakel décida de rester avec lui. Il en fut étonné, c'était elle la chef d'équipe et en général en tant que chef, on aimait bien aller voir par nous même toutes nouvelles situations. Il ne rajouta rien, au moins il ne serait pas seul et il s'était vu rester entre mec. Des groupes mixte, ce n'est pas trop mal.

Mathilde s'était changé, enfin elle avait amener avec dans ses caisses de quoi aller au combat et mener une mission correctement, enfin crapahuter en tailleur au milieu d'une forêt n'était pas des plus optimal. Par contre, elle leur indiqua qu'ils devaient toujours utiliser les domestiques à leur disposition, Luc n'avait jamais connu ça, il ne savait pas quoi demander, pour lui c'était banal de faire son propre bain, aller se chercher à manger ou tout autre chose qu'un domestique devait accomplir. Il essaierait de les utiliser, mais maintenant il en restait quatorze. Déjà qu'avec ses quatre à lui, il ne savait quoi faire.

Le groupe se sépara, il ne restait plus que Rakel, Luc et leur quatorze domestique présent, sans compter ceux de Mathilde. L'ancienne brune s'approcha de son oreille, il apprécia son ordre, trouver les murs porteurs ou piliers pour se préparer à les faire exploser. Luc n'était pas ingénieur, mais ayant travailler dans le bâtiment avant de commencer l'armée, il avait une vague connaissance et de plus les formations sur les explosifs étaient là pour se genre de situations.

"Pas de soucis, j'en prends deux avec moi pour une visite."

Et trouver autre chose pour les autres. Sauf que Rakel avait l'air d'avoir trouver une occupation avec l'un d'eux. Luc espérait que ce n'était pas pour ça qu'elle était restée avec lui. Il en doutait un peu, mais quand même. Il préféra ne pas regarder et se retourna vers les domestiques.

"Ok, vous deux, venez avec moi, j'ai envie d'aller faire un tour et j'ai peur de me perdre. Et les autres, préparer un bon repas pour nous tous, nos lits et à chacun de nous un bain."

C'était une bonne idée, mais il se sentait bizarre d'avoir donner ce genre d'ordre, d'habitude ça aurait été tout autre, des ordres militaires, préparer une position de tir par exemple, mais pas préparer un bain et mon lit. Luc se retourna vers Rakel, elle était toujours dans une sorte de jeu de séduction, c'était une belle femme et les regards qu'elle lançait au jeune homme voulait tout dire.

"Amuse toi bien. Je vais faire un tour."

Le suisse était rester sur un ton neutre, si c'était un moyen pour obtenir des renseignements, il ne l'avait pas grillée et si c'était pour un tour de manège, sa phrase allait bien dans le contexte.
Luc sorti en compagnie de ses deux serviteurs et pris la directions opposées à celle dont l'équipe était arrivée. Il avait l'air de contempler l'architecture des lieux, mais son objectif était toute autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deimos
Maître du jeu
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 06/08/2011

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 16 Juil - 20:42

Equipe SG-X partant vers la Porte et les deux malheureux s'y trouvant déjà.


Pendant que SG-X se préparait à partir vers la Porte des Etoiles, les deux "clandestins" eurent droit à un accueil plus typique des jaffas classiques, le groupe de guerrier lions leur tomba dessus et on leur arracha leur matériel sans grand cas de leurs récriminations et leur collant un bon gros coup de genou dans le ventre pour les faire taire s'ils la ramenaient un peu trop, la gueule d'une lance toujours pointée à quelques centimètres de leur visage. Ahhhh, l'hospitalité olodone!
On les avait alors traîné en dehors du lieu sacré profané par leur arrivée et ils attendaient là qu'on vienne statuer sur leur cas.
Ils purent remarquer que les jaffas ne savaient pas trop quoi faire, certains se disputaient violemment entre eux, d'autres venaient leur poser des questions, parfois les mêmes et si la réponse ne leur plaisait pas, ce qui était assez souvent le cas malheureusement, ils prenaient une mandale, les Olodons pratiquant l'égalité des sexes, au moins pour la distribution des pains dans la tronche et coup de pied dans les côtes... Les deux nouveaux priaient pour que leurs collègues ne respectent pas le code de la route local et arrivent le plus vite possible parce qu'à ce rythme ils risquaient de prendre un mauvais coup ou simplement se faire descendre.

Suivant le général olodon, le trio de terriens accompagné de deux serviteurs pris le chemin inverse de celui qu'ils avaient faits l'après midi même sous les vivats de la foule en liesse. Le véhicule n'était plus un engin de célébration mais une plateforme antigrav avec deux canons à plasma et abritant sous son épais blindage six guerriers à tête de panthère ou plutôt six guerrières à y regarder de plus près. Leur tenue d'un noir de jais les rendait un peu plus intimidante que les clinquants lions qu'ils avaient vu toute la journée et contrairement à eux, elles ne manifestèrent aucun signe d'étonnement ou d'émerveillement à voir les terriens débarquer, elles restaient assises sur leur sièges, immobile durant les 10 minutes de trajet. Alhassar était visiblement tendu, fébrilité qui se transmettait à ses subordonnés qui tripotaient nerveusement leur lance... Pourvu qu'il n'y ait pas de mauvaise surprise parce qu'avec un tel niveau de nervosité, il n'en faudra pas trop pour que les bolts de plasma se mettent à fuser dans l'air et transforme un ou deux malheureux en côtelette oubliée sur un barbecue.

Sur place les attendaient déjà un contingent d'une douzaine de guerriers lions, la moitié se disputant , l'autre moitié plutôt perdue quand à ce qu'ils devaient faire...
A côté sans guère de surveillance particulière se trouvaient les deux bleus... Et diantre, ils portaient bien leur surnom pour le coup! On leur avait refait le portrait avec enthousiasme, coquard, lèvre tuméfiée et fendue, nez en sang, pommette enflée et coupures diverses, les Olodons ne les avaient pas accueillis de la même manière!
Voyant cela le général Alhassar poussa une gueulante à glacer le sang, cela tenait plus du rugissement de lion que du "vos gueules!" qu'ils pensaient avoir entendu. Tous les lions, y compris ceux du véhicule se figèrent, le regard plein d'effroi, la peur de celui qui sait qu'il peut mourir, là maintenant, sans pouvoir rien y faire. C'était assez curieux de voir de tels gaillards se comporter comporter comme des lapins acculés devant les crocs d'un loup.


"QUI A OSER PORTER LA MAIN SUR CES PERSONNES?!"

Après quelques secondes de flottement durant lesquelles les hommes présents échangèrent des regards incertains, quatre guerriers s'avancèrent et tombèrent à genou devant leur supérieur, l'implorant de faire preuve de clémence, sous le regard méprisant de leurs pairs forcément écœurés de voir un comportement manquant tant de bravoure. Le général lui-même ne cachait son mépris vis à vis des condamnés.
Se tournant vers les agents SG sortant enfin du véhicule, il leur demanda d'un ton un peu brisque sans doute à cause de son énervement, pas qu'il eut quelque chose à leur reprocher.

"Sont ils bien de votre monde et de votre tribu?"

Effectivement, même si c'était un peu dur à dire vu leur tête au carré, mais les trois partis en reconnaissance avaient déjà vu au moins l'un des deux au mess ou en salle de sport, ou tout simplement au détour d'un couloir, souvent les deux ensemble d'ailleurs.
En plus connaissaient le mot de sécurité réponse au leur et vu qu'il était donné au moment de partir juste avant d'arriver à la salle de la Porte par un générateur aléatoire, impossible qu'ils aient répondu au hasard, vous répondriez "magie" vous si on vous disait "vache"?
Ils avaient donc devant eux deux infortunés malchanceux.

On les délivra immédiatement et leur restitua leurs affaires, même celles qui avaient été éclatées par le traitement soigneux de leurs geôliers. Si la GOPRO de Mevel avait survécu, bien qu'un peu abîmée, son appareil photo quand à lui était tombé au champ d'honneur. C'était à se demander pourquoi les gens jetaient rageusement au sol les objets qu'on leur demander de manier avec précaution...

Pendant que les agents SG auscultaient les leurs et leur demandait des comptes, l'une d'entre eux, la petite asiatique alla faire ce pourquoi elle était venue.
Les autres purent finalement voir ce qui posait problème après être entré dans le monument. L'espèce de gros verrou qu'ils avaient vu se poser sur la Porte n'était plus maintenant qu'un amas de ferrailles tordues et brisées au sol. On pouvait remarquer des traces de découpe parfaite ce qui ne laissait pas de doute quand à ce qui avait pu se produire.

Les six panthères étaient sorties silencieusement du véhicule pendant que le général vilipendait ses troupes et s'étaient déployées autour du lui, en arc de cercle, la tête de leurs lances étaient ouvertes et prêtes à faire feu si besoin, mais elle les tenaient comme un bâton, gueule pointée vers le ciel. Leur apparition avait eu plus ou moins le même effet sur les lions que la vue d'une araignée à une personne normalement constituée, du dégoût et de la crainte. Si les Olodons étaient tous aussi doués pour masquer leurs émotions, la Baronne allait presque s'ennuyer lors des pourparlers... S'ils étaient toujours d'actualité dans quelques heures.

Pendant ce temps là, à Vera Cruz...


Equipe SG-X profitant de l'hospitalité locale... et de la crédulité des natifs.


Ces braves domestiques se mirent à l'ouvrage dès les ordres lancés, ils étaient d'un enthousiasme surprenant mais bon, vu que ça leur faisait plaisir... L'un d'eux surtout était très content vu le programme des réjouissances. Il se présenta, s'appelle Djafet fils de Nayur, Fils de Dchodo, visiblement très fier de son ascendance. Très content de jouer les guides et plus si affinités, il prit la main de la militaire et lui fit faire une petite balade. Quand ils croisaient d'autres domestiques, il prenait de grand airs, escortant une personne très importante, osant même intimer le silence à un guerrier lion qui leur demanda ce qu'ils faisaient hors de leur zone, expliquant que le général avait permis aux invités de se promener et qui lui, Djafet, fils de Nayur, fils de Dchodo avait bien l'intention d'accomplir sa mission et que lui le guerrier ferait bien de se cantonner à regarder le mur s'il voulait conserver sa crinière. Rakel sut que si elle n'avait pas été là, les viscères du domestique se seraient répandu dans le couloir après que le guerrier lui ait ouvert le ventre avec le poignard dont il étreignait la garde à s'en faire blanchir les articulations, seulement retenu par l'évocation du nom de son chef.
Le domestique lui entraîna Rakel en souriant, soit il n'avait pas remarqué qu'il était passé à un cheveu de la mort, soit il s'en moquait... l'un comme l'autre étant moyennement rassurants.
Il lui raconta comment ses ancêtres avaient bâti la cité sous le règne juste mais terrible du faux dieu Anhour, lui-même au service du redoutable Ra. D'après la description, ce goa'uld n'était pas spécialement méchant vis à vis de ses sujets. Il vouait un culte au corps et à la force, voulant faire de ce peuple le meilleur des peuples guerriers, mais curieusement dans les propos du jeune homme on ne sentait pas la mégalomanie sadique typique. Quand ils furent dans un boudoir avec un grand balcon, il passa à "l'offensive" se faisant un peu plus pressant, essayant d'enlacer puis d'embrasser Rakel... A elle d'éteindre le feu qu'elle avait allumé... oupah.

Luc avait aussi décidé d'aller faire une balade, décidément tout le monde avait la bougeotte, ses deux "favoris" avaient un sourire allant d'une oreille à l'autre, faisant quelques petits clins d’œil malicieux aux autres. Le trio prenant la direction opposée de Rakel et son mignon, ils s'engagèrent dans des couloirs décorés de moult fresques dépeignant des combats entre des humains et des prédateurs, des humains se battant entre eux, parfois on pouvait clairement voir qu'il s'agissait de combat entre armées jaffas dirigées par des goa'ulds, sur certaines on voyait un guerrier lion plus grand et massif que les autres mener ses troupes, déchirant ses ennemis de ses mains, tandis que le goa'uld ennemi restait derrière ses troupes. Ses serviteurs lui expliquèrent que contrairement aux autres, Anhour leur faux dieu dirigeait les attaques parce qu'il était brave, pas comme Sokar ou Baal qui restaient cachés comme des pleutres. Anhour n'avait pas peur de voir son enveloppe charnelle blessée ou tuée, il reviendrait et continuerait à se battre. Ils avaient du respect pour leur ancien dirigeant c'était évident.
Pour ce qui était de sa mission, le bâtiment était certes très esthétiquement décoré, il n'en restait pas moins conçu pour supporter un bombardement orbital. Ils étaient dans un bunker masqué par de jolies tapisseries. Ce n'était pas avec leurs quelques kilogrammes de C4 qu'ils allaient en venir à bout!
Lui aussi eu droit à une petite visite d'un coin tranquille et lui aussi eu droit aux attentions très poussées de ses deux serviteurs qui avaient apparemment compris que le suisse aussi avait envie de s'encanailler dans un coin discret à l'abri des regards. Arriverait il à les persuader qu'il y avait méprise entre deux caresses et baisers?


Like a Star @ heaven HRP Like a Star @ heaven

Les trois qui partent rejoindre la Porte peuvent constater que cette dernière n'a plus son dispositif de sécurité dessus. Il est en miettes au sol. Les deux prisonniers sont bien des bleus du programme PdE. Les deux bleus vivants ont souffert, mais rien de grave ou permanent. Après deux ou trois jours il ne devrait plus y avoir de problème qu'un peu de maquillage ne puisse masquer. Faudra attendre un peu plus pour une guérison totale cela dit. Quand à l'amour propre, ça c'est fonction de comment on apprécie d'être un punching-ball.

Pour les deux restés à la maison pour batifoler avec leurs jouets seskuels ils devront faire preuve d'une bonne grosse détermination et capacité de persuasion pour faire comprendre qu'ils n'ont pas envie de jouer au docteur ou de mettre le doigt dans le nombril, les serviteurs ne seront ni violent ni trop têtus, la déception sera totale par contre et la moue boudeuse de circonstance, ça sentira la grève du zèle à plein nez.

Comme d'habitude, si vous avez des questions ou besoin d'éclaircissements posez les dans le sujet de la mission ici ou envoyez lui un mp, il se fera un plaisir d'y répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilde de l'Argentière
Scientifique
avatar

Messages : 927
Date d'inscription : 23/12/2010
Age : 38
Localisation : Aux labos... ou à l'infirmerie

Dossier du personnel
Equipe: SG6
Grade / Niveau: Adjudant / 239
Age du personnage: 38/41

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 16 Juil - 21:05

Suivant leur hôte, Mathilde avait pris place dans le véhicule et avait surtout fait attention à son matériel, pas particulièrement à d'autres guerriers fussent ils plus à son goût, là sa tête était pleine de suppositions et appeler les guerrières des Nyanchan n'aurait pas été constructif de toute façon... Personne n'ayant sans doute fait le lien avec la folie des chats dans son pays d'origine.

Sur place, elle put voir qu'on avait transformé ses deux équipiers en pinata et que les guerriers olodons aimaient beaucoup taper dedans... Elle eut une petite grimace, seule marque de compassion en voyant les visages tuméfiés, puis lâchant un petit commentaire sur le fait qu'elle ne pouvait de toute façon rien pour eux, elle partit en direction de la Porte des Etoile, escortée par deux guerriers lions et une de ses cantines mobiles.
Le matériel embarqué était tout simplement un supplément de matériel d'analyse plus complet que ce qu'elle pouvait porter sur elle.

Devant le chaos qu'était devenu l'endroit elle ne put laisser échapper qu'un

"Bonté divine!..."

Armée de quelques instruments, elle fit le tour de ce qui avait quelques heures auparavant un redoutable monument de robustesse et de sécurité, récupérant ça et là des échantillons. Elle s'intéressa particulièrement à certaines zones du Sceau de Danil'k puis plaça les échantillons dans des machines connectées à la tablette qu'elle regardait avec une fébrilité croissante. L'attente des résultat avait toujours cet effet là sur la plupart des gens, normal quand on savait que du résultat pouvait dépendre l'issue de leur relation avec un peuple chez qui on était coincé...

Les fameux résultats défilaient sous ses yeux et on pouvait voir la Baronne se décomposer au fur et à mesure.

"naze desu ka..."

Lâcha t elle totalement dépitée. Elle récupéra une sorte de projecteur et passa devant les débris, prenant bien soins de le passer devant tous les débris qu'elle voyait, demandant à ses deux lar... guerriers de lui ramener certains morceaux après les avoir filmés depuis leur position.

Elle travailla sur son ordinateur à partir de ce moment là, et plus elle travaillait, plus son humeur semblait se dégrader. Visiblement tout ce qu'elle faisait lui portait sur le système ou en tout cas, quelque chose l'énervait de plus en plus. Quelqu'un allait devoir se dévouer pour aller lui poser la question que tout le monde, Olodons et terriens sans aucun doute, se posaient, qu'est ce qui la mettait dans un tel état de colère croissante, les terriens sachant très bien qu'ils pourraient bien en faire les frais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Mevel
Militaire
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 41

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Lun 16 Juil - 22:08

Les mains toujours en l’air, Jean avait suivit du regard tous ces gardes mal-embouchés l’entourer dangereusement. Il se sentait comme à la veille d’une bonne baston de bar pour avoir renversé la bière sur le routard de la bande. Le bon gros robert avec les chaînes et le veston de cuir qui se levait en mode Hulk avec le poing qui le démange. Sauf que là, c’était des mecs en armure intégrale, qui faisaient un boucan d’enfer en bougeant. Et ça sentait l’agressivité à plein nez. La diplomatie avait du prendre du plomb dans l’aile.

Mevel serra les dents et se laissa déposséder de ses affaires, essayant de retrouver dans sa mémoire le mot en Goa’uld qui signifiait “Paix”. Mais de paix, il se rendit soudainement compte qu’ils en avaient pas du tout l’intention en expédiant son appareil photo au sol et en l’écrasant d’un bon coup de pied. Du matériel pro ! Un foutu salaire écrasé au sol comme un vulgaire cloporte avec toutes ses photos du jour ! Emilie, les gardes de la Porte, un administratif, le bureau du Général.

Les couleurs virèrent tout de suite au rouge tomate.
Mais du calme mon pote, du calme. Si tu te rappelles du temps passé en Afrique, tu la fermes et tu encaisses. Tu n’es certainement pas en position de force. Alors la ferme ! Tant que ça reste du matériel. Tant…
Mais non.

Parce que dès que le reporter fit le premier geste qui ne plut pas des masses au garde, il ressentit une terrible douleur dans le flanc en recevant un coup de lance bien envoyée. L’homme poussa une plainte sourde en se pliant et une paire de mains lui arracha tout ce qu’il pouvait porter. Le sac, contenu des sangles, vidant son matériel à moitié. Et quand ça ne voulait pas venir, c’est lui qui payait.
Le type se mettait à lui hurler en goa’uld. Un truc bien impossible à traduire. Il en avait même baissé son casque pour être plus audible, révélant des traits crus et barbare.

« JE COMPRENDS PAS ! » Gueula Jean avant de se recevoir un bon coup de poing dans la figure.

L’humiliation, c’était quelque chose que le reporter avait du mal à supporter à l’époque. Aveuglé par son désir de ne pas se laisser faire, il avait bien failli mettre la toubib en danger le jour où une honorable armée de “libération” était venu requérir ses services...un peu de la même manière...avec la recette miracle du bourrepif.

Il détestait ça. Mais il en avait vu d’autres.
L'entraînement du GIGN, déjà, parce qu’ils n’auraient jamais laissé un reporter intégrer l’escadron sans un minimum d'entraînement. Et surtout, ce sadique de sergent Hartman qui les avait finalement préparé à un jour comme celui-ci. Le danger et la menace empêchaient Jean de ressentir une aigreur mais c’était dur de devoir reconnaître qu’il l’avait bien entrainé. Que quelque part, il avait eu raison d’être si pourri...
Mevel se fichait de perdre son matériel, il se fichait dans recevoir plein la figure. Il souffrait, il voulait que ça s’arrête, mais il parvenait à rester au-delà. Parce que, justement, il avait déjà connu pire avec l’instructeur. Ca faisait mal, mais il tiendrait, il ne leur donnerait pas l’occasion d’en envoyer davantage…
Jusqu’à ce qu’ils découvrent sa faiblesse.

Rendu à genou après avoir su répondre “Non” à “Espion ?” en Goa’uld, Jean vit le garde au casque baissé se tourner vers Lacroix.
Il y a pas à dire, Jean ne s’y faisait toujours pas. Menacer le doc avait le don de lui mettre le compte-tour en zone rouge. Il en occultait même, et volontairement, ce qui l’attendait à l’arrivée. Ce n’était même pas une question de sentimentalisme à ce stade. C’était en lui, tout simplement : ON TOUCHE PAS A LA DOC !!!! C’est tout. C’était une part de son essence, de son métier et d’incertitude.
Sans même réfléchir, dans un geste bien trop impulsif, Mevel se remit sur pieds, entouré d’invectives lui ordonnant de rester à genou. Il eut tout juste le temps d’envoyer toute sa haine, sa frustration (et aussi sa peur, avouons-le) dans la gueule du type.

« LA TOUCHE PAS, BRANLEUR !!! » Râla-t-il d’une voix qui, dans ce moment d'oppression, n’avait rien de bien charismatique.

ET BAM !
Un bon coup de poing bien senti.
Le genre de mouvement bien armé qui aurait pu assommer un boeuf...mais un Jaffa ? PAS DU TOUT.
Il n’avait même pas moufté le grand dadet ! Tout juste s’il ne levait pas un sourcil, la pommette dérangée par une mimique nerveuse, avant qu’un tas de paire de mains ne l’empoigne immédiatement pour mettre le héros du jour à terre. Quelle connerie !
Et là, sacré déluge de coups de pieds et de lance. Fini l’envie de jouer les héros, Mevel hurla sa rage en n’ayant pour seul choix que d’encaisser.

« ARRÊTEZ ! » hurla-t-il finalement entre deux coups, les mains en protection autour du visage.

Mais le prochain, un coup de botte qu’il n’avait pas vu venir, lui sonna l’esprit pour de bon. Il vit un bon paquet d’étoiles avant de se rendre compte que l’un des gardes le soulevait d’une seule main pour le forcer à se mettre debout. Jean se ratatina, ses pieds appuyant à peine sur le sol, avant de secouer la tête et de se reprendre d’urgence s’il ne voulait pas goûter au deuxième service. On les emmenait quelque part.

Son coeur battait à tout rompre, la respiration était irrégulière et il sentait de la chaleur sur son visage. De la chaleur et un liquide poisseux qui coule en le chatouillant désagréablement.

« PAS ESPION. PAS ESPION, AMI !! » Parvint-il à baragouiner en Goa’uld, insistant sur les termes clés.

Mais un nouveau coup dans le dos lui rappela qu’ils avaient la surdité sélective, ces bons gardes.
Jean était complètement paumé, se demandant s’ils allaient finir par le tuer. Mais il y avait une constante dans son esprit, une forte inquiétude qui le mena à tourner la tête malgré la distribution de gifles permanente, afin de trouver la toubib. Elle avait salement morflé, ça lui pinça le coeur.

« Émilie... » lâcha Mevel d’une voix nasillarde. « Est-ce que ça va ? »

Le garde dans son dos lui envoya un puissant taquet derrière le crâne, lui intimant l’ordre de la fermer. Quand est-ce que ça allait s’arrêter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rakel Peleonor
Militaire
avatar

Messages : 2621
Date d'inscription : 22/12/2010

Dossier du personnel
Equipe: SG3/Leader
Grade / Niveau: Aspirant / 561
Age du personnage: 28 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 17 Juil - 12:10

Je me sentis immédiatement mal à l'aise lorsque Djafet fils de Nayur, Fils de Dchodo attrapait ma main. Après tout je l'avais cherché, mais je savais que les séparer était la meilleure chose à faire, il était toujours plus simple de manipuler une seule personne que plusieurs. Jouer de la crédulité d'une personne ce n'était pas le genre de chose que j'aimais faire, mais c'était efficace, j'en étais la preuve vivante... En tout cas ma présence donnait des ailes à mon domestique, qui prenait de grands airs, j'avais presque l'impression d'être Kate Middleton. Au début ce n'était pas réellement gênant, mais lorsque je vis le comportement du garde lion je crus que ça allait se terminer en bain de sang, l'adrénaline coulait dans mes veines, et ma main se posait sur mon 9mm, même si je me posais la question de savoir se qui serait le pire, tuer un garde lion ou être responsable de la mort de Djafet en ne respectant pas les règles du général. Mais même si ce n'était pas l'envie qui devait manquer au garde, il ne fit pas un geste, et mon arme pu rester tranquillement dans son holster. Mais on ne pouvait pas dire que j'étais particulièrement rassuré, même si les différents peuples que l'on pouvait croiser en traversant la porte des étoiles, le comportement du garde me rappelait celui des Jaffas. C'était peut être de la paranoïa parce que tout ne se passait pas comme nous le voulions...

Quant à mon guide, je ne savais pas trop si il était complètement démeuré ou si il était juste inconscient, je ne sais pas trop se que je préférais... J'écoutais en silence les histoires qu'il me racontait. Il n'était pas rare de trouver un peuple qui trouvait que non, son maitre Goa'uld n'était pas un monstre, mais un dictateur digne et juste... Ouais bah des goa'ulds comme ça je n'en avais jamais rencontré, alors je ne disais pas que nous n'avions pas sur Terre des personnes possédant les même "qualités", mais le principe de parasites restaient de mon point de vue plus gênant que celui du dictateur. J'allais poser une question à Djafet lorsque je sentis ses bras s'approcher un peu trop près de moi, j'eus un mouvement de recul, me retrouvant coincé contre le rebort du balcon.

*Bah oui tu l'as bien cherché...*

Cette fois, maintenant que j'étais coincée contre le rebord il tentait de poser ses lèvres sur les miennes. Cette fois ma réponse fut plus agressive, c'était quoi ses mecs qui ne comprenaient pas le non? Je bloquais son avancé avec mon point qui tapait contre sa poitrine et le repoussais. Mais visiblement ce n'était pas ça qui allait l'arrêter... Je poussais un soupir alors qu'il attrapait ma main pour l'embrasser, cette fois c'était terminé, je ne jouais plus, j'attrapais l'un de ses doigts et le retournais avec force, suffisamment pour créer une douleur forte, mais tout en gardant le contrôle pour ne pas casser l'os, ça serait plutôt mal venu d'abimer nos serviteurs...

"Ecoute, je crois que tu as pas compris, sur notre planète on ne s'amuse pas qu'en faisant des parties de jambes en l'air, je pensais plutôt aller faire la fête, ou ce genre de truc."

Bah oui bien sûr je n'avais jamais laissé sous entendre le contraire... Je le prenais pour un abruti là, mais pour être honnête après ce que j'avais pu voir, c'était peut être à juste titre... J'affichais mon alliance devant ses yeux.

"Toi vois cet anneau signifie que j'appartiens à un homme sur ma planète et que lui m'appartient. Jamais je ne toucherais un autre homme que lui et l'inverse est vrai pour lui aussi. C'est un engagement..."

Ouais pas sûr que ça avait toujours cette signification une fois que monsieur avait jeté son alliance, mais qu'importe.

"Mais on est que tous les deux, rien ne t'empêche de te venter de tout se que tu veux après de tes compatriotes, je m'en fiche, du moment que tu ne le fais pas devant mes coéquipiers, sinon je serais obligée de rétablir la vérité. Tu as l'air d'un garçon intelligent, plus que tes collègues, c'est pour ça que je voulais que tu m'accompagnes, j'ai tellement de questions sur ton peuple..."

J'avais lâché son doigt dès que j'avais compris que j'avais son attention et qu'il ne tenterait pas de me sauter dessus pour le moment, étant donné que la douleur l'occuperait suffisamment longtemps pour qu'il m'écoute. Je m'appuyais contre le rebord du balcon, observant la vue qui s'offrait à nous. Le marché était plutôt juste si Mathilde disait vrai, je suppose que se taper un invité serait une super promotion pour lui, même si ce n'était pas réellement vrai...

"J'ai du mal à comprendre pourquoi vous vous êtes retourné contre Anhour, il n'avait pas l'air si terrible... Tu sais j'ai combattus beaucoup de Goa'ulds, et j'en ai jamais connu un seul qui n'était pas cruel et vil..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emilie Lacroix
Médecin
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/06/2018

Dossier du personnel
Equipe: SG
Grade / Niveau: Soldat/0
Age du personnage: 32 ans

MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   Mar 17 Juil - 19:43

Emile n’était pas contre de déposer ses armes, par contre, elle ne pensait pas que ça ne se limiterait pas qu’à ça. Une fois dépouillée de son Famas, les autochtones se montrèrent encore moins amicaux, n’hésitant pas à faire preuve de violence pour les cadrer, eux qui ne demandaient qu’à être coopératif pour faire la liaison avec le reste de l’équipe. Du coup, quand le premier Jaffa venu tenta de lui attraper son sac à doc sans trop lui demander son avis, et qu’Emilie protesta par un : « Hey mais laissez ça tranquille v… », qu’elle n’acheva pas autrement que par un « humpf » de douleur, la jeune femme ne chercha plus à protester ou à défendre son matériel. Le genou du type lui avait coupé la respiration en plus de la casser en deux. Elle ne dû le salut de son postérieur qu’au fait que le gazier, en la frappant, l’avait maintenu par le cou, sinon elle serait tombée à la renverse sous le choc.

En bonne militaire qu’elle était, elle avait envie de reprendre le dessus et de se défendre, mais en bonne militaire bien formée qu’elle était d’autant plus, elle savait que dans ce genre de situation inégale (à deux contre six, on ne pouvait pas faire mieux), il était préférable de coopérer pour rallonger son espérance de vie. Elle n’était pas menaçante, et pourtant, elle avait toujours la gueule d’une foutue lance à proximité de son minois rougis par la douleur et le manque d’air consécutif au coup de genou. Mevel était dans le même cas qu’elle, et surtout, les types dégradaient gratuitement leurs effets personnels. Elle tenta bien de jeter un œil vers le reporter pour s’assurer qu’il allait bien, mais une bonne claque gantée vint lui rappeler qui était le patron ici. La même main vint lui attraper les cheveux et l’entraina avec elle. Malgré son ventre en feu, et sa joue endolorie, la toubib n’eut d’autre choix que d’avancer autant que faire se peut. Ils furent placer à un endroit, dans l’attente d’elle ne savait quoi.

La situation lui foutait clairement les pétoches, mais elle ne quittait pas des yeux les locaux qui semblaient un peu désemparés quant à la conduite à tenir vis-à-vis d’eux. Elle avait entendu Jean gueuler, mais son oreille bourdonnait et elle n’avait pas tout saisi, sans parler qu’elle était plutôt focalisée sur elle-même sur le moment. L’humiliation était une bonne copine dans l’armée ; Il n’était pas rare, à l’instar d’Hartman, que les instructeurs la pratique pour essayer de faire « grandir » leurs hommes. Au moins, tout cela n’avait pas été que gratuit, puisque maintenant, ils étaient confrontés à ce genre de situation, où une réponse pouvait laisser place à une bonne mandale.

Elle avait eut quelques minutes de répit tandis qu’un des types interrogeait Jean Eude. Ce dernier répondit qu’il n’était pas un espion, et elle l’entendit clairement crier vers le Jaffa qui l’avait délaissé pour venir vers elle. Il allait sûrement lui poser la même question, mais l’intervention du reporter lui valut quelques misères, surtout que ce dernier, en dehors de lui intimer l’ordre de s’arrêter, lui colla une bonne droite. C’était affreux. Le Jaffa ne moufta pas, et il envoya valdinguer le français au sol sans ménagement. Emilie était presque contrainte de regarder son ami se faire tabasser par terre. Elle avait envie de leur crier d’arrêter, les supplier même, mais son amour propre l’empêchait de se livrer à ce genre de vocalise gémissante et pathétique. Elle ne voulait pas paraître faible, alors elle serrait les dents, pour elle comme pour son ami, les poings crispés sur ses cuisses puisqu’elle était à genou.

Il devait y avoir une solution, non ? Il fallait impérativement instaurer une forme de dialogue. Du coup, quand le mec, après avoir tabassé Jean Eude, revint enfin vers elle, et qu’il lui demanda si elle était une espionne, elle s’entendit répondre avec diplomatie :
« Ecoutez, nous ne sommes pas des espions. Nous venons juste rejoi… »

Sans doute énervé par la correction qu’il venait de mettre à Jean Eude, ou alors bien échauffé qui sait, le Jaffa ne prit pas de pincettes et lui colla une droite en pleine poire. Le poing ripa sur son œil et son arcade sourcilière qui éclata sous le choc. La chirurgienne tomba à la renverse, sonnée par le coup. Elle ne désirait plus se relever, et elle sentait déjà le sang couler sur son front et se perdre dans ses cheveux à l’arrière de son crâne. Un autre coup comme ça et elle était morte ou handicapée. A choisir, elle préférait la première solution.

Le mec la releva en passant derrière elle. Une fois qu’elle fut sur son séant, il la poussa en avant avec brutalité, comme pour lui suggérer de façon implicite qu’elle n’avait plus intérêt à basculer de la sorte. Le sang, changeant son sens d’écoulement maintenant que la tête était droite, coula le long de sa joue et disparu dans son col. Elle n’en avait rien à foutre d’être bousculée, tant qu’elle n’était plus frappée. Mais Emilie était pessimiste sur la suite. Un accueil de ce genre ne présageait rien de bon. Qu’étaient devenus les autres ? Etaient-ils morts ? Est-ce qu’ils avaient eu le droit à ce genre de bastonnade sans grand intérêt ? La phase suivante était facile à deviner. Jean Eude allait se faire tabasser jusqu’à ce que mort s’ensuive, et elle… ben la nature lui avait donné trois trous qu’ils étaient aisés de combler une fois qu’elle serait brisée ici et là. Une tournante sur une planète à des parsecs et des parsecs de la Terre, n’était-ce pas une fin enviable ?

Elle entendit son camarade lui demander si ça allait. Bien sûr que non ça n’allait pas. Comment ça pouvait aller ? Ils étaient en train de se faire défoncer la gueule par une bande de soudards qui ne faisaient ça que par sadisme. Les mecs s’engueulaient entre eux sans qu’Emilie puisse comprendre un traître mot, et quand l’un ou l’autre était frustré de s’être fait moucher le nez par un des siens dans une joute verbale, il venait se rappeler ô combien il était puissant en venant cogner deux êtres humains sans défense. Bande de sous-merde.

« Ne parle pas. », grogna-t-elle entre ses dents. Elle prit elle aussi une claque derrière les oreilles pour avoir répondu à son ami. Le goût du sang se mêlait à sa salive. Elle avait du se mordre la langue, mais son corps étaient allumés de signaux douloureux à trop d'endroit à la fois pour qu'il puisse réellement en traiter un nouveau. Elle avait mal partout, et voilà. Emilie baissa les yeux sur ses mains crispées à nouveau sur son treillis. Quitte à crever, ou à se faire violer, autant tenter quelque chose non ? Mais quoi ? Se relever et sauter sur le premier venu ? Jean Eude lui avait collé la droite de sa vie et le mec n’avait même pas bronché. Que pouvait-elle faire du haut de sa petite taille ? Ils étaient en train de se disputer, ne pouvait-elle pas exploiter ça en essayant de diviser pour mieux régner ? Ou tout simplement s’enfuir en courant ? Elle était en pleine réflexion quand un véhicule antigrav se présenta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission 01ND] "Non Sequitur"   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission 01ND] "Non Sequitur"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Porte des étoiles :: Planètes :: Autres planètes-
Sauter vers: